Un blog consacré aux vidéos postées dans la galaxie Dailymotion, où je retrace en soluces des jeux N64 et Gamecube qui m'ont marqué, entre autres !

Bonjour à tous, je m'appelle Halryk Hynay, bienvenue sur ce blog que j'ai créé en tant que très grand fan de Nintendo depuis l'enfance.

Je poste ici des articles où je vous donne mon avis sur divers jeux qui m'ont marqué dans ma vie de joueur. Je poste également des messages pour annoncer les projets réalisés dans la galaxie Dailymotion et Youtube.

Vous trouverez ci-dessous mes vidéos les plus récentes et un lien vers ma page Facebook. Bon visionnage !

https://www.facebook.com/HalrykHynay

Baten Kaitos, déjà 10 ans de rêves

Un océan perdu dans la mémoire collective, dont le passé aux marées troubles se confond,

Occulté par l'étendard de l'insouciance fièrement dressée par le nouveau monde céleste.

Je vois s'épancher le sang de mes enfants dans les cicatrices des astres, sourd typhon

Venu des temps anciens, avide d'engloutir les âmes par désir de sorts funestes.

alt

Pour les 10 ans de la sortie en Europe de Baten Kaitos : Les Ailes Eternelles et l'Océan Perdu, je me suis retroussé les manches pour écrire un article plus fourni qu'à l'accoutumée. Sorti le 1er avril 2005 sur Gamecube, il est le premier jeu de Monolith Soft pour le compte de Nintendo, l'un des rares RPG de la console et celui qui m'aura le plus marqué. Retour sur la découverte d'un jeu mythique.


Décembre 2003

Tournant négligemment les pages bariolées d'un magazine de jeux vidéo - en essayant d'oublier les inepties lues dans la rubrique FAQ à propos du temple de la Lumière de Zelda Ocarina of Time Master Quest, je découvre soudain un test import d'un RPG Japonais totalement inconnu. A cette époque, ma culture rachitique du RPG se limitait au classicisme de la série des Pokémon et ma période N64 / début de la Gamecube ne m'avait pas aidé à m'intéresser à ce genre de titre, peu prolifique sur ces deux générations de console Nintendo. J'ai parcouru des yeux les images réparties sur la double page.

alt

 


Onirique, original, artistique

Mon imagination a pris le dessus, des scènes issues des lieux présentés se sont jouées dans mon esprit. Impossible de continuer ma lecture sans avoir dévoré des yeux le texte et les screenshots de Baten Kaitosu : Owaranai Tsubasa to Ushinawareta Umi, alias Baten Kaitos dans nos contrées. La conclusion du testeur parlait d'elle-même : 99%, une note aussi absurde qu'impressionnante. Je vous aurais bien indiqué ce qu'il en disait si je n'avais pas jeté 10 kilos de magazines de JV il y a de nombreuses années maintenant. Il s'agissait de ce magazine (ici, avec un article de Raven Blade, 1er projet de Retro Studios avant que Miyamoto ne leur propose de bosser sur Metroid Prime) :

 

alt

 

 

Je n'avais acheté que deux numéros, davantage intéressé par le mag' Officiel Nintendo

En tout cas, je suis longtemps resté à la fois fasciné et empreint de tristesse devant ce test de Baten Kaitos, persuadé que je n'aurais jamais l'occasion d'y toucher un jour.


25 décembre 2005

Baten Kaitos est finalement sorti cette année-là, intégralement traduit en français, quelques mois après Tales of Symphonia que j'ai acquis plus tard. J'avais demandé Baten Kaitos à Noël, car il coûtait cher et se faisait rare en magasin. Lorsque j'ai ouvert mon précieux cadeau, j'ai passé 10 minutes à analyser la boîte du jeu dans tous les sens en repensant à mes espoirs déçus deux ans auparavant. J'allais enfin pouvoir jouer à Baten Kaitos, le rêve. Je ne me souviens plus des autres cadeaux. J'ai passé toute la matinée à découvrir le début de mon premier RPG sur Gamecube, mon premier véritable RPG console. Kalas, le héros aux cheveux bleus, cynique. Cebalraï, le hameau agricole. Moi, joueur, ange gardien attitré de Kalas. La musique de Sakuraba en fond sonore. J'étais sous le charme, happé par cette invitation à vivre une aventure inoubliable.

 

 

alt         alt 

Chaque plan est une merveille pour les yeux / Sadal Suud, la première île céleste

Surpris, je l'ai été tout au long du jeu.

Tout d'abord par le gameplay des combats basé sur des cartes - appelées Magnus. C'était mon unique réticence vis-à-vis du jeu, n'ayant jamais été un féru de jeu vidéo comportant des combats de cartes. Mais le doute s'est rapidement dissipé quand j'ai mesuré la richesse procuré par ce système addictif. Chaque personnage possède son propre deck à gérer et les combats s'enchaînent sans se ressembler. Les Magnus ne sont pas seulement un outil de gameplay pour le joueur, ils font partie intégrante du monde de Baten Kaitos et peuvent capturer en leur sein l'essence de la nature environnante, voire des objets de la vie quotidienne. Ne soyez pas surpris d'utiliser un Magnus de Cornichons Deluxe ou du Soin Capillaire ! Les combats distillent une dose de chance liée à l'apparition des cartes de votre deck, mais si vous formez ces derniers avec les bons éléments, la difficulté du jeu en sera grandement amoindrie. Tout dépend de votre capacité à explorer les lieux, votre désir de découvrir de nouvelles cartes et de changer régulièrement vos decks. Tout y passe : armes, armures, objets de soin, augmentation/diminution de statistiques, altérations d'état, combos spéciaux, coups finaux... Les 1022 Magnus fournissent au jeu une profondeur inouïe et m'a poussé dès le départ à vouloir toutes les collectionner. Attrapez-les toutes !

 

alt

 

Le design des boss est repoussant la plupart du temps

Il peut arriver que les combats de boss s'éternisent si le jeu vous empêche de créer de bons combos numériques en vous donnant une pioche moisie. Oui, car il est possible de réaliser des enchaînements majestueux sur les ennemis à l'aide des chiffres inscrits sur les cartes. Inutile de vous détailler les mécanismes tant les possibilités sont immenses. Du côté du scénario, je dois avouer qu'il reste classique pour un RPG, mais j'étais assez inexpérimenté dans le domaine pour ne pas m'en rendre compte à l'époque. L'aventure réserve néanmoins quelques retournements de situations bien sentis et l'univers demeure intéressant et cohérent de bout en bout. Les personnages ne sont pas tous charismatiques à cause de leurs choix vestimentaires discutables et d'une modélisation 3D juste correcte. Heureusement, leur psychologie est travaillée et le destin de chacun d'eux se noue avec la trame principale, apportant aux évènements un intérêt sans faille.

 

Surpris également par les environnements visités.

Baten Kaitos propose un monde d'îles célestes doté d'une diversité éblouissante. Hormis la première, il serait malvenu de vous les dévoiler tant chacune mérite que le joueur soit témoin du soin apporté à leur élaboration. Je n'avais jamais vu des lieux aussi insolites et/ou enchanteurs. Si je considère aujourd'hui Baten Kaitos comme ma série de RPG préféré (j'ai eu la chance de faire le 2ème opus, Baten Kaitos Origins l'année dernière, et c'est une tuerie intergalactique =p), c'est parce qu'au-delà du plaisir de jeu, elle m'a fait rêver et a constitué une source d'inspiration dans l'écriture. Il me suffisait de reprendre une partie en cours pour retrouver l'inspiration et le sourire. Plus encore, Baten Kaitos m'a permis de comprendre pourquoi j'aimais les jeux vidéo. Le fun du multi de Mario Kart 64 ou GoldenEye 007, la satisfaction d'accompagner un Pokémon jusqu'au niveau 100, autant de vecteurs de bonheur liés à la passion vidéoludique. Toutefois, j'ai su ce matin du 25 décembre 2005 que je jouais depuis tout petit pour vivre des expériences comme Baten Kaitos. Découvrir des jeux qui transpirent le travail bien fait, qui fourmillent de détails imperceptibles aux joueurs les plus impatients, et dont l'investissement du joueur est toujours récompensé. Des jeux qui racontent une histoire, tout simplement. Les RPG.

alt

Suite à cette révélation, j'ai acheté Tales of Symphonia, Paper Mario 2, Skies of Arcadia Legends sur Gamecube, tous excellents, avant de dériver vers les sagas Final Fantasy, Dragon Quest, Kingdom Hearts, Star Ocean ou Grandia sur divers supports.

Cet article n'a pas la prétention de vous présenter exhaustivement Baten Kaitos. Il me faudrait des jours pour en parler convenablement. Et cela tombe bien puisque pour les 10 ans de sa sortie PAL, je me suis lancé le défi de le faire en vidéo à 100%, en tentant de choper les 1022 Magnus du jeu. Un challenge qui me permet de redécouvrir l'aventure pour la 5ème fois sous un jour nouveau. Si vous appréciez les RPG et l'évasion, Baten Kaitos sera un mets de choix pour combler votre aspiration.

Sur ce, bon Nintendo Direct à tous et à la prochaine (la date de sortie de Yoshi's Woolly World, please) !

Le WT est également disponible sur Youtube en cliquant ci-dessous (le lien ne fonctionne pas si je l'intègre au blog) :

https://www.youtube.com/playlist?list=PL185oG5hx45UKT6wdYprFYc-nZfi2b8-h

https://www.youtube.com/playlist?list=PL185oG5hx45UKT6wdYprFYc-nZfi2b8-h

Super Mario 64 Multiplayer, c'est possible !

Bonjour à tous,

Je réveille aujourd'hui ce blog pour vous parler d'une opportunité juste excellente : redécouvrir le mythique Super Mario 64 à deux joueurs en Online sur PC ! Cet exploit a été rendu possible grâce à Skelux, déjà à l'origine du superbe hack Super Mario Star Road.

Contrairement à ce que montre cette jaquette, la dernière version du hack Super Mario 64 Multiplayer offre la possibilité pour le deuxième joueur d'incarner Luigi !

alt

Le hack est disponible dans la description de sa vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=2M33-zPQRzY#t=101

Si vous souhaitez tenter de votre côté cette expérience hilarante (il reste pas mal de bugs assez drôles), il vous faut la rom, un émulateur Project 64 intégrant le plugin AQZ NetPlay et l'utilitaire LogMe Hamachi pour créer un réseau.

J'avais expliqué point par point le déroulement par mettre en place le jeu en NetPlay, mais la page de l'article a buggué quand j'ai validé et j'ai tout perdu. Je n'ai pas le courage de tout réécrire, donc si vous êtes intéressés et que vous n'arrivez pas à mettre en place votre co-op, laissez un commentaire sous l'article, je tenterai de vous aider.

Voilà ce que ça donne en vidéo !

Sur ce, amusez-vous bien et à la prochaine !

[Vidébat] Sommes-nous des joueurs ou des moutons ?

Bonjour à tous,

    Cette nouvelle vidéo est l'occasion d'écrire un article sur ce blog qui commençait à tomber en décrépitude. Le sujet du jour n'est pas des plus réjouissants, et il ne concerne pas un jeu en particulier, mais plutôt la tendance actuelle du marché du jeu vidéo ainsi que l'état d'esprit / la mentalité de certains joueurs. Je n'ai pas envie de catégoriser en disant que les joueurs ciblés par mes critiques sont uniquement issues de cette nouvelle génération, ou du moins ont grandi avec les consoles HD, mais je pense que la majorité en font partie.

                                   altaltalt

    J'ai tourné la vidéo ci-dessous dans le but d'exprimer mon exaspération vis-à-vis des points suivants (et j'exprime tellement mal que je me suis senti contraint de rédiger cet article :rool:) :

    - Les réactions précipitées et souvent irréfléchies des joueurs sur les forums suite aux actualités (vous savez, cette mode de cracher sur Nintendo et de vénérer les autres constructeurs, de chercher la moindre faille pour tailler la Wii U et se jeter sur les consoles next-gen pour jouer à FIFA).

alt

FIFA 14 justifie-t-il à lui seul l'achat d'une next-gen ?

    - La presse spécialisée et ces sites dits "professionnels", qui préfèrent rédiger 50 news sur les ventes catastrophiques de la Wii U et l'absence du soutien des tiers, plutôt que de mettre en avant ses exclusivités. Sans oublier cette manie vomitive de faire passer au premier plan la résolution et le framerate des jeux au détriment du gameplay et du contenu.

alt

Le photo-réalisme est-il l'attrait le plus important aux yeux des joueurs d'aujourd'hui ?

    - L'aspect communautaire sur le Net qui est devenu une ruche d'hypocrisie où chacun crée son alvéole (blog / page Facebook / chaîne Daily / chaîne Youtube / Twitch...) et cherche à vendre son miel à tout ce qui passe. Je ne critique pas le fait de créer son propre espace de partage, mais celui d'abuser de publicités chez les autres pour s'auto-promouvoir. Y a rien de plus stupide comme démarche, elle est plus dissuasive que séduisante, sauf pour les pauvres naïfs qui pensent avoir des abonnés en s'abonnant à tout le monde.

alt

Ca donne envie et démontre une belle envie de partager son contenu

    - La société de consommation en général pour toutes les publicités dont elle nous abreuve et les technologies à l'évolution exponentielle, nous empêchant de prendre le temps de profiter. La dématérialisation des jeux / les soldes Steam poussent à l'achat et l'on se retrouve avec un paquet de jeux à consommer rapidement sous peine de les voir disparaître sous une nouvelle pile de jeux plus récents. Il est loin le temps où j'éprouvais une euphorie insensée à l'achat d'un jeu, dont je profitais à fond sans avoir à me préoccuper d'autres titres inachevés à côté. Aujourd'hui, j'enchaîne les jeux dans l'espoir de rattraper mon retard, et même si je les explore de fond en comble, je vois toujours du coin de l'oeil les autres jeux qui me hèlent : "Halryk, Halryk, tu dois avancer mon aventure, ça fait 6 mois que tu n'as pas joué avec moi !".

alt

Bon, à quoi je vais jouer aujourd'hui ? (Ceci est une simple image illustrative, je ne suis pas aussi désespéré)

    - La question de la maturité utilisée à tort et à travers. L'éternel débat stérile entre les jeux supposés matures / sombres / sanguinolents / emplis de testostérone et les autres plus colorés censés être destinés aux casuals ou aux gosses. Il serait bien de revoir la définition de la maturité et de comprendre que vouloir jouer l'adulte "mature" est une preuve d'immaturité en soi.

alt

Bienvenue dans la génération : "Je tue, donc je suis"

    - L'ouverture d'esprit des joueurs qui se bornent à défendre leur société favorite et à cracher sur les autres. Le plus souvent, on critique ce que l'on ignore. Dans la vidéo, je ne critique pas la série des Call of Duty, puisque je n'y ai pas joué et que ça ne m'intéresse pas. En revanche, j'ai choisi cet exemple concernant Activision car il est le plus probant. Le jeu vidéo est plus que jamais un divertissement à pognon et les éditeurs ont de moins en moins de scrupules à proposer des suites de jeux en kits / découpés en DLC ou en free-to-play pour faire payer le consommateur aveuglément séduit par le jeu en question. Mais bref, beaucoup de joueurs devraient faire preuve de recul, affiner leur réflexion et regarder un peu autour d'eux au lieu de suivre l'avis du plus grand nombre et critiquer parce que les autres critiquent.

alt

La spirale du profit à tout prix, j'en veux toujours plus, ce que je possède ne me satisfait pas

    Les jeux utilisés en fond pour la vidéo n'ont aucun rapport avec mes propos, j'ai simplement capturé des extraits de jeux auxquels je joue actuellement sur ma Wii achetée d'occasion l'année dernière. Et malgré les apparences, je ne suis pas un pro-Nintendo (Nintendo propose les jeux dans lesquels je m'éclate le plus, c'est tout, et je n'aurais pas pris la Wii si tard si c'était le cas) ou pro-machin-truc, je n'ai pas envie qu'on me catégorise, je suis un consommateur et j'ai le choix d'acheter les jeux qui m'intéressent. A partir de là, hormis pour limiter son expérience de joueur, il me paraît absurde de refuser d'excellents titres sous prétexte qu'ils ont été développés par une autre entreprise que celle que l'on chérit.

Sur ce, j'espère que l'E3 2014 apportera de belles surprises, un catalogue de jeux étoffé, aux genres variés et non composés à 80% de FPS / TPS, et je retourne sur Baten Kaitos Origins. Bon jeu à tous !

 


[Vidébat] Sommes-nous des joueurs ou des moutons ? par Halryk

X

Skyward Sword, un Zelda auda-cieux ?

Salut à toutes et à tous,

Parler de Zelda était une bonne occasion pour raviver un peu ce blog laissé à l'abandon depuis plusieurs mois. Etant un très grand fan de la franchise, j'avais joué à la date du 1er janvier 2014 à tous les opus de la saga (que personne ne cite les Zelda CDI, merci, ils ne comptent pas :-p), SAUF l'itération Wii : The Legend of Zelda Skyward Sword, sorti chez nous le 18 novembre 2011, soit 4 ans après Super Mario Galaxy, presque jour pour jour.

En manque de Zelda, je n'y avais pas joué depuis la fin de Spirit Tracks sur Nintendo DS fin 2009. Un épisode d'ailleurs mitigé, mais je n'ai pas envie de revenir dessus ^^ Le remake d'Ocarina of Time sur 3DS est sorti entre temps, je ne l'ai toujours pas acheté, car je connais le jeu de base par coeur (je finirai bien par craquer, quand les sorties effrénées de hits 3DS se seront calmées). De même pour le remake de Wind Waker sur Wii U, dont je n'ai pas encore la console. C'est donc avec une excitation démesurée que je me s'y attelé à A Link Between Worlds sur 3DS, pour assouvir ma soif de Zeldattitude.

 

alt

Le logo pète la classe

 

Malgré la map reprise de l'opus SNES, je l'ai dévoré et lui ai trouvé un charme particulier, grâce notamment au système de peinture murale hyper bien pensé tout au long de l'aventure. J'ai envie d'utiliser cette feature dans tous les autres Zelda maintenant ! Il est un peu trop court, mais on commence à avoir l'habitude avec les Zelda portables.

Pour en revenir à Skyward Sword, que je me suis enfin procuré, je suis en train de le déguster comme il se doit. J'ai l'impression de jouer à un Twilight Princess optimisé et chaleureux. Ce Zelda propose un contexte bien différent de tout ce qu'on a déjà connu. Link et Zelda ont grandi ensemble sur l'île volante de Célesbourg, on remarque très rapidement que Nintendo a tenu à développer leur relation. Je les trouve plus attachants qu'à l'accoutumée, ça fait plaisir de voir une Zelda effrontée et affirmée, non distante et mystérieuse.

 

alt

Célesbourg, un havre de paix (sauf la nuit xD)

 

Par contre, le début du jeu est relativement mou, le temps que le joueur découvre l'île et s'initie à la principale nouveauté du jeu : les contrôles au Wii Motion Plus. J'ai tout lu à propos de cette maniabilité que certains décrivent comme imprécise, immersive ou les deux à la fois. Je dois admettre que l'épée ne reproduit pas toujours les gestes exécutés, mais cela arrive surtout pendant les combats où l'on doit enchaîner des coups à toute vitesse. Lorsqu'on dirige l'épée lentement, la détection est parfaitement gérée. Le seul moment où j'ai sué, pour l'instant, c'était contre le boss du 1er donjon (une vraie plaie) et contre les Dinalfos du 2ème. Et Nintendo a également pensé à implémenter le motion gaming avec la plupart des objets secondaires. J'aime particulièrement le Scarabée permettant de visiter les lieux à notre guise et à récupérer des items inaccessibles.

 

alt

L'amitié (et même plus) entre Zelda et Link fait plaisir à voir

 

Je ne vais pas répéter ce que je dis déjà dans la vidéo ci-dessous, sinon je risque d'écrire un article interminable. J'en suis actuellement au 3ème donjon, et le jeu m'a donné une impression très positive. Le 1er environnement m'a semblé banal et sans grand intérêt, voire chiant à faire. Heureusement, ça s'améliore nettement dès le donjon atteint. J'espère être surpris pour ce qui suivra, la 3ème zone s'impose clairement comme la meilleure à mon stade du jeu. Ce Zelda offre une expérience de jeu complète, immersive et compte plein de petits détails (comme la jauge d'endurance, les objets à choisir sans passer par le menu, les insectes virevoltant dans les zones...) qui dynamisent l'aventure. Mon avis changera peut-être à la fin du jeu, mais actuellement, je me sens mieux à déambuler dans Skyward Sword que dans Twilight Princess.

 

alt

Le ciel a l'air paradoxalement peu vaste et surtout très vide

 

Je sais que j'oublie de parler de multiples points, mais j'ai un nouveau donjon à faire :-D Pour terminer sur une remarque, j'espère que le prochain Zelda Wii U cassera un peu la progression Forêt / Montagne / Lac / Désert et proposera un vaste monde cohérent, pas forcément linéaire (pour revenir aux racines) et surtout vivant. Une sorte de fusion entre les mondes cohérents qu'on voit dans les Zelda de salon, et la féérie des opus portables (Link's Awakening en tête). Sur ce, bon jeu à tous !


[Découverte / Détente] The Legend of Zelda... par Halryk

400ème Spéciale Mario Kart Double Dash

Bonjour tout le monde !

Oh, le dernier article remonte au 19 juillet, que ça passe vite :hap:

Bon, je ne vais pas non plus m'éterniser pour vous parler de Mario Kart Double Dash !!, qui ne le connaît pas parmi vous ? 4ème opus de la série sorti en 2003 sur la fabuleuse Gamecube, il proposait une nouveauté de taille (qui devrait d'ailleurs être implémentée en option dans les prochains Mario Kart, ce serait cool de la retrouver) : jouer à deux joueurs sur un même kart, et ainsi pouvoir faire des grand-prix à quatre !

J'avais obtenu ce Mario Kart avec le fameux pack regroupant la console, le jeu et le CD Bonus de Zelda, pour seulement 149€ (l'époque où Nintendo était encore généreux et ne sortait pas de remake à 60€ =p) à Noël 2003, un bien bon souvenir de joueur. J'avais tout débloqué avec ma petite soeur et notre équipe de choc (Koopa Troopa Rouge / Bébé Mario + le Kart de Toad), et pour cette 400ème vidéo, j'ai voulu retenter le Grand Chelem en sa compagnie, comme à la vieille époque.

alt

Toujours à vouloir se faire remarquer, ce Mario !

Globalement, ce Mario Kart est très bon, avec des courses mémorables (Montagne DK, Stade Waluigi et Wario, et surtout LE PARC BABY !!). Pourtant, le multi dans les arènes m'a déçu. On n'a pas retrouvé le même fun que sur Mario Kart 64 et ses 4 arènes magistrales. Du coup, on a passé beaucoup plus de temps sur les courses que dans les batailles. Dommage aussi de ne pas avoir inclus d'anciennes courses, car Mario Kart Super Circuit sorti plus tôt avait proposé ces ajouts (avec même l'intégralité des courses de Super Mario Kart).

En attendant Mario Kart 8, j'espère que vous apprécierez ce petit retour en arrière, malgré le rendu saccadé de la vidéo qui a été tournée mi-juin (et merci le vieux logiciel et le PC portable moisi :rool:).


[400ème Spéciale Petite Sœur] Mario Kart Double... par Halryk

Découverte de Shantae (GBC & eShop 3DS)

 Salut à tous !

Hier est sorti sur l'eShop de la 3DS pour la 1ère fois en France un jeu Game Boy Color intitulé Shantae, développé par Wayforward Technologies (ils s'occupent en ce moment du remake HD de Duck Tales ^^) et édité par Capcom. Il s'agit d'un jeu de plateformes doté d'éléments de RPGs et d'une réalisation impressionnante pour le support. 

alt

Jaquette du jeu en version US

N'ayant débarqué qu'aux Etats-Unis en 2002, un an après la sortie de la Game Boy Advance, je doute que le jeu ait été traduit pour sa sortie sous nos latitudes, mais je tenais à travers cette vidéo à marquer le coup et découvrir une licence peu connue. Un deuxième épisode a été créé par la même équipe pour le DSi Ware en 2011 et un troisième est en préparation pour la 3DS.

alt

Shantae et la sinistre Risky Boots accompagnée de ses pirates

J'ai été agréablement surpris par l'animation, les décors, la variété et la narration ; des points souvent peu exploités sur Game Boy Color. Et puis il faut avouer que l'héroïne a du caractère, un vrai plaisir de la diriger et de la faire danser :-p

alt

Dès le 1er écran, la réalisation est exemplaire

En revanche, je trouve le prix des jeux eShop un peu trop excessif. Si comme moi, vous ne trouvez pas l'intérêt de vous procurer le jeu pour 4.99€, il reste une solution : Gambatte, un émulateur GBC très performant. Je vous conseille ce dernier, car Visualboy Advance émule très mal ce jeu. Après, libre à vous de vous orienter vers l'émulation ou de choisir d'y jouer sur portable.

Sur ce, bonnes vacances à tous les chanceux ! ;-)


[Découverte] Shantae (Game Boy Color & eShop 3DS) par Halryk

Blind-test Spécial Rareware

Bonjour tout le monde !

Ca faisait un moment que je n'avais pas fait d'article, mais je n'ai ni le temps, ni la motivation d'en rédiger en ce moment. J'écris néanmoins celui-ci pour vous proposer un petit blind-test où 18 noms de jeux, 17 titres de musiques et 17 personnages Rareware sont à trouver en ce jour de fête de la musique !

Par contre, je n'accepte que les commentaires sur Dailymotion, inutile de proposer sur le blog. Et surtout, si vous êtes intéressé, il vaut mieux lire les règles dans la description de la vidéo, sinon vous risquez de ne pas avoir vos points ^^

Sur ce, bon week-end à tous, en espérant que l'été nous réserve un meilleur temps que ce printemps pourri =D


[Blind-Test] Spécial Rareware par Halryk

Paper Mario, un monde qui déchire

Salut tout le monde !

Cela fait presque un mois que je n'avais pas écrit d'articles, par manque de temps et de motivation principalement. Je reviens aujourd'hui sur le blog pour vous présenter un jeu sorti sur N64 (pour changer =p), l'un des rares RPGs de la console : Paper Mario, sorti le 5 octobre 2001 dans nos vertes contrées et l'année précédente au Japon.

alt

La boîte du jeu en version PAL

Il s'agit du 1er jeu de la série des Paper Mario qui compte aujourd'hui quatre épisodes parus respectivement sur N64, Gamecube, Wii et 3DS, mais il faut savoir qu'il se base avant tout sur Super Mario RPG, excellent jeu de Square pour la fin de vie de la Super Nintendo en 1996. Paper Mario s'appelait au départ Super Mario RPG 2, présenté pour la 1ère fois publiquement au Nintendo Space World 97, mais quelques différends entre Nintendo et Square ont empêché la poursuite du projet. Square est parti développer des RPGs sur Playstation tandis que Nintendo a dû modifier l'orientation du titre en développement.

alt

L'écran-titre en version JAP

On découvre alors un tout nouveau Royaume Champignon tout en papier, avec toute une panoplie de créatures inhérentes à la série principale Super Mario : les Goomba, les Koopa, les Boos, les Toads... Le jeu se fait appeler Mario Story au Japon, et conserve des éléments classiques de RPGs inaugurés dans l'opus SNES. Mais on remarque tout de suite que tout a été simplifié pour convenir aux jeunes joueurs ou initier les débutants au domaine du RPG. Le système de combat perd la dimension 3D isométrique de Super Mario RPG et adopte un style 2D théatral des plus simples et lisibles. Le nombre de points de vie de Mario ou des ennemis n'excèdera jamais les 100 points, ce qui paraît ridicule comparé aux standards du genre. 

alt

Luigi, seul face aux dangers du monde

Mais le coeur du jeu réside dans les multiples options et quêtes visant à accentuer le dynamisme des affrontements et proposer des situations délirantes. Les personnages sont attachants grâce aux dialogues savoureux (il faut souligner la qualité de la traduction française de l'époque), des alliés nous assisteront tout au long de l'aventure, aussi bien sur le terrain que dans les combats et mention spéciale à la bande-son pour ses thèmes enchanteurs. Je préfère ne pas évoquer l'histoire banale du jeu. On aurait pu croire que Nintendo fasse l'effort de rechercher un scénario passionnant pour un RPG Mario, mais ce n'est pas le cas. Enfin, bon, l'histoire se laisse suivre, c'est déjà ça.

alt

La carte du monde ne manque pas de cachet

Personnellement, je ne connais pas bien ce jeu. Je l'ai découvert à travers des images des magazines de l'époque, sans avoir l'occasion d'y jouer sur ma N64. Aujourd'hui, ayant acquis une Wii (plus de 6 ans après sa sortie o/), je peux enfin me délecter des péripéties de Paper Mario. Je tourne donc ce WT en découverte, comme pour Super Mario RPG, et je tenterai d'approcher les 100% si j'ai la motivation d'obtenir tous les objets du jeu (ce ne sera pas une mince affaire ^^''). En tout cas, ce jeu est disponible sur la console virtuelle de la Wii depuis 2007, donc n'hésitez pas à vous le procurer si vous êtes passés à côté et que vous appréciez l'univers du plombier. L'humour risque bien de vous séduire.

Sur ce, bon jeu à tous !

Sin and Punishment, joyau oublié de la N64

Salut à toutes et à tous,

Après un nouveau changement d'heure rude ("Aaah, lever à 11h le dimanche matin, quel exploit ! ... Ah non, c'est midi en fait. ^^''), et à l'heure où tout le monde a les yeux rivés sur la 3DS et la Wii U, j'aimerais vous présenter un jeu peu mis en avant, sorti en 2000 sur Nintendo 64 au Japon uniquement. Il a fallu attendre 2007 pour le voir débarquer sur la Console Virtuelle de la Wii dans le reste du monde. Il s'agit de Sin and Punishment, un rail shooter au gameplay nerveux développé par la talentueuse équipe de Treasure (Radiant Silvergun, Ikaruga...). Malheureusement, il n'a jamais été traduit, ne serait-ce qu'en anglais, et c'est d'autant plus dommageable que le scénario est poussé pour ce genre de jeu ordinairement cantonné à un pitch des plus bateaux.

alt

Sin and Punishment se déroule en 2007 (dans le futur si on se remet dans le contexte de l'époque) à Tokyo. Le monde est en proie à une famine qui touche la Terre dans son ensemble, causée par la surpopulation de l'humanité. Pour endiguer cette pénurie, les scientifiques ont créé les Ruffians : une nouvelle espèce d'animaux qui serviraient de nourriture. Cependant, les Ruffians ont fini par muter et attaquer la population Japonaise.

alt

Une organisation internationale, qui se fait appeler les Armed Volonteers, vient plus tard à la rescousse de l'armée Japonaise pour repousser les Ruffians. Mais contre toute attente, ces renforts se révèlent traitres. Les Armed Volonteers tuent non seulement les Ruffians, mais aussi les Japonais ! Nos 3 protagonistes principaux entrent alors en scène.

alt

Le joueur dirige Saki, un jeune homme mi-humain, mi-Ruffian. Il sera épaulé au cours de son aventure par Airan, une jeune femme humaine, ainsi qu'Achi, un mystérieux garçon télépathe. Je vous laisse la surprise pour la suite du scénario, mais sachez que plus on avance dans le jeu, plus ça devient du gros n'importe quoi. J'ai découvert Sin and Punishment par hasard l'an dernier, et j'ai tenu aujourd'hui à vous le présenter pour vous donner envie de l'essayer, car il vaut vraiment le coup !

alt

Le jeu est court (1/2h en ligne droite, sans fail), mais très difficile, et vous devrez probablement refaire les niveaux pour anticiper les attaques des ennemis et parvenir jusqu'aux multiples boss sans perdre trop de vies. Et dire qu'on débloque un mode difficile accéléré quand on le termine en normal... Pour ce walkthrough, j'ai capturé le jeu sur émulateur pour profiter d'une version anglaise traduite par une équipe indépendante, sur laquelle je me suis basé pour vous proposer une version française.

alt

Une suite est sortie sur la Wii en 2010 (Sin and Punishment : Successor of the Skies), mais je n'y ai jamais touché. Je le testerai certainement à l'occasion pour le présenter également. J'espère que ces 5 vidéos éprouvantes pour pousseront à le tester ^^

Bon jeu tout le monde ! Et je souhaite bon courage à la nouvelle équipe du site, malgré les quelques vagues qu'il a pu y avoir pendant la transition. A la prochaine <3

Le ridicule tue sur Power Rangers N64

Bonjour tout le monde,

Premier court article pour inaugurer la section WTF (What The Fuck) avec une vidéo châtiment sur Power Rangers Lightspeed Rescue sur Nintendo 64. Le principe était simple : selon mes performances sur le challenge de Super Smash Bros 64, je devais faire une vidéo punition de 20 ou 40 minutes sur un jeu tiré aléatoirement parmi la liste proposée par les spectateurs. Dans le pire des cas, je devais chanter des titres également choisis par le public. Et comme je me suis foiré bien il faut, je me retrouve à devoir faire cette daube pendant 40 minutes et à "chanter" trois morceaux bien gratinés XD

Bref, ça donne n'importe quoi, surtout que la rom du jeu et le plugin nous offrent sur un plateau d'argent des bugs graphiques en tout genre xD J'essaierai de mieux jouer sur le prochain challenge pour éviter une autre risée de ce genre >_<

1 2 3 4