Nintendo Switch

Capcom Fighting Collection

Test Switch

Capcom Fighting Collection

Par Lotario - Le 09/07 à 19:13

Nous commençons à être plus qu’habitués et il n’est pas surprenant de voir arriver une nouvelle compilation des crus de Capcom. Cette fois, la part belle est donnée aux jeux de baston, sachant que Street Fighter a eu auparavant sa propre compilation et qu’une compilation des Megaman Network vient aussi d’être annoncée pour 2023. Disponible depuis le 24 juin 2022, avons-nous été conquis par l’appel de la nostalgie à coup de tatanes ?

Qu’avons-nous au menu ?

Fighting Collection rime forcément avec Versus Fighting. Faisons donc l’état des lieux dans un premier temps des titres proposés par cette fameuse compil. Dans l’ordre, nous avons Vampire : The Night Warriors, Vampire Hunter : Darkstalker’s Revenge, Vampire Savior : The Lord of Vampire, Vampire Hunter 2 : Darkstalker’ Revenge, Vampire Savior 2 : The Lord of Vampire, Cyberbots : Fullmetal Madness, Super Puzzle Fighter II X, Pocket Fighter Fighter, Hyper Street Fighter II : The Anniversary Edition et Red Earth. Il est tout de suite très frappant que la série Darkstalker occupe une très large place au sein de cette compilation. Bien que cette série soit de qualité de part son univers, pour une compilation “multi-thèmes”, peut-être aurions-nous attendu un peu plus de diversité en termes de titres (coucou Marvel Vs Capcom ou Xmen VS Street Fighter, etc).

Attardons-nous un peu sur chaque univers. Darkstalker est une série qui détient un univers très fort et prenant. Misant sur les créatures de l’ombre, vous serez amené à vous battre dans des décors bigrement bien réalisés et ajoutant une touche mystique à l'ambiance. Il n’est donc pas étonnant de retrouver un certain Demetri, vampire de son état, un mort-vivant ou encore une créature aquatique sans oublier la célèbre et pulpeuse Morrigan. C’est d’ailleurs avec plaisir que l’on parcourt les différents épisodes et que l’on se rend compte des évolutions dont ils ont bénéficié tant visuellement qu'au niveau du gameplay ou concernant le nombre de personnages. Cette saga ne reviendra sûrement pas sur le devant de la scène mais il n’est pas impossible de retrouver certains d’entre eux dans un futur crossover type Marvel VS Capcom.

Darkstalker c’est bien, mais après ?

Ensuite, les autres titres sont plutôt des ovnis peu ou pas connus hormis Street Fighter II. Ce dernier est présent ici dans son matériau brut et peut s’avérer vieillissant comparé au reste de la compilation. En effet, il donne parfois l’impression que nos personnages effectuent des sauts lunaires tant ils sont lents. C’est la parfaite transition pour s’attarder sur Super Puzzle Fighter qui n’est autre qu’un Tetris Like en mode Versus. En somme, vous devez faire exploser des gemmes en les assemblant de manière à ce qu'elle soit la plus grande possible. Ensuite, une gemme permet de briser votre assemblage assénant ainsi des dégâts à votre adversaire, dégâts représentés par des chutes de gemmes l'handicapant au passage. Au préalable, il faut choisir un personnage, issu de Street Fighter et Darkstalker en mode Chibi, qui inflige un type de malus avec une composition de gemmes de couleurs à l’autre. Ce titre donna naissance à Pocket Fighter, un spin off, ou cette fois vous incarnez ces personnages Chibi dans un versus fighting (presque) classique. Il présente un gameplay assez simpliste mais offre un fun assuré.

Enfin, il reste deux titres à aborder que quasiment personne ne doit connaître. Dans un premier temps, présentons Cyberbots. Ce jeu de combat axé sur les méchas est assez particulier. Au départ, vous devez sélectionner un pilote puis ensuite choisir la machine que vous souhaitez pour combattre. Petite anecdote tant qu’on y est, c’est l’occasion de découvrir d’où vient Jin, un personnage présent dans Marvel VS Capcom 2, puisque rappelons-le, Cyberbots n'est jamais venu jusque chez nous. L’autre particularité du titre, c’est que les mechas peuvent perdre par exemple un bras, ce qui bien évidemment vous empêchera d’utiliser l’arme liée. Charge à vous d'essayer de le récupérer sur l’aire de combat. C’est un titre relativement intéressant mais qui ne vous tiendra peut-être pas en haleine bien longtemps. Il reste à évoquer Red Earth qui présente lui aussi une particularité bien à lui. Il ne vous propose que quatre personnages à incarner. En revanche, vous affronterez des adversaires semblant être issus de l'heroic fantasy.  Pour essayer de comparer avec un jeu d’arcade dans un autre style, il pourrait faire penser à Megaman Power Battle. Là aussi, c’est intéressant à découvrir, mais il semble manquer de potentiel pour nous maintenir accroché plus que ça.

Des versions arcade en mieux ?

Ce qui faut mettre en lumière, c’est que chaque titre est tiré de sa version arcade. Ainsi, ne vous attendez pas à avoir un vrai mode versus local (le jeu en ligne est aussi de la partie). Cela n’empêche pas de vous affronter entre amis lors de vos soirées mais cela fonctionnera comme c’était le cas sur borne d’arcade, à savoir que le joueur deux intervient en cours de partie et que le gagnant conserve son personnage et ne peut en changer. Rien de dramatique sur le fond, mais il apparaît comme important de le préciser. De plus, au moment de sélectionner votre titre, vous pouvez aussi accéder à des paramètres afin de pouvoir régler la difficulté par exemple, car oui, le titre vous mettra à l’épreuve (heureusement, il n’y a pas de pièce à insérer comme à l’époque ! Donc aucun risque de ruiner votre maigre argent de poche !).

En revanche, une pléthore de fonctionnalités ont aussi été insérées et non pour nous déplaire. Vous pouvez configurer à souhait vos touches (votre serviteur a d’ailleurs choisi sa configuration à l’ancienne type Super Nintendo ! Oui, impossible pour lui de changer ces vieilles habitudes ). Autre point très bienvenu, c’est la liste des commandes accessibles à tout moment afin de faciliter notre apprentissage qui par ailleurs est possible via le mode Training. En outre, si vous cherchez à performer, pourquoi ne pas opter pour la sauvegarde rapide et recharger en cas d’échec. Au regard de la difficulté de certains combats, ce ne sera pas à bouder. Pour terminer sur le contenu, Capcom nous offre un musée fort bien rempli agrémenté de toutes les musiques (celles de Darkstalker sont indémodables) et d’une grande quantité d’illustrations. Puisque nous sommes sur le visuel, il est aussi possible d'appliquer un filtre écran et de personnaliser les bordures. Pour couronner le tout, bien qu’il n’y ait pas de succès sur Switch, Capcom les a intégrés dans un menu spécifique comme à son habitude pour ceux que ça intéresserait.

Retrouvez le barème des notes des tests de Nintendo-Master 

7
Capcom Fighting Collection propose en effet pas mal de titres dont une grand majorité font partie de la licence Darkstalker. Ce n'est en soit pas un mal car il s'agit d'une franchise d'une grande qualité mais on aurait sans doute apprécié un peu plus de diversité. Proposant aussi Red Earth et Cyberbots qui pourront apparaître comme anecdotiques, il donnent malgré tout l'occasion d'élargir sa culture vidéoludique. Gros coup de cœur cependant concernant les deux titres axés sur l'univers Pocket Fighter qui renvoient à de beaux souvenirs mais aussi à un fun inépuisable surtout entre amis.

  • La saga Darkstalker enfin de retour...
  • Des fonctionnalités appréciables (entraînement, sauvegarde rapide...)
  • Le jeu en ligne stable
  • Un musée ultra complet
  • ... Mais peut-être trop présente ici
  • Un mode 2 joueurs en local indépendant aurait été apprécié
  • Un Street Fighter II à la peine comparé au reste des titres