Nintendo Switch

Super Mario 3D World + Bowser's Fury

Test Switch

Super Mario 3D World + Bowser's Fury

Par rifraff - Le 10/02 à 15:00

La sortie d’un nouveau Mario est toujours un évènement quand bien même il s’agit d’un portage. La sortie de Super Mario 3D World sur Nintendo Switch ne déroge pas à la règle et est donc l’un des moments forts de ce mois de février et peut-être même de cette année. Un évènement d’autant plus important que le jeu s’accompagne d’un bonus étonnant qui pourrait bien éclipser le jeu original…

Deux chats d'œuvre pour le prix d'un !

Lorsque l’on achète une console Nintendo, on sait par avance que quel que soit son succès, la console accueillera de grands jeux-maison qui ont fait la réputation de la société et qui justifieront probablement à eux seuls son achat. C’est généralement le cas avec les Super Mario 3D qui sortent à chaque nouvelle génération de consoles Nintendo depuis la N64 : Super Mario 64, Super Mario Sunshine, les deux Super Mario Galaxy ou encore Super Mario Odyssey sont des grands jeux de plateforme 3D originaux mâtinés d’une pincée d’aventure qui ont du style et de l’allure. En outre, ils n’hésitent pas à bouleverser totalement leur gameplay d’un jeu à l’autre en offrant des nouveautés qui les rendent uniques et les placent bien souvent à l’avant-garde de la production vidéoludique.

On peut d’ailleurs le vérifier facilement car à part Super Mario Galaxy 2 tous ces jeux sont désormais disponibles sur Nintendo Switch- ce qui, d’ailleurs, rend la dernière console de Nintendo encore plus incontournable pour tous les fans de la société japonaise. Mais lorsque l’on parle de Mario 3D, il y a aussi un autre jeu dont on a tendance à minimiser la portée et qui est souvent placé dans une catégorie à part.  Il s’agit de Super Mario 3D World et justement le voilà qui débarque sur Nintendo Switch. L’occasion de voir ce que vaut réellement le jeu un peu plus de sept ans après sa sortie initiale sur Wii U.

 Comme déjà dit dans notre preview. Il y a en réalité deux jeux totalement différents, même s’ils sont vendus obligatoirement ensembles (en tout cas pour le moment.) Comme pour notre preview donc, ce test est donc séparé en deux parties distinctes. Si vous voulez tout savoir sur Bowser’s Fury rendez-vous en milieu de page… Ou en fin pour la conclusion !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Test de Super Mario 3D World

Super Mario 3D World :  le retour des Cat’z-amis !

Sorti en 2013, Super Mario 3D World est à l’origine le Super Mario 3D de la Wii U mais comparé aux autres opus, on ne peut pas vraiment le ranger dans la même catégorie. On peut d’ailleurs penser que si la Wii U avait eu du succès, elle aurait eu droit, plus tard à un autre Super Mario 3D- peut-être   Super Mario Odyssey… Il est vrai que le titre s’apparente plus à une version 3D de la série New Super Mario Bros qu’à un réel nouveau Mario 3D.

C’est d‘ailleurs aussi pour cela, qu’à l’époque malgré les grandes qualités du jeu, le titre avait malgré tout déçu tous ceux qui espéraient un titre de la trempe de Super Mario 64 ou de Super Mario Galaxy.

Il est vrai que visuellement, le jeu est de prime abord assez générique- comme les New Super Mario Bros ce qui ne l’empêche pas d’être parfois très beau avec de magnifiques effets de lumière et de transparence. Des fulgurances que l’on retrouve aussi dans cette nouvelle version puisque visuellement (et pas seulement) rien n’a changé.

Un retour aux sources novateur

Super Mario 3D World (SM3DW) est en fait une suite de Super Mario 3D Land sorti en 2011 sur 3DS qui lui aussi est déconsidéré alors que c’est un excellent titre qui fait une utilisation prodigieuse (et intelligente) de l’effet 3D sans lunettes.  Comme 3D Land, SM3DW est un jeu qui, d’une certaine façon, revient à la base de la licence; c’est-à-dire qu'il reprend les principes du premier Super Mario Bros. sorti au milieu des années 80 sur la NES qui était tout entier tourné vers le gameplay  et proposait une succession de niveaux différents à découvrir les uns après les autres dans lesquels il fallait simplement aller d’un point A à un point B- le point B étant le célèbre mât de fin de niveau avec le drapeau à hisser.

Un jeu bien fée

Comme souvent, l’histoire du jeu n’est qu’un prétexte à la mécanique de jeu. Pour autant, elle innove un peu puisque la princesse Peach étant jouable, ce sont d’autres princesses que Bowser vient tourmenter !  Ainsi, Mario, Peach, Luigi, et Toad doivent sauver les libella, des petites fées adorables comme tout, capturées par Bowser dans leur propre royaume ; un royaume assez proche du royaume champignon si ce n’est qu’il renferme des lieux et des ennemis inédits…

Jouable seul ou à plusieurs (jusqu’à quatre) sur le même écran, le jeu est sinon, comme dans les New Super, découpé en plusieurs mondes, eux-mêmes découpés en 6 ou 7 niveaux ; chaque niveau étant différent du précédent et du suivant et introduisant de nouveaux ennemis et des nouveaux mécanismes. La recette est connue mais fonctionne encore ici à merveille tant chaque niveau est rempli de nouveautés et de surprises.

Le jeu commence cependant assez doucement. Au départ, le joueur est d’ailleurs contraint de suivre un chemin plus ou moins imposé puisqu’il faut d’abord terminer un niveau pour pouvoir accéder au suivant sachant que le dernier de chaque monde est la forteresse dans laquelle se trouve un boss qui une fois vaincu permet d’accéder au monde suivant.

Super Mario Bros. 2 - 2

De base, le joueur a le choix entre quatre personnages échappés de Super Mario Bros. 2 dont ils ont gardé les spécificités et la maniabilité : Mario est équilibré, Peach plane quelques secondes, Luigi saute plus haut et Toad va plus vite. C’est un peu accessoire et, en réalité, on peut généralement garder le personnage que l’on aime durant tout le jeu même si parfois dans les niveaux il y a des passages et des interrupteurs dédiés à un perso précis.

Comme toujours, avec les jeux Mario, chaque niveau est un petit modèle de game et de level design que l’on appréhende différemment en fonction du personnage que l’on dirige, des items en sa possession ou encore du fait que l’on joue seul ou à plusieurs. Evidemment, le jeu fait la part belle à une poignée de nouveaux items dont deux particulièrement réussis : la clochette qui donne le costume chat et permet de donner des coups de patte et, surtout, de grimper un peu partout ainsi que l’item de la double cerise qui dédouble Mario sachant que l’on peut en manger plusieurs et se retrouver à diriger jusqu’à cinq clones en même temps ! Une véritable folie surtout à quatre joueurs puisqu’il peut y avoir près de 20 personnages à la fois sur l’écran ! 

Des étoiles plein les jeux

Si le but de chaque niveau est simplement d’arriver au mât de fin, il y a toujours trois étoiles vertes à ramasser en chemin ainsi qu’un tampon. Pour mémoire, les étoiles vertes sont des étoiles qui une fois ramassées ne mettent pas un terme au niveau comme les grandes étoiles jaunes de Mario 64 ou de Mario Galaxy.  C’est en quelque sorte le pendant des médailles d’or des New Super Mario. Le joueur doit en ramasser un certain nombre pour progresser (ouvrir la porte des forteresses par exemple) mais une bonne partie n’est pas obligatoire, en tout cas pour terminer le jeu dans sa ligne droite. Ce n’est qu’une fois arrivé à la fin une première fois que la quête de ces médailles devient le nouveau but du joueur et que le jeu révèle tout son challenge. 

Version Switch vs version Wii U

Sur Wii U, le jeu avait été conçu pour ne faire qu’un avec la console et ses deux écrans. Cependant contrairement à Nintendo Land ou à d’autres, il ne mettait pas en avant le gameplay asymétrique ni même le jeu à 5 comme dans la version Wii U de New Super Mario Bros. U. C’était beaucoup plus subtil. Il fallait, de temps à autre cliquer sur l’écran tactile du GamePad (avec lequel on jouait en permanence) pour enclencher une plateforme et même souffler dans le micro pour actionner différents mécanismes.

Des subtilités que l’on retrouve dans ce portage de Super Mario 3D World sur Nintendo Switch car, le jeu n’a absolument pas changé. D’ailleurs, si vous espériez de nouveaux niveaux, de nouveaux personnages ou encore de nouveaux mécanismes de jeu, vous serez déçu car c’est EXACTEMENT le même jeu d’une console à l’autre.

Alors, attention, peut-être que des DLC futurs ajouteront des nouveautés comme Nintendo l’a fait avec son portage de Captain Toad : Treasure Tracker qui  a eu droit bien après sa sortie sur Switch à une mise à jour ajoutant un mode deux joueurs et même une poignée de nouveaux niveaux, mais pour le moment c’est le même titre.

Il est vrai que généralement les jeux Nintendo ont été parfaitement pensés au point que le moindre changement à tendance à les déséquilibrer. Par exemple le jeu à deux dans Captain Toad : Treasure Tracker sur Nintendo Switch est sympa sauf que les niveaux n’ont pas été pensés à la base pour cela et que lorsque l’on joue à deux, c’est souvent plus une gêne qu’un atout. On ressent d’ailleurs bien la différence avec les niveaux du jeu qui ont été spécialement conçus pour deux et qui du coup propose des mécanismes adaptés.

Quelques modifications pas toujours heureuses...

Pour autant, la version Switch du jeu introduit bien quelques subtilités notamment en permettant d’activer un curseur pour remplacer le mode tactile en mode télé et actionner les mécanismes des niveaux dédiés (sachant qu’à tout moment- même dans les niveaux classiques on peut l’activer, et balayer le curseur pour révéler un mécanisme ou un item caché) Grâce à ce curseur les niveaux tactiles n’ont pas été modifiés. Lorsque l’on joue en mode portable, le mode tactile est toujours actif, quel que soit le niveau ce qui est bien pratique pour récupérer des pièces lointaines ou bloquer un ennemi ou une plateforme. Les seuls changements qui sont notables concernent les rares moments où il était obligatoire de souffler sur le micro notamment pour déplacer des plateformes ou souffler sur des ennemis un peu trop collants. Dans ces niveaux-là, les plateformes à déplacer ont été changées en plateformes à déplacements automatiques. Globalement, il n'y a rien à redire et les niveaux tactiles se jouent en mode télé parfaitement.

Par contre, il y a aussi un autre changement signalé par Nintendo soit disant pour "dynamiser" les parties : la vitesse des personnages a été augmentée. Malheureusement, à notre avis, c'est plus agaçant qu'autre chose. A cause de cela, il y a des tas de défis (basés sur le temps) qui deviennent trop faciles et ne sont donc plus adaptés. De plus,  il n’est pas rare de chuter dans le vide ou de foncer dans un ennemi à cause de cette vitesse excessive. Alors certes, c'est une donnée à intégrer dans sa façon de jouer pour éviter ça mais ça reste assez incompréhensible comme changement. Les développeurs ont aussi permis à Mario Chat de grimper un peu plus haut qu’initialement. Pourquoi ? Probablement pour être raccord avec le Mario chat de Bowser’s Fury qui pour le coup grimpe réellement partout façon Link dans BOTW. Quoiqu’il en soit dans 3D World, cela facilite, encore une fois, grandement l’avancée dans certains niveaux.  Autre passage  dans la maniabilité a été modifiée : ceux avec Plessie qui se dirige désormais de façon plus classique car on ne ressent plus le côté "bouée gonflable" du personnage qui souvent nous jouait des tours (avec une inertie spéciale qui donnait du peps aux séquences surtout à 4 !)

Si on ne retrouve plus les conseils des Mii des autres joueurs sur la carte et qu’il n’est plus possible de poster des messages en utilisant les tampons récoltés, Nintendo a ajouté au titre un mode photo très sympa qui permet de bien apprécier le travail des développeurs sur ce titre en l’agrémentant des tampons (désormais en couleur) ramassés et en utilisant différents filtres façon Mario Odyssey. Les amiibo Mario peuvent aussi être utilisés pour récupérer un item. Rien d‘exceptionnel si ce n'est que cela facilite encore le jeu (qui n'en avait pourtant pas besoin) mais il faut bien justifier la sortie des deux nouveaux amiibo : Mario Chat et Peach Chat.

Mais à notre sens, le plus grand changement que nous avons découvert en jouant, concerne les étoiles que l’on ramasse dans les niveaux. Sur Wii U, si vous attrapiez trois étoiles mais que par une mauvaise manipulation ou autre, vous chutiez dans le vide avant d’arriver à un point de contrôle (généralement au milieu du niveau) ou au drapeau de fin, il fallait forcement recommencer les passages pour les récupérer toutes les trois, idem pour le sceau / tampon caché dans chaque niveau.

Sur Nintendo Switch, désormais, si vous réussissez à avoir une étoile dans un niveau, vous la gardez même si vous tombez dans le vide deux secondes après- à condition qu’il vous reste des vies en réserve. Un petit changement qui mine de rien facilite grandement le jeu surtout si vous visez le 100%. C’est forcément dommageable surtout que le jeu est, à la base, globalement très facile notamment avec certains boss (ridicules) et les niveaux des quatre premiers mondes- ce n’est qu’après que des niveaux un peu plus difficiles ne font leur apparition.  

Dans chaque monde, il y a aussi des niveaux facultatifs que l’on n’est pas obligé de déverrouiller ou d’arpenter pour arriver à la forteresse et qui donnent souvent un peu plus de fil à retordre. De toute façon, il faut se souvenir de cette règle des jeux Nintendo : ce n’est qu’une fois le jeu terminé une première fois que le challenge commence vraiment. Ce n’est qu’une fois le générique de fin passé une première fois que le jeu montre ce qu’il a dans le ventre. Généralement, c’est à partir de là que l’on essaye de récupérer les étoiles et les tampons que l’on a pas encore collecté sans même parler du game+ et des autres niveaux qui se débloquent ensuite… Et qui dans le cas de ce 3D World sont loin d’être anecdotiques…

Super Mario 3D World est un jeu qui se savoure sur la durée. C’est l’addition de tous les niveaux et de toutes les trouvailles qui le rendent génial. Plus le jeu avance, plus il révèle ses secrets et ses surprises. Même les derniers niveaux (après la fin du jeu...) recèlent encore des surprises et de nouveaux mécanismes de jeu ! Il y a tellement d'idées géniales que certains joueurs avaient, à l'époque de la sortie du jeu sur Wii U, exprimé leurs frustrations que certaines ne soient pas plus développées et n'apparaissent que le temps d'un niveau. Pourtant, c'est bien là que réside la magie du jeu. Dans le plaisir que l'on a à découvrir un nouveau niveau étonnant et très différent du précédent et du suivant. Un plaisir d’autant plus grand que la prise en main est impeccable- si on excepte la nouvelle vitesse des personnages mais aussi les problèmes d’appréhension de la 3D dans certains niveaux qui nous font parfois chuter dans le vide (et qui font regretter la 3D sans lunettes du jeu 3DS.)

Si Super Mario 3D World peut se jouer seul sans que l’on ait l’impression de passer à côté de l’essentiel du soft, il est vrai qu’à plusieurs, le jeu prend une autre ampleur. A quatre, c’est véritablement le délire surtout dans une même pièce On est censé avancer ensemble mais très souvent on n’hésite pas à se faire des crasses juste pour le plaisir de remporter la couronne du meilleur joueur. Certains niveaux deviennent carrément diaboliques à plusieurs même si on regrette que souvent les moins bons joueurs pénalisent les meilleurs. . Sur Switch le jeu permet désormais de jouer à quatre en ligne avec ses amis ou les joueurs enregistrés dans sa console. Un bon point même si pour bien l’apprécier, une application de chat vocal est indispensable. De plus, il faut avoir beaucoup d'amis ou de connaissances enregistrés...  Sans compter qu'au moment du lancement du jeu, il y avait quelques petits soucis techniques : des bugs et du lag... Bref, le mode est indispensable mais il y a encore  du travail pour qu'il devienne indispensable.

Pour résumé, Super Mario 3D World est une valeur sûre. C’était déjà un jeu génial sur Wii U, il l’est toujours sur Nintendo Switch. Et pour cause c’est le même titre sans aucun changement notable et les petits changements apportés ne le rendent pas meilleurs- au contraire même, ce qui est un comble ! Mais pas de quoi gâcher la fête, non plus.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Test de Bowser's Fury

 

Super Mario 3D World : Bowser’s Fury : Chat-mé- Hamé Ha !

Plutôt que d’offrir une version augmentée de Super Mario 3D World, Nintendo a fait un choix curieux en créant un jeu totalement différent utilisant ses principales ressources (effets, ennemis, éléments du décor, etc.) Le résultat est très étonnant et offre aux joueurs le premier Mario 3D en monde ouvert. Présenté comme une "aventure bonus"  Bowser's Fury est une aventure indépendante et très différente de 3D World. Le jeu est accessible dès le départ via l’écran de démarrage et n'a réellement aucun lien avec le titre de la Wii U.

Tout commence lorsque Mario débarque sur l’île Saudechat, un archipel ou les chats sont les rois. On les retrouve en effet un peu partout dans tous les coins et tous les ennemis du jeu semble avoir avalé l’item de la clochette leur donnant deux oreilles et une queue de chat. Par ailleurs les arbres et les buissons ont deux cimes comme s’ils avaient des oreilles de chat !  Sur les différentes îles de la carte, on trouve même parfois des vieux bâtiments en ruines qui déclinent, là encore, la forme des félins et sur lesquels il y a parfois des hiéroglyphes avec des chats comme pour mieux donner corps à l'univers du jeu en l'inscrivant dans un passé historique. Pour une raison inconnue, Bowser est devenu (encore plus) monstrueux  et gigantesque que d'habitude à cause d'une substance noire bizarre et gluante qui le fait régulièrement entrer dans une furie dévastatrice et terrifiante à la façon d'un Godzilla  fou furieux ! C'est tellement inquiétant et monstrueux que Bowser Jr ne voit pas d'autre solution que de demander de l'aide à Mario pour sauver son papounet ! Un postulat de départ original (sans princesse à délivrer) dont on regrette juste l'économie avec laquelle il est posé. Pas de cinématique mais des petites séquences de dialogues brefs qui semble accréditer le fait que le jeu n'avait pas forcément un budget de folie pour créer de nouvelles ressources. Mais c'est vraiment le seul élément qui fait "cheap." On regrette aussi qu'à l'arrivée, on en saura pas vraiment plus...

Durant toute l'aventure, Mario et Bowser Jr  doivent donc faire équipe et ils avancent ensemble à la manière d'un duo inséparable. En solo, le joueur dirige Mario et la console s'occupe de Bowser Jr qui fonctionne alors comme une aide qui peut intervenir automatiquement un peu, beaucoup ou pas du tout selon notre choix (modifiable à tout moment). C'est très agréable et vraiment utile lors de certains passages. Il est possible aussi d'appuyer sur R (ou en mode portable en cliquant directement sur l'écran) pour indiquer à Bowser des items à ramasser ou des ennemis à dégommer. Bowser's Fury peut sinon se jouer à deux joueurs. Dans ce cas-là, le joueur 2 dirige Bowser Jr . Evidemment, il faut s'attendre à un gameplay "dégradé" ou dans tous les cas différent puisque Bowser jr évolue dans sa Junior-mobile sur le même écran que Mario. Il vole et n'a donc aucun des mouvements de Mario et ne peut utiliser aucun item. Il peut cependant toujours récupérer les pièces, bloquer une plateforme, éliminer des ennemis et aussi dévoiler des bonus cachés. C'est donc plus une aide au joueur principal qui reste le leader de la partie contrairement au jeu multi de Super Mario 3D World ou tous les joueurs peuvent faire la même chose. De plus Bowser Jr est un peu capricieux et difficile à manier pour le joueur 2... Et si son utilisation peut être pertinente lors de certains passages, elle est totalement inutile (et donc frustrante) dans d'autres surtout dans les niveaux qui demandent d'aller vite. Bowser jr peut même devenir une gène lors des combats contre Bowser à cause de la caméra qui part alors dans tous les sens...  Il vaut alors mieux déconnecter le joueur 2 dans ces moments-là. Pour autant, cela reste une option bienvenue et un mode deux joueurs bien mieux pensé que celui de Super Mario Odyssey, qui est horriblement frustrant aussi bien pour le joueur 2 que pour le joueur un (puisqu'il sépare Mario de sa casquette...) 

Mario : Breath of The Wild

Bowser’s Fury est la première aventure de Mario en monde ouvert et de ce point de vue-là, le titre est vraiment impressionnant- surtout que le jeu est visuellement magnifique !  Il n’y a aucune coupure entre le hub central et les niveaux proprement dits. C'est du jamais vu dans un jeu Mario 3D qui d'une certaine façon s'inspire, lui aussi, des recettes de Zelda : Breath of The Wild en ouvrant l'espace et en laissant une grande liberté au joueur- toutes proportions gardées. D'ailleurs, comme Link dans le dernier Zelda, Mario peut à son tour grimper quasiment partout. La seule différence, c'est que que contrairement à Link, Mario doit posséder le costume chat (grâce à l'item cloche) pour pouvoir grimper. Une contrainte qui n'en est cependant plus vraiment une. En effet, les développeurs ont ajouté une nouveauté au gameplay qui change pas mal de chose dans la manière d'appréhender les niveaux. Dans Super Mario 3D World, Mario doit faire des choix dans les items qu'on lui propose. Il peut en utiliser un et en garder un autre sous le coude. Et si dans un niveau, il y a trois items différents, il est obligé d'en laisser un. Dans Bowser's Fury, Mario garde tous les items qu'il rencontre de façon à pouvoir les utiliser quant il le souhaite et d'en changer à la volée en fonction des situations. Une nouveauté qui permet vraiment d'appréhender les niveaux à sa convenance en utilisant et en changeant d'item très facilement puisque très rapidement on se retrouve avec  un nombre conséquent d'items différents en réserve. Ainsi, en fonction des situations on s'adapte. S'il faut grimper une paroi, on prend la clochette puis si on arrive face à un ennemi à dégommer, on prend la fleur de feu et si ensuite, on doit passer une phase de plateforme délicate, on change de costume pour prendre celui de Tanuki, etc. 

Un vrai monde ouvert

Bowser's Fury permet d'évoluer dans un monde ouvert constitué de plusieurs petites îles dont chacune cache une ou plusieurs phases de plateformes avec différents objectifs à remplir. Il y a beaucoup de phases différentes avec des séquences plus ou moins simples alliant réflexes et réflexion. La carte du jeu qui est, plutôt petite, est au départ recouverte de matière noire mais elle se découvre assez vite laissant une grande liberté dans le choix des objectifs. Mario peut réellement se balader partout. Il n'entre jamais dans un niveau car les niveaux sont en "plein air". Il peut donc au milieu d'une phase de plateforme sauter dans le vide, atterrir dans l'océan et nager jusqu'à une autre île ou l'attend un autre défi. A chaque fois, Mario et Bowser jr doivent faire vite car si  le soleil brille la plupart du temps, régulièrement le temps s'assombrit et Bowser qui était endormi au centre de l'archipel se réveille, entrant dans une furie qui donne son titre au jeu.

Mario vs King Bowser

Dans ces moments-là, il faut soit se cacher soit essayer de survivre jusqu'à ce que ça passe ou que Mario trouve un Astre félin pour éblouir le monstre et le renvoyer faire un petit somme dans sa glue noire.  Les Astres Félins sont des sortes de soleil à tête de chat (logique) et sont en quelque sorte les pendants des étoiles vertes de 3D World (ou des Lunes de Mario Odyssey mais tout de même en un peu moins généreux.) On en obtient comme récompense notamment en battant un boss, en terminant une phase de plateforme ou encore en réussissant différents défis. Les Astres félins sont importants car plus on en a, plus Bowser est affaibli. De plus, la puissance des Astres alimente les phares que l'on trouve sur chaque île (comme les tours de BOTW...)  et qui au début du jeu sont englués de matière noire eux aussi. Chaque phare demande un nombre précis d'Astres Félins pour s'illuminer, supprimer la matière noire et surtout éblouir Bowser en furie !

Une réalisation chat-oyante 

L'univers de Bowser's Fury a été soigné de façon à lui donner une cohérence mais aussi un côté vivant et contemplatif inédit. Et s 'il n'y a pas d'alternance du jour et de la nuit, avec les apparitions de Bowser en furie c'est tout comme. En effet, alors qu'il fait toujours beau et ensoleillé sur le Lac Saudechat, parfois le temps se gâte. La manette commence à vibrer... Les nuages obscurcissent le ciel, le vent se lève et il se met à pleuvoir... A ce moment là, cela ne peut vouloir dire qu'une chose : Bowser en furie arrive ! Les ténèbres englobent alors tout. Le ciel se charge d'éclairs et des boules de feu s'abattent sur terre tandis qu'un Bowser géant et déchaîné surgit des profondeurs en crachant un rayon de feu. Ce sont des moments réellement incroyables et trippants. C'est vrai que parfois, on peut être agacé par l'apparition du monstre qui vient contrarier une progression. Mais contrairement à ce que certains ont pu dire, Nintendo n'a pas simplement créé ce mécanisme de jeu pour allonger artificiellement la durée de vie du jeu car cela apporte réellement du dynamisme mais aussi des scènes fortes  avec de nouvelles opportunités.

Lorsque Bowser surgit, peu importe ou Mario se trouve et ce qu'il est en train de faire, l'environnement  se transforme. De nouvelles plateformes apparaissent et les ennemis changent d'apparence et de comportement. C'est presqu'une deuxième aire de jeu qui se dévoile avec ces propres règles et ses passages spéciaux. Certains Astres Félins ne peuvent d'ailleurs être trouvés qu'à ce moment là et la furie de Bowser est indispensable pour ouvrir des passages ou terminer des défis.. 

Un opus expérimental prometteur

Le but du jeu est donc de s'amuser à farfouiller partout en tentant de trouver un maximum d'Astres Félins (en suivant les défis indiqués sur la carte.)  Et si, comme toujours, les joueurs ne sont pas forcés de dénicher tous les astres félins pour terminer le jeu, une bonne partie est nécessaire pour pouvoir allumer tous les phares de chaque monde. Ce n'est qu'une fois les phares allumés que Mario pourra combattre à armes égales

Finalement Bowser est un bonus qui se révèle conséquent avec près de 100 astres à dénicher (en tout) et de très nombreuses surprises à découvrir. Ses mécanismes novateurs en font le premier jeu Mario 3D en monde ouvert. Un bac à sable (et pas à litière) incroyable qui vous fera passer entre quatre et six heures pour les acharnés et beaucoup plus pour les joueurs plus timorés sachant que certains défis sont assez relevés (mais rien d'impossible.) Dommage qu'une fois (vraiment) terminé, il n'y ait plus rien à faire dans le jeu.

On attend la suite !

A l'arrivée, même si on en voudrait plus, on sort malgré tout de ce Bowser's Fury satisfait et repu.  Cependant on se demande pourquoi Nintendo a couplé les deux jeux ? On peut d'ailleurs penser que tôt ou tard Super Mario 3D : Bowser's Fury sera vendu seul car rien ne l'oblige à rester accrocher à 3D World. On peut aussi imaginer des DLC (comme pour 3D World...) Donc, wait and see.

 

 

8
Super Mario 3D World + Bowser's Fury est un jeu à ne pas manquer sur Nintendo Switch. Ou plutôt deux jeux à ne pas manquer ! Bien qu'il n'y ait aucune nouveauté par rapport à la Wii U, Super Mario 3D World reste un must-have et la quintessence de l'école Nintendo dans toute sa splendeur. Jouable seul ou à plusieurs, en local ou en ligne, le jeu promet des heures et des heures de fun et d'émerveillement. Quant à Bowser's Fury, le jeu se révèle être un bonus bien plus conséquent et audacieux que ce que l'on aurait pu penser de prime abord- même si cela reste malgré tout un bonus. Il s'agit tout simplement du premier Super Mario 3D en monde ouvert et c'est une réussite totale tant dans la forme que dans le fond qui laisse espérer prochainement un vrai Mario : Breath of The Wild ! On se demande juste pourquoi Nintendo a tenu absolument à les vendre ensemble prenant le risque d'amoindrir l'impact de l'un et de l'autre.

  • 2 jeux en un
  • Du fun seul ou à plusieurs
  • Bowser's Fury bien plus qu'un bonus
  • Le système de la barre d'items
  • Le tactile bien intégré aux deux jeux
  • Le jeu en ligne sympa...
  • Mario Super Chat-Yan !
  • Vitesse des personnages déstabilisante
  • Mauvaise appréciation des distances
  • 3D World quasi sans aucun changement
  • Encore plus facile qu'avant
  • Bowser Jr pas toujours évident à manier pour le joueur 2
  • Jeu en ligne sympa... Malgré des restrictions et des soucis
  • Pourquoi coupler les deux jeux ?