Nintendo Switch

Super Mario 3D All-Stars

Test Switch

Super Mario 3D All-Stars

Par rifraff - Le 16/09 à 10:33

Il y a près de 35 ans, le premier Super Mario Bros. sortait sur NES et révolutionnait les jeux de plateforme 2D. Construit comme une partition musicale que chaque joueur peut interpréter à sa manière qu’elle soit académique, tâtonnante, inspirée ou carrément virtuose, le jeu est aujourd’hui encore un modèle et une source d’inspiration pour les développeurs du monde entier. Suivi par quatre épisodes très différents mais gardant les bases et le fameux « Seal of Quality » si cher à Nintendo, Super Mario connaîtra peu avant les années 2000 une mutation extraordinaire en passant de la 2D à la 3D faisant entrer les jeux de plateforme dans une nouvelle ère. Et c’est justement cette histoire que nous raconte Super Mario 3D All-Stars pour les 35 ans de Mario.

L’Ave Mario

Dévoilé finalement il y a quelques jours, après des mois de tergiversations dues, probablement, à la crise mondiale du coronavirus, la compilation Super Mario 3D All-Stars a dans un premier temps été très mal accueilli par les fans du monde entier, beaucoup reprochant à Nintendo d’avoir fait le strict minimum en compilant simplement les trois épisodes sans prendre la peine de les retravailler un tant soit peu. Mais qu’en est-il exactement ?

Super Mario 3D All-Stars réunit les trois premiers Mario 3D : Super Mario 64, Super Mario Sunshine et Super Mario Galaxy, trois titres incontournables qui ont contribué à construire la légende de Nintendo et à faire de Super Mario, une star. Autant dire que dans le fond, il n'y a rien à dire, les jeux sont des chef d’œuvres indémodables; des titres forts, bien souvent précurseurs et uniques en leurs genres qui depuis d’ailleurs n'ont eu aucun équivalent. On est d 'ailleurs assez stupéfait de se rendre compte à quel point, finalement, les trois jeux sont très différents les uns des autres, démontrant que contrairement à ce qui est dit parfois, Nintendo ne s’endort pas sur ses lauriers et n'hésite pas à revoir sa copie à chaque nouvel opus même avec un personnage aussi emblématique que Mario.

Par contre, c'est évidemment du côté des graphismes mais aussi du gameplay qu'il y a des chose à dire et à redire. En effet, comme souvent avec les portages / remasters de Nintendo, la société japonaise est très, voire trop, précautionneuse et préfère ne rien changer au jeu d 'origine de peur de dénaturer l’expérience originale. Il est vrai que logiquement chaque "grand" jeu Nintendo et plus encore chaque nouveau jeu Mario est quasiment parfait lorsqu'il sort et chaque détail a été pensé mais aussi vérifié méticuleusement. Ce n'est pas pour rien si plusieurs années plus tard, les jeux restent aussi solides aussi bien dans leurs visuels que dans leur gameplay- si on laisse de côté les problèmes liés à leur résolution d'origine... Cependant, évidemment, aucun jeu n'est toujours parfait et en pratique, il y a toujours des petits défauts qui se dévoilent, des bugs inattendus mais aussi des passages qui mériteraient tout simplement d'être retravaillés. Seulement pour Nintendo, tous ces défauts font partie de l'œuvre originale et à moins de très gros bugs qui ruineraient l'expérience de jeu, la société préfère ne pas y toucher. Un parti pris qui se défend sûrement mais qui forcément décevra ceux qui s'attendaient à des remakes faits avec les moyens d'aujourd'hui.

Donc autant être prévenu : visuellement : les trois jeux sont identiques à leurs versions d'origine si ce n'est qu'ils sont désormais en Haute Définition et que Super Mario Sunshine est en 16/9eme (mais pas Super Mario 64...) Nintendo a semble-t-il refait certaines textures et les textes qui s'affichent à l'écran pour éviter la pixellisation. Ils ont aussi modifié (plus ou moins en fonction des jeux) les boutons qui s'affichent à l'écran qui forcément ne sont plus les mêmes mais ils ont simplement adapté et dépoussiéré le matériel source sans jamais le remplacer ce qui fait que visuellement, il n'y a pas de gros changements. Les trois jeux sont très propres et, on peut le dire aussi, très beaux chacun dans leur style- même Super Mario 64 dont le style est entre temps devenu un genre. Certains regretteront sans doute que Nintendo n'en ait pas profité pour refaire entièrement les jeux (avec le moteur de Super Mario Odyssey par exemple) mais l'approche aurait été tout autre. Donc pas de nouvelles options comme un système d'aide ni même de nouvelles façons de sauvegarder (comme avec les jeux Nes et Super Nintendo) les jeux restent identiques à ce qu'ils étaient à l'époque de leurs sorties.  Nintendo considèrant ses jeux comme des œuvres à par entière, un peu comme des vieux films en noir et blanc (ou autre) que l'on pourrait restaurer en prenant garde de ne rien rajouter pour ne pas dénaturer l'œuvre.

Cependant, si vous espériez du contenu supplémentaire comme avec Super Mario 64 DS, vous serez fatalement déçu (même si à l'arrivée Mario 64 DS avait des défauts- faut-il le rappeler et qu'il ne s'est d'ailleurs pas imposé comme la version de référence) surtout qu'il n'y a pas de surprises, pas de galerie ou même des mini jeux. C'est d'ailleurs peut-être ce qui est le plus décevant puisqu'il n'y a pas grand chose pour nous rappeler que c'est le 35eme anniversaire de Mario. Heureusement, il y a les trois bandes originales qui sont disponibles et qui font office de super bonus.

Notez aussi, tant qu'on y est, que les menus n'ont subi que peu de changement dans les jeux (soit ils sont modifiés un peu mais il n'y a rien de rajouté) et que pour avoir accès aux commandes et aux actions des nouvelles versions il faut appuyer sur la touche "moins" qui permet d'ouvrir un  menu spécial donnant notamment la possibilité de revenir à l'écran de sélection des titres. Bizarrement, d'ailleurs, les commandes ne sont expliquées que sur les Joy-Con mais pas sur la manette Switch Pro...

Avec Super Mario 3D All-Stars, Nintendo donne l'occasion aux joueurs (et notamment aux jeunes joueurs) de découvrir les jeux d'origine comme à l'époque de leur sortie- ou presque ! Car, évidemment, entre temps si la technique a évolué, les manettes aussi ont changé au fil des consoles. Un détail qui a son importance car Nintendo a tendance a créer les manettes de ses consoles autour des premiers "grands" jeux qui y sortent (plutôt que de faire l'inverse.) Ainsi la manette N64 a été pensée pour coller au gameplay de Super Mario 64 (et de Zelda) et celle de la GameCube comme une extension de Super Mario Sunshine (et de Luigi's Mansion) Quant à Mario Galaxy si les manettes n'ont pas été conçues spécialement pour le jeu, le titre avait  comme mission de démontrer la pertinence, voire même la supériorité du couple Wiimote-Nunchuck dans un jeu en 3D. Autant dire que la manette chez Nintendo, ce n'est pas simplement un accessoire mais un élément primordial du gameplay et quasiment une religion ! Et donc, à l'arrivée, c'est sûrement le point qui fera le plus débat même si, en fonction des jeux, Nintendo s'en est plus ou moins bien tiré et que globalement, soyons honnête, les trois jeux sont parfaitement jouables sur Nintendo Switch

Mais voyons voir rapidement les trois jeux dans le détail avec en prime nos premières vidéos de gameplay :

Super Mario 64

Sorti en 1997 sur N64, Super Mario 64 est le premier titre Mario à basculer en 3D et c'est incontestablement un chef d'oeuvre qui a marqué des générations de joueurs mais aussi l'industrie des jeux vidéo puisque son modèle s'est depuis imposé comme une norme qui est encore usitée aujourd'hui. En pratique, le joueur évolue dans un hub central, le château de Peach, dans lequel il y a différentes pièces avec des tableaux magiques menant à différents mondes. Chaque monde est un niveau construit comme un petit monde ouvert, renfermant diverses missions qu'il faut réaliser les unes après les autres afin de récolter des étoiles permettant d'accéder à de nouvelles pièces et donc à de nouveaux mondes.

Des trois jeux, c'est le plus vieux et forcément dans les graphismes cela se ressent puisque les décors et les personnages sont très anguleux comme taillés à la serpe. Cependant, le titre reste magique et merveilleux par bien des aspects car son "pixel art" est vraiment extraordinaire. On passera sur l'absence de16/9eme qui vaut sans doute mieux qu'une image étirée au maximum mais qui pourra décevoir pour noter qu'à part ça tout a été vraiment bien "nettoyé" avec une HD qui, au contraire de certains jeux, ne souligne pas les défauts mais respecte et, osons l'écrire, sublime le style d'origine. Ainsi, on n'a vraiment pas l'impression de jouer à un "vieux" titre comme c'est le cas de certains portages / remasters sur Switch (notamment les Devil May Cry ou les Final Fantasy par exemple) qui sont parfois de vraies bouillies de pixels à la limite de l'injouable ! De plus, la bande son que ce soit le plus petit bruitage et les nombreux thèmes du jeu, est toujours aussi sublime. C'est un vrai plaisir de redécouvrir de cette manière  ce jeu culte qui a pris quelques rides mais reste le champion dans la catégorie qu'il a créée.

Pour autant, il y a tout de même quelques soucis dans les commandes du jeu (aux Joy-Con ou a la manette pro) qui demanderont un temps d'adaptation. Rien de rédhibitoire sauf en ce qui concerne les commandes liées aux caméras du jeu. A l'époque de sa sortie, les jeux 3D étaient nouveaux et si la manette de la N64 inaugurait le stick analogique, elle n'en n'avait encore qu'un. Ainsi, les caméras du jeu se géraient à la croix par "à coup"... Et malheureusement, c'est toujours le cas !  Autant dire que lors des premières parties ça surprend- pour ne pas dire plus et même ça gène. Il aurait sans doute été plus simple d'adapter le système pour que les caméras soient plus fluides- ou même de laisser le choix aux joueurs en leur proposant les caméras d'origine ou repensées.

Super Mario Sunshine

Sorti en 2002 sur GameCube, Super Mario Sunshine est probablement le Mario le plus attendu de cette compilation puisque contrairement aux deux autres, il n'a pas eu doit à de nouvelles versions ou à des portages, et que donc depuis 18 ans, le jeu n'est pas réapparu sur nos consoles. Pourtant le jeu est assez stupéfiant dans sa construction puisqu'il s'agit réellement cette fois d'un vrai monde ouvert avec un parti pris "réaliste". C'est à dire que contrairement à Mario 64, l'univers de Mario Sunshine n'utilise pas (sauf dans des niveaux spéciaux) de plateformes volantes ou d'artifice pour créer des parcours mais les éléments du décor (maisons, caisses, cordes à linge,etc) comme si Mario évoluait dans un "vrai" environnement, donnant au titre un côté jeu d'aventure inédit.

L'action se déroule sur une île touristique ensoleillée qui sert de hub central et dans laquelle vont et viennent les habitants.  A part la forme qui diffère, on retrouve sinon le même système que Mario 64 avec des entrées cachées un peu partout sur l'île menant aux différents niveaux du jeu; des niveaux qui sont construits, comme le Hub, en "monde ouvert" façon bac à sable avec plusieurs missions à accomplir.

Visuellement le jeu était magnifique en 2002 et quasiment sans aucun changement, il l'est encore en 2020 !  C'est toujours un vrai plaisir de découvrir chaque nouvel endroit de l'île en 16/9 eme avec ses environnements luxuriants, de superbes effets (notamment sur l'eau) et des tas de petits détails rendant encore aujourd'hui le jeu irrésistible. Il surpasse de loin, bon nombre de titres sortis cette année sur nos consoles actuelles. Là encore, le game et le level design sont prodigieux avec une palette de couleurs extrêmement bien choisies et une bande son exceptionnelle. On regrettera  juste peut-être sur l'image, l'effet de déformation censé reproduire les effets de la chaleur qui n'est pas toujours des plus heureux- mais c'est pour pinailler.

Dans cet épisode, Mario est aidé par J.E.T, un jet pack qui lui permet d'arroser ses ennemis (et de faire un peu de nettoyage) mais aussi de s'élever dans les airs. A l'époque le titre demandait un peu de patience pour être pris correctement en main mais c'était surtout parce que le gameplay était totalement novateur, et que diriger à la fois Mario et le jet d'eau pouvait paraître compliqué...

De plus, contrairement aux autres jeux Mario 3D, Mario est hyper dynamique et va un peu plus vite que d'habitude en effectuant des sauts incroyables hyper facilement ce qui fait que parfois on a plus l'impression de devoir canaliser son énergie que de devoir le diriger ! Sur Nintendo Switch, il faudra donc encore prendre un peu de temps avant de pouvoir prendre en main convenablement Mario. Il faut dire aussi qu'il n'y a pas de gâchette analogique sur les manettes Switch donc le gameplay lié au jet a été séparé sur deux boutons distincts, ZR et Z. Le premier pour asperger tout droit en se déplaçant, et le second pour pouvoir viser à l'arrêt. C'est un coup à prendre même si en réalité (malgré ceux qui veulent en faire un problème) ça ne change pas grand chose, une fois qu'on a bien assimilé comment tout ceci fonctionnait. Peut-être que Nintendo aurait été bien inspiré de rendre le jeu compatible avec les commandes de mouvement ne serait-ce que pour diriger le jet d'eau... A noter que le jeu n'est pas compatible avec la manette GameCube (que l'on peut utiliser notamment dans Smash...)

Il a souvent été dit que Super Mario Sunshine était un Mario qui avait quelques soucis de caméra, de conception et d'équilibrage et si vous en doutiez, vous constaterez avec cette réédition que c'est bien le cas. Surtout que les nouvelles commandes du jeu renforcent parfois la difficulté du soft- qui est pourtant déjà bien élevée à l'origine. Il est d'ailleurs évident  qu'aujourd’hui, Nintendo ne sortirait plus un jeu comme celui-ci  sans rajouter un système d'aide et d'indication. Certains passages sont en effet très difficiles, surtout les passages de plateforme pure sans J.E.T. où l'on peut chuter dans le vide hyper facilement (Mario étant bien plus sensible...) Idem en ce qui concerne les passages avec Yoshi qui ont tendance à stresser plus qu'autre chose (car on ne peut pas le garder très longtemps...) Certaines épreuves qui consistent simplement à ramasser des pièces rouges sont de vrais parcours de combattant... Rien à voir avec la "difficulté" d'un titre comme Super Mario 3D World- si tant est que l'on puisse parler de difficulté !

A l'arrivée, Super Mario Sunshine reste malgré tout un titre enchanteur, une valeur sûre et un très grand jeu de plateforme 3D avec de très grands niveaux bac à sable bourrés de rencontres, de petits jeux et de surprises (notamment avec les boss du jeu qui sont pour la plupart très originaux.)

Super Mario Galaxy

Sorti en 2007 sur Wii, Super Mario Galaxy est l'épisode le plus récent qui peut aussi être téléchargé sur Wii U. Plus encore que le titre précédent, le jeu pourrait facilement sortir tel qu'il était sur Wii tant ses graphismes sont fabuleux rehaussés par un game design incroyable. Le jeu reste, d'après votre serviteur, le meilleur Mario 3D jamais sorti. Son introduction est juste folle et donne le ton du jeu tout entier : spectaculaire, poétique et magique. Du rêve à l'état pur.  Quant on dit que le jeu est renversant et qu'il nous met la tête dans les étoiles, ce n'est pas qu'une image.

Pour rappel, Bowser enlève la princesse Peach en arrachant son château du sol pour l'emmener loin dans l'espace ou il envoie valdinguer Mario ! A partir de là, guidé par une petite étoile mais aussi par l'énigmatique et belle Harmonie, Mario va devoir écumer la galaxie en allant de planète en planète afin de récupérer des étoiles et à l'arrivée, délivrer la princesse. 

Cette fois le Hub central est l'observatoire d'Harmonie (qui se trouve quelque part dans l'espace) mais on retrouve sinon toujours le même système de niveaux dans lesquels se cachent différentes missions. Chaque niveau est généralement une planète ou un groupe de planète sur lesquels Mario peut se déplacer librement en subissant les effets plus ou moins prégnant de la gravité.  Bénéficiant d'un super concept, Super Mario Galaxy avait un gameplay conçu autour des manettes de la Wii dont il faisait une brillante démonstration  : que ce soit le stick du Nunchuck, le pointeur et la détection de mouvement de la Wiimote sans oublier le fait que la manette était séparée en deux.  

En passant sur Nintendo Switch, Super Mario Galaxy n'est pas vraiment dépaysé puisque les Joy-Con remplacent aisément le couple Wiimote-Nunchuck même sans pointeur- celui-ci étant en fait simulé par la détection de mouvement. Contrairement aux deux autres, les Joy-Con apparaissent même à l'écran (à la place des images de la Wiimote du jeu original.)  

A l'époque de la sortie du jeu sur Wii, Nintendo avait pris soin de ne pas permettre à Mario d'utiliser son attaque tournante d'une simple pression de bouton comme pour faire croire que le jeu ne pouvait être joué que sur Wii.  Dans cette réédition, donc, il est désormais possible d'appuyer sur Y pour tournoyer sachant que le jeu est aussi entièrement jouable à la manette Switch Pro. Dans ce cas là, notez que la détection de mouvement fonctionne aussi. C'est à dire que pour tournoyer on peut appuyer sur Y ou secouer sa manette et que pour pointer, il suffit juste d'activer le pointeur en appuyant sur R et l'on dirige le réticule avec la détection de mouvement (un système qui marche avec les Joy-Con sauf mo lorsqu'ils sont attachés à la console). Un système qui est étonnamment instinctif ce qui en fait la meilleure adaptation de la compilation d'autant plus que l'écran tactile est pris en compte.  Il suffit par exemple de toucher les fragments d'étoiles pour les ramasser et de tapoter les ennemis pour les dégommer !  En tapotant l'écran tactile, cela remplace aussi le bouton A et parfois on peut activer des anneaux étoiles directement avec le doigt voire même parfois de gérer les caméras.  Ce n'est pas très pratique mais, comme pour tout, c'est aussi une question d'habitude. C'est donc du tout bon même si, en même temps, il n'y avait pas grand chose à faire surtout que le jeu a bénéficié d'une adaptation sur Nvidia Shield qui a peut-être servi de base... Cela expliquerait d'ailleurs peut-être l'absence de Super Mario Galaxy 2 qui n'a pas été adapté sur Nvidia Shield- ce qui aurait obligé Nintendo a le revoir entièrement...

Super Mario Galaxy est un chef d'œuvre qui mérite 10/10 et on ne voit pas trop ce que Nintendo aurait pu faire pour l'améliorer. Y jouer, c'est l'adopter.

 

En résumé

Super Mario 3D All-Stars est une compilation de trois classiques des studios Nintendo dans leurs versions françaises. Ce ne sont pas des remakes ni tout à fait des portages ou des remasters. La vérité se trouvent un peu au milieu de tout ça. Que vous connaissiez ou pas ces classiques, voilà une occasion en or de les découvrir dans leur version originale, à peine améliorée pour correspondre aux standards d'aujourd'hui en utilisant les commandes de la Nintendo Switch (et réhaussée par de subtiles vibrations.) Si vous espériez découvrir de nouvelles versions avec des niveaux supplémentaires ou des séquences inédites, comme avec Super Mario 64 DS, vous serez fatalement déçus surtout que la compilation n'a quasiment pas de bonus (comme une galerie d'artwork, de trailers ou de documents de travail) si ce n'est la présence des trois bandes originales (sublimes, faut-il le préciser !) Cependant la déception sera sans doute de courte durée car une fois les jeux en main, il y a de grande chances que vous ne puissiez plus les lâcher ! A noter que la compilation ne sera officiellement en vente que jusqu'au 31 mars 2021.

8
Mama mia ! Super Mario 3D All-Stars est un morceau d'histoire qui propose de retrouver trois jeux exceptionnels quasiment dans leurs jus. Il s'agit donc des jeux originaux, dépoussiérés avec une résolution d'image améliorée et des contrôles adaptés à la Nintendo Switch mais sans aucune nouveauté. Un point qui pourra décevoir surtout que la compilation n'inclut aucun bonus mis à part (tout de même) les bandes-son des trois jeux. Pour autant, difficile de faire la fine bouche devant des jeux aussi incroyables qui n'ont quasiment pas pris une ride et vous promettent des heures de fun, de rêve et de poésie. Tout simplement Immanquable.

  • Trois chefs d'oeuvre
  • Visuellement toujours aussi beaux
  • Des heures de plaisir...
  • Aussi bien en mode télé, que sur table ou portable
  • Les trois bandes originales réunies
  • Aucune correction
  • Manque d'optimisation
  • Pas de compatibilité manette GameCube
  • Ou est Super Mario Galaxy 2 ?