Nintendo Switch

Luigi's Mansion 3

Test Switch

Luigi's Mansion 3

Par rifraff - Le 31/10 à 01:43

C’est l’événement sur Nintendo Switch. Luigi’s Mansion revient près de 18 ans après le premier opus sorti sur GameCube. Pour Halloween, notre Luigi préféré reprend son aspirateur à fantômes pour faire le ménage dans un hôtel hanté par une bande de spectres tous plus délirants les uns que les autres. Alors prêt à frissonner de plaisir ? 

 

Esprits Frappés

Mais avant de commencer, un peu d’histoire… Le premier Luigi’s Mansion est sorti en 2001 comme titre de lancement de la GameCube. A l’époque, le jeu avait décontenancé (pour ne pas dire déçu) beaucoup de joueurs qui auraient préféré que Nintendo sorte l’artillerie lourde pour contrer Sony et sa PS2 en proposant dès le départ un titre de la trempe de Zelda Ocarina of Time ou encore de Super Mario 64 (qui avait justement lancé la N64.) C’est peut-être un peu difficile à comprendre aujourd’hui mais sur le moment, Luigi’s Mansion était considéré, par beaucoup, comme un « petit jeu » ou plutôt comme une sorte d’apéritif permettant de patienter jusqu’à la sortie d’un jeu plus conséquent (comme Super Mario Sunshine par exemple) Le titre semblait en outre symptomatique du côté « décalé » de Nintendo qui peinait à accompagner les évolutions du marché des jeux vidéo… Alors que la concurrence enchaînait les jeux prétendument plus « matures » avec des graphismes « réalistes » permettant de ressentir des émotions fortes et inédites jusque-là dans les jeux vidéo comme la peur, Nintendo continuait à faire des jeux mignons aux graphismes colorés et enfantins et l’image d’une société qui fabriquait des « consoles pour enfants » lui collait plus que jamais à la peau. Résultat, les joueurs avaient l’impression que Nintendo avait tout faux en proposant Luigi’s Mansion alors qu’à côté, la concurrence en imposait avec Resident Evil et cie…

Un peu d 'histoire...

Pourtant, Luigi’s Mansion était résolument original avec son mélange de jeux d’aventure et d’énigme et son ambiance fantastique incroyable, entre respect du genre et parodie. Le jeu était d’ailleurs très drôle notamment grâce à une galerie de fantômes très savoureux. Il imposait en outre un personnage principal épatant : Luigi qui trouvait enfin un (vrai) premier rôle marquant et surtout une personnalité qui allait, à partir de là, lui coller à la peau. Techniquement, le jeu était aussi à la pointe avec de superbes animations et de très beaux graphismes (dans un style cartoon) ce qui en faisait une belle vitrine technologique pour la GameCube mais aussi pour sa manette qui épousait son gameplay à la perfection. (Pour en savoir plus, vous pouvez encore lire le test de l’épisode un ICI )

18 ans plus tard, il n’y a plus de discussion : Luigi’s Mansion fait partie des classiques de Nintendo et est désormais considéré comme un monument des jeux vidéo. Le titre est désormais une licence Nintendo importante que les joueurs adorent et réclament. Pourtant, il aura fallu attendre plus de dix ans pour qu’une vraie suite, développée par Next Level Games débarque finalement sur 3DS en 2013. Une suite tardive mais néanmoins très réussie qui tout en s’inscrivant dans le sillage du titre original réussira à s’en affranchir brillamment en imposant un rythme et un découpage plus cinématographique mais aussi en proposant un gameplay dépoussiéré et plus adapté à son nouveau support.

Plus orientée action au détriment de la réflexion et du côté jeu d'aventure, cette suite remportera un grand succès populaire, incitant Nintendo à porter le titre original sur 3DS permettant ainsi à toute une nouvelle génération de joueurs de le découvrir et à tous les fans de patienter jusqu’à la sortie de… Luigi’s Mansion 3 !

Un vert ça va, trois...

Un épisode 3 attendu et espéré sur Wii U et qui débarque finalement sur Nintendo Switch pour le plus grand bonheur des joueurs… Car autant être direct (surtout que vous avez sûrement déjà regardé la note, sinon attention SPOILER ALERT) : le jeu est une grande réussite sur énormément de plans différents. Alors attention, Next Level Games (le studio derrière l’épisode 2) a fait le choix de la continuité, en reprenant les bases réactualisées de l’épisode précédent plutôt que celui d‘un retour aux sources. Le jeu est donc très cinématographique avec une narration très poussée et un cheminement que l’on peut carrément qualifier de dirigiste. Ceux qui espéraient retrouver l’esprit « jeu d‘aventure à énigmes » du premier opus (en trouvant tel objet à donner à tel fantôme ou en attendant d’avoir tel pouvoir pour résoudre tel puzzle) doivent bien comprendre que désormais Luigi’s Mansion est un jeu d‘action-aventure. Nintendo a préféré éviter que les joueurs se perdent dans d’incessants allers et retours et a préféré privilégier une progression (pour l’intrigue principale) en ligne droite. Par exemple, lorsque l’on se retrouve face à une porte fermée à clé, on peut être sûr que la clé se cache dans la pièce dans laquelle on se trouve et non dix étages plus bas. On progresse véritablement pas à pas et tout le matériel nécessaire à Luigi pour avancer lui est donné dans les premières minutes de jeu. Ainsi, le joueur doit se familiariser avec le gameplay du titre qui n’évolue quasiment pas et qu’il lui faut donc simplement maîtriser et utiliser le mieux possible… Un choix des développeurs qui n’empêche pas la réflexion car malgré tout, les énigmes restent nombreuses. Pour les résoudre, il faut simplement composer avec les éléments à sa disposition et ne pas penser aller les chercher ailleurs (une règle simple à ne pas oublier...)

Comme un BOOmerang

Luigi’s Mansion 3 commence par une belle journée ensoleillée lorsque Mario, Peach, Luigi et trois Toad sont invités dans un extravagant hôtel par Ambre Brusquade une mystérieuse hôtesse tout droit sortie de Mars Attack ! de Tim Burton, A première vue l’hôtel, qui ressemble à une grande tour, a l’air lumineux et le séjour promet d’être merveilleux… Seulement, au beau milieu de la nuit, Luigi est réveillé en sursaut par le cri terrifié de Peach (à moins que ce ne soit celui de Mario- les experts se contredisent déjà sur ce point…) et les vacances tournent au cauchemar ! L’invitation était un piège tendu par Ambre Brusquade qui est en réalité un fantôme. D’ailleurs, tout l’hôtel se révèle hanté et mis au service du maléfique roi Boo qui est de retour, bien décidé à se venger (des épisodes précédents). Mario, Peach et les Toad sont alors enlevés et Luigi se retrouve une nouvelle fois contraint de surmonter ses peurs pour sauver son frère et ses amis. Heureusement, le professeur K.Tastroff n’est pas loin et avec lui, l’Ectoblast, le fameux aspirateur à fantômes… 

 

A partir de là, le jeu est assez simple à comprendre et à prendre main. Toute l’action se passe dans un hôtel de plus d’une dizaine d’étages qu’il va falloir visiter les uns après les autres afin de retrouver Mario et ses amis…  En fonction des étages, il y aura à chaque fois plusieurs pièces à « nettoyer » parfois de façon obligatoire, d’autres fois de façon facultative. Par contre, les étages ne se dévoileront que petit à petit, l'un après l'autre. En effet, Luigi's Mansion 3 n'adopte pas une "construction ouverte" . il est donc impossible de visiter les étages dans l’ordre que l’on souhaite. On commence par le sous-sol et le rez-de-chaussée et on découvre les autres au fur et à mesure sachant que l’on ne peut accéder aux différents étages qu’en empruntant l’ascenseur  central et que malheureusement les boutons permettant de s’y rendre ont été dérobés par les développeurs, euh, par les fantômes…

Donc, le principe de base est de découvrir chaque nouvel étage en progressant de pièce en pièce jusqu’au boss qui s'y trouve et qui, on vous le donne en mille, possède le bouton de l’étage suivant permettant de progresser. Evidemment, on aurait apprécié une plus grande liberté (et originalité dans la construction du game design) en laissant le joueur aller n'importe ou (ou presque) mais chaque étage est tellement différent avec beaucoup de surprises et d'énigmes que l’on prend véritablement plaisir à les découvrir les uns après les autres.

Un gameplay très riche

Après, en pratique, il s’agit simplement de visiter chaque pièce de chaque étage, de farfouiller partout en appuyant sur X ou en se servant se son spectroflash qui permet de faire apparaître l'invisible; et surtout de faire le ménage avec son Ectoblast en aspirant tout ce qu'il est possible d’aspirer afin de récupérer des ressources et/ou de sortir un fantôme de sa cachette. Pour cela, il suffit de maintenir la gâchette L appuyée et de diriger le « canon » de son aspirateur avec le stick gauche et/ou le gyroscope sachant qu’avec la gachette R, on inverse le mécanisme en recrachant de l’air (ce qui est mis en pratique dans certaines énigmes).

On retrouve sinon le système d’aspiration rapide initié avec le 2 qui fait qu’en appuyant sur A on tire d’un coup sec sur tout ce qui est attaché et oppose de la résistance (comme des rideaux ou une tenture sur un mur…) C’est utile aussi pour actionner différents mécanismes (comme ouvrir une porte en tirant une chaîne, etc)   A part ça,  Luigi peut désormais utiliser une ventouse qui permet de déboucher pas mal de situations en se collant à différents objets et ennemis. Pour l'utiliser, on appuie sur Y et on vise tout simplement. La plupart du temps, les endroits importants où la ventouse est utile voire parfois indispensable sont discrètement indiqués par un cercle ou un petit détail savant dans le décor qui permet de comprendre qu’il faut l’utiliser (c'est l'école Nintendo dans toute sa splendeur : le joueur doit comprendre de lui-même ce qu'il faut faire...) De toute façon automatiquement, lorsque l’on appuie sur Y, une ombre de la ventouse se place aux bons endroits. En pratique, si une grosse caisse empêche d’accéder à une porte, on colle sa ventouse dessus et il suffit ensuite de l’aspirer et d’appuyer sur A pour tirer la caisse et l’envoyer valdinguer dans le décor. C’est d‘ailleurs une autre nouveauté du jeu : la Projection. On peut projeter et "claquer au sol" les objets aspirés mais aussi les fantômes, là encore simplement en appuyant sur A au bon moment.

Des combats fracassants

Une aide précieuse lors des incessants combats contre les fantômes car bien évidemment Luigi va devoir régulièrement affronter des fantômes qui pullulent dans tous les coins de l'hôtel. Pour s’en défaire et les capturer, c’est assez simple même s’il faut suivre toujours le même rituel. Quand un fantôme s’approche, il faut d’abord l’éblouir en le flashant avec sa lampe de poche ce qui l’immobilise pendant quelques secondes ce qui permet à Luigi de l’aspirer sachant que tel un poisson ayant mordu à un hameçon, le fantôme se réveille alors et tente automatiquement de fuir, entraînant notre malheureux plombier dans sa fuite...  Pour éviter que le ou les fantômes (on peut en aspirer plusieurs à la fois) ne s’échappent, il faut alors baisser le stick à l’opposé de la direction qu’ils prennent... Un moment difficile pour les sticks heureusement vite passé grâce, justement à la Projection, qui permet de « claquer au sol » le ou les spectres plusieurs fois de suite, voire même d’assommer d’autres spectres, ce qui peut encore faire gagner plus de temps et abréger les combats…

Globalement, il n’y a pas vraiment de problème de prise en main mais encore une fois, il est évident que les nouveaux venus auront un peu plus de mal que les habitués. De plus, comme on ne peut pas diriger la caméra, parfois la visibilité ne permettra pas d’attraper les fantômes comme il le faudrait. On se retrouvera aussi bien embêté par les différentes petites bébêtes qui grouillent dans tous les coins comme les chauves-souris, les araignées ou les rats. Dans ce cas-là, on sera heureux d’utiliser un autre mouvement un peu "bâtard" qui sert un peu à se sortir de toutes les situations : la Bourrasque, un puissant jet d’air actionné avec les deux gâchettes qui permet de casser ou d’éparpiller les objets à proximité et surtout d’éloigner les malotrus pendant quelques secondes. 

Gluigi : une star est née

Mais ce n’est pas la seule nouveauté de ce troisième opus. En effet, en plus de la Projection et de la Bourrasque, le jeu introduit Gluigi, un clone en gelée verte de Luigi créé par le professeur K .Tastroff.  Alors, pour être précis, Gluigi n'est pas tout à fait une nouveauté. En effet, on l’avait déjà vu dans le numéro 2 et dans le remake du 1 sur 3DS mais son rôle était avant tout utilitaire en permettant à un deuxième joueur de prendre part à l’aventure.

Dans Luigi’s Mansion 3, Gluigi permet aussi à un deuxième joueur de se joindre à l’aventure mais le personnage a aussi été intégré à un nombre conséquent d’énigmes. Impossible donc de progresser sans l’utiliser. Gluigi est fait en gelée. Il n’a donc (à priori) aucune réaction mais peut rendre énormément de service notamment en passant dans certains conduits ou à travers les grilles. Il peut ainsi atteindre des mécanismes inaccessibles ou aider Luigi à terrasser de gros ennemis.  Il possède presque tous les pouvoirs de Luigi. Il a sa lampe torche et son Ectoblast pour attraper les fantômes. Par contre, il ne peut pas monter aux échelles et surtout, il craint l’eau… A l’arrivée, son intrusion dans le gameplay du jeu apporte énormément de fun, et cela que l’on joue seul (en alternant les personnages) ou à deux. Il faut d’ailleurs noter que lorsque l’on joue à deux, le jeu s‘adapte en revoyant certains mécanismes et parfois aussi le nombre d’ennemis. Cependant, dans quelques cas assez rares (notamment des combats de boss) il sera beaucoup plus simple de jouer à deux que seul en alternant les deux Luigi- pensez donc à avoir un(e) ami(e) sous la main...

Quelques répétitions...

Il existe quatre sorte de spectres de base différents qui ont quelques variantes. C’est assez peu et il est clair qu’on aurait aimé un peu plus de variété mais heureusement, le jeu a énormément de boss et de sous boss très originaux- en tout cas pour la plupart. On regrette juste que les deux derniers soient si « classiques » (par rapport à d’autres…)

La variété on la trouve aussi dans les mises en situation des fantômes : des fantômes qui collent des affiches « Wanted » avec la tête de Luigi ou qui s ‘amusent à se faire des blagues…Luigi’s Mansion 3 est d’ailleurs un titre très drôle tant dans ses dialogues que dans les situations. Certaines séquences sont déjà cultes comme lorsque les fantômes découvrent Gluigi...On ne sait pas si le développement du jeu a débuté à l’époque de la Wii U mais on sent que Nintendo a eu le temps de le peaufiner et de soigner le moindre détail de son jeu.  C’est assez impressionnant d’ailleurs. Chaque nouveau décor est bourré de petits détails qui font mouche : des tableaux, des sculptures, des bibelots, du papier peint, jusqu'aux motifs des portes d’ascenseur différents d'un étage à l'autre etc… C’est un travail d‘orfèvre. 

Chaque étage à un style et une ambiance différente : jardin,  Egypte, Pirates... Et, à chaque fois, la magie opère même si parfois certains étages peuvent décevoir car finalement très court (par rapport à d'autres) ou pas assez mis en valeur...  Cependant, on reste ébahi par le degré de finition du jeu. Par exemple, lorsque l’on commence le jeu, l’écran titre montre l’hôtel en plein jour dans un cadre verdoyant… C’est normal puisqu’au départ nos héros sont censés être invités dans un hôtel « normal » pour passer de superbes vacances… Puis le Roi Boo apparaît et à partir de là, l’écran titre change, la nuit tombe et l’hôtel devient lugubre et inquiétant. Evidemment, ce n’est qu’un petit détail mais tout le jeu est rempli de ce genre de détail (comme la façon dont sort Luigi de l’ascenseur en fonction de l'endroit ou on l'a laissé...) Le jeu est aussi bourré de références soit à d’autres jeux (comme Mario Strickers) soit à différents films comme Ring, Godzilla, The Faculty, Poltergeist, etc. Pour tous les geeks, le jeu est un pur délice car des jokes et des private-jokes sont cachées dans tous les coins !

 

 

Un jeu magnifique

Visuellement, Luigi’s Mansion 3 est magnifique avec de très belles textures et des effets surprenants mais aussi et surtout une imagination débordante. Le jeu est d‘autant plus magnifique qu’une bonne partie de son décor est « vivant » et/ou destructible ! On peut par exemple faire tomber ou aspirer tous les livres d’une bibliothèque ou découvrir les petites manies des personnages à travers les bibelots et les objets qui traînent dans leur chambre… Evidemment comme dans chaque opus, Luigi est LA star (même s’il doit faire une petite place à Gluigi) du jeu. On ne se lasse pas de ses mimiques, de ses sursauts et bien sûr de sa voix chevrotante avec ses fameux « Maaaaariooo »  que l’on peut lancer comme on veut.

La bande son est d’ailleurs exceptionnelle avec de très jolis thèmes (dont le thème principal) et des super bruitages. Encore une fois, Nintendo a fait très fort en proposant un titre dont on ne trouve quasiment aucun défaut (en tout cas rédhibitoires- à part peut-être quelques temps de chargements longuets entre les étages...) A noter que même s'il est fou de jouer à un tel jeu en mode portable (et qu'il peut parfaitement trouver sa place sur la Nintendo Switch Lite) on préférera y jouer en mode télé pour mieux apprécier les plus petits détails du jeu (les chaussons de Boo, la valise de Mario, etc)

Une grande et longue aventure

L’aventure est longue (comptez au moins 15 heures) Cela dépend si on rushe ou pas le jeu et si on recherche les diamants cachés dans chaque étage. Il y en a six par étages et chacun donne l’occasion à une petite énigme. Il y a aussi des Boo cachés mais c’est une quête qui n’est pas (comme dans le premier) liée à la quête principale et on peut l’entreprendre plus tranquillement une fois le jeu terminé une première fois- ou plutôt une fois arrivé à la fin.  En effet, il est dommage qu’il soit impossible après le générique de fin de poursuivre son aventure en allant chercher les éléments manquants dans les étages… Il n'y a pas non plus de Game +. On combat le boss, on voit le générique de fin mais on ne peut pas sauvegarder sa partie. Ainsi pour ceux qui veulent finir le jeu à 100% il faudra d’abord tout récupérer avant de penser aller se fritter au boss final.

Les développeurs avaient prévenu que le jeu serait plus difficile qu’à l’accoutumée. Et autant vous prévenir qu’effectivement le jeu ne fait pas de cadeaux aux joueurs même s’il sauvegarde automatiquement et que même en perdant tous ses points de vie, ce n’est pas la fin du monde ! Par contre, vous allez sûrement vous retrouver coincer à différents moments sans comprendre ce qu’il faut faire ou sans savoir comment se défaire d’un boss… Certains boss vous donneront d'ailleurs du fil à retordre- surtout si vous jouez seul... Rien de grave surtout que le prof K.Tastroff peut donner des astuces et que notre fidèle Ectochien peut venir nous aider mais c’est tout de même assez inhabituel dans une production Nintendo de ce calibre. On conseillera tout de même de faire le plein d’os d’or (en utilisant tout l’or amassé dans chaque pièce qui sinon ne sert à rien) pour affronter les derniers niveaux, histoire d’éviter de recommencer trop de fois les dernières séquences.

Des modes annexes sympathiques

A notre humble avis, Luigi’s Mansion 3 serait déjà indispensable s’il ne proposait que son mode aventure mais le jeu renferme aussi deux autres modes. Un mode mini-jeux nommé Jeux de l’étrange et un mode multijoueur en ligne nommée la Tour Hantée. Le premier propose différents mini jeux à jouer à plusieurs de deux à huit joueurs en local. Très drôles, les mini jeux permettent à deux équipes de quatre joueurs à s’affronter sur différents terrains avec différentes règles. Il y a d’abord Tombes à la Pelle qui se déroule dans un cimetière et dans lequel il suffit d’aspirer un max de fantômes. Il y a aussi Grands Canons dans lequel il faut unir ses forces pour viser de grosses cibles en utilisant des canons ou encore Bassin Miné qui reprend le gameplay d’un des passages les plus surprenants du mode aventure… A l'arrivée, un bonus sympathique mais un bonus tout de même... A noter que tous les joueurs sont priés d'incarner... Luigi ! Alors certes, chaque Luigi a une couleur différente mais c'est un peu perturbant surtout lorsqu'il y en a huit à l'écran ! Pourquoi ne pas avoir confié un Ectoblast, à Mario, à Peach et même aux Toad ou au prof K.Tastroff ?  C'est un mystère...

Quant à la Tour Hantée, jouable en local ou en ligne, il s’agit d’un mode de jeu coopératif dans lequel on se balade dans une tour composée de cinq ou dix étages remplis de surprises et de fantômes. C’est plutôt amusant et ça ne marche pas trop mal mais pour l’instant il faut patienter parfois longtemps avant de trouver des joueurs. Le potentiel fun est là mais comme le jeu vient de sortir, il est difficile de juger. Ainsi comme pour Les jeux de L’étrange, la Tour hantée est un mode supplémentaire qui a le mérite d'exister mais qui n'est (pour le moment du moins) pas un argument de vente. Alors est-ce que cela changera avec l'arrivée (on l'espère) massive de joueurs ? On verra bien...  Nintendo a déjà annoncé que le jeu aurait droit à des DLC payants. On actualisera donc ce test d’ici peu…

 

9
Luigi’s Mansion 3 est une grande réussite tant dans la forme que dans le fond. Luigi revient dans un grand jeu d’aventure bourré de surprises, de trouvailles et de références en tous genres. Visuellement très beau, le jeu est aussi très drôle avec des tas de séquences irrésistibles dont certaines déjà cultes ! Avec Luigi's Mansion 3 vous allez adorer avoir peur, seul ou à deux ! Avec en prime deux modes multijoueurs en local et en ligne pour continuer à frissonner de plaisir. Un nouvel indispensable de la Nintendo Switch, tout simplement. A ne pas manquer !

  • Superbe réalisation
  • Degré de finition incroyable
  • Animations irrésistibles
  • Humour au top
  • Références à foison
  • Gluigi
  • Variété des situations
  • Génial seul ou à deux
  • Un peu trop dirigiste
  • Combat de boss final décevant
  • Étages moins réussis que d’autres
  • Problème de résolution de certaines énigmes
  • Angle de vue pas toujours optimal
  • Fouillis à huit
  • Les mini-jeux restent accessoires
  • Beaucoup d'or, pourquoi faire ?
  • Quelques temps de chargement
  • Pas de sauvegarde après le boss final