Nintendo Switch

LOUD

Test Switch

LOUD

Par ggvanrom - Le 02/08 à 08:00

Se présentant comme un mélange de Guitar Hero et de Life is Stange, Loud nous propose de découvrir l’histoire d’Astrid bien décidée à vouer sa vie à la musique. Voyons ensemble où nous mènera ce voyage.

Life is… normal

De sa chambre en train d’imiter son idole, jusqu’à briller sous les projecteurs de sa première scène. Voilà à peu de chose près ce à quoi se résume l’histoire de LOUD. Nous y découvrons une jeune étudiante répondant au nom d’Astrid, fan de rock et s’amusant à imiter ses idoles dans sa chambre, balais en main et donnant sa meilleure prestation cachée de tous comme bon nombre d'enfants et d'ados ont pu le faire à un moment donné de leur vie.

Son père l’ayant surprise par hasard, il se décide à lui offrir une vraie guitare pour qu’elle puisse poursuivre sa passion. C’est ainsi que nous suivrons, de manière (extrêmement) rapide l’évolution d’Astrid, des quais de la gare jusqu’à sa première scène. Chacun des nouveaux environnements sera également marqué par un changement de look de notre personnage, ainsi qu’un nouveau modèle de guitare, le tout accompagné d’une brève histoire en intro et en outro prenant la forme d'images fixes. On est tout de même très loin de l’aspect Life is Stange mis en avant lors de la communication autour du jeu.



Des étoiles plein les yeux

Avec 12 chansons proposées en 3 modes de difficulté et 3 chansons bonus en mode Liberator se débloquant une fois les crédits atteints, LOUD a de quoi vous occuper une grosse heure si vous êtes des habitués des jeux de rythme. Côté interface, nous sommes sur quelque chose de relativement standard. 6 notes à jouer, correspondant aux touches Haut, Gauche, Bas et X, A, B. Lorsque les notes tombent sur la zone dédiée, il faut alors appuyer sur la touche correspondante et varier suivant les notes. Une étoile simple correspond à une simple pression. Une violette correspond à une note longue à maintenir, et une rouge vous demandera de marteler le bouton jusqu’à la fin de la note. Lors de votre partie, vous avez ainsi un compteur de notes, et un multiplicateur de score. En fonction de votre prestation, vous recevrez en fin de partie une note pouvant monter jusqu'à S+. Le seul intérêt des notes finales est de débloquer le mode Grindin' en obtenant au moins la note S en mode Skillin'. Les modes Chillin' et Skillin' devraient ainsi être une partie de plaisir pour finir le jeu. Pour ce qui est des deux autres modes en revanche…

La première chose que nous vous conseillons d’entrée de jeu est de virer les vibrations dans les options du jeu. Cela peut en effet vite être dérangeant si vous avez le malheur de faire autre chose qu’un Perfect, et risque de vous désynchroniser sur plusieurs notes jusqu’à retrouver votre rythme. Le second souci est l’interface de jeu en elle-même qui n’est pas des plus lisibles. Suivre l’ordre d’apparition des notes n’est pas compliqué sur les deux premiers modes, mais pour les derniers, les zones de partition gauche et droite sont trop espacées, nous imposant à se concentrer davantage sur un côté de l’écran que l’autre. Ce qui rend l’action assez illisible sur les musiques les plus difficiles, voire carrément indigeste lorsque les grosses croix des notes loupées spamment l’écran. On rajoutera à cela que le jeu demande des double tap à une fréquence assez élevée qu’il est difficile de suivre également. A titre personnel, j’ai écumé pas mal de jeux de rythme occidentaux, coréens et japonais, et c’est une des rares fois avec LOUD où je me plains d’une interface difficilement lisible. Les chansons bonus on en vient à se baser sur du par coeur concernant l’emplacement des notes, et non plus sur de la technique pure.



Du bon son, et c'est marre

C’est là l’autre défaut de LOUD, l’intérêt de sa rejouabilité. avec une grosse heure de durée de vie, et aucun tableau de score Online pour frimer contre les autres possesseurs du jeu, le seul intérêt de relancer une musique est pour gonfler son score et c’est tout. On aurait aimé qu’HyperStrange mette en place un sytème de récompenses avec de nouvelles musiques à débloquer ou encore des cosmétiques bonus, mais malheureusement, il faudra uniquement se contenter du contenu du jeu de base, 15 musiques, 4 tenues, 4 guitares. Ça reste peu, même pour un titre proposé à 11,99€ comparé aux autres jeux de rythme proposés au catalogue de la Nintendo Switch.

La bande son est toutefois de très bonne facture, jonglant entre des musiques relativement douces et d’autres sentant bon le métal. Cela vous donnera sûrement envie de relancer une partie de temps en temps, mais hormis la satisfaction personnelle de grossir son score, on est tout de même loin d’un réel intérêt à l’idée de relancer le titre une fois les crédits atteints. 


 

5.5
Difficile de ne pas rester sur sa faim une fois les crédits de LOUD atteints. Après une grosse heure de jeu d'une difficulté typique pour un jeu du genre, le titre nous propose 3 chansons avec une difficulté venant des enfers et poussant à apprendre les notes par cœur plutôt que d'avoir une bonne technique, la faute à une interface pas des plus lisibles. Ajouté à cela l'absence de cosmétiques à débloquer, on relancera le jeu de temps en temps pour se faire un bon morceau de métal, avant qu'il ne finisse dans les limbes de notre historique de jeux Nintendo Switch.

  • Une bande son de bonne facture
  • Un gameplay simple
  • 4 niveaux de difficulté
  • Une interface difficilement lisible dans les modes les plus avancés
  • Un fossé entre le mode Grindin' et Liberator
  • 12 musiques et 3 pistes bonus, c'est peu