Nintendo Switch

Lorelei And The Laser Eyes

Test Switch

Lorelei And The Laser Eyes

Par babidu - Le 12/06 à 18:00

Lorelei and the Laser Eyes n'est pas le nom d'un comics qui sent bon les années 90, ce n'est pas non plus le nom d'un épisode d'une série Netflix visant les nostalgiques ou encore un DLC pour Far Cry 3 Blood Dragon. Lorelei n'est nulle autre que le nouveau jeu de Simogo, le studio de développement qui propose expérience sur expérience vidéoludique avec brio, tantôt sur mobile, tantôt sur console. Les développeurs suédois reviennent aujourd'hui, cinq ans après leur trip musical Sayonara Wild Hearts, avec un jeu d'énigme atypique. L'excellence et la patte Simogo sont-elles encore au rendez-vous aujourd'hui avec ce nouveau jeu ? C'est ce que nous allons voir dans le test sans spoiler de cet ovni. 

Test de Lorelei and the Laser Eyes sur Nintendo Switch réalisé à partir d'une version commerciale du jeu

The Laser quoi ?

Lorelei and the Laser Eyes. En voilà un titre de jeu hors norme. Cette étrangeté jusque dans son titre est ce sur quoi Lorelei veut jouer. Vous ne savez pas ce que vous avez dans les mains avant de le démarrer. Bien sûr, vous savez qu'il s'agit d'un jeu d'énigme et qu'il vous faudra résoudre moult mystères dans un manoir labyrinthique. Pour percer les secrets de son intrigue, vous ne disposerez que d'une seule arme, enfin deux… votre cerveau et la mémoire photographique de la protagoniste du jeu. Tous les documents, les raccourcis, les dates, etc. sont savamment enregistrés dans la mémoire de votre protagoniste. Et il vous faudra toute la place nécessaire dans votre cerveau pour résoudre la multitude de casse-têtes proposés par le jeu. Le manoir regorge de secrets et de petites énigmes qui ne demanderont qu'à être résolus en cherchant dans vos documents, en faisant des connexions et en criant "Eurêka !" à chaque illumination. À la manière d'un Professeur Layton qui ne vous interrompra pas toutes les deux minutes pour raconter sa vie, le jeu de Simogo veut vous challenger et vous montrer que vous n'êtes finalement pas si bêtes.

D'abord insurmontables par la quantité d'énigmes à débloquer et par sa carapace inhospitalière, Lorelei a pensé à tout en vous montrant que si vous buttez sur une énigme, une autre, probablement à quelques mètres, sera plus à votre portée. Si le jeu vous encourage à faire ses 100?% en vous rappelant constamment, et à chaque sauvegarde, votre progression globale, Lorelei fonctionne d'abord comme les Korogus des deux derniers The Legend of Zelda en privilégiant la quantité astronomique d'énigmes pour que chaque joueur puisse en trouver au début de sa partie. Une fois la locomotive de résolution d'énigmes et le bon état d'esprit trouvé, chaque joueur devrait pouvoir terminer Lorelei and the Laser Eyes. Si le jeu est aussi austère au début de votre partie, c'est pour mieux vous faire confiance et pour vous propulser dans son univers fou et bien écrit. 

Lorelei, parce que vous le valez bien

Le premier contact avec Lorelei est en effet des plus déroutants. Quoi faire ? Où aller ? Quel est le but du jeu ? Lorelei n'est pas là pour vous prendre par la main et vous le fera comprendre dès votre première partie. Le titre de Simogo se démarque aussi immédiatement par son style visuel atypique, par la patte si reconnaissable de Simogo. En noir, fuschia et blanc, le jeu se démarque de ses concurrents par son univers, sa palette de couleurs et son esthétique qui sent bon les survival horror des années 90 avec leurs caméras fixes, leurs personnages rigides et leurs lieux inquiétants. Sans pour autant être une suite à Sayonara Wild Heart qui en est probablement l'opposé, le dernier titre de Simogo possède bien la philosophie du studio en prenant les joueurs à contrepied, en jouant intelligemment avec les codes du médium qu'est le jeu vidéo et en proposant une expérience entière, sans concession et sans facilité.

Car oui, Lorelei propose un parti pris qu'il vous faudra accepter. Le jeu ne vous prend pas par la main dans ses énigmes, dans la narration de son histoire, dans les codes de son univers et surtout dans son gameplay. Quasiment monotouche, Lorelei propose un gameplay digne d'un jeu mobile qui ne fonctionne bien qu'après quelques minutes à s'habituer. Chacun des boutons sert en effet à la même chose, soit interragir avec un objet ou une énigme, soit à ouvrir le menu du jeu. Pas question non plus de quitter le menu du jeu en pressant le bouton "B", il faudra naviguer dans celui-ci pour arriver sur le bouton "Quitter". C'est extrêmement bizarre et on a l'impression que le jeu est avant tout pensé pour le mobile et son écran tactile. Ce qui est encore plus déroutant puisque l'on ne peut pas jouer au jeu en mode portable via l'écran tactile de la Nintendo Switch. Encore un mystère dans la besace de Lorelei

Mystère, et boule de laser

Un autre point "faible" de Lorelei est que le jeu vous demandera probablement (sauf pour les Einstein parmi vous) de disposer, à côté de votre manette, d'un carnet dans lequel noter vos observations. Personnellement, je ne supporte pas cela. Je suis un franc défenseur de l'immersion et sortir du jeu pour prendre des notes dans un véritable carnet m'empêche de pleinement me concentrer sur le jeu. Si les énigmes demandant de projeter son écran dans un miroir ne me gênent pas, je n'apprécie pas, à titre totalement personnel, de sortir de mon jeu pour faire des recherches ou autre. J'ai besoin de naviguer dans les menus et de prendre des notes via un clavier ou un écran tactile pour ne pas être constamment rappelé que Lorelei n'est qu'un jeu.

Cependant, le génie dans la construction du monde de Lorelei et la passion mise dans l'élaboration d'énigmes, de mystères et du lore du jeu me permettent d'outrepasser mon irritabilité (pour ne pas dire autre chose) et d'apprécier pleinement le dernier titre de Simogo. D'un point de vue technique et de durée de vie, c'est aussi un sans-faute. Lorelei tourne comme une horloge suisse au fil de la vingtaine d'heures qu'il vous demandera pour atteindre sa fin et pour flâner dans les ailes de son manoir. Lorelei and the Laser Eyes est un excellent jeu qui vient directement se propulser au panthéon des jeux d'énigmes auprès de Myst, Return of the Obra Dinn ou d'Outer Wilds.

?

Retrouvez le barème des notes des tests de Nintendo-Master 

9
Lorelei and the Laser Eyes est un escape game numérique, dans tous les sens du termes, au style visuel très marqué. Les énigmes feront carburer vos méninges sans jamais vous demander un Bac + 15 en mathématiques. Attention cependant, Lorelei vous demandera parfois de sortir du jeu pour résoudre une de ses nombreuses énigmes, comme noter quelque chose dans un carnet à côté de vous ou penser en dehors de la boîte. Cela peut parfois se faire au détriment de l'immersion pourtant si travaillée. Intelligent, très méta et bien écrit, Lorelei and the Laser Eyes plaira aux amateurs d'énigmes, d'escape game et d'ambiance.

  • Direction artistique unique et captivante.
  • Intelligent, brillamment intelligent.
  • Un univers incroyable.
  • Énigmes variées et bien pensées.
  • Ergonomie parfois frustrante.
  • Parfois austère.
  • Nécessite souvent de prendre des notes manuelles...
  • ...Ce qui casse l'immersion à certains moments.