Nintendo Switch

KLONOA Phantasy Reverie Series

Test Switch

KLONOA Phantasy Reverie Series

Par rifraff - Le 01/08 à 01:05

A la base Klonoa est un petit personnage mi-chat mi-lapin qui évolue dans des jeux de plateformes en 2.5. Créé par Namco, on le connait surtout pour deux jeux ayant fait les beaux jours des Playstation, Klonoa: Door to Phantomile et Klonoa 2: Lunatea's Veil. Et ce sont précisément ces deux titres, que l’on retrouve aujourd’hui réunis dans Klonoa Phantasy Reverie Series disponible sur Playstation, Xbox, PC et Nintendo Switch

Petit avec de grandes oreilles

Klonoa Phantasy Reverie Series compile donc deux classiques typiques des jeux de plateforme des Playstation des années 90/2000.  C’est-à-dire des jeux reprenant les mécanismes des jeux de plateformes 2D des générations précédentes en les mixant avec des éléments et des décors en 3D plus "modernes", le tout enrobé de cinématiques en images de synthèse (façon Pandemonium- autre classique de ces années-là.) Les deux jeux sont fondamentalement très proches dans leur gameplay et même dans leur réalisation. Klonoa 2: Lunatea's Veil est cependant plus abouti et mieux construit avec des environnements plus riches et variés. 

Deux classiques refaits en HD

Il faut d'ailleurs se rappeler qu'originellement,  les deux jeux étaient graphiquement assez différents puisque sortis sur deux consoles de générations différentes. Le premier Klonoa : Door to Phantomile est en effet un jeu PsOne, sorti en 1997 et le second, Klonoa 2: Lunatea's Veil, un titre PS2 sorti en 2001.  A l’époque, il y avait donc une vraie évolution entre les deux titres. Klonoa : Door to Phantomile était un titre très pixélisé avec des sprites façon Game Boy Advance tandis que Klonoa 2: Lunatea's Veil affichait des graphismes plus nets et des personnages plus détaillés en cell-shading.

Avec KLONOA Phantasy Reverie Series, les deux jeux s’offrent une vraie cure de jouvence et s'accordent désormais totalement aussi bien dans le fond que dans la forme. Cependant, sur Switch en tout cas, il ne faut pas s’attendre à retrouver des jeux en capacité de rivaliser avec les standards actuels. C’est coloré et très propre voire même par moment très joli mais on reste plus proches de jeux Wii en HD que de jeux PS4, même première génération. Une comparaison qui n’est pas totalement hors de propos sachant que Klonoa : Door to Phantomile a déjà eu droit à son Wiimake en 2008. Cependant, la version contenue dans KLONOA Phantasy Reverie Series n’est pas la version Wii remasterisée en HD (qui reprenait des éléments de l'opus 2.) Il s’agit d’une nouvelle version conçue spécialement pour le bundle. C’est dommage car la version Wii était plutôt réussie avec un côté un peu plus sombre, des cinématiques repensées et surtout des dialogues parlés. Namco a visiblement préféré revoir entièrement sa copie de façon a proposer deux jeux dans le même esprit. Exit donc la réalisation de l’opus Wii et ses (petits) changements, les développeurs ont préféré opter pour un côté délibérément « cartoon » avec des couleurs pétantes et des décors façon dessin-animé du samedi matin. Quand aux dialogues, il faudra se contenter du texte (en fr) et du langage phantomile, une langue imaginaire aux accents japonais. A part ça, les développeurs ont redesigné le personnage de Klonoa, ou plutôt contrairement à l’opus Wii, ils l'ont revu en se rapprochant de son design original. Sur Wii, Klonoa avait un côté très « Disneyen ». Il était très fin et élancé avec de très grosses mains et très gros pieds. Dans cette version, Klonoa est plus tassé et ses proportions sont plus modestes. On remarque aussi que dans l'opus 1, notre petit héros retrouve son collier de chat qui avait disparu sur Wii. Sinon, en bonne mascotte Namco, Klonoa porte évidemment toujours sa casquette siglée PAC-MAN.

Un vrai dessin animé

A l'arrivée, si on pourra préférer les parti-pris de la version Wii, Klonoa version Phantasy Reverie Series reste adorable et toujours agréable à l'œil d'autant plus que l'univers des jeux est très kawai et renvoie aux animés japonais des années 70.  KLONOA Phantasy Reverie Series a indubitablement un côté très régressif et pas seulement pour ceux ayant connu les grandes heures des premières Playstation. Si les deux jeux n'incluent aucun nouveau contenu ou niveaux supplémentaires, ils disposent désormais d'un filtre "pixel" pour celles et ceux qui auraient la curieuse idée de vouloir se croire sur GBA. Ils ont aussi un mode facile, rajoutant des cœurs, des vies infinies rendant Klonoa plus fort et des points de passage.  A dire vrai, les jeux ne sont pas vraiment difficiles à la base mais certains passages, comme souvent dans les jeux de cette époque, peuvent tout d'un coup se révéler beaucoup plus retors, ce qui pourra déstabiliser- surtout les jeunes joueurs. Au moins avec le mode "facile", ils peuvent recommencer plusieurs fois les passages difficiles sans avoir à reprendre le niveau depuis le début. Les jeux incluent aussi désormais un mode deux joueurs qui est plus comme un accompagnement puisque le joueur 2 ne peut qu'aider le joueur 1 avec des actions limitées. Et pour les joueurs pressés, il est possible de zapper les cinématiques ou de les passer en vitesse rapide.

Du côté du gameplay, pas de gros problème- une fois qu'on a capté les mécanismes. Il s‘agit toujours d’avancer et de suivre des chemins prédéfinis en utilisant le décor et les ennemis pour progresser. Il y a toujours un chemin évident mais aussi différents embranchements permettant  de farfouiller dans les niveaux. A la base, Klonoa peut courir, sauter et virevolter quelques secondes dans les airs. Grâce à un mystérieux anneau, qu’il récupère dès le début, Klonoa peut aussi saisir des ennemis ; une faculté indispensable qui lui permet avec un bon timing de sauter plus haut mais aussi de les utiliser comme projectiles et ainsi de se débarrasser d'autres ennemis, d'ouvrir des coffres ou encore d'actionner des mécanismes.

Un gameplay original

Petite particularité de la licence: si Klonoa évolue toujours sur un même plan en 2D (en avançant à gauche ou à droite ou encore en montant ou en descendant), il peut interagir avec l’arrière et le premier plan- l’environnement étant en 3D.  Ce n’est pas franchement évident les premières fois mais on comprend assez vite comment ça fonctionne et globalement, on s’y retrouve. Il est clair que Klonoa ne dispose pas d’un gameplay aussi limpide et évident qu’un Mario mais il est bien pensé. Klonoa répond bien et le game design a été savamment construit autour des capacités de Klonoa et des différentes perspectives 2D/3D. Une fois qu'on a compris les actions disponibles, le reste vient tout seul. Il faut parfois faire des enchaînements périlleux (surtout pour aller dans des coins bonus) et encore une fois, certains passages sont plus difficiles que d'autres mais c'est aussi ce qui fait le charme du jeu. Les jeux ne sont pas très longs en ligne droite; une douzaine de niveaux par jeu, entrecoupés de séquences animées et de phases de boss variées et souvent originales (qui font toujours la part belle aux mélange 2D / 3D.) Ils disposent cependant d'une bonne rejouabilité pour celles et ceux qui voudraient réellement tout explorer. Alors, oui, on aurait aimé quelques nouveautés, voire pourquoi pas, retrouver les autres jeux Klonoa  sortis sur consoles portables (2 titres GBA et un titre Wonderswan) mais en l'état pour 49€ (prix de lancement sur l'eShop- et plus ou moins en magasin) KLONOA Phantasy Reverie Series reste un bon investissement pour tous les fans de jeux de plateforme.

A l'arrivée,  KLONOA Phantasy Reverie Series nous permet de retrouver deux beaux jeux de plateformes de la fin des années 90 / début 2000 dans des versions très colorées qui plairont autant aux vieux briscards qu'aux nouveaux venus, et plus particulièrement aux jeunes joueurs. Notez que les versions Switch sont techniquement très réussies aussi bien en mode télé qu'en mode portable- le mode portable qui s'accorde parfaitement d'ailleurs avec ce type de jeu. 

 

 

7
25 ans après la sortie de l'opus original, KLONOA Phantasy Reverie Series nous permet de retrouver deux jeux de plateformes cultes des Playstation dans des versions éclatantes de couleur et accessibles pour tous les joueurs. Un trip nostalgique limite régressif qui fera plaisir aux vieux briscards et permettra aux nouveaux venus de découvrir un personnage adorable et attachant.

  • Joli et coloré
  • Des niveaux amusants et vertigineux
  • Un univers fantastique et poétique
  • Des boss variés
  • Une bande son réussie
  • La version Wii avait plus de caractère
  • Un mode deux joueurs limité
  • Des passages parfois subitement retors
  • Aucun nouveau contenu