Nintendo Switch

Doom 64 (Switch)

Test Switch

Doom 64 (Switch)

Par Lotario - Le 05/04 à 21:46

Doom 64 a été une sortie exclusive de la Nintendo 64 en 1997. La franchise Doom avait toute sa notoriété et le titre avait été un franc succès à l'époque. Alors que le reboot de la série a su conquérir le public, son dernier opus Doom Eternal est en cours de développement sur la Switch. Nous avons hâte de le voir arriver. Bethesda nous livre donc en attendant cette version 64 en partenariat avec Night Dive Studio. Le retrogaming fait-il son effet pour un tel titre ?

Je m'en charge !

Il faut se remettre dans le contexte de l'époque, ce type de titre vous mettait directement dans l'action sans se préoccuper de narrer quoique ce soit. Mais en 1997, nous avions le plaisir de lire la notice incluse dans la boîte du jeu pour y trouver la narration de l'histoire ou du moins planter le décors. Nous allons donc vous présenter la raison de votre prise d'armes. Ainsi, nous faisons suite aux événements de Doom 1 et 2. Le héros avait réussi à repousser l'attaque que mena les Enfers contre l'humanité. En fait, l'UAC (Union Aerospace Corporation) avait fait mener des expériences liées à la téléportation sur Mars, mais malheureusement une brèche a été ouverte vers les Enfers. Il s'en suivi une lutte féroce entre les démons et celui qu'on nomma le Doomguy qui réussi donc la prouesse de repousser l'armée diabolique. Revenons à ce qui nous intéresse, les événements actuels, car oui, tout n'était malheureusement pas fini.

Malgré la victoire de Doomguy, les démons proliféraient toujours sur certaines lunes de Mars. C'est ainsi que les forces armées furent le choix d'utiliser le nucléaire afin d'anéantir ce qu'il restait de démons sur ces lunes, parasitant au passage, à cause des radiations, tout leur système de détection... Il semblerait que quelque chose ait survécu. Quelque chose de malfaisant qui ramène à la vie les démons tués par les humains tout en les modifiant et en les renforçant afin de les rendre encore plus puissants ! On dépêcha un groupe de Marines dans l'espoir de stopper cette nouvelle armée survoltée. Malgré cette contre-attaque, les enfers prirent le dessus et le commando fût décimé. Enfin... Pas totalement puisqu'il reste un survivant ! Vous ! Armé d'un simple pistolet, vous allez tenter de renvoyer l'armée des enfers... en enfer !

Pose (pas) ton Gun

Vous débuterez l'aventure en effet avec un simple pistolet. Rapidement vous étofferez votre arsenal avec fusil à pompe, mitrailleuse, lance roquette, double tronçonneuse et le non moins célèbre BFG9000 (ainsi que d'autres armes). Comme à l'ancienne, on switch d'une arme à l'autre grâce aux gâchettes hautes de la manette. Vous aurez un bouton action afin d'ouvrir des portes ou actionner différents interrupteurs ainsi qu'une touche de course. Et voilà ! Oui, place à l'action. Nulle subtilité. On doit avant tout décimer toute une horde de démons de l'enfer, donc tirer et se mouvoir sera amplement suffisant. D'ailleurs, la caméra n'offre aucune possibilité de bouger verticalement. Le système de visée est donc relativement particulier et simple, il suffit de mettre la cible dans l'axe de votre arme. Si l'ennemi se situe en hauteur, votre personnage lui tirera dessus automatiquement tant que celui-ci est dans l'axe. Malgré les années, on reste sur un titre très nerveux et punchy. Les déplacements sont rapides et les ennemis, qui deviendront vite coriaces, vous demanderont de faire preuve de pas mal d'agilité lors de vos affrontements.

Si les premiers niveaux vous serviront de mise en bouche, vous rencontrerez de la résistance assez rapidement. Vous ne tarderez pas à rencontrer un panel d'ennemis qu'il faudra truffer de plombs encore en encore avant de les faire trépasser. Voilà qui offre un challenge garanti aux amoureux des jeux rétro comme aux joueurs aimant les défis. Les niveaux vont aussi peu à peu vous demander d'explorer chaque recoin, de courir après des clés, trouver les bon mécanismes ou encore attraper des armes parfois bien gardées. Même s'il reste un FPS légendaire, il n'en est pas moins que l'on retrouve un côté arcade très plaisant et en l'occurrence sur l'écran de résultat du niveau. En effet, cet écran vous indique si vous avez tué tous les démons ou non, les objets que vous avez collecté ou les zones secrètes que vous avez trouvé. Ce ne seront pas loin de 32 niveaux qui vous attendent. De plus, cette version Switch est aussi agrémentée de ce qu'on appellerait aujourd'hui un DLC. En effet, un contenu post-game est fourni, rallongeant le titre par rapport à sa trame originale. Sans dévoiler quoique ce soit, nous dirons simplement que quelqu'un prendra le relais après que vous ayez vaincu le boss final.

Pas pris une ride

Reprendre un jeu Nintendo 64 peut s'avérer compliqué en 2020. Autant les jeux rétro 2D gardent un certain charme, autant les jeux 3D vieillissent très mal. C'est là que Night Live Studio intervient. Sans dénaturer le titre orignal, ils ont adapté le tout aux écrans ainsi qu'à la définition actuelle. Les textures sont nettes, pas extrêmement détaillées car nous ne sommes pas sur un remake mais ça reste très propre. Les sprites ont eux aussi été lissés et même si leur animation est toujours en 2D, ça n'en est absolument pas choquant. Le titre est bien en 3D en terme d’environnement, mais tout le reste est en 2D : vos armes, les différents items ainsi que tous les ennemis. Même sur un très grand téléviseur, le tout passe très bien à l'écran. Un excellent travail de la part du studio. On notera bien évidemment la fluidité constante du soft.

On retiendra simplement une ambiance sonore quelque peu dépassée avec très peu de musique. Malgré tout, quand le thème phare de la série se met en route, autant vous dire qu'elle va vous porter dans votre massacre de démons. Au delà de ces points, les cris des ennemis restent du même acabit qu'à l'époque ainsi que le bruit de vos armes. Pas forcément gênant, mais un petit travail sur ce détail aurait rendu le tout parfait. Reste à évoquer le système de niveaux qui vous permet de noter des mots de passe (merci à la Switch et ses captures d'écran pour le coup). Toutefois, on peut largement se passer de ces derniers puisqu'il est possible de sauvegarder. A noter qu'en cas de mort, vous reprendrez au début niveau avec seulement votre pistolet de base.

8.5
Doom 64 réussit sa résurrection en 2020. Le titre n'a pas perdu de son charme et il faut saluer le travail effectué par Night Live Studio qui s'est attaché à nous rendre un portage (HD) de qualité. Le titre ravira les fans d'action, de labyrinthe et de challenge. Offrant du contenu supplémentaire par rapport à la version originale, la durée de vie du jeu n'en sera qu'encore meilleure. Fluide et nerveux, Doom 64 vous aidera sans mal à patienter jusqu'à Doom Eternal.

  • Nerveux et fluide
  • Portage de qualité
  • Le plaisir de trouver des zones secrètes
  • La difficulté du titre
  • Le BFG9000 !
  • Une ambiance sonore quelque peu dépassée
  • Parfois difficile de savoir où aller sans indication
Pas d'images pour ce test.