Nintendo Switch

Daemon X Machina

Test Switch

Daemon X Machina

Par Lotario - Le 11/09 à 14:00

Daemon X Machina est un titre qui s'est dévoilé pour la première lors de l'E3 2018 et nous avait donné bon espoir pour le catalogue de la Switch. Nous avions évoqué lors de la preview que le titre avait gommé beaucoup de défauts soulevés par les joueurs ayant testé la démo. Après quelques heures nous avions senti le bon potentiel du titre et la volonté des développeurs à offrir une expérience de qualité. Après avoir parcouru le soft bien plus en profondeur, est-il à la hauteur de nos espérances ?

Rebâtir un monde désolé

L'histoire débute sur un contexte plutôt édifiant où les humains ont subi une catastrophe terrible remettant en cause leur survie. Ainsi, ils ont dû faire face au fait où la lune s'écrase sur leur planète. Suite à ce terrible événement, l'humanité a dû faire face à une nouvelle menace : Des IA, des machines opposant une résistance à l'humanité. Ainsi, vous être un Reclaimer, une sorte de mercenaire œuvrant pour les intérêts de plusieurs consortiums suivant les missions que vous accepterez. En effet, vous aurez quatre consortiums auprès desquels offrir vos services. Il y a celui qui vous propose la plupart des missions, Orbital, dont l'objectif est de veiller à ce que les autres consortiums qui se livrent une concurrence et des intérêts potentiellement conflictuels ne finissent pas en guerre. Sky Union de son côté estime que toutes les ressources appartiennent à l'humanité et souhaite avant tout éradiquer les IA afin de rétablir la paix. Horizons, avec une philosophie plus conservatrice, souhaite défendre l'héritage de leurs prédécesseurs. Enfin, Zen s'axe bien plus sur la technique en offrant un armement et équipement de pointe à leurs Reclaimers.

Au-delà des consortiums, vous allez rencontrer différents groupes de mercenaires qui vous accompagneront lors de vos missions. Chacun ayant ses propres défis et intérêts, il sera difficile au début de vous y retrouver tellement vous aurez de noms à retenir. Vous par contre, serez constamment appelé Rookie par vos coéquipiers, ce qui m'a souvent esquissé un sourire alors que je me rendais compte que je faisais 90% du job durant les missions. C'est ainsi que peu à peu vous sentirez l'estime grandissante de vos compagnons. C'est assez intéressant de découvrir chaque personnalité et de parfois vouloir se mettre en concurrence avec eux, mais aussi pour certains avoir envie d'en faire des compagnons d'armes. En tant que mercenaire, il vous sera confié dès le début de votre carrière un Arsenal : un Mécha embarquant tout un tas d'équipement afin de mettre à mal vos ennemis mécaniques dépourvus d'âme. Vous voilà paré pour débuter votre carrière de Reclaimer et par conséquent gagner de l'argent et de l'équipement tout en contribuant à la reconstruction d'un monde en paix.

Avoir tout un Arsenal !

L'Arsenal sera la pièce maîtresse du soft. En effet, vous aurez l'occasion de peaufiner votre machine et la rendre de plus en plus puissante. Ainsi, vous devrez choisir chaque pièce comme le torse, la tête, le bras droit et gauche, et les jambes. Au-delà de l'esthétique, chaque pièce apportera son lot de bonus afin de donner une orientation à votre machine et améliorer au mieux chacune de ses statistiques. En effet, vous aurez cinq statistiques qui vous donneront un aperçu de votre machine. En clair, la durabilité sera l'indicateur de votre capacité à encaisser les coups et de ce fait sera garante de votre survie lors des missions. Un atout à ne pas négliger donc. Ensuite, la puissance de feu qui ben évidemment reflète à quel point vous mettrez à mal vos ennemis. Les munitions qui vous assurent le stock que vous pourrez emmener. La mobilité sera l'élément qui fera de votre Arsenal une machine agile et réactive. Enfin la détection sert quant à elle à tirer sur vos cibles à plus grande distance. En veillant à améliorer chaque capacité, vous aurez une machine polyvalente. Mais pour changer ces statistiques il faudra trouver ou acheter des pièces. Vous pourrez trouver des pièces sur un Arsenal ennemi ou une épave d'Arsenal, car oui, les IA ennemis en posséderont. Avec ces pièces, il faudra vous constituer un véritable arsenal pour votre... Arsenal. Vous aurez la possibilité d'embarquer un sacré barda. Chacun peut être équipé et il est possible de stocker deux armes à l'arrière du Mécha afin de switcher à loisir. De plus, un emplacement auxiliaire existe aussi sur lequel il est possible d'y placer des lances roquettes ou missiles afin de faire encore davantage de ravages. En matière d'arme, vous devrez faire un choix entre arme de prédilection et armes nécessaires au bon accomplissement d'une mission : armes à balles tels les fusils d'assaut, mitrailleuses, bazooka, pistolets et autres joyeusetés. Vous pourrez aussi disposer d'armes lasers, de boucliers mais aussi d'armes au corps-à-corps (il est en revanche dommage qu'on ne puisse enchaîner les attaques à l'épée et que ce soit un simple coup unique)

Vos premières missions se résumeront en effet à nettoyer des zones infestées par les IA. Ce sera l'occasion de découvrir plusieurs territoires et apprécier la diversité des décors. Vous évoluerez donc dans des zones limitées de combat mais suffisamment grandes pour voguer dans tous les sens et ne jamais se sentir à l'étroit. Justement, la crainte de la répétitivité étant là, on apprécie que les missions se diversifient peu à peu en proposant la destruction d'objectifs, l'escorte de personnalités, l'exploration de lieux, la défense de points stratégiques et bien évidemment la rencontre de boss qui vous donnera parfois du fil à retordre. Le gameplay répond vraiment très bien et les sensations ressenties lors de la preview se sont confirmées. Le tout est très nerveux et réactif. On prend plaisir à tirer dans tous les sens et enchaîner ses victimes. Toutefois, tout n'est pas si facile et vous rencontrerez des IA plus redoutables que d'autres. Esquiver et battre en retraiter le temps de trouver un meilleur angle d'attaque sera parfois indispensable, ce qui évite au titre d'être juste un shooter sans challenge. Il ne faut cependant nier que parfois, dans le feu de l'action, il nous arrivait de perdre nos cibles de vue et ainsi ressentir quelques difficultés sur certaines missions. Rien de bien gênant ceci dit, il suffit parfois d'appréhender la mission différemment et le tout s'opère bien mieux.

Enfin, il est à noter que développer votre Arsenal ne sera pas la seule solution pour gagner en efficacité. Un point non abordé jusqu'à présent est le fait qu'en cas de défaite avec votre Arsenal, vous allez vous retrouver à pied... Oui, un Reclaimer face à toutes ces machines. Un aspect appréciable qui vous offre une seconde chance en cas d'échec mais avec un sentiment d'impuissance. Enfin, vous aurez la possibilité de vous défendre armée d'une arme de poing. Afin de vous garantir une meilleure survie, vous pourrez aussi, moyennant finance, améliorer votre avatar. Vous aurez accès à un centre dont les services ne sont autres que des améliorations de votre corps. Il y aura donc trois arbres de talents chacun dédié à une partie du corps : la tête, le haut du corps et le bas du corps. Il faudra choisir avec attention en revanche comment développer votre personnage. Une partie de ces modifications affecte donc bien évidemment le personnage mais d'autres talents impacteront certaines mécaniques de votre Arsenal. D'ailleurs, suivant ce que vous choisirez, des modifications visuelles se feront sentir sur notre personnage avec un résultat parfois surprenant... Dernier point à évoquer, le Femto. Cette ressource, pour l'appeler ainsi, vous permettra de déclencher un « pouvoir » projetant un double de vous-même tant que vous en disposez. Cette fonctionnalité s'avère très efficace pour asséner plus de dégâts ou utiliser votre copie comme leurre.

Il en a sous le pied

Sur le pan technique, le titre a apporté les améliorations réclamées par les joueurs depuis la démo. C'est stable, même très stable hormis de très légères saccades très très ponctuelles. Nous sommes donc très loin des problématiques recensées en début d'année. On pourra regretter une palette de couleurs peu chatoyante qui bride un peu l'aspect customisation de son Arsenal. Effet, il sera possible d'appliquer des teintes (le barioler par exemple) et de choisir les différentes couleurs que l'on souhaite sans oublier l'ajout de stickers à apposer sur plusieurs endroits de la machine. Toutefois, le côté terne ne gâche rien puisqu'il est garant de la sobriété du jeu et du contexte dans lequel on évolue. Les décors en revanche ne sont pas franchement folichons. Ce n'est bien évidemment pas moche, mais ça reste quelque peu simpliste et ça manque parfois de détail. Ceci dit, l'action est telle que l'on n'a pas réellement le temps de s'y attarde. Toutefois, certains décors sont très agréables à l’œil. Ce titre exclusif à la Switch a su tirer parti des capacités techniques de la console et offre une réalisation plus qu'honorable (on est sur Switch, ne l'oublions jamais).

Enfin, il est important de mettre en avant le contenu du titre qui est plutôt conséquent et vous offrira de belles heures devant vous. La recherche du meilleur équipement et l'optimisation seront aussi au cœur de vos préoccupations. Cet aspect s'avère vite addictif et on n'hésite pas à se constituer plusieurs types de configurations du fait que nous ayons la possibilité de créer des panoplies. La bande-son quant à elle est plutôt bien rythmée et collera parfaitement à l'action. De plus, le soft offre les doublages en japonais qui sont bien évidemment de très bonne facture. Bémol en revanche sur les dialogues... Il est difficile de suivre ce qui se dit lors des combats. Il y a en effet beaucoup d'échanges entre les différents protagonistes et on passe souvent à côté du fait que l'on ne puisse rester passif. C'est d'autant plus dommage que ces échanges traduisent souvent des liens entre les mercenaires. Mais entre la causette et la guerre, le choix est vite fait !

 

8.5
On peut dire que Daemon X Machina a réussi son pari. Ce shooter de très grande qualité avec en toile de fond des méchas survitaminés vous procurera un réel plaisir que ce soit en terme de gameplay ou de contenu. Parti de loin avec une démo ayant fait bondir négativement les joueurs, nous sommes en présence désormais d'un titre abouti ayant une profondeur réelle.

  • La nervosité du titre
  • La personnalisation de l'Arsenal
  • La durée de vie
  • La fluidité
  • Des décors pauvres
  • Trop de dialogues en pleine action
  • Parfois un peu brouillon