Nintendo Switch

Test : Tokyo Mirage Sessions #FE Encore - À la croisée des mondes

Par ggvanrom - Le 16/01 à 09:00

Sortie majeure pour Nintendo et Atlus en ce début d'année, Tokyo Mirage Sessions #FE Encore sera disponible dans les étals à compter du 17 janvier 2020. Après un échec sur Wii U dû à une communication peu importante, une console qui n'a pas attiré les masses, et l'absence de traduction du titre alors qu'édité par NintendoTokyo Mirage Sessions #FE Encore est l'ultime tentative pour Atlus et Nintendo de démontrer que oui, les licences Persona et Fire Emblem peuvent cohabiter dans une seule et même expérience vidéoludique.

Après plus de 40 heures à explorer Tokyo en compagnie d'Itsuki et de ses compagnons, l'heure et venue de vérifier si les améliorations apportées à Tokyo Mirage Sessions #FE Encore pour sa sortie sur Nintendo Switch méritent que l'on s'y penche "Encore" dessus.

Proposer un J-RPG mêlant les univers de Persona et de Fire Emblem avec une thématique centrée sur l'art et les idols... qu'est-ce qui a pu passer par la tête d'Atlus et de Nintendo pour nous proposer une idée pareille, qui s'adresse au final à une niche de joueur assez petite ? Pour situer le jeu très simplement, Tokyo Mirage Sessions #FE Encore nous met dans la peau d'un jeune lycéen dénommé Itsuki Aoi. Si rien ne le destinait au départ à faire carrière dans le monde de la scène, ce n'était pas le cas de son amie d'enfance Tsubasa Oribe, bien décidée à devenir idol afin d'en apprendre plus sur le tragique incident survenu 5 ans avant le déroulement de l'histoire. L'incident en question ? La disparition de sa sœur ainée, et de plus de 1000 autres personnes dans une salle d'opéra. Tsubasa est la seule personne à ne pas avoir disparu ce jour-là.

Pour lire le test complet de Tokyo Mirage Sessions #FE_Encore, cliquez ici !