Nintendo Switch

SPYxANYA: Operation Memories

Test Switch

SPYxANYA: Operation Memories

Par ggvanrom - Le 04/07 à 19:00

C’est en 2024 que la licence Spy X Family rentre dans une nouvelle dimension avec la sortie de son premier jeu vidéo SYXAnya. L’œuvre étant difficile à résumer à un seul genre, les développeurs ont opté pour un mélange de minijeux mettant en avant la famille Forger, et plus précisément la petite Anya. Pari réussi ?

Test réalisé à partir d'une version personnelle.

WAKU WAKU !

Premier point important avant de commencer SPYxANYA, les développeurs partent du principe que vous connaissez déjà l’œuvre originale. Ici il n’est pas question découvrir l’ensemble de l’œuvre depuis ses débuts, mais bien d’incarner Anya dans ce que pourrait donner sa vie quotidienne en compagnie de ses parents. Nous commençons ainsi l’histoire directement à l’académie sans aucune forme d’introduction sur l’univers et les personnages.

C’est donc après une journée d’école que nous prenons le contrôle de la petite Anya. De retour chez elle, elle se remémore un travail donné par son école : compléter un journal en y consignant les différentes activités faites avec sa famille durant son temps libre. Le genre du jeu est assez difficile à décrire, mais voyez un genre de simulation de vie complété par plusieurs minijeux, tous centrés sur l’univers de SPYxFAMILY. Le but sera ainsi de planifier une sortie avec Anya dans différents lieux de vie, afin de déclencher différents mini-événements qui permettront de faire des photos pour compléter votre journal.



Agent Anya au rapport !

Comme indiqué plus tôt, les sorties sont l’occasion de déclencher des mini-événements illustrant le quotidien d’Anya dans sa famille. Le jeu étant modélisé en 3D, nous déplaçons Anya dans les différents environnements du jeu, et nous devons trouver les points d'intérêts déclenchant ces fameux événements. Le jeu prend alors la forme d’un mini jeux de photographie où le score est déterminé par 3 facteurs : La netteté, le cadrage, et l’action capturée. Le jeu se voulant tout public, il y a des repères colorimétriques vous indiquant quand vous avez les réglages parfaits pour obtenir vos 3 étoiles. Il est dommage d’ailleurs que le jeu ne soit pas un peu plus permissif, ne donnant l’occasion d’avoir un score parfait qu’avec 1 ou 2 poses maximum pour chaque scène pour avoir le meilleur score possible. Lors des sorties en famille, Si l'on utilise les 3 objets cités, on peut déclencher une ultime photo de famille.

Une fois la photo prise, Anya gagne des points Euréka qui lui serviront une fois retourné au domicile familial. Après avoir dîné ou avant de partir à l'école le matin, Anya peut consulter son journal afin d’effectuer une série de minijeux illustrant le quotidien de la famille. Le premier minijeu que vous essaierez sera d’ailleurs probablement la découpe de légume en compagnie du « Cordon Bleu » Yor. Comme indiqué plus tôt, il est dommage que les développeur aient fait l’impasse sur la présentation des personnages. Le contexte de création de la famille factice Forger est complètement passé à la trappe, de même que la capacité de Yor à rendre infecte chaque plat qu’elle prépare. Sans compter les activités de Loid en tant qu’espion et de Yor en tant qu’assassin professionnel qui sont découverts par les non connaisseurs de la licence de manière complètement aléatoire en sélectionnant un des mini-jeux de la liste.

Point agréable, la licence surfant sur de nombreux genres, les minijeux sont également d’une grande diversité. Nous retrouverons ainsi le jeu de découpe de légumes qui se base sur vos réflexes, le jeu balle au prisonnier culte de l’école Eden, ou encore les missions d’infiltration de Loid en tant qu’espion, ou encore les contrats d’assassinats de Yor. Il est dommage en revanche que la qualité et l’équilibrage de certains jeux ne soient pas réguliers (les infiltrations de Loid sont une plaie). Les minijeux ont chacun 3 niveaux de difficulté qui se débloquent à force de dépenser des points Eurêka. De plus, des missions sont à réaliser durant les minijeux, permettant de débloquer des tickets qui serviront dans une loterie à laquelle on peut accéder avant chacune des sorties familiales.

Un rendu mitigé, mais fidèle à l’œuvre.

SPYxANYA étant un jeu 3D, les développeurs se sont calés sur le style graphique de l’animé pour modéliser personnages et décor. Si sur Nintendo Switch le rendu n’est pas parfait, à commencer par un peu d’aliasing et la rigidité d’Anya dans ses déplacements, il faut avouer que le rendu reste assez fidèle à l’œuvre originale. Les mimiques des personnages, à commencer par celles d’Anya sont bien retranscrites, et tous les personnages principaux connus de l’œuvre jusqu’à présent sont présents d’une manière ou d’une autre. 

Côté personnalisation, une fois les minijeux terminés, vous gagnez des points qui vous permettront de passer par la boutique du jeu. Cette dernière permet d’acheter des accessoires qui déclencheront des événements spéciaux lors de vos balades, mais aussi des accessoires de personnalisation comme des tenues, chapeaux et coiffures. Tirés pour la plupart de l’œuvre originale, s’équiper des différents accessoires permettra de booster différentes statistiques comme le nombre de points Eurêka gagné, le nombre de points de jeu à dépenser dans le magasin, ou encore la vitesse de déplacement d'Anya.

7
Pour une première entrée en matière, SPYxANYA reste une proposition intéressante. Si l’on regrette l’absence d’une meilleure introduction de l’histoire et des personnages, le jeu a le mérite de rester fidèle à l'animé et de proposer une variété de minijeux qui feront plaisir aux joueurs de tout âges.

  • Anya toujours aussi mignonne avec ses mimiques...
  • Des minijeux variés
  • Les photos et illustrations qui dévoilent le quotidien de la famille Forger
  • Possibilité de jouer à deux en local aux minijeux.
  • Un magasin riche en accessoires
  • Les déplacements d'Anya sont assez rigides
  • Formule assez répétitive
  • Zones de jeu assez cloisonnées et avec peu d'intéractions
  • Quelques faiblesses techniques (aliasing)