Nintendo Switch

Prinny Presents NIS Classics Volume 2

Test Switch

Prinny Presents NIS Classics Volume 2

Par ggvanrom - Le 12/05 à 08:00

Après une première compilation sortie en septembre 2021 sur Nintendo Switch, NIS America continue la promotion de son catalogue de licence étant passés injustement sous les projecteurs ces dernières années au profit de leur licence phare Disgaea. Cette fois-ci, ce sont deux nouveaux RPG qui nous sont proposés : Makai Kingdom: Reclaimed and Rebound et ZHP: Unlosing Ranger vs. Darkdeath Evilman. 

Du roi des démons au héros justicier

NIS Classics Vol 2Bien que la licence Disgaea soit celle que l’on associe le plus souvent à NIS avec son humour décalé et son extravagance, ces dernières années les développeurs du studio ont eu l’occasion de réaliser divers titres côtoyant de près ou de loin l’univers de Disgaea, adaptant même ses codes dans de nouvelles licences. C’est notamment le cas de Makai Kingdom: Reclaimed and Rebound et de ZHP: Unlosing Ranger vs. Darkdeath Evilman qui, même s'ils ne partagent pas les mêmes mécaniques, ont cette touche propre au côté déjanté de NIS. 

Dans Makai Kingdom: Reclaimed and Rebound, nous suivons l’histoire de Lord Zetta, un Overlord d’un des nombreux Netherworld qui, à cause de son égo sur-dimensionné inversement proportionnel à son QI va détruire son propre monde, et va être réduit à cacher son âme dans un livre prophétique pour survivre. Accompagné de deux autres démons, il aura la lourde tâche de rebâtir un Netherworld de zéro, en pouvant compter sur toutes les crasses possibles de ses amis diaboliques. 

Dans ZHP: Unlosing Ranger vs. Darkdeath Evilman, nous abandonnons un instant les rôles estampillés de grands méchants pour se retrouver du côté de la Justice. Dans un monde parodiant à merveille l’univers des super-héros, nous retrouvons le plus grand d’entre eux dénommé Unlosing Ranger, quelques secondes avant son affrontement contre le dangereux Darkdeath Evilman. Trois fois hélas, ce héros supposé invincible meurt écrasé par un véhicule, et approche un pauvre piéton (vous) pour lui demander d’endosser le rôle du héros. Seulement comment peut bien se dérouler un affrontement entre le chef des super-vilains et un héros niveau 1 tout juste affublé de son costume ? Heureusement le Super Bébé vous fera gagner du temps pour que vous puissiez vous entraîner dans une dimension parallèle afin d’être en mesure d’éliminer votre Némésis.



Quand Disgaea rencontre Phantom Brave

Si la patte graphique de Takehito Harada se fait toujours autant sentir dans ces deux « nouveaux » titres, au point que l’on a l’impression de voir des spin-off de Disgaea, Makai Kingdom: Reclaimed and Rebound et ZHP: Unlosing Ranger vs. Darkdeath Evilman n’en restent pas moins deux titres uniques de par leur gameplay et leurs mécaniques. 

Dans le cas de Makai Kingdom: Reclaimed and Rebound, on se retrouve dans un Tactical-RPG mixant les éléments de Disgaea et de Phantom Brave que les plus jeunes ont pu découvrir dans la première compilation des NIS Classics parue l’année dernière. Pour résumer brièvement, vous n’aurez pas de personnages principaux, mais des minions à invoquer à l’aide d’objets que vous trouverez dans votre HUB ou durant vos combats. Chaque objet dispose de caractéristiques propres qui apporteront bonus et malus aux créatures que vous invoquerez. Coté combat, les déplacements se feront comme dans Phantom Brave. Les personnages seront invoqués via Lord Zetta sur le terrain, et se déplaceront librement dans un périmètre d’action circulaire. Terminé l’obligation d’éliminer tous les ennemis, vous pourrez vous contenter de simplement éliminer le nombre requis pour atteindre le nombre de points nécessaires pour conclure un combat.

Côté nouveautés, nous aurons l’occasion d’invoquer des bâtiments avec des alliés à l’intérieur, ainsi que des véhicules d’assaut. Il faudra toutefois faire attention à leur utilisation, car un bâtiment effondré verrait mettre tous les personnages s’y cachant KO, et un véhicule peut également être retourné par l’ennemi. Enfin, il est à noter que les cartes des combats, à défaut d’être spécialement jolies, sont morcelées. On débute souvent une partie sur une toute petite portion de terrain, et vaincre un ennemi en particulier, ou en envoyer valser un en-dehors de l’aire de combat peut faire apparaître une portion de terrain supplémentaire, avec des ennemis désireux d’en découdre. Il vous faudra ainsi faire particulièrement attention à vos unités, et ne pas lésiner sur l’aspect farming. Les adversaires ne feront preuve d’aucune pitié, et équiper et soigner vos unités risque de vous coûter rapidement très cher en cas de mauvaise tactique.



De zéro à héros

Du côté de ZHP: Unlosing Ranger vs. Darkdeath Evilman, NIS avait fait le choix d’abandonner l’aspect Tactical-RPG pour s’adonner à un genre parent : le Dungeon Crawler, ou Donjon-RPG. Ici il est donc question d’incarner un seul personnage qui se déplace case par case dans des donjons générés aléatoirement. Chaque déplacement déclenche un déplacement ennemi, et si vous entrez dans le champ de vision de l’un d’entre-eux, il vous prendra alors en chasse. Il faudra donc bien exploiter le terrain, vous équiper des différentes armes que vous ramasserez afin d’éliminer vos adversaires et tenter de progresser dans votre entraînement et constater lors de certaines fins de chapitre à quel point vous êtes insignifiant comparé au Darkdeath Evilman. 

ZHP a également intégré la notion de durabilité des armes qui deviendront moins puissantes si trop utilisées, ainsi qu’une jauge de faim. Chaque action fait diminuer votre jauge, et si cette dernière atteint zéro vous risquez de décéder et de revenir au hub central. Heureusement, ZHP propose un concept très original. Si vous perdez dans un donjon, vous êtes ramené au niveau 1, par contre vous gagnez des points bonus qui amélioreront vos stats de base de manière permanente. Mieux, vous débloquerez aussi rapidement le Shadowgram permettant de changer vos armes en puce pour augmenter encore plus vos statistiques de super-héros. On regrettera cependant que l’inventaire soit si étroit, nous obligeant à faire des choix cornéliens entre la nourriture à embarquer pour notre survie, ou conserver des armes en vue de les convertir plus tard. Car si une défaite ne nous freine pas tant que ça en terme d’évolution de personnage, les objets transportés sont quant à eux définitivement perdus si on est mis KO.



Des jeux à mourir de rire à défaut d’être jolis.

Si dans la forme les deux titres de la compilation proposent des univers différents, on ne pourra pas leur retirer leur patte comique, voire tragicomique typique de la société Nippon Ichi Software. Dans le cas de Makai Kingdom, on appréciera à quel point l’Overlord Zetta en prend littéralement plein la figure à chaque chapitre lorsque ses compagnons et rivaux viennent littéralement se moquer de sa condition de livre de poche, de l’anéantissement de son Netherworld, et autres joyeusetés. Concernant ZHP, l’humour est lui aussi omniprésent et ce dès son introduction avec le décès du premier héros, les nombreux dialogues loufoques, ou encore les mises en scène comme notre fameuse épouse Prinny qui nous fera de bons petits plats à condition de bien l’entretenir en lui ramenant régulièrement de l’argent. Côté humour nous sommes décidément en terrain connu. La seule ombre au tableau tient du fait que les jeux sont proposés uniquement avec des sous-titres en anglais.

Côté finition en revanche, on a encore un sentiment de déception comme pour Prinny Presents NIS Classics Volume 1. Si cette fois-ci nous avons la possibilité de jouer aux deux titres en format 16:9, les titres ont une nouvelle fois gardé leur résolution d’origine. En d’autres termes, un jeu PS2 (Makai Kingdom) ou PSP ( Z.H.P.) sur la Nintendo Switch en mode portable ça passe encore, mais si vous jouez sur un grand écran vous allez rapidement déchanter en voyant le rendu pixellisé et flou des décors et des personnages. Concernant Makai Kingdom c’est encore plus flagrant que dans la compilation précédente car le titre de base était déjà réputé pour avoir une esthétique en déçà des autres titres du studio. On se réconfortera en se disant que le titre intègre le DLC Petta Mode, mais encore une fois il aurait été tellement satisfaisant d’avoir un vrai filtre HD sur ces deux titres qui sont destinés à être joué sur grand écran.

7
Prinny Presents NIS Classics Volume 2 est le moyen idéal de pouvoir découvrir à coût raisonnable deux titres de qualité du catalogue de Nippon Ichi Software injustement méconnus du grand public. Bien que l’on salue le fait de pouvoir découvrir deux titres en un sur une cartouche, on regrette une nouvelle fois que le studio n’ait pas fourni plus d’effort en proposant un lifting digne de ce nom pour ces deux jeux qui nous font souffrir sur grand écran. A réserver pour une expérience portable. Mais que l’on ne se trompe pas, hormis l’aspect visuel, Makai Kingdom: Reclaimed and Rebound et ZHP: Unlosing Ranger vs. Darkdeath Evilman restent deux titres de qualité à découvrir d’urgence si vous êtes un fan de NIS et de l’univers de Disgaea.

  • Un Tactical-RPG et un Donjon-RPG sur une seule cartouche
  • Deux univers propres
  • Un humour décapant pour chaque titre
  • Le Petta Mode inclus dans Makai Kingdom
  • Le côté farming très prenant de ZHP
  • Les jeux piquent les yeux en mode salon
  • Toujours pas de sous-titres en français
  • Il faut aimer les longues sessions de farming
  • Makai Kingdom n'est pas le plus beau jeu du catalogue de NIS