Nintendo Switch

Oddworld Munch's Oddysee

Test Switch

Oddworld Munch's Oddysee

Par ArwennaVampyr - Le 16/05 à 10:00

L'univers Oddword débuta avec les aventures d'Abe en 1994. La pentalogie dont Munch's Oddysee en est le troisième volet nous arrive maintenant sur Switch avec le portage du remastered réalisé en 2012 sur Playstation 3 et PSVita. Initialement sorti en mars 2002 sur la Xbox, Munch's Oddysse aura fait du chemin pour rejoindre le catalogue de la console japonaise. Notons surtout que ce titre fut le premier opus de la franchise à être en 3D. Alors, Munch a-t-il pris des rides depuis sa toute première sortie il y a de ça 18 ans ?...

Loué soit le Raisin Mythique !

Replaçons les choses dans leur contexte pour mieux comprendre cet opus. Nous découvrons nos personnages sur la planète Oddwolrd, un gigantesque monde où habitent une multitude d'espèces. Le monde est divisé en deux « clans » bien distincts, si l'on peut dire. Nous avons les peuples proches de la nature comme les Mudokons, les Fuzzles ou encore les Gabbits qui essayent de résister à l’industrialisation des Glukkons et des Vykkers ainsi qu'à leurs esclaves...

Le « Raisin Mythique » , créature sage et ancienne, plus vieille que les premières civilisations et au don de prémonition, apprend à Abe qu'un Gabbit aura besoin de son aide afin de sauver la nature, une fois de plus en danger à cause des industriels. De son côté, notre principal héros, Munch, se fait capturer afin de devenir une pauvre créature réduite à l'état de cobaye dans un laboratoire. Les modifications qui lui sont alors apportées lui permettront d'aider les Fuzzles présent, également retenu contre leur gré pour des expériences. En se serrant les coudes ils arrivent tant que bien que mal à s'évader tout en croisant Abe, venue les délivrer sur les conseils du Raisin Mythique. Le duo une fois formé devra user d’amitié afin de pouvoir sortir de l'esclavage les pauvres Mudokons et Fuzzles tout en essayant de mettre la main sur une boîte de Gabbiar afin de sauver l'espèce de Munch, les Gabbits.

Munch par ci, Abe par là.

Le principe du jeu est simple. Terminer le niveau en essayant de détruire tous les ennemis et sauver toutes les pauvres créatures présentes dans celui-ci. Il vous faudra switcher entre Munch et Abe afin de mener à bien votre mission. Récupérez sur votre passage la mana (graine de spooce) qui vous sera très utile pour progresser. Ces fameuses graines vous permettront d'ouvrir des passages, de pouvoir faire revenir à la vie des alliés tombés au combat et même de pouvoir les transformer afin de les rendre plus fort en les armant d'arc ou de Tomahawks pour les Mudokons. Le nombre fait clairement la force du jeu. A vous seuls vous serez incapables de venir à bout même d'un simple ennemi. Dans la peau d'Abe, envoyez vos Mudokons combattre à vos côtés où usez de magie afin de prendre le contrôle de vos ennemis ( les Sligs) et ainsi les frapper de l’intérieur. Munch a lui aussi ses alliés de poids, bien que les Fuzzles soient des petites boules de poils rikiki, leur bouche est garnie d'un très grand nombre de dents affûtées. Ils ne sont pas très résistant mais leur nombre et leur vitesse en feront des alliés redoutables dans les mêlées. Vous trouverez régulièrement dans les niveaux des tableaux vous permettant d'avoir un coup d’œil sur vos alliés encore emprisonnés et combien d'ennemies vous avez déjà défait.

Bien que la prise en main soit assez facile, vous trouverez régulièrement des pierres vous servant de tutoriel tout au long du jeu. Pour progresser il vous faudra parfois faire fonctionner votre matière grise afin de trouver le moyen de détruire vos ennemis ou la manière de pouvoir passer un obstacle. Il vous faudra tirer le meilleur de vos deux héros. Abe a la magie pour lui et est rapide sur terre. Munch est une créature marine. La terre ferme ne lui réussit pas mais il est très rapide dans l'eau. Heureusement vous trouverez des fois des fauteuils roulants pour permettre à Munch d'aller plus vite sur terre. Bien que Munch n'utilise pas la magie il a la technologie de son coté. Il est donc capable d'utiliser des machines et des distributeurs de boissons à son avantage pour pouvoir lancer des éclairs avec son antenne greffée sur son crâne. Pour protéger votre équipe il vous faudra parfois vous la jouer solo et vous pourrez alors demander à vos alliés de ne pas vous suivre. Dommage qu'un appel de groupe ne soit pas disponible et que vous deviez alors parler à chaque membre de votre groupe pour qu'ils se remettent à vous suivre. Quand vous en avez deux ça va mais quand vous en avez 8... c'est long !...

Fait intéressant c'est que le jeu possèderait deux fins différentes... à vous de les découvrir.

Portage poussiéreux.

Les jeux Oddworld sont pour certains un classique pour bien des raisons mais aujourd'hui, avec un gameplay un peu vieillissant nous aurions pu espérer un rattrapage sur autre chose mais rien. Aucune musiques en jeu, juste des effets qui deviendront vite énervants. Entre les « croin, croin » des ennemies et les « bibidi » stridents des boules de poils vous baisserez très vite le volume de votre console. Que le jeu à l'époque soit en anglais, c'était une autre époque justement, mais maintenant !... Aucun sous-titres dans d'autres langues, ou même un pâtch pour les télécharger comme cela se fait sur d'autres jeux. Bien que vous soyez guidé tout au long du jeu par un PNJ qui vous explique ce que vous devez faire... bonjour l'accent ! Si vous n'êtes pas bilingues, bon courage pour comprendre son charabia. Vous avez certes accès à une vidéo qui vous résume les premiers opus, c'est très bien si nous découvrons la saga avec ce troisième volet mais encore une fois la langue est un frein. Et les graphismes !!! Nous pouvons facilement trouver des comparatifs de cinématiques du titre « Abe's Oddysse » de 1997 et de son remaster de 2015 « Oddworld : New'n' Tasty » et la cinématique mis dans le jeu Switch est l'originale et non la nouvelle version bien plus jolie. Et nous savons très bien que la Nintendo Switch serait capable de faire tourner une telle vidéo.... Consolons-nous en nous disant que graphiquement ce n'est pas la panacée et qu'ils auraient pu essayer de refaire un effort sur les graphismes mais il n'y a pas beaucoup de différences visuelle entre le petit et le grand écran.

7.5
Oddworld Munch's Oddysee reste effectivement un bon titre à découvrir. L'univers, l'humour et l'histoire en général donne clairement envie d'en savoir plus sur les autres titres de cette pentalogie. Quel dommage qu'en 2020 ce jeu voit le jour sur Switch comme un simple portage et non pas comme un remake. Munch et Abe aurait bien mérité un petit coup de jeune.

  • Tutoriel présent tout au long du jeu
  • Présence d'une vidéo récapitulative des premiers opus
  • Fins alternatives
  • Interactions multiples et casses têtes qui rythment bien le jeu
  • Pas d'appel de groupe pour les alliés
  • Jeu en anglais sans sous-titres
  • Effets sonores rapidement énervants
  • Peu d’améliorations graphiques
Pas d'images pour ce test.