Nintendo Switch

Dragon's Dogma : Dark Arisen

Test Switch

Dragon's Dogma : Dark Arisen

Par Saurus_no_Haineko - Le 13/06 à 00:01

 

Mon expérience avec Dragon’s Dogma est assez particulière. La première fois que j’ai testé la chose, c’était sur PS3, il y a fort longtemps. J’avais lâché le jeu très rapidement, en ayant détesté le peu de temps que j’y avais passé. On m’avait dit « C’est comme Monster Hunter, mais en Open World », et la douche a été froide. L’âge et l’expérience avançant, je me suis toujours demandé si cette mauvaise expérience ne venait pas de moi davantage que du jeu. Et c’est là que Capcom est intervenu, en décidant de porter le jeu sur Switch. L’occasion pour moi de retenter l’expérience. Pour le pire ?

 

I) Cœur de Dragon

 

Le Dragon est une entité apocalyptique, apparaissant occasionnellement en détruisant tout sur son passage. Malheureusement, il décide d’apparaître près du village de pécheur où vous habitez. Et vous vous situez en plein sur son passage… Seulement voilà, vous êtes courageux, et vous décidez de prendre une épée rouillée pour lutter contre le vil reptile. Vainement, il vous balaie aisément. Mais voyant votre vaillance, il décide de jouer un peu avec vous : Il vous vole littéralement votre cœur. Vous devenez ainsi l’Insurgé, un être condamné à errer et à tuer le dragon, pour récupérer ce qui lui a été volé.

Pour se faire, vous n’êtes pas seul. Vous serez accompagnés de Pions. Des êtres aux origines inconnus et sans volonté dont le seul but et d’aider l’insurgé dans sa quête. Vous aurez l’occasion d’en créer un qui sera votre plus fidèle compagnon, choisissant ses caractéristiques, ses armes et son équipement. Mais vous pourrez aussi compter sur les pions de tous les joueurs de Dragon’s Dogma, que vous pourrez recruter. Et dire que vous en aurez besoin tout au long de votre quête serait minimiser la réalité…

 

II) Un jeu aussi bon que frustrant 

Si l’univers de Dragon’s Dogma est tout à fait intéressant, ce sont ses mécaniques de jeu qui rendent le jeu à la fois attrayant… Et repoussant. Ce qu’on veut dire par là, c’est que le gameplay du jeu une fois maîtrisé est un vrai plaisir à jouer. « Une fois maîtrisé », parce qu’on ne peut pas dire que celui-ci vous facilite la tâche, avec son ergonomie aussi datée que frustrante. Mais c’est aussi un jeu qui vous permet de créer en profondeur votre personnage et qu’ils existe de nombreuses possibilités de jouer, qui vont bien au-delà du système de classe.

Les monstres de Dragon’s Dogma sont des forces qu’il faut craindre mais qui sont tout à fait domptables. A la manière d’un Monster Hunter, il va falloir apprendre leurs mouvements et leurs faiblesses pour pouvoir les vaincre : D’autant que la moindre erreur se paie souvent dans le sang -le vôtre-. Mais le sentiment de triomphe qui en découle est sans égal. Un jeu difficile à prendre en main mais qui en vaut la peine. C'est tout ce qui fait le sel de Dragon's Dogma, ce qui fait qu'on l'aime... Et qu'on le déteste. 

 

3) Et le reste?

Il faut d’ailleurs noter que le jeu sur Switch tourne comme un charme et qu’il s’agit probablement d’un des meilleurs moyens qu’il existe de découvrir le jeu : Le format portable est ici un atout considérable à un jeu qui offre souvent des tâches bien répétitives. Le jeu étant à l'origine très pauvre techniquement, notamment sur l'aspect du Framerate, on aurait pu craindre le pire et ce n'est pas le cas. Plutôt sympathique, malgré des temps de chargement assez longs. 

 

Concernant le sous-titre, Dark Arisen, il s'agit d'une extension au jeu d'origine rajoutant un Donjon à la difficulté particulièrement relevée. De quoi rajouter énormément de contenu à un jeu de base plutôt long, dont la rejouabilité est déjà énorme. En un mot comme en cent :  Dragon's Dogma est un jeu particulièrement atypique, avec son ambiance à la fois oppressante et mélancolique, mais qui un charme propre que aucun autre jeu n'aura su imiter jusqu'à présent. Vous plaira-t'il? Impossible à dire. Mais le monde du jeu vidéo gagnerait peut-être à avoir davantage d'expériences pareilles. 

 

8
Imaginez un arbre sur lequel il pousse, sur sa plus haute branche, un fruit délicieux. Imaginez qu'il est particulièrement difficile d'y grimper et que le moindre faux pas résulte en une chute douloureuse. Cet arbre, c'est Dragon's Dogma. Une chose est sûre : c'est un jeu un jeu qui marque et qui possède une identité particulièrement forte. Cela veut-il dire qu'on peut lui pardonner son ergonomie globale absolument affreuse? C'est à vous de prendre votre décision. En tout cas, parmi l'avalanche de portages qui arrivent sur Switch, il s'agit sans aucun doute d'un de ceux qui sont les plus intéressants, et on vous recommande vivement d'avoir la curiosité de vous y essayer. On donnerait notre Coeur au Dragon que vous ne le regretterez pas...

  • Un portage étonnamment solide
  • Un jeu absolument unique
  • La définition du Gameplay émergeant en action
  • C'est pas spécialement beau
  • Anti-ergonomique au possible
  • Les allers-retours incessant