Fun

Bilan E3 2018 : Nintendo se prend l'E3 dans la face

Par rifraff - Le 23/06 à 03:43

Dire que les fans de Nintendo attendaient l'E3 et plus particulièrement le Nintendo Direct de l'E3, est un euphémisme (le revoir ici) A l'heure du bilan, c'est la déception qui prédomine et c'est une déception d'autant plus grande qu'elle s'inscrit dans un constat global déjà morose. En effet, si la première année de vie de la Nintendo Switch a été plébiscitée par les joueurs avec de nouveaux jeux, de nouvelles licences mais aussi quelques beaux portages, les six premiers mois de la deuxième année de vie de la console ont eu tendance, au contraire, à tempérer les enthousiasmes et même à susciter angoisses et interrogations : peu de nouveautés et quasiment aucune annonce de nouveaux titres tiers / multi-plateformes... Un constat décevant surtout pour les fans de Nintendo, et en particulier pour ceux ayant toujours répondu présent et qui après avoir mangé leur pain blanc sur Wii U (notamment lors de sa dernière année durant laquelle Nintendo préparait la sortie de la Switch) ont désormais l'impression d'être les grands oubliés de la Switch voire même d'être méprisé par Nintendo qui non seulement ne leur parle plus "directement" mais n'a plus rien d'autre à leur proposer que des jeux qu'ils ont déjà acheté par le passé...

Après, tout le monde peut comprendre l'intérêt et même la nécessité de ressortir sur Switch d'anciens jeux, à commencer par les jeux sortis sur Wii U comme Bayonetta 2, Hyrule Warriors ou encore Captain Toad...  Ce sont de bons jeux qui n'ont pas eu l'opportunité de rencontrer leur public et si cela permet de remplir le catalogue de la console tout en finançant et en peaufinant de nouveaux jeux, c'est à l'arrivée, bénéfique pour tout le monde. Seulement tout est une question d'équilibre et malheureusement,  Nintendo n'a pour le moment pas réussi à reproduire le savant mélange de sorties (entre nouveautés et portages, jeux grands public et jeux gamer) qui avait permis à la Nintendo Switch de contenter tous les publics en 2017... 

De plus, bizarrement, alors que la console "cartonne", on ne sent pas une montée en puissance. Pire : Nintendo se retrouve à nouveau (quasi)  seul pour alimenter le catalogue de sa nouvelle console comme cela avait très vite été le cas sur Wii U

On aurait pu espérer que cet E3 allait débloquer les choses et ouvrir de nouvelles perspectives en dévoilant de nouvelles alliances et en annonçant de nouveaux jeux ou de portages. Seulement, au contraire,  le salon a encore creusé l'écart entre la Switch et les autres consoles... Il y a eu de nombreux jeux tiers annoncés sur plusieurs plateformes durant le salon mais la plupart ont zappé la Switch. La Switch n'est pratiquement jamais incluse dans l'équation PS4, Xbox One et PC... Et lorsqu'elle l'est, la console se retrouve la plupart du temps mise à l'écart en héritant d'une version allégée et/ou d'une sortie décalée. Ou alors il s'agit d'un jeu "casual" ou en tout cas très grand public comme Just Dance par exemple

Pourtant, les joueurs voulaient croire que Nintendo allait inverser la tendance et que la firme allait se servir de l'E3 pour amorcer un nouveau départ.

Malheureusement, c'était oublier que Nintendo aime être son propre "maître des horloges" et à l'arrivée,  cet E3 se révèle être catastrophique à commencer par le Nintendo Direct, totalement raté tant dans la forme que dans le fond. C'était un "Nintendo Direct" mais à vrai dire cela aurait pu être un Spotlight ou un Digital Event, que cela n'aurait rien changé. On ne comprend d'ailleurs pas pourquoi Nintendo a choisi ce terme de "Nintendo Direct".  La firme n'a de toute façon fait aucun effort de présentation : pas d'humour ni de clin d’œil et aucun vrai liant entre les "annonces" (si tant est que l'on puisse parler d'annonces). On a d'ailleurs l'impression qu'il n'y avait pas de fil conducteur, que par exemple, les deux premières annonces ont été rajoutées après coup et que le reste a été un peu mélangé n'importe comment.  L'E3 est pourtant censé être une fête mais le ton était très sérieux voir très austère. Il manquait probablement un Satoru pour faire une petite danse en donnant la "banane" aux joueurs, ne serait-ce qu'en s'adressant à eux "directement"... En même temps, la forme aurait pu passer en second plan si le fond avait été intéressant mais on avait l'impression que Nintendo n'avait pas grand chose à dire cette année... Nintendo avait  prévenu en amont que le Direct allait se focaliser sur "le court terme" en présentant "les jeux prévus en 2018" Une façon d'anticiper les réactions des joueurs en tempérant quelque peu leurs attentes...  

Seulement, on peut se demander si c'était vraiment le bon choix à faire au vu de la sélection de titres présentés.Il y en avait d'abord très peu et le pire c'est qu'ils n'étaient pas tous prévus en 2018 !  C'est le cas du tout premier jeu présenté Daemon X Machina (ça commençait bien...) mais aussi de Fire Emblem : Three Houses un titre que l'on s'attendait pourtant à voir dans le Direct car depuis toujours annoncé en 2018. Sauf que, finalement, il ne sortira qu'au printemps 2019 et que donc il n'avait logiquement pas sa place dans ce Direct consacré aux jeux de 2018 ! D'ailleurs quelle mauvaise surprise de découvrir, au terme d'une belle présentation que la sortie du jeu est "reportée" à l'année prochaine... Ou comment se tirer une balle dans le pied et transformer un sourire en grimace. Et de une.


Finalement, le seul nouveau jeu Nintendo Switch annoncé lors du Direct et prévu cette année est Super Mario Party, un titre présenté comme aux plus belles heures de l'époque de la Wii. A part ça, le reste des annonces étaient soit éventées, soit déjà connues. Pokémon Let's Go Pikachu, Fortnite, Paladins, Dragon Ball FighterZ... Des titres à priori solides mais attendus, là ou les joueurs voulaient être surpris, étonnés, bluffés... 

Peut-être que Nintendo aurait été bien  inspiré de prévenir les joueurs que le Nintendo Direct : E3 2018 n'allait durer que 15 minutes et que les 30 minutes suivantes allaient être consacrées au nouveau Super Smash Bros. Cela aurait probablement éviter que les joueurs espèrent jusqu'à la dernière seconde du Direct, une  annonce choc comme des images du nouveau Metroid ou l'annonce d'un F-Zero ou du fameux titre de Retro Studios- aux abonnés absents depuis des années. Lorsqu'on regarde un Nintendo Direct on s'attend à des annonces et non pas à une présentation complète d'un jeu ou alors c'est un Nintendo Direct spécial, surtout lorsqu'on a fait monter la "hype" et prédit de "nombreuses annonces de jeu" (voir ici.)

Alors évidemment, ce Super Smash Bros Ultime s'annonce assez grandiose. L'idée de convoquer tous les épisodes avec leurs stages et leurs personnages est tout simplement brillante. Et même si le jeu a un petit air d'épisode Wii U déguisé (et d'ailleurs sa présentation rappelait fortement celle du jeu sur Wii U)  Super Smash Bros. Ultimate s'impose déjà comme l'un des mastodontes de la Nintendo Switch. Cependant la longue présentation du jeu a été quelque peu (là encore) gâchée par sa révélation finale : sa date de sortie. Nintendo a cru malin de faire un petit suspens sur la date de sortie du jeu comme s'il y avait un doute sur sa sortie cette année. Pourtant, cela fait longtemps que les joueurs sont persuadés que ce nouveau Smash sortira au mois de septembre, en même temps que le lancement des services online payants  Résultat en découvrant que le titre ne sortirait "que" le 7 décembre 2018, c'était plus une déception qu'une joie et là encore, un sourire se transformant en grimace (et de deux.)

D'ailleurs, il est étrange que le Direct n'ait non seulement pas évoqué l'arrivée du jeu en ligne payant mais aussi qu'il n'ait présenté aucun jeu susceptible d'inciter les joueurs à payer pour jouer en ligne à partir de septembre.  Super Mario Party sort en octobre et aurait pu être un des ambassadeurs du jeu en ligne mais le jeu ne proposera qu'un "petit" mode en ligne (une série de cinq mini jeux aléatoires à faire en ligne) Nintendo préférant une fois encore focaliser le titre sur les parties en local en initiant même le jeu nécessitant deux consoles Nintendo Switch (en mode portable) côte à côte- un peu comme si la Switch était une console portable et qu'en fonction de la composition de son foyer, on pouvait en avoir plusieurs chez soi... En l'état, cela reste une fonction gadget et onéreuse, à mille lieux des attentes des joueurs. 

Comment Nintendo peut décider de faire payer le jeu en ligne sans blinder son line-up avec des nouveautés nécessitant de jouer en ligne ?  Nintendo qui aime tellement faire des portage aurait pu proposer, par exemple, un Nintendo LAND Online ou annoncer l'arrivée du catalogue GameCube et Wii avec des fonctions en ligne. Alors certes, la Nintendo Switch a déjà de nombreux jeux incluant des fonctions en ligne (Mario Kart 8 Deluxe, Arms, Splatoon 2... Et même désormais Fortnite) mais jusqu'à présent le jeu en ligne était gratuit sur console Nintendo. Le passage au payant (même avec un tarif abordable) est donc une révolution chez les joueurs Nintendo et l'accompagner avec de nombreux jeux et des avantages incitant les joueurs à l'emprunter aurait été plutôt logique...

Bien sûr,  connaissant Nintendo, il n'est pas impossible que d'ici quelques semaines un nouveau Nintendo Direct fasse le point sur les services en ligne payants (peut-être avec un nouveau report) et dévoile même de nouveaux jeux. Nintendo s'est d'ailleurs déjà expliqué sur cet E3 en arguant que d'autres échéances étaient prévues et que la firme avait d'autres titres dans sa manche... Mais franchement, c'est presque pire... Car si Nintendo a des nouveautés 2018 à dévoiler, l'E3 n'était-il pas l'endroit avec la meilleure exposition pour cela ? Et, puis, que Nintendo n'ait toujours pas encore compris à quel point l'E3 est un salon important ne serait ce que pour remobiliser sa base, qui ensuite sert de relais avec le grand public, c'est quand même assez désolant. Nintendo a probablement cru que la seule présence du nouveau Super Smash Bros allait suffire à combler les joueurs de bonheur sauf que pour la majorité des joueurs, la "réussite" de ce nouveau Smash Bros ne fait aucun doute. Il n'y a aucun suspens. De plus, il ressemble tellement à l'opus précédent que les nouveautés présentées auraient pu y être incluses. Donc aussi capital soit il pour la console, ce nouveau Super Smash Bros ne pouvait en aucun cas satisfaire à lui seul les joueurs.

CONCLUSION

A l'arrivée, cet E3 restera comme l'un des pires de Nintendo car non seulement son programme était léger mais il a mis en évidence que la Nintendo Switch était très isolée, les éditeurs-tiers ne se bousculant pas pour y porter leurs titres.  Alors pourquoi une telle désaffection ?  Est-ce la faute de la puissance de la console ? De son positionnement ?  de la politique de Nintendo  ? Ou tout simplement de la frilosité des tiers ? Probablement un peu de tout ça... Il n'en reste pas moins que Nintendo se retrouve encore (quasi) seul à devoir supporter sa console et que dans ses conditions, la société aurait du mettre le paquet. Depuis plusieurs mois, la Switch n'a droit qu'à des portages faciles avec seulement deux nouveautés en six mois (Kirby et Mario Tennis) voire trois en comptant Nintendo LABO- un "titre" visant exclusivement les familles. Sachant que la 3DS ne nécessite plus autant de ressources qu'à l'époque de sa splendeur, on peut vraiment se demander ce que fait Nintendo.  Vu son succès, la console devrait être submergée de jeux et de projets venant de toute part et c'est assez incompréhensible de se retrouver avec un E3 aussi léger mais aussi avec un choix de jeu aussi étrange (Daemon X Machina, un DLC qui ne dit pas son nom pour Xenoblade Chronicles 2; Super Mario Party, Fortnite, Hollow Knight, Paladins, Fire Emblem :Three Houses, Dragon Ball FighterZ et Super Smash Bros. Ultimate)

Comme toujours, avec le recul, on se convaincra que ce n'est pas si terrible que ça. Que la Switch a déjà de grands jeux et que d'autres sont à venir... On se consolera aussi grâce à l'eShop et ses centaines de titres à télécharger (près de 535 à notre dernier recensement- voir là) mais on aura beau tourner le problème dans tous les sens, il n'en reste pas moins que Nintendo a raté son E3. 

>VOIR AUSSI : PETIT RÉCAPITULATIF DES DERNIERS E3 DE NINTENDO<

Précédent Suivant