Nintendo Switch

[TEST] Leisure Suit Larry : Wet Dreams Don't Dry - Un jeu qui tape dans le fond

Par ggvanrom - Le 11/07 à 13:00

Série d'aventure ayant débutée dans les année 80 et surfant sur le titre SoftPorn AventureLeisure Suit Larry a su apposer son genre grâce à un humour très beauf et le contexte du jeu qui reste totalement à proscrire aux enfants. Dans ce nouvel opus Leisure Suit Larry - Wet Dreams Don't Dry, on retrouve une nouvelle fois notre bon vieux Larry Laffer, bien décidé à finir au lit avec le plus de filles possibles, l'emmenant la plupart du temps à des situations inattendues. C'est notre ami C.Ptique qui s'en est allé manette en main à la chasse à la demoiselle afin de voir si l'expérience marche toujours autant en 2019.

Mais qu’est-il arrivé à Larry Laffer ces dernières années ? Si on en croit le jeu, il semble s’être égaré quelque part dans un égout assez particulier (au début, difficile de dire quoi exactement puisque tout est dans le noir) à la suite d’une partie de jambe en l’air. Une fois ses esprits retrouvés et revenu à la surface, Larry constate qu’il n’est plus dans les années 80 mais au début du 21ème siècle, une époque marquée par l’abondance des smartphones et des réseaux sociaux. Larry en revanche n’a pas changé, il est toujours le cliché du beauf de 40 balais qui ne pense qu’à coucher avec le plus de femmes possible alors qu’il est toujours puceau. Un beau portrait qui ouvre à de nombreuses situations comiques tellement Larry se met dans des situations inattendues et drôles, d’autant plus qu’il ne manque pas d’humour et que le timbre de sa voix est conçu pour cela. En quelques mots, de la même façon qu’Astérix est un antihéros, Larry est un anti-séducteur, il n’a rien de ce qu’on pourrait attendre d’un tombeur tout en parvenant (presque) à ses fins.

Pour lire le test complet de Leisure Suit Larry : Wet Dreams Don't Dry, cliquez ici