Rubrique

L'Histoire de Nintendo : Episode 6 : Contrastes au cube : 2000-2005

Par Amano - Le 17/05 à 10:00

Bonjour à tous et bienvenue dans le 6ème épisode de L'Histoire de Nintendo ! Dans ce 6ème épisode, je vous propose de revenir ensemble sur l'histoire de la Gamecube et du Game Boy Advance, car il s'agit du sujet de cet épisode. N'hésitez pas à me partager vos meilleurs souvenirs liés à ces consoles en commentaire de l'épisode d'aujourd'hui.

On s'était arrêté à la toute fin des années 90. Nintendo se prépare à vivre un grand tournant. La société souhaite retrouver la première place sur le marché des consoles de salon. Sauf que Sony ne compte pas s'arrêter là, et prépare déjà la suite. Sega aussi souhaite tenter le tout pour le tout, avec une dernière console. La future bataille s'annonce plus féroce que jamais...

Ainsi, afin de ne pas répéter les erreurs de la 64, avec une sortie trop tardive, la Gamecube est en chantier dès 1998 au minimum. J'en parlais dans l'épisode 5, mais on entend pour la première fois parler de la future console quand Retro Studios signe un contrat d'exclusivité avec Nintendo. Retro Studios commence ainsi le développement de 4 exclusivités pour la prochaine Nintendo, connue alors sous le nom de Dolphin.

C'est à l'E3 1999 que l'existence de la console sera révélée au public sous son nom de Project Dolphin par Howard Lincoln. Il annonce qu'une sortie mondiale est prévue pour fin 2000, et que son design final sera révélé durant l'été 2000.

La console sera dévoilée sous son nom et design définitif lors de l'avant-dernière édition du Nintendo Space World, en 2000. Le nom de "Gamecube" devient alors universel, et quelques démos sont montrées, avec en tête la démo photo réaliste de The Legend of Zelda ou Super Mario 128, prototype d'un jeu Mario, dont les idées seront reprises pour Pikmin et Super Mario Galaxy.

Lors du même Space World, la firme annonce une sortie japonaise pour juillet 2001 et pour octobre 2001 aux Etats-Unis. Mais le spectre des retards semble encore planer au-dessus de Nintendo, puisque la console sortira finalement au Japon le.... 14 septembre 2001.

Forcément, sortir une console 3 jours après un événement historique, ça aide pas. Le lancement initial de la Gamecube au Japon sera un échec. Seul 3 jeux sortent en même temps que la machine : Luigi's Mansion, Waverace Blue Storm et Super Monkey Ball, pas de quoi agiter les foules non plus...

Au final, Nintendo organisera une ressortie de sa machine le 21 novembre 2001, avec notamment Super Smash Bros. Melee en tête d'affiche. La console sortira le 18 novembre 2001 aux Etats-Unis et le 3 mai 2002 en Europe.

Mais la Gamecube sera un échec, un échec encore plus grand que celui de la Nintendo 64. La console se sera vendue à 21,74 millions d'exemplaires entre 2001 et 2007, date d'arrêt de sa production.

Pourquoi un tel échec ? Pourquoi la Gamecube s'est-elle inclinée face à ses concurrentes ? La console de Nintendo est avant-dernière sur la 6ème génération de consoles, devant la Dreamcast de Sega (10,60 millions), mais derrière la Xbox de Microsoft (24,65 millions) et la PS2 de Sony (plus de 155 millions)...

Un échec de cette ampleur peut s'expliquer tout d'abord par la politique commerciale de Nintendo vis-à-vis de la Gamecube. Contrairement à ses concurrentes, la Gamecube était présentée comme étant une simple console de jeu, là où les 3 autres machines étaient présentées comme des "boîtes multimédia" (le succès de la PS2 est dû, en partie, à son lecteur DVD intégré).

La Gamecube n'a également pas eu de chance, étant en concurrence directe avec la console la plus vendue de tout les temps, la PS2, qui a d'ailleurs planté le dernier clou dans le cercueil de Sega... Cependant, la 4ème console de salon de Nintendo reste une console mythique pour beaucoup, surtout grâce à son catalogue. Revenons sur quelques jeux incroyables de la machine.

Super Smash Bros. Melee, le jeu le plus vendu de la console, qui lança la licence Super Smash Bros. dans l'esport et qui était LE jeu à sortir lors des soirées entre amis. Super Mario Sunshine, une évolution en tout point par rapport à Super Mario 64. The Legend of Zelda : The Wind Waker, qui avait malheureusement divisé à l'époque malgré sa qualité. Metroid Prime, qui marque enfin le retour de Samus, en 3D qui plus est. Starfox Adventures, le dernier jeu de Rare chez Nintendo... Au final, 644 jeux seront sortis sur Nintendo Gamecube, et je suis sûr que nombre d'entre eux vous ont marqués ! N'hésitez pas à me dire lesquels !

Si du côté des consoles de salon, la première moitié de la décennie est assez terne pour Nintendo, du côté des consoles portables, tout est au beau fixe. Le Game Boy prend sa retraite quand sort en 2001 le Game Boy Advance.

Pour l'anecdote, son design si particulier a été imaginé par un designer français du nom de Gwénaël Nicolas, alors de passage au Japon et totalement étranger au monde du jeu vidéo. C'est lui qui donnera au GBA son design si particulier. La console sera naturellement un succès, Nintendo étant seul sur ce marché depuis bientôt près de 10 ans.

Au final, 81 millions de Game Boy Advance seront écoulés pendant sa vie, d'environ 7 ans. La console est légèrement plus puissante que la Mega Drive et la Super Nintendo, malgré le fait qu'elle possède un processeur 32-bits. Le Game Boy Advance aura 2 dérivées, plus facilement transportables.

On retrouve tout d'abord le Game Boy Advance SP, sorti en 2003, muni d'un clapet permettant de protéger l'écran et qui ressemble aujourd'hui à une bébé DS. Possédant plus d'autonomie que la version originale (18H contre 15H), elle est très légèrement plus lourde (3g de plus), et possède un écran rétro-éclairé.

Il y a également le Game Boy Micro, sorti en 2005, qui prend la direction inverse. Ainsi la console est bien plus petite et légère. Son écran fait 2 pouces contrairement à celui des 2 autres versions, qui font 40,8 mm par 61,2 mm. Elle est quasiment 2 fois moins lourde également (83g contre 140 pour la GBA et 143 pour la GBA SP).

Ces 2 autres versions possèdent exactement le même catalogue que la version de base. Le catalogue de la console est d'ailleurs gargantuesque, avec plus de 1800 jeux au compteur.

On retrouve parmi eux les licences Nintendo mythiques, avec Pokémon, Metroid et Zelda en tête d'affiche, avec Metroid Fusion, The Legend of Zelda : The Minish Cap et la 3ème génération de Pokémon, Pokémon Rubis et Saphir. Aucun jeu de plate-forme Super Mario ne sera exclusif à la console, ce qui est étonnant.

Mais la machine accueillera surtout des portages de jeux NES et SNES, jouables pour la première fois sur une console portable. On retrouve par exemple Super Mario World. La gamme NES Classic a été lancée afin de fêter les 20 ans de la NES, en 2004, avec 12 jeux NES portés sur GBA.

Afin d'essayer d'amener une partie du public de sa console portable vers sa console de salon, Nintendo lancera un câble permettant de relier la Gamecube et le Game Boy Advance, avec quelques jeux, comme The Legend of Zelda : Four Swords Adventure, qui utilisent cette fonctionnalité afin de proposer du gameplay asymétrique près de 10 ans avant la WiiU. Mais cela ne sauvera pas la Gamecube...

L'année 2002 marque également quelques changements importants pour Nintendo :

Tout d'abord, Hiroshi Yamauchi quitte son poste de PDG de Nintendo, 52 ans après avoir succédé à son grand-père, et désigne Satoru Iwata comme étant le 4ème président de Nintendo. Cela marque un tournant dans l'histoire de la société. Son départ et surtout la nomination d'Iwata marque la fin d'une époque qui aura duré 113 ans, la période Yamauchi.

Fin mai 2002, soit à peu près à la même période que le départ de Yamauchi, Minoru Arakawa quitte son poste de directeur de Nintendo of America, poste qu'il occupait depuis la création de cette filiale, 20 ans auparavant.

Enfin, sans doute le départ qui a fait le plus de dégâts à travers le monde. En 2002, Nintendo revend les parts qu'elle possédait dans Rareware (environ 49% du capital) à Microsoft, pour une somme de 377 millions de dollars. Les jeux que préparaient le studio pour la Gamecube sont annulés, avec parmi eux Banjo-Threeie, Donkey Kong Racing et Perfect Dark Zero.

Ce rachat marque la fin d'environ 10 ans d'aventure, mais aussi le départ de Banjo-Kazooie, Conker et Perfect Dark chez Microsoft. Nintendo, déçu des dernières productions de Rare et voyant que les têtes pensantes du studio partaient une à une, à revendu le studio à Microsoft pour financer le Fund Q.

Le Fund Q était le dernier projet mis en place par Yamauchi. Il s'agissait d'une aide financière à distribuer aux petits studios en échange d'exclusivités pour la Gamecube. Au final, le Fund Q aura peu servi, et on le retient pour avoir permis un retour de Final Fantasy sur console Nintendo, avec Final Fantasy : Crystal Chronicles.

La première moitié de la décennie 2000 aura été très contrastée pour Nintendo. Entre une Gamecube encore moins bien vendue que la 64 et une console portable leader d'un marché sans concurrence, Nintendo a hâte de renouer avec le succès que la firme connaissait 10 ans auparavant.

La suite est en chantier, avec une console qui ne sera plus à la pointe de la technologie, mais qui misera plus sur l'innovation et une révolution du gameplay. La Revolution est en marche, et ce sera l'histoire de l'épisode 7, qui sortira le 31 mai 2020 !

Merci à vous d'avoir lu l'épisode 6 de L'Histoire de Nintendo. La saison 1 s'approche lentement mais sûrement de son terme, mais j'ai hâte de revivre avec vous les 15 dernières années de notre aventure. Je vous donne rendez-vous dans 2 semaines pour l'épisode 7 de L'Histoire de Nintendo, qui s'appellera "La DS de la Wiictoire", et dimanche prochain pour le 10ème Cartoon-Master, qui sera une édition un peu spéciale !

En attendant, vous pouvez retrouver les 5 premiers épisodes de L'Histoire de Nintendo sur Nintendo-Master :