Nintendo Switch

Tropico 6

Test Switch

Tropico 6

Par C-Ptique - Le 16/11/2020 à 09:00

Tropico est de retour ! Après s'être essayée au format console avec Tropico 5, le sixième opus de la licence débarque sur la console hybride de Nintendo. Adapter des jeux de gestion sur console est toujours compliqué, ce d’autant plus qu’il y a de la concurrence. El Presidente trouvera-t-il sa place ?

Petite nation deviendra grande.

Tropico 6 nous met à nouveau dans la peau de El Presidente afin de diriger la petite nation de Tropico située quelque part dans les Caraïbes. Bien sûr, il s’agit d’une caricature d’une petite nation d’Amérique latine mais qui fait souvent écho à la réalité. La première chose à faire avant de commencer une partie est de personnaliser El Presidente, en plus de la tenue et du physique, on peut choisir son caractère qui octroie différents bonus et malus. Par exemple, « charismatique » augmente la réputation chez les factions et les superpuissances tandis que « cœur tendre » réduit de 25% les forces de rébellion (on y reviendra). C’est aussi le moment pour personnaliser le palais présidentiel ainsi que le drapeau national.

La campagne se distingue en plusieurs missions avec à chaque fois différentes géographies. La première débute sous l’ère coloniale et l’objectif est d’accéder à l’indépendance. El Presidente est gouverneur et doit répondre aux requêtes de la métropole (construire des plantations, des distilleries, des lieux de pêche…) tout en nourrissant secrètement le projet de rendre Tropico indépendant. Il faudra par exemple mettre de l’or sur notre compte en Suisse en le cachant dans des noix de coco pour le faire passer au nez et à la barbe de la métropole. Pour déclarer l’indépendance, on peut entrer en guerre mais ce sera difficile et il faut bien se préparer, ou bien on peut verser une somme d’argent pour rembourser les investissements de la métropole qui ne nous en voudra pas.

D’autres missions sont à réaliser et sont hautes en couleur. Entre l’instauration de la Prohibition, la création d’une République pirate ou concurrencer l’industrie chocolatière de Willy Wonka, il y a de quoi faire et à aucun moment, il n’y a de sentiment de déjà-vu, du moins pour quelqu'un qui n’a pas fait les précédents épisodes de la franchise Tropico.

Pour nous aider dans toutes ces tâches, notre assistant Penultimo est de retour et ne manquera pas de vous lécher les bottes pour s’assurer d’avoir vos faveurs. Si on ne sait pas quoi faire, il nous donnera quelques objectifs à réaliser comme l’électrification, la baisse du chômage, etc…

L’émergence d’une économie.

Lorsqu’on débute une mission, il est rare qu’il y ait beaucoup de constructions achevées, ce qui fait que la principale source de revenus est l’exportation. Avec le temps, en augmentant la population et en construisant des bâtiments, on peut augmenter les revenus réguliers via les taxes, même si les exportations continueront de générer d’importantes sources de revenus. En permanence, il faudra veiller à l’équilibre des comptes et dépendre le moins possible de l’exportation afin d’avoir des revenus réguliers, au risque sinon d’aller tout droit vers la banqueroute.

Dans un premier temps, on exploite des ressources de base comme de l’or, du maïs ou de la viande grâce à l’élevage de bétail, ce qui est un bon début mais elles rapportent très peu lorsqu’ils sont exportés. Le premier piège à éviter est de vouloir diversifier son économie, du moins dans un premier temps, il est très coûteux de chercher à multiplier la production de ressources de base (cacao, chèvres, pétrole…). Il est bien plus intéressant de valoriser ces ressources en implantant des industries qui les transforment pour fabriquer d’autres produits à plus haute valeur ajoutée. L’or par exemple peut être transformé en bijoux, la viande peut être transformé en boîtes de conserves, etc… Non seulement cela augmente considérablement les revenus des exportations mais en plus, cela augmente le bonheur général de la population.

Plus tard, à partir de la guerre froide, on peut arrondir les fins de mois en attirant des touristes. Ceux-ci ont des besoins spécifiques par rapport aux habitants, ils débarquent dans des ports de plaisance, logent dans des villages touristiques et s’attendent à visiter de nombreux monuments ou à réaliser des activités (musées, aquariums, parcs d’attraction…). Mais attention, l’attractivité touristique dépend de plusieurs facteurs, il va s’en dire que les zones touristiques doivent être construites loin des sources de pollution et des bidonvilles mais les décrets que l’on applique ont également une influence. Bien sûr, l’état de paix ou de guerre du pays y contribue également.

Chacune de ces activités a des besoins pour fonctionner de façon optimale, notamment des employés et des routes. Comme tous les bâtiments, elles peuvent être améliorées pour augmenter l’efficacité ou pour réduire la pollution ou les risques d’incendie. Attention cependant à bien tenir compte de votre situation, si votre pays ne produit pas de bétail, il est inutile d’améliorer la productivité de la conserverie concernant la viande par exemple. On peut gérer le budget de chaque activité pour varier leur productivité mais aussi leur attractivité envers les employés (qu’on peut licencier si besoin ou juste parce que l’envie nous prend).

Chose très agréable, la gestion des marchandises pour l’exportation est automatique, seules les marchandises excédentaires qui ne servent pas à notre population sont acheminées jusqu’aux docks où ont lieu les échanges commerciaux. C’est toujours un poids en moins. Mais si on veut gagner en efficacité, il est recommandé d’installer des centres de gestion qui fourniront aux producteurs et aux distributeurs des flottes de camions pour acheminer leurs marchandises.

La petite difficulté, spécifique à ce sixième opus, c’est que notre nation se construit sur un archipel constitué de plusieurs îles, ce qui veut dire que les liaisons entre chaque île est compliquée. Dans un premier temps, lorsqu’on souhaitera s’étendre sur une autre île, il faudra construire des quais routiers qui assureront le transfert des marchandises, en les faisant passer des camions aux bateaux et inversement. Plus tard, à partir de la période des guerres mondiales, on peut construire des ponts afin de relier directement les îles et faire gagner du temps aux transports, mais il s’agit d’une solution très couteuse. Ajoutez à cela le relief qui bloque l’accès à certaines parties des îles avant l’invention des tunnels et vous comprenez que la géographie pose un défi à elle seule.

Autre difficulté, la construction n’est pas instantanée. Quand vous choisissez un bâtiment et que vous avez déterminé son meilleur emplacement, il faudra attendre un petit moment, le temps du chantier, et s’assurer d’avoir des ouvriers du bâtiment (et donc un peu de chômage). Il va s’en dire que plus le bâtiment est imposant, plus il faudra du temps pour le réaliser, et il en faudra encore plus si vous accumulez les chantiers simultanément. Il y a bien sûr la possibilité de construire instantanément mais c’est en échange d’une somme financière importante, sinon il est possible de trier les projets par ordre de priorité.

Petite astuce, il est possible de déplacer des bâtiments, ce qui peut être très utile pour desservir certaines régions. Si par exemple dans le centre-ville, il y a une église mais qu’à cause de l’affluence, on a préféré construire une cathédrale, l’église peut être déplacée en périphérie ou sur une autre île pour y augmenter la satisfaction en foi religieuse. Parfois, c’est une option plus rapide et bien moins chère.

Parce que c’est notre projet !

Si développer l’économie est capital, ce n’est pas forcément le principal objectif du jeu, il s’agira plutôt de satisfaire au mieux la population. Chaque habitant est distingué en fonction de son niveau de richesse, ce qui détermine ses centres d’intérêt et lui permet d’avoir accès à plus ou moins de services (cinéma, opéra, musée…). Les loisirs ne sont qu’un des 8 critères de satisfaction de la personne, la somme de la satisfaction de chacun de ces critères donne la satisfaction globale, il faudra donc se soucier également de l’approvisionnement en nourriture, de la couverture médicale, de l’accessibilité des lieux de culte, de la proximité d’un logement, de la vacance d’emplois pour que chacun ait un travail, de la jouissance de libertés et de la protection contre la criminalité. Pour vous aider, il existe un ensemble de filtres permettant de voir les zones les mieux desservies et celles qui le sont moins.

À chacun de ces besoins correspond un ensemble de bâtiments capables d’y répondre. Les bâtiments économiques apportent des emplois tandis que les cliniques et les hôpitaux peuvent résoudre les problèmes de santé. Il existe différentes tailles de bâtiments, les plus gros coutent plus chers mais ils permettent de couvrir davantage de population. Notez que le logement est un peu particulier car si vous n’avez pas assez de toits pour vos habitants, ou du moins pas assez à proximité de leur lieu de travail, ils se fabriqueront le leur et formeront des bidonvilles où la criminalité est importante et l’hygiène au plus bas. Cela veut dire aussi que l’emplacement des bidonvilles est un indice pour indiquer où construire des logements.

Chaque habitant accepte plus ou moins El Presidente en tant que leur chef, cela varie en fonction du niveau de satisfaction générale mais aussi de leurs opinions politiques. Certains habitants sont fermement orientés vers une faction précise (communiste, industrielle, écologique…) et tous les discours du monde ne sauront les faire changer d’avis. Il est capital de s’assurer d’un minimum de soutien de toutes les factions, autrement elles commencent à s’opposer à vous en organisant des manifestations ou des grèves, auquel cas il faudra négocier et promettre des améliorations ou bien employer la méthode radicale et faire appel à l’armée. Si leur niveau d’appréciation à votre égard est trop bas, une faction peut envoyer un ultimatum, dernière étape avant d’entrer ouvertement en rébellion et de déclencher une guerre civile.

Heureusement, les factions présentent régulièrement des requêtes qui sont l’opportunité de gagner leur estime (ou du pognon !). À vous de construire églises, hôpitaux, industries et autres. Mais attention à ne pas répondre à toutes les requêtes pour autant car d’une part, certaines permettront effectivement d’améliorer les relations avec une faction mais peut les dégrader avec une autre, et d’autre part, cela peut vous emmener sur une voie qui ne vous arrange absolument pas. Les militaristes par exemple peuvent trouver que vous avez une industrie d’armement très faible, mais pour construire une usine d’arme, il vous faut de l’acier et donc une aciérie, pour avoir de l’acier, il faut du fer et du charbon et donc des mines. Et si vous n’avez rien de tout ça, il faudra importer. Dans les deux cas, cela peut coûter très cher et vous faire passer à côté de la banqueroute. Pour vous en sortir, vous pouvez appliquer des décrets qui affecteront la société tropiquienne, l’impôt sur la fortune par exemple améliorera vos relations avec les communistes mais dégradera celle avec les capitalistes.

Ce soutien est également essentiel lors des élections qui sont organisées régulièrement. Lorsqu’elles approchent, il est recommandé de préparer un discours pour gagner en popularité. Reconnaître un problème limite les effets négatifs de la population affectée par le dit problème par exemple. Au pire, on peut truquer les élections mais c’est à vos risques et périls. Si vous n’êtes pas élu, c’est le game over et la partie s’arrête là (le même résultat se produit si votre palais présidentiel est détruit à cause d’une rébellion ou d’une invasion ennemie). Si vous êtes élu, vous aurez l’occasion de changer certains termes de la Constitution afin de faire de Tropico un État laïc ou religieux, de séparer les pouvoirs ou non, d’accorder le droit de vote à tous ou à une partie seulement de la population, etc… Ces changements dans la Constitution peuvent aussi se faire quelques années après la signature, si la population le demande ou lorsqu’on change d’époque (Colonial, Guerres Mondiales, Guerre froide…).

C’est pourquoi la sécurité est à prendre au sérieux, ne serait-ce que pour vous protéger des attaques de pirates qui surviennent de temps à autre mais aussi pour repousser de potentielles menaces de nations étrangères. L’armée servira à combattre des rebelles qu’on peut détecter grâce à des miradors et des postes de contrôle. Il peut être tentant de tuer les rebelles pour se débarrasser du problème mais en réalité, cela ne fait pas disparaître la menace car leurs proches peuvent avoir envie de se venger et d’entrer à leur tour en rébellion.

Le concert des nations.

Lorsque vous réussissez à rendre la situation de Tropico à peu près stable, y compris financièrement, il peut être intéressant d’améliorer le niveau de vie de votre population. Cela commence par le confort en apportant l’électricité, puis cela se poursuit avec des bâtiments savants comme des bibliothèques, des lycées et même des universités. Il y a plusieurs avantages, cela permet d’avoir une main-d’œuvre qualifiée, ce qui ouvre des possibilités pour l’économie, et cela génère des points de recherche qui apportent des innovations (technologiques, financières, commerciales, sociales…).

Il est possible de construire des bâtiments publics et diplomatiques comme le Ministère permettant d’avoir des Ministres afin de gagner en influence auprès de chaque faction, d’obtenir des bonus sur la productivité des bâtiments ou de faire augmenter les recettes grâce à des pots-de-vin. Il est dommage que ces ministres n’allègent pas notre charge de travail en gérant par exemple les logements lorsqu’on construit une nouvelle industrie ou en nous faisant des suggestions de constructions pour une zone indiquée.

On peut aussi avoir des Ambassades afin d’y inviter les grandes puissances de ce monde dans l’espoir d’obtenir leurs faveurs et leur protection. La diplomatie joue en effet un rôle très important dans Tropico, notamment avec les superpuissances. Celles-ci peuvent présenter elles-aussi des requêtes et y répondre permet d’améliorer nos relations avec elles. En plus des aides financières qu’elles peuvent nous accorder, on peut développer des routes commerciales et obtenir leur protection militaire.

El Presidente dispose d’un compte bancaire en Suisse, ce qui s’avère des plus pratiques puisqu’il est possible de payer pour des actions pas très légales bonus comme améliorer sa réputation, stimuler le commerce ou, débloquer des plans. Là-dessus, un autre personnage viendra présenter des requêtes : le négociant. Il vient au nom des puissances étrangères pour améliorer notre situation de façon non officielle en échange d’offres cornéliennes. Par exemple, il peut nous proposer une énorme somme d’argent si en échange, on autorise des essais nucléaires sur Tropico.

Notre archipel peut aussi devenir un État voyou en encourageant la piraterie, en engageant des commandos ou autres unités spéciales. Ce joyeux petit monde peut, si on leur ordonne, piller à l’étranger pour ramener des matériaux, des habitants, de l’argent et même des monuments historiques comme la Tour Eiffel, le Sphinx ou Le Taj Mahal. Cela peut vous faire gagner gros mais attention à ne pas titiller les mauvaises personnes.

8
Tropico 6 est un jeu très complet au contenu riche qui nous offre de nombreuses possibilités. L’économie, les services publics, la diplomatie, la guerre, l’aménagement du territoire, la politique ne sont que quelques-uns des aspects qu’il est possible de gérer. Chaque ère apporte son lot de nouveautés qui renouvellent les enjeux et la peur de perdre son poste, certes peu importante mais toujours présente, nous pousse à réfléchir consciencieusement sur chacune de nos actions. Il est capital de garder la haute estime de la population et des autres nations pour faire prospérer notre archipel mais vous avez malgré tout suffisamment de possibilités pour faire de Tropico une démocratie pacifiste, un régime communiste, une dictature militaire ou même de concrétiser des modèles utopiques comme une société écologiste. Malgré quelques bugs, notamment des freeze, si vous aimez les jeux de gestion, Tropico 6 est un bon choix pour votre ludothèque Switch.

  • Les nombreux critères à gérer.
  • La diversité des missions proposées dans le mode Histoire.
  • Les nombreuses possibilités pour orienter notre régime politique et notre économie.
  • La musique très entraînante.
  • L’accent hispanique des doublages français absolument savoureux.
  • La sensation d’écrire l’histoire d’un pays.
  • L'humour et l'auto-dérision du jeu.
  • Les finances pas du tout évidentes à équilibrer, même en mode facile.
  • Une interface pas toujours bien organisée.
  • Quelques freeze.
Pas d'images pour ce test.