Nintendo Switch

SNK vs. Capcom : The Match of the Millennium

Test Switch

SNK vs. Capcom : The Match of the Millennium

Par ggvanrom - Le 01/03 à 08:00

Si pour certains SNK se résume à un diminutif de Shingeki No Kyojin, pour les amateurs de jeux de combat ces trois lettres sont surtout une garantie d’avoir un bon jeu de combat entre les mains, et un souvenir des consoles de salon NEO-GEO dont le prix d’une cartouche équivaut à celui d’une console de jeu… Fin 2020, SNK propose sur Nintendo Switch de (re)découvrir certains des plus grands titres de leur console portables en sortant la gamme Neo Geo Pocket Color. En février 2021, nous avons le droit de voir arriver un grand classique : SNK vs. Capcom : The Match of the Millennium paru initialement en 1999. En avant pour un bon dans le passé.

La rencontre de deux mondes

Si SNK nous a habitué à proposer des licences de combat variées comme Fatal Fury, The King of Fighters, ou Samurai Shodown pour ne citer qu’eux, SNK vs. Capcom : The Match of the Millennium propose de son côté un crossover entre l’univers de SNK, et les personnages de l'écurie Capcom. La Neo-Geo Pocket Color étant bien moins puissante que la console de salon, des restrictions ont bien sûr été faites pour faire tourner le titre sur une console portable à l’époque. Les personnages sont en style Super Deformed (petit corps, grosse tête) et les environnements sont évidemment beaucoup moins détaillés qu’une version salon ou arcade.

Néanmoins, ce titre n’a pas à rougir au niveau de son contenu. On nous propose en effet d’incarner un total de 26 personnages différents (13 côté SNK, 13 côté Capcom), un mode histoire, un mode VS pour jouer à 1 ou 2 joueurs, et également une myriade de mini-jeux à découvrir dans le mode Olympics. Les environnements sont également variés, tout comme les musiques pour éviter le sentiment de répétitivité des arènes.


Un jeu de combat à deux boutons ?!? 

Game Boy, Game Gear, Neo-Geo Pocket, toutes ces consoles portables avaient le même « souci » à l’époque, le nombres de boutons. Si la Neo-Geo Pocket se distinguait avec son stick, en comparaison aux traditionnelles croix directionnelles instaurées par Nintendo, il n’y avait guère plus de 2 boutons d’action pour jouer à nos jeux favoris à l’époque. Et forcément, passer d’un jeu de combat habituellement joué en arcade à 6 boutons contre deux boutons en portable, des concessions sont à faire. Pour autant, l’ensemble du titre reste largement jouable même avec seulement deux boutons d’action. A pour les coups de poings, B pour les coups de pieds, et une pression des deux pour la provoque ou le switch entre personnages. Chacun des 26 combattants a bien sur sa palette de coups spéciaux (réduits bien sûr) nécessitant diverses combinaisons pour pouvoir être lancées. Ces dernières se trouvent dans la notice accessible via le bouton -.

Avant chaque combat, on nous demande de choisir entre 3 styles de jeu différents : Average / Counter / Rush. Les deux premiers proposent les barres d’attaques spéciales respectives des jeux SNK et Capcom, quant au mode rush, il s’agit d’un mix des deux. Le choix de ce mode influe seulement sur le déclenchement des attaques spéciales dénommées Super Impact Blasts. Les coups standards quant à eux ne sont pas affectés. Le mode histoire nous proposera de choisir de partir dans des batailles allant de 1 contre 1 à 3 contre 3 selon nos préférences. Nous devront ensuite prendre part à une série de combats pour déjouer une machination mise en place par M. Bison et Geese Howard. Et en finissant le mode histoire, vous aurez la possibilité de débloquer des personnages cachés.

Côté modes supplémentaires, Olympics permet de jouer à 7 modes différents. On retrouvera les classiques Survival et Time Attack, ainsi qu’un mode plus exotique dénommé First Blast où le premier qui porte un coup gagne. À cela s’ajoutent 4 mini-jeux : Blade Arts, Ghost Trick, Cat Walk et Target9 qui mettent complètement de côté la notion de jeux de combat. S'ils paraissent anecdotiques de prime abord, ces mini-jeux vous permettront de gagner des médailles, et vous pourrez débloquer les coups cachés de plusieurs combattants. Préparez-vous à enchaîner les mini-jeux pour débloquer tout le contenu !

Enfin, un mode 2 joueurs est également de la partie. Vous pouvez jouer chacun avec un Joy-Con détaché (ou à la manette pro) en mode portable ou salon sur un seul écran. Mais vous pouvez aussi jouer en mode portable avec les Joy-Con attachés à la console, et deux écrans positionnés à la verticale (un affichage assez bizarre et peu pratique il faut l’avouer). À réserver pour les combats sur une table pour donner un semblant d’ambiance salle arcade. Au final, le contenu reste très bien pour un petit titre proposé à 7,99€ sur l’eShop de la Nintendo Switch.

Un jeu qui tient la route ?

Déjà une prouesse à l’époque, SNK vs. Capcom : The Match of the Millennium reste encore en 2021 très agréable à jouer. L’expérience est fluide, la difficulté bien dosée, et les animations de combat sont fidèles aux différents personnages inclus dans le jeu. Si les combattants ne disposent généralement que d’une à deux boîtes de dialogues, des petites mises en scène sont également présentes lorsque deux rivaux se rencontrent le temps d’un combat. 

Côté habillage, l’écran affiche de base une Neo-Geo Pocket et un petit écran format 4/3 comme l’original, mais vous avez la possibilité en allant dans les options de changer le modèle de console portable (voire même l’enlever), d’ajouter un éclairage supplémentaire, ou encore de zoomer l’écran au maximum du remplissage vertical. Et pour les mauvais perdants, une option Rewind permettant de remonter le temps de quelques secondes est également présente.


 

8.5
Même si SNK vs. Capcom : The Match of the Millennium a plus de 20 ans à l’heure où nous écrivons ces lignes, ce jeu de combat portable nous démontre qu’il en a encore dans le coude. Faisant fi des limitations techniques de l’époque pour proposer un contenu généreux et des animations variées, vous pouvez foncer sans problèmes sur le jeu si vous aimez les jeux de combat de l’univers SNK et Capcom.

  • 26 personnages au casting
  • Des arènes variées et colorées
  • Plein de modes de jeu
  • Le multijoueur local
  • Le manuel d'origine accessible dans les options
  • On aurait aimé un affichage 16:9
  • Pas de voix digitalisées
Pas d'images pour ce test.