Nintendo Switch

PictoQuest : The Cursed Grids

Test Switch

PictoQuest : The Cursed Grids

Par ggvanrom - Le 15/08 à 18:14

Les casse-tête, ils occupent le temps de bien des gens, que ce soit pendant les vacances, à la pause du midi ou même pour passer le temps dans les WC… Si beaucoup ne jurent que par le sudoku, mots fléchés et autres mots-croisés, le Picross gagne quant à lui de plus en plus de terrain. Proposé sous de multiples versions sur consoles Nintendo, c’est le studio français NanoPiko qui nous dévoile aujourd’hui son propre jeu de Picross baptisé PictoQuest : The Cursed Grids, dont la principale particularité est la composante RPG.

Test réalisé à partir d'une version fournie par NanoPiko*

Mais qu’est-ce donc que ceci ?

Pour rappel pour ceux qui ne connaîtraient pas ce genre de casse-tête, le Picross se présente sous la forme d’une grille comportant à ses extrémités plusieurs numéros indiquant le nombre de cases à colorier. Une fois toutes les cases complétées, vous verrez apparaitre une forme dans la grille. Si les premiers Picross pourront paraître extrêmement simple en proposant de griser 5 cases dans une grille de 5X5 cases, il devient plus compliqué de savoir où coloriser 5 cases dans une grille de 20x20. Si vous vous prenez au jeu, le concept des Picross peut être particulièrement addictif.

Si l’expérience Picross peut à première vue être assez limitée, NanoPiko a su donner un coup de frais au genre en mêlant à ce dernier une dimension RPG supplémentaire. Ainsi, nous nous retrouvons parachutés dans le monde de Pictoria où un sorcier maléfique du nom de Moonface a dérobé plusieurs peintures du royaume. Afin de récupérer les trésors volés et donner une leçon au sorcier, vous aurez à choisir à incarner Flöh ou Arvel pour les mener dans un voyant aux 4 coins de Pictoria pour retrouver les différentes peintures volées.

Un concept simple et efficace

Notre personnage évoluant sur une map géante à la manière en 2D, chaque point de la map est un niveau qu’il nous faut accomplir pour récupérer une peinture. Courbe d’apprentissage oblige, vous débuterez l’aventure avec des Picross simple pour terminer avec des tableaux de grande taille très retord, et chaque peinture résolue fera apparaitre des images sur la thématique des RPG.

Niveau gameplay le fonctionnement reste exactement le même, vous utilisez le stick pour vous déplacer, « A » pour coloriser une case, « B » pour la griser et vous souvenir des zones qui ne sont pas à remplir, et enfin la flèche du bas pour ouvrir votre inventaire. RPG oblige, vous débutez avec 3 coeurs faisant office de barre de vie, mais pourquoi une barre de vie ? Pour deux raisons : en cas d’erreur, votre barre de vie va chuter, pouvant vous conduire au Game Over, et dans l’autre cas, les Picross peuvent être accompagnés d’un ou plusieurs ennemis rajoutant un peu de tensions au jeu. Si vous n’êtes pas assez rapide, ces derniers ont une barre d’action qui une fois remplie leur permet d’attaquer directement vos points de vie. Heureusement pour vous aider vous pourrez utiliser des objets récoltés sur la carte, ou encore acheter dans les boutiques disséminées sur la map.

Une progression (trop) linéaire

Evoluant sur une map avec un chemin unique, PictoQuest ne vous laisse guère le choix en matière de progression, vous obligeant à terminer chaque Picross pour avancer. Si cela permet aux débutants d'apprendre sereinement les bases, les plus calés pourront pester de s'imposer cette imposition de puzzle de bas niveau. Heureusement, la difficulté commence à apparaître à partir de la moitié du jeu, avec des Picross aux formes plus variées qui jonglent entre forme carrée et rectangulaire. Les plus gros Picross que vous aurez à affronter seront composés de 20x20 cases. Et de temps en temps, vous aurez des quêtes annexes vous demandant de finir des Picross sous certaines conditions pour obtenir gratuitement des objets

Comme dit plus tôt, certains Picross peuvent s'accompagner d'un ennemi pouvant s'attaquer à vos PV une fois leur barre d'attaque pleine, mais à certaines occasions, vous devrez affronter un groupe d'ennemi, chacun disposant de ladite barre. Le challenge ici sera donc de gérer le stress et de jouer stratégiquement, afin de baisser les jauges d'attaques des adversaires à tour de rôle afin d'éviter que vos PV ne fondent comme neige au soleil. Et si jamais vous vous retrouvez coincé à cause d'un Picross trop compliqué pour vous, les objets disponibles en boutique vous faciliteront grandement la vie. En pourra parler par exemple des potions de soins, ou encore du sort de glace gelant les ennemis plusieurs secondes, ou encore le sort de foudre dévoilant les cases d'une zone ciblée. Sans compter la possibilité d'acheter des réceptacles de coeur supplémentaires.

 

8
PictoQuest : The Cursed Grids propose au final une bonne formule mêlant Picross et RPG. Si les amateurs du genre pourront se plaindre de la courbe de difficulté assez longue à passer avant d'avoir un peu de challenge, le titre reste une bonne mise en bouche pour les néophytes. En dehors d'un léger problème d'équilibrage de difficulté si on use et abuse des objets, il aurait été intéressant d'avoir en plus du seul mode histoire un ou deux modes supplémentaires accessibles au menu principal pour choisir rapidement les Picross que nous souhaitons faire, avec ou sans challenge.

  • Une dimensiosn RPG bien intégrée au jeu
  • Un univers en Pixel-Art mignon à souhait
  • Une grande variété de Picross pour tous les niveaux
  • Le stress et la stratégie des combats contre plusieurs ennemis
  • Les quêtes annexes
  • La difficulté prend le temps à s'installer
  • Il manque un menu de sélection rapide des Picross
  • Des objets qui facilitent grandement le jeu
Pas d'images pour ce test.