Nintendo Switch

Omega Labyrinth Life

Test Switch

Omega Labyrinth Life

Par ggvanrom - Le 08/08 à 21:09

Alors que les brigades des bonnes mœurs semblent de sortie depuis plusieurs mois concernant le contenu hyper-sexualisé et l’image de la femme, avec pour conclusion la censure de nombreuses œuvres, plusieurs studios résistent encore et toujours en proposant des titres se focalisant sur l’aspect fan-service. Après un Senran Kagura Peach Ball qui nous a laissé un arrière-gout amer, on se penche aujourd’hui du côté de D3 Publisher venant tout juste de sortir son titre Omega Labyrinth Life en version non censurée sur Nintendo Switch. Mais est-ce que derrière poitrines et culottes se cache un Donjon-Rpg de qualité ? C’est ce que nous allons vérifier de suite.

L’académie Belles Fleurs vous accueille en son sein

Bienvenue à l’Académie Belles Fleurs, un lieu prestigieux où se retrouvent les étudiants qui seront la crème de la société, et qui possède en son sein un immense jardin où l’on raconte que les fleurs n’y fanent jamais. Lieu très fermé, c’est po urtant aujourd’hui que la jeune Hinata peut pousser les grilles de l’Académie comme étant la première étudiante transférée de l’école. Malheureusement, c’est aussi ce jour que le jardin va souffrir d’un mal mystérieux, faisant mourrir toutes les fleurs de ce dernier. 

Afin de laver son honneur et de redonner au jardin sa splendeur passée, Hinata partira à l’exploration d’un mystérieux donjon afin de trouver quel mal ronge le Grand Garden, et trouver une solution pour lui faire retrouver son éclat d’antan. Pour cela elle sera accompagnée de plusieurs de ses camarades de classe durant son exploration, et sera épaulée au sein de l’Académie par la directrice et quelques PNJ supplémentaires pour sa préparation à l’aventure.

Un jeu riche en Omega

Chaque donjon du jeu est généré de manière aléatoire comme peut l’être un Pokémon Donjon Mystère par exemple. Pour progresser dans l’histoire, votre tâche sera de pénétrer dans ces donjons inconnus, vaincre les monstres s’y trouvant, et errer dans les dédales jusqu’à trouver l’accès vers la pièce suivante. Comme bon nombre de jeu du genre, vous aurez la classique barre de PV, une jauge de faim diminuant à chaque action, et vous trouverez çà et là moult items allant de la petite culotte à la hache de guerre pour équiper vos héroïnes afin de venir à bout des différents monstres résidant entre ces murs.

Là où le concept de Omega Labyrinth Life commence légèrement à partir en sucette, c’est avec une idée de gameplay baptisé « Omega Power ». Les donjons regorgent de cette énergie mystérieuse, et sans trop savoir pourquoi ni comment, l’Omega récupéré en venant à bout des monstres ira trouver refuge directement dans la poitrine de l’héroïne que vous contrôlez, lui faisant gagner au passage un tour de poitrine. En plus d’être esthétique, l’augmentation de la poitrine de nos héroïnes augmente significativement leurs pouvoirs. Vous l’aurez donc compris, plus vous irez profondément dans les donjons, plus les filles gagneront en force… et en développement au niveau de la poitrine.

Contre toute attente, Omega Labyrinth Life reste un Donjon-Rpg très complet quand on le compare aux autres titres du genre. Se jouant comme un rogue-like, chaque nouvelle entrée dans le donjon se fait avec les personnages au niveau 1, et en cas de game over, vous retournez à l’académie perdant au passage tous les objets de votre besace. En plus des monstres vous devrez faire face à divers pièges dissimulés, mais aussi les tanières de monstre où ces derniers pullulent. Pour vous aider vous pourrez en plus de l’équipement standard faire usage de tomes ou de sceptres magiques, ou encore utiliser des potions et autres armes de jet. A noter que si vous ne souhaitez pas perdre votre équipement, il est également possible de les marquer afin de pouvoir les racheter à la boutique en cas de game over. Un système de synthèse est également présent pour vous permettre de fusionner 2 objets afin d’en créer un encore plus puissant, sans compter la possibilité d’analyser des objets aux propriétés inconnues grâce au pouvoir de l’Omega. En clair, vous avez un jeu qui ne mise pas tout sur le fan service, offrant un jeu de bonne qualité.

Il faut savoir entretenir son jardin

Entre chaque mission, votre équipe devra retourner au HUB du jeu qui est en fait le jardin de l’Académie Belles Fleurs. A chacune de vos avancées dans l’histoire principale, une nouvelle portion du jardin se débloquera, vous permettant d’entretenir en plantant diverses graines et en les arrosant. L’entretien du jardin vous permettra de récupérer objets et points Omega qui vous permettront d’avancer plus facilement dans votre quête. Si au départ le jardin peut paraître immense mais désespérément vide, de nouvelles activités se débloqueront au fur et à mesure de votre progression. Les plantes prenant du temps à éclore, une horloge est également introduite dans cette partie du jeu, et chaque action fera avancer le temps. Les plantations demandent en général 4 à 5 heures pour fleurir.

Dans les activités complémentaires au plantage de graines, vous pourrez par exemple répondre à des quêtes récolte de plusieurs étudiantes, accepter les missions des sœurs jumelles Yuyu et Momo, customiser la présentation et les accessoires du jardin, et dépenser vos points gagnés dans de l’équipement avant de partir explorer de nouveaux donjons. Jeu pour public averti oblige, on ne pourra passer outre quelques scènes borderline durant ces phases. On pensera notamment aux sessions de massage des zones intimes des héroïnes avec du nectar afin d’augmenter leurs statistiques de combat, et nous permettant de récupérer les « fluides » post-massage pour les utiliser afin d’arroser les plantes. Le système d’analyse des objets est également à la pointe, pour pouvoir analyser lesdits objets, nos héroïnes devront glisser des pierres entre leur poitrine, et malaxer la pierre afin de la voir grossir et exploser, révélant la nature de l'objet analysé. Plus sous-entendu vous ne trouverez pas ailleurs.

Savoir regarder au-delà des apparences

Comme expliqué en préambule, Omega Labyrinth Life est un jeu qui pousse le fan-service à un assez haut niveau, proposant une succession de mise en situation plus ou moins osée, des dialogues à fort sous-entendus ou encore des activités misant tout sur le physique de nos héroïnes. Comme l'on peut l'entendre dire, il faut de tout pour faire un monde, et cet aspect dans le jeu-vidéo a des années de vécu derrière lui. Néanmoins s'agissant d'un parti pris des développeurs, il serait injuste de blâmer le jeu pour cela. De la même manière qu'on ne blâmera pas un jeu d'horreur de trop faire dans le gore. La seule chose que demandent les joueurs en contrepartie est que le contenu soit au rendez-vous et qu'une poitrine dénudée ou une culotte à pois ne soient pas les seuls arguments pour leur faire dépenser 40€ pour un jeu vide.

Fort heureusement, Omega Labyrinth Life a su proposer un bon compromis. Oui le jeu propose du contenu qui fera hérisser le poil de bien des personnes, mais ce contenu reste du "bonus", à comprendre que le titre a des qualités autres que des filles dénudées. Même si le scénario est au demeurant simple au possible, et que les caractères des personnages ont déjà été vus des centaines de fois, allant de la nouvelle qui devient amie avec tout le monde, à la fille à forte poitrine se rapprochant un peu trop des autres élèves, ou encore la fille masochiste, le tout reste cohérent, s'assume et reste dans le ton du jeu. Concernant le contenu si les premières heures seront plus là pour la mise en place des différentes mécaniques, vous vous surprendrez à trouver un jeu plutôt complet. Gros bestiaire, large choix d'équipements, environnements variés etc. Si l'on pourra regretter que la partie se déroulant dans le jardin avec les déplacements en 3D manque un peu d'intérêt, tout le reste propose suffisamment d'argument pour que l'on se penche sur le jeu afin de découvrir ce qu'il a à nous offrir.

 

7.5
Clairement pas un titre à laisser entre toutes les mains étant donné le contenu coquin mis en avant, Omega Labyrinth Life arrive tout de même à surprendre avec un genre qui peine à se renouveler, mais qui arrive tout de même à trouver son propre style grâce à un contenu riche et des mécaniques de jeu... atypiques. Si vous aimez les Donjon-Rpg, et que la nudité et les situations embarrassantes mettant en situation poitrines et fesses ne vous rebutent pas, Omega Labyrinth Life s'avèrera être une bonne surprise sur Nintendo Switch. Attention toutefois, le titre est uniquement en japonais sous-titré anglais.

  • Un contenu très dense
  • Des poitrines et fesses dans toutes les situations possibles
  • Un grand degré de rejouabilité
  • Un gameplay maitrisé qui a réussi à trouver son propre style
  • Les différentes illustrations du jeu
  • La récolte d'Omega et de Nectar pour booster nos héroïnes
  • On reste sur un aspect graphique générique
  • le HUB aurait gagné a proposer plus d'activités
  • La difficulté prend son temps pour apparaitre
  • Sitôt sorti, propose déjà masse de DLC payants