Nintendo Switch

Mechstermination Force

Test Switch

Mechstermination Force

Par Lotario - Le 09/04 à 20:31

Le studio Bertil Höberg nous offre aujourd’hui une nouvelle licence répondant au doux nom de Mechstermination. En clair, exterminer de bon gros Méchas. Très rapidement, on se rend compte des clins d’oeil oldies afin de nous rappeler les bons vieux jeux d’Arcades des 90’s.

C’est pas ma guerre, mon Colonel !

Vous faites partis des dernières recrues pouvant stopper une invasion de Méchas colossaux et vous débutez sans attendre sur le champ de bataille.  En effet, notre chère planète est en proie à des attaques de Méchas plus grands les uns que les autres et vous serez le rempart afin de la protéger. Enfin, rempart est vite dit, car oui, vous allez souffrir. Toutefois, avant de vous plonger dans ces affrontements, vous aurez le choix entre 4 personnages, qui n’ont de différence que leur physique et disposent exactement des mêmes capacités. Ces 4 personnages font écho à différentes nationalités, vous trouverez très certainement celui qui convient le mieux. Le premier affrontement débute vous mettant de suite dans l’ambiance, ça commence à tirer dans tous les sens, le Mécha se déplace et vous oblige à faire preuve de mobilité et d’adaptabilité. Nous sommes bien en présence d’un jeu d’arcade et de shoot. Va falloir serrer les dents et avoir de bons réflexes.

Il est d’ailleurs important de bien saisir le concept du jeu : des combats de boss. En effet, chaque mission vous oppose directement à un Mécha. Il ne vous attendra pas en fin de niveau puisque par conséquent, il n’y a pas de niveau. Et est-ce bien gênant ? Pas vraiment compte tenu du challenge offert par chaque affrontement et je n’ose imaginer la frustration pour certains s’il avait fallu en prime traverser des niveaux tortueux. Au regard de l’ambiance et du patern de chaque boss, les niveaux ne nous manquent pas on s’y fait très vite. Quant aux Boss, il faudra réussir à atteindre leurs points faibles, certains destructibles au gun, d’autres au corps en corps. Il va falloir grimper.

Accroche toi soldat !

Oui, il va falloir s’accrocher. Comme dit précédemment, vous allez souffrir. Certains boss demandent un timing exigeant. Mais avant cela, il faut comprendre les mouvements de chacun. Et c’est tout l’intérêt du titre. Si les premiers boss ressemblent à des amuse-bouche, dès le troisième, vous allez comprendre qu’y aller la fleur au fusil, ça ne passera pas. Il faudra alors étudier leurs mouvements, leurs tirs, etc. Mais surtout chaque partie de leur corps. Quelle partie est destructible ? Quelle partie est susceptible de me tirer dessus et comment ? Certains tirs peuvent être contrés par les vôtres, mais pas tous. Gare aux tirs lasers ! Les développeurs n’ont pas manqué d’imagination et vos ennemis seront extrêmement variés, de par leurs formes mais aussi par ce qu’ils ont en magasin pour vous éradiquer. Vous aurez parfois des difficultés sur un boss, vous ferez plusieurs essais, encore et encore, ce qui vous fera progresser à chaque tentative. Le jeu a un côté addictif qui vous donne envie d’y retourner après chaque échec. Vous serez aussi surpris en pensant avoir eu votre ennemi mais le bougre vous réserve encore quelques moments de sueurs froides que vous ne soupçonniez même pas. Un régal pour qui aime les challenges.

De votre côté, il faudra vous adapter certes, mais vous aurez la possibilité d’agrémenter au fur et à mesure votre Arsenal. Entre deux missions, vous serez dans une base servant de hub dans laquelle vous trouverez une boutique. Vous commencez votre aventure avec seulement 5 cœurs, et diantre qu’on les perd vite ! Lors de chaque mission, vous glanerez quelques dollars vous donnant la possibilité d’investir soit dans l’armement ou davantage de cœurs. Le choix est parfois cornélien et on hésite. Il est intéressant de savoir que même en cas d’échec, les pièces récoltées en combat sont conservées (toutefois, vous gagnerez bien évidemment beaucoup moins qu’après avoir éliminé un boss). Parlons arsenal, nous reviendrons sur la référence Contra / Probotector en particulier ici. Les armes achetées s’inspirent clairement de ces jeux : le tir laser, le spread (multi tir en arc de cercle), le tir explosif, le lance-flammes. Vous aurez de quoi vous adapter à chaque situation ou à votre propre style.

Les affrontements gagneront donc en intensité au fur et à mesure. Chaque découverte vous mettra en garde et parfois en panique. Malgré tout, lorsque la caméra est très éloignée, il faut avouer que l’on ne voit plus très bien son personnage (particulièrement en nomade). Concernant la caméra, elle fût particulièrement gênante lors du dernier chapitre (épique par ailleurs). On a parfois l’impression que les sauts sont imprécis mais cela semble coller avec l’envie de revenir sur un jeu d‘arcade d’antan. Par ailleurs, encore une référence à ces anciens jeux, la possibilité de s’accrocher à certains murs et plafonds vous fera appréhender de nouvelles situations. Il va falloir être agile.

Vite à bout de souffle soldat ?

Il faut avouer que le jeu se termine du coup relativement vite en ne proposant que des combats de boss. Entre 6 et 8 heures suivant votre niveau. Il faudra alors compter sur le goût du scoring pour aller plus loin ou l’envie de tout acheter (cœurs et armes). Et si le scoring vous botte, autant vous dire que vous allez en passer des heures. Entre décrocher les trois étoiles ou pire, le « sans dégât », bonne chance. Il sera possible de retenter à tout moment chaque boss vaincu (pas besoin de finir l’histoire). Au-delà du score, vous collecterez aussi de l’argent. Il sera aussi possible de jouer à deux en coop. C’est un plus non négligeable qui offre des moments bien denses avec un partenaire de jeu. On restera toutefois sur un goût de trop peu mais la variété offerte par chaque mécha fait quelque peut oublier la petite durée de vie.

Techniquement, le jeu est chatoyant en matière de couleur. C’est plutôt bien modélisé et très fluide. Sur un grand écran, on peut discerner quelques imperfections, notamment au niveau des ombres mais rien de bien méchant. La fluidité est au rendez-vous et c’est une qualité importante compte tenu du type de jeu auquel nous sommes en présence. Enfin, ce qui met aussi dans l’ambiance et nous pousse à y retourner, c’est la musique du jeu. Elle est très entraînante et colle parfois tout à fait à la grandeur de nos ennemis. J’oserai presque à dire qu’elle est parfois galvanisante lors de nos affrontements.

7
Mechstermination est un bon jeu d’arcade qui est en revanche quelque peu court. Le challenge offert est motivant et addictif. C’est un jeu sur lequel on retournera régulièrement pour se défouler et tenter de faire mieux que les fois précédentes. Chaque rencontre arrive à nous surprendre ce qui atténue la répétitivité.

  • Un challenge addictif
  • Des musiques ultra-entrainantes
  • L'évolution de notre personnage
  • Durée de vie très courte
  • Une visibilité parfois peu claire
  • La difficulté irrégulière
Pas d'images pour ce test.