Nintendo Switch

Hatsune Miku : Project DIVA Mega Mix

Test Switch

Hatsune Miku : Project DIVA Mega Mix

Par ggvanrom - Le 22/05 à 18:00

En tant que fan invétéré de la licence project Diva, il m’était impossible de passer outre la sortie de Hatsune Miku : Project Diva Mega Mix sur Nintendo Switch. Mais que peut bien proposer cet épisode en comparaison des autres titres déjà parus ? La réponse tout de suite.

La Diva à la conquête de l’Occident

Licence débutée initialement sur PSP en 2009 avant de continuer à s’étendre au Japon dans les salles d’arcade et sur les consoles de salon de Sony, s’offrant même un passage sur Nintendo 3DS, Hatsune Miku : Project Diva a su se démocratiser petit à petit en Occident. La licence reprend les chansons les plus populaires de la Vocaloid Hatsune Miku ainsi que celles de toute son équipe pour obtenir un jeu de rythme à la fois exigeant, et divertissant qui séduit les joueurs depuis plus d’une décennie.

Les consoles Nintendo n’étant pas les supports phares de la licence, nous n’avons à ce jour profiter que d’un seul opus en Occident : Project Diva Mirai DX sur Nintendo 3DS. Ce dernier s’étant éloigné des codes de la licence, Project Diva Mega Mix quant à lui revient aux bases avec son gameplay classique, mais aussi un tout nouveau style de gameplay exploitant la fonction gyroscopique des Joy-Con, la possibilité de créer des t-shirts pour nos personnages, le tout dans un tout nouvel habillage plus cartoon, s’éloignant de l’aspect figurine plastique des opus arcade.

3 modes de jeu pour le prix d'un

Reprenons les bases de Project Diva. Il s'agit d'un jeu de rythme qui nous permet de visionner un clip musical mettant en scène Hatsune Miku et ses compagnons. Sur ce clip, les notes défilent sur l'écran et doivent être actionnées lorsqu'elles tombent dans leur réceptacle. Les meilleures notes sont représentées par les mentions Cool et Good, qui permettent d'augmenter votre combo. En dessous, vous tombez sur les notes Safe et Bad en cas d'une mauvaise gestion du rythme, et Miss / Wrong / Almost si vous vous êtes trompé de touche. Lors de chaque clip vous aurez une barre de vie qui commencera légèrement remplie, ainsi qu'une barre d'objectif. Votre but sera d'enchainer les bonnes notes pour à la fois éviter le game over, et surtout atteint le pallier fixé pour considérer la chanson comme terminée, vous octroyant des points à dépenser pour vos modules (nous y reviendrons plus tard). Avec 5 modes de difficulté, votre objectif sera bien sur de tenter de boucler chaque musique dans les différentes difficultés proposées, et pourquoi pas tenter le full combo, autrement dit le perfect, sur chaque musique.

Ça, c'était pour le mode arcade que tout le monde connait depuis des années. Mais la version Nintendo Switch embarque également le Mix Mode tirant parti de la technologie des Joy-Con. De mon propre aveu, je pensais que ce mode serait uniquement réservé aux néophytes de la licence, et n'apporterai aucun challenge. Au final c'est loin d'être le cas, ce mode vous demande d'appuyer sur les gâchettes des Joy-Con pour enclencher mes notes, mais aussi de mouvoir les manettes dans l'espace pour atteindre lesdites notes avec le bon Joy-Con. Si les deux premiers modes de difficulté sont une partie de plaisir, en mode hard on commence sérieusement à s'emmêler les pinceaux, mais c'est une histoire de rythme à prendre. 

Point positif non négligeable, le mapping des boutons est présent. Si les notes à jouer sont représentées de base par les touches d'une manette Switch à savoir "a,b,x,y", il est possible d'avoir un total de 9 combinaisons de symboles, incluant simplement des flèches directionnelles, ou si vous êtes un fan invétéré de la licence, les touches d'une manette de PS4. Car croyez-moi, rien n'est plus frustrant de confondre le x d'une manette de Nintendo Switch avec la croix d'une manette de PS4... Enfin, le gameplay tactile proposé sur les consoles japonaises est également disponible chez nous. Pour l'activer, il suffit de vous rendre dans le menu customisation / control config et activer le mode Tap Play. Dommage que ce dernier n'apparaisse tout simplement pas dans les modes de jeu à côté de Arcade Mode et Mix Mode.

Des protagonistes très à la mode.

Outre la centaine de musiques à découvrir, nos Vocaloids ont tous des tenues thématiques à enfiler le temps des clips. Non accessibles de bases, ces tenues vous demanderont un certain nombre de VP pour pouvoir rejoindre votre garde-robe. Ces VP sont accessibles en terminant chacune des musiques, et plus votre score sera élevé, plus la récompense sera conséquente. Couplé aux tenues, il est également possible d'acheter uniquement les coupes de cheveux, et de faire un mix de deux tenues différentes, ou encore rajouter des accessoires comme des lunettes ou des oreilles d'animaux pour customiser encore plus vos protagonistes. Au total ce sont plus de 300 modules qui vous attendent dans le jeu. Vous pourrez soit faire chauffer vos doigts pour emmagasiner les VP, soit opter pour l'achat d'une clé magique sur l'eShop au prix de 9,99€ pour tout débloquer.

Toujours en matière de customisation, Project Diva propose pour la première fois un éditeur de T-shirt. Il nous est en effet possible de créer 5 t-shirts personnalisés pour donner un style unique à nos personnages. Si l'idée est louable de base, il est au final assez laborieux d'arriver à un résultat satisfaisant. Nous avons la possibilité de customiser l'avant et l'arrière des t-shirts, par contre nous n'avons accès qu'à 3 outils : le crayon, la gomme, et le pot de peinture. Pas de motifs pré rendus ou autres dégradés de couleur prêts à être appliqués. Si la fonctionnalité tactile est plus que bienvenue lorsque l'on est en mode portable, l'éditeur souffre de divers ralentissements, et bug si on s'approche trop de l'extrémité du T-shirt. En bref, il s'agit d'une fonction qui aurait été beaucoup plus pratique avec quelques outils supplémentaires, et qui n'inspirera finalement que les plus créatifs d'entre-nous.

Un contenu digne de la Diva ?

Si comme votre serviteur vous suivez assidument la licence sur les autres supports, vous n’avez pas pu passer à côté de l’épisode Future Tone sur PS4 qui proposait pas moins de 238 musiques (DLC inclus). Cet épisode Mega Mix de son côté propose une compilation de plusieurs musiques célèbres chantées par Hatsune Miku et sa bande, mais on arrive difficilement à la centaine de musiques dans le jeu de base, 134 en ajoutant les 6 packs DLC disponibles ainsi que le pack de musiques gratuites. Mais qu'on ne s'y trompe pas, si vous n'avez qu'une Nintendo Switch pour découvrir la licence, cette playlist reste très qualitative et vous occupera de longues heures.

Là où la pilule est difficile à avaler pour les fans concerne les fameux DLC. Si les partisans de cette pratique sont tous d'accord pour dire que cela rajoute du contenu supplémentaire aux jeux que l'on achète, dans le cas de Hatsune Miku : Project Diva Mega Mix l'intégralité des DLC sont des reprises des musiques des anciens épisodes proposés la plupart du temps dans les playlist de base. Et surtout il y a des musiques désormais cultes que l'on ne s'imagine pas possible de voir débarquer en DLC payant comme Double Lariat, Kokoro, Dear ou encore Clover Club pour ne citer qu'eux !

Deuxième point négatif : l'aspect global du jeu. Au lieu de proposer un portage de Project Diva Future Tone sur Nintendo Switch, SEGA a préféré partir sur une nouvelle version, qui se démarque par un nouveau style graphique et un nouveau gameplay, au détriment du contenu musical amputé de moitié par rapport à la dernière version sortie à ce jour sur PS4. Si le rendu graphique reste acceptable en mode salon, trop souvent nous avons le droit à de la bouillie de pixels lorsque l'on joue en mode portable, certains clips rendant moins bien que d'autres avec ce nouveau rendu graphique. Si le framerate est également stable lors des musiques (encore heureux pour un jeu de rythme !) force est de constater que les clips les plus "gourmands" mettent un temps fou à se charger, et que la navigation dans les modules souffre aussi de sévères ralentissements quand il s'agit d'habiller un groupe de 4 chanteurs ou plus (heureusement ce type de musique reste très limité).

 

7.5
Hatsune Miku : Project Diva Mega Mix est un cas d'école. S'il s'agit là de votre premier jeu de la licence, ou si votre expérience se limite à Project Mirai DX sur Nintendo 3DS, vous avez entre les mains un titre très complet, qui malgré ses quelques défauts esthétiques vous proposera un catalogue conséquent pour découvrir l'univers de la diva aux couettes turquoise et de ses amis, ainsi qu'un gameplay très addictif. Si en revanche vous êtes un inconditionnel de la licence, vous pesterez fatalement du fait que cette version soit moitié moins bien fournie que le dernier titre en date parut sur PS4, et que les DLC payants sont au final des musiques que vous avez déjà retourné dans tous les sens par le passé sur consoles Sony.

  • Plus de 100 musiques incluses dans le jeu de base
  • Plus de 300 modules pour personnaliser vos personnages
  • Le Mix Mode qui s'avère être une bonne surprise au final
  • Le classement en ligne pour chaque musique
  • Le prix reste abordable comparé à la version japonaise
  • Comparé à Future Tone, le catalogue musical de "Mega Mix" est moitié moins fourni
  • Les DLC payants proposent des musiques déjà vues et revues sur les anciens opus
  • Le T-shirt Editor très limité
  • Le jeu bave en mode portable