Nintendo Switch

Black Legend

Test Switch

Black Legend

Par C-Ptique - Le 29/03 à 09:00

Après avoir sorti War Party au début de l’année 2019, le studio Warcave nous propose aujourd’hui Black Legend, un nouveau tactical-RPG qui s’inspire du folklore belge, néerlandais et allemand. Le jeu avait été annoncé en septembre 2020 et vient de sortir sur l’eShop de la Switch. Dès les premiers trailers, on a senti une inspiration de X-Com. Voyons ce que le titre vaut.

Un problème de brouillard et de fanatiques

Nous sommes dans la cité-État de Grant qui a réussi jusqu’à présent à échapper aux guerres grâce à la protection de ses partenaires commerciaux. Mais ses ennemis ont fini par s’unifier et elle s’en est remise à un certain Méphisto, un alchimiste qui a répandu une brume toxique sur la ville pour la défendre, les habitants disposent d’un remède pour y survivre. Sans crier gare, il s’est enfui et a laissé la ville agoniser, les habitants ne peuvent plus compter que sur eux-mêmes et les animaux sont devenus enragés. Le roi de Grant a donc décidé de pardonner les mercenaires qui les attaquent s’ils arrêtent leur assaut, retrouvent Méphisto et dissipent le brouillard.

Nous sommes justement un de ces mercenaires en quête de rédemption. En arrivant aux portes de la cité, on y rencontre qu’un certain Marteen et personne d’autre, les rues sont désertes, ce qui montre la gravité de la situation. En effet, le brouillard n’est que l’aspect le moins problématique, la ville est sous le contrôle de fanatiques qui adorent Méphisto et son brouillard et cherchent à nous empêcher de le dissiper. Pire encore, certains se sont essayé à l’alchimie et ont développé des pouvoirs efficaces mais incontrôlables.

Pour reprendre le contrôle de la situation, notre premier objectif est de retrouver le réseau de résistance dénommé la Griffe Dorée. Puis, après avoir rencontré le chef du réseau, il nous indique que la priorité est de préparer un bateau pour évacuer les civils avant que les choses ne se gâtent. Mais ce sera plus difficile qu’il n’y paraît car il faudra relever les chaînes qui bloquent l’entrée du port et qui ne sont actionnables que depuis deux tours.

Ouvre les deux yeux

Le contexte posé, le jeu nous présente progressivement ses différentes mécaniques. Black Legend s’inspire en grande partie de X-Com, modèle également de Mario + Les Lapins Crétins : Kingdom Battle. Les combats sont en tour par tour et à chaque tour, nos unités et les ennemis effectuent des déplacements et des actions, ce peut être des attaques, des défenses ou la consommation d’objets. Notez que les attaques sont plus efficaces lorsqu’on attaque les ennemis de côté et encore davantage de dos, l’inverse est aussi vrai pour nos adversaires. Quant aux consommables, ils ne peuvent être utilisés qu’une fois mais ne demandent aucun point d’action.

Pour faire plus dégâts, il est impératif de maîtriser l’alchimie corporelle. Il s’agit en fait d’actions spéciales spécifiques à chaque classe qui font plus de dégâts. Chaque attaque dispose d’une humeur corporelle représentée par 4 couleurs : rouge, noir, blanc et jaune. Les attaques sont plus efficaces lorsqu’on réalise certaines combinaisons comme avec des Pokémon. L’efficacité est encore accrue si on les combine à certains objets. Au fil des combats, on peut aussi se spécialiser dans 15 classes différentes ou bien rester sur un profil équilibré. Seules 3 sont accessibles au début mais elles se débloquent progressivement en avançant dans l’aventure. Il faut augmenter rapidement en compétence et s’armer car de base, nos personnages ne peuvent que jeter des cailloux. Il faut rester à l’affût de nouvelles armes qui peuvent être bien plus efficaces et adaptées à notre façon de jouer.

Il faut aussi savoir adapter sa stratégie pour gagner les batailles. Face aux chiens enragés, il faudra avoir des soins sur nous car ils transmettent des maladies qui nous affaiblissent progressivement une fois mordu. Ou encore, dans le port, des ennemis disposent de lance-flammes qui font de gros dégâts, surtout lorsque ses cibles sont alignées, il faut donc disperser nos unités tout autour d’eux pour leur compliquer la tâche.

Si le mécanisme est globalement bien rôdé, on peut regretter cependant que le curseur soit difficile à positionner sur le terrain dès lors qu’il y a du relief. Le curseur sur Switch est fixe à l’écran et arrive difficilement à se stabiliser sur un emplacement, notamment ceux à proximité de murs et de caisses. Par ailleurs, on peut se placer en hauteur pour faire plus de dégâts aux ennemis mais ils ne sont pas significatifs, ce qui est bien dommage. Plus grave, il est très regrettable que nos personnages ne puissent pas se mettre à couvert derrière les obstacles pour se protéger des tirs ennemis.

Un combat, ça se prépare longtemps à l’avance

Pour gagner les combats, il ne suffit pas de bien se débrouiller lors des affrontements mais aussi en les préparant minutieusement. En fouillant les lieux et les cadavres entre deux batailles, on peut trouver du butin très diversifié : des armes, de l’argent, des babioles à revendre… Ce qui sert à personnaliser nos personnages, aussi bien au niveau des armures, des armes et même des compétences. Mais on trouvera vraiment notre bonheur au quartier général de la Griffe Dorée. Potions, armes, restauration de santé, quêtes secondaires, tout cela peut y être trouvé et peuvent jouer un rôle déterminant. Ainsi, la première quête secondaire nous propose de nous rendre au port pour récupérer de l’acier, ce qui nous permet une fois revenu d’acheter des armes à distance notamment la précieuse arbalète.

La composition de l’équipe est également importante et cela se fera progressivement au fil de nos rencontres. Marteen combat à nos côtés au début du jeu et se propose de rejoindre l’équipe un peu plus tard. Pour chaque membre, il faudra décider de l’envoyer à la caserne ou de l’intégrer directement dans l’équipe. Les meilleurs combats restent encore ceux que l’on arrive à éviter. Le jeu nous proposera parfois des chemins alternatifs à condition de bien chercher ou des parcours à effectuer pour passer au nez et à la barbe des adversaires. Ceux-ci n’engagent en effet le combat que s’ils nous repèrent.

7.5
Black Legend est un jeu aux mécaniques globalement bien pensées et bien huilées. Son ambiance particulière est un atout indéniable et la diversité des ennemis et des terrains nous force à chaque fois à revoir notre stratégie d’attaque. Il n’est pas non plus avare en contenu et propose une durée de vie très respectable. Cependant, il aurait pu être complété sur certains points, notamment en nous proposant de nous abriter derrière les obstacles, et il manque d’une véritable plus-value qui lui permettrait de trouver sa propre force par rapport à son modèle X-Com.

  • Ambiance et histoire très travaillées.
  • Mécaniques de combat adaptables à de nombreuses stratégies.
  • La personnalisation et l’évolution de nos personnages qui offrent elles-aussi de nombreuses stratégies à adopter.
  • Manque d’un concept original et distinctif.
  • Le principe des humeurs corporelles pas évident à maîtriser.
  • Pas de possibilité de se mettre à couvert.
Pas d'images pour ce test.