Nintendo Switch

Atelier Ryza : Ever Darkness and the Secret Hideout

Test Switch

Atelier Ryza : Ever Darkness and the Secret Hideout

Par ggvanrom - Le 12/11 à 00:01

2019 aura été riche en matière de sortie pour la licence Atelier. Après le spin off Nelke & The Legendary Alchemists : Ateliers of the New World qui optait pour la gestion d'un village, et Atelier Lulua : The Scion of Arland, 4ème épisode de la saga Arland où nous suivons les aventures de la fille de Rorona, Gust et Tecmo Koei nous offrent en cette fin d'année  Atelier Ryza: Ever Darkness & the Secret Hideout, censé mettre la licence sur de nouvelles bases pour l'avenir. Pari réussi ? C'est ce que nous allons voir.

*Test réalisé à partir d'une version boîte fournie par l'éditeur*

De l'alchimie née l'aventure

Notre histoire débute sur l'île de Kurken, dans un petit village prénommé Rasenboden. Extrêmement attachés à leurs traditions et ayant horreur du changement, les habitants vivent en quasi-autarcie, les contacts avec l'extérieur se limitant pour la grande majorité aux échanges avec les marchands du continent. C'est dans ce contexte que nous découvrons une jeune fille au nom de Reisalin Stout, surnommée Ryza, qui, accompagnée de ses amis Lent et Tao, ne rêvent que de partir à l'aventure pour échapper à la vie monotone sans surprise proposée par l'île.

Alors que notre trio profite de la découverte d'un port abandonné pour filer de l'île et atteindre le continent et commencer leur grande aventure, ils sont pris à partie par une créature les mettant rapidement au tapis, et sont sauvés in extremis par deux énergumènes :  une femme répondant au nom de Lila et un homme prénommé Empel qui règlent son compte au monstre grâce aux pouvoirs de l'alchimie.

Véritablement fascinés par la puissance de l'alchimie, et profitant du fait que Lila et Empel soient sur l'île pour une affaire importante, Ryza, Lent et Tao demandent à ces deux voyageurs de les former. Ainsi Lent apprendra l'art du combat avec Lila, Tao apprendra avec Empel à déchiffrer la langue mystérieuse des livres se trouvant dans la bibliothèque familiale, et Ryza quant à elle va se découvrir un don inné pour l'alchimie.

Une formule plus axée sur l'histoire

Comme chaque épisode de la licence Atelier, on retrouve un jeune protagoniste se découvrant un don pour l'alchimie. Des fois déjà en place, ou découvert par hasard par un maitre alchimiste, l'introduction dans ce monde merveilleux est généralement assez rapide. Atelier Ryza quant à lui à décidé au contraire d'apporter une trame narrative plus imposante à son jeu. Ainsi, n'espérez pas mettre les pieds dans un atelier alchimique avant une bonne heure de jeu, le temps d'introduire les différents personnages, faire le tour de la ville, et apprendre les bases de l'alchimie. D'ailleurs même après 20 heures de jeu on continue de découvrir des fonctionnalités supplémentaires.

Si au début de l'histoire nous suivons simplement les histoires d'un groupe d'adolescents avec leurs problèmes comme les brimades avec les autres ados ou encore les sermons des parents, Atelier Ryza va tenter d'apporter un ton plus sérieux à son histoire avec la quête d'Empel et Lila, le comportement humain face à l'inconnu, et le fait que l'alchimie soit vue comme une étrangeté, voire quelque chose de dangereux par les autochtones (en revanche pas de problème pour demander des services quand ça va mal). En plus de ce duo improbable, notre équipe sera également rejoint par la jeune Klaudia.

Se contentant cette fois-ci d'une unique fin, le titre nous proposera donc de voir nos héros murir au fil de l'aventure, en accomplissant des quêtes pour le bien-être des villageois tout en aidant Empel et Lila dans leurs recherches de ruines antiques. Pour cela ils voyageront dans divers lieux afin de remplir leurs objectifs, et découvrir au passage une facette plus sombre de l'alchimie, nous faisant constamment remettre en question sur les conséquences de son utilisation. En plus de l'histoire principale, nous aurons également de multiples cinématiques avec les autres héros et quelques PNJ pour compléter le lore du jeu

Voyager, explorer et récolter !

Si l'histoire du jeu vous prendra entre 30 et 40 heures de jeu pour en voir le bout en fonction de votre aisance avec la licence en général, vous pourrez également compter sur la présence de plusieurs quêtes annexes se mettant à jour au fur et à mesure de l'avancée de l'histoire principale, ainsi que quelques éléments supplémentaires comme la chasse au trésor avec des indices sur leur emplacement à récolter. La grande majorité de l'aventure consistera à vous rendre dans des lieux spécifiques, ou tout simplement faire défiler le temps jusqu'au déclenchement d'un évènement faisant avancer l'histoire.

Si le côté monde ouvert n'est toujours pas de la partie dans cet Atelier Ryza, le titre nous propose plusieurs zones découpées en sections, proposant une aire de jeu suffisamment grande pour nos héros afin de ne pas se sentir à l'étroit, même si l'on regrette que le jeu nous bloque l'accès à plusieurs zones avec les messages de Ryza du genre "je ne devrai pas m'éloigner de la route pour le moment". Les diverses zones abritent divers objets à récolter, que ce soit sur les plantes, dans l'eau, ou encore sur les monstres, il ne reste qu'à vous de faire le plein de matières premières, et de faire chauffer votre chaudron alchimique.

L'alchimie, une une vocation de plus en plus addictive

A chaque nouvel épisode les activités alchimiques sont peu ou profondément bouleversées par l'ajout (ou le retrait) de certaines fonctionnalités ou le fonctionnement même du processus de fabrication. Petit rappel rapide pour les apprentis qui dorment au fond : l'alchimie consiste à mélanger plusieurs éléments entre eux afin de créer un tout nouvel objet. Mélanger des herbes récoltées dans la clairière d'à côté vous permettra par exemple de fabriquer de l'herbe médicinale. Dans cet épisode, le processus de développement alchimique opte pour une toute nouvelle approche avec une évolution sur une sorte de sphérier.

Concrètement, la recette alchimique démarre avec une case demandant un élément de base. Une fois cette case complétée, celles qui lui sont directement reliées se débloquent, et doivent être remplies à leur tour pour ouvrir les autres cases et ainsi de suite. Chaque case dépend d'un élément (feu, glace, lumière et vent), et chacune d'entre elles proposent un bonus à débloquer en ayant un certain nombre d'éléments. Chaque objet pouvant être trié par leur qualité et leur élément, il ne tient qu'à vous à effectuer les meilleures combinaisons possibles pour créer les objets les plus efficaces.

Comme chaque épisode, les recettes alchimiques s'apprennent en achetant des livres de recettes, ou en avançant suffisamment dans votre histoire pour que votre mentor vous donne accès à des ouvrages plus avancés. Mais il y a également une nouvelle façon d'apprendre de nouvelles recettes, utiliser des objets spécifiques dans des recettes précises pour les faire évoluer en de nouveaux objets. Par exemple si vous utilisez un os dans une case précise du sphérier de la recette du lingot, vous pourrez créer une faucille. Le but sera donc de créer le plus de recettes possible pour améliorer votre niveau d'alchimie, vous permettant de réaliser des recettes de plus en plus complexes.

Et pour compléter la liste des nouveautés, il est également possible via un ancien artefact de retravailler un objet que vous avez créé via le processus alchimique pour utiliser encore plus de matière première pour débloquer de nouveaux bonus, et des bonus spéciaux. Certains bonus pouvant se cumuler (comme les bonus de statistiques), il est grandement recommandé de retravailler le plus souvent possible vos objets. Enfin, vous pourrez également forger dans votre atelier votre équipement de combat pour affronter les monstres qui se mettront sur votre chemin.

Une refonte complète du système de combat

Les combats ont toujours été un élément délicat dans la licence Atelier. Entre un système RPG au tour par tour standard, des contraintes d'utilisations des objets alchimiques, et les pics de difficulté lors de certains combats, la licence n'a jamais brillé par cette étape pourtant cruciale. Dans Atelier Ryza, Gust a profondément retravaillé le gameplay de son jeu pour lui apporter plus de dynamisme. Adieu le tour par tour standard, le jeu fait à présent appel à un tour par tour semi-automatique à la Final Fantasy VII. Une barre à gauche de l'écran permet de voir quels personnages pourront attaquer en suivant, et même si vous n'avez pas encore effectué d'action, le combat continue de se dérouler et les alliés comme les ennemis continuent d'attaquer.

Côté gameplay on est maintenant sur une dimension des combats nettement plus stratégique. En plus de la notion de tour par tout, vos personnages auront un bouton d'attaque qui a chaque coup va incrémenter d'un point la jauge AP. Une fois cette jauge pleine, vous pourrez alors appuyer sur - pour augmenter votre jauge Tactics. En montant de niveau, cette jauge vous permet d'enchainer les coups standard. Et plus elle augmente, plus les coups sont nombreux et puissants. Et vous pouvez également utiliser des techniques spéciales qui vous demanderont d'utiliser plusieurs points AP pour être déclenchés. Sans compter la jauge Core Charge représentant le nombre d'utilisations de vos objets. Chaque objet utilisable en combat à un cout plus ou moins élevé, et il faudra faire attention à bien doser leur utilisation pour éviter la panne sèche.

Pour booster l'aspect tactique du jeu, chaque équipement possède des points de talents dans le domaine de l'attaque, de la défense et du soutien. Ces rôles influent sur le placement des personnages en combat (3 maximum) avec un placement en première ligne pour attaquer et encaisser, ou en arrière-ligne pour soutenir vos compagnons. En combat, les compagnons peuvent vous demander de réaliser des actions durant un laps de temps limité comme utiliser un objet ou de la magie, activant au passage une de leur capacité spéciale en résonance. Enfin, de temps en temps, les ennemis peuvent charger une attaque surpuissante, représentée par une fumerole rouge, qui peut vous infliger de sévères dégâts. Pour éviter cela, il vous faudra utiliser l'option Quick Attack demandant 10 AP pour être déclenchée, afin d'attaquer immédiatement, et tenter de déclencher les capacités ultimes de vos héros. Toutes ces actions se déroulant sans pause, sans oublier la caméra dynamique et la musique, on est devant le meilleur système de combat proposé à ce jour dans la licence Atelier.

Quelques améliorations, au détriment d'autres

Gust et Koei Tecmo avaient mis en avant lors de la sortie du jeu la volonté de travailler avec un nouveau style graphique signé Toridamono (qui semble aimer les formes féminines quand on voit les cuisses de Ryza ou la poitrine de Lila). Si les environnements et les personnages ont pu bénéficier de cette amélioration graphique, il est dommage que le chara design ne soit pas constant en matière de qualité, que ce soit sur les PNJ ou même sur certains personnages principaux. Concernant les doublages, si le choix de proposer uniquement les voix japonaises divisera les joueurs, il est dommage en revanche que le doublage ne soit présent que vous les cinématiques clés. Les mini-cinématique se contentant de quelques gimmicks.

Côté scénario bien que l'on puisse regretter le long démarrage de l'histoire ainsi que l'aspect assez enfantin des querelles des héros en début de partie, l'histoire proposée par Gust et Yashichiro Takahasi se laisse apprécier, et nous offre une autre facette de l'alchimie. Bien que nous ayons perdu l'aspect open world, les environnements proposés restent toutefois très plaisants à visiter, le tout collant parfaitement avec la bande-son du titre. On sera également content de pouvoir bénéficier d'une carte du monde nous permettant de nous déplacer rapidement dans différents points du jeu sans faire les longs aller-retour que demande souvent l'histoire principale.

il y a encore quelques nouveautés introduites dans ce nouvel épisode, comme la possibilité de créer par le biais d'un ancien artefact des zones de récoltes magique où les objets et les monstres apparaissant dépendent de la nature et de la qualité de l'objet sélectionné. Ces mondes en bouteille peuvent être partagés aux autres joueurs via un système de mot de passe rudimentaire. Enfin, l'atelier de Ryza niché au coeur de la Forêt Pixie sera sujet à de constantes évolutions, automatiques comme l'ajout d'éléments comme un jardin, ou manuel en améliorant l'intérieur et l'extérieur de l'atelier pour que vos héros bénéficient de boost statistique. 

Pour terminer, il faudra notamment souligner quelques points noirs dans la réalisation, à commencer par nombreux murs invisibles qui empêchent Ryza de sauter une petite marche par exemple. Le dernier point noir consistera dans la nature du bestiaire, déjà peu fourni à la base, celui d'Atelier Ryza proposent énormément de Color Swap pour gonfler artificiellement le nombre d'ennemis, et justifier l'augmentation de stats entre les zones, sans compter un nombre famélique de boss dans le jeu. 

8.5
Si cet Atelier Ryza est le début du renouveau de la licence, le moins que l'on puisse dire est que les nouveaux apports de cet épisode sont bienvenus pour apporter le vent de fraicheur dont manque cruellement la franchise depuis de nombreuses années. Si l'on regrette l'absence de l'open-world pour faire place à de grandes zones segmentées, on ne peut que féliciter le studio pour l'amélioration graphique du titre (un peu moins prononcé sur Switch), et surtout les combats qui sont devenus extrêmement dynamiques, sans compter cette obsession pour l'alchimie qui vous poussera encore et encore à retravailler vos objets pour booster leurs capacités. Alors oui tout n'est pas parfait, que ce soit pour le bestiaire relativement vide ou les longueurs de l'histoire au début du jeu, mais cet épisode reste clairement un des meilleurs parus ces dernières années. Comme toujours, on regrettera surtout l'absence de localisation du titre, et nous devons encore nous contenter de textes en anglais pour plonger dans l'aventure.

  • Une histoire plus étoffée...
  • Le nouveau style graphique de la licence
  • Les combats beaucoup plus dynamiques
  • Un système alchimique très addictif
  • Possibilité de retravailler ses créations
  • ... mais qui peine à démarrer
  • Les murs invisibles gâchent l'immersion
  • Un bestiaire peu fourni