Nintendo Switch

Astor: Blade of the Monolith

Test Switch

Astor: Blade of the Monolith

Par Mayline - Le 06/07 à 08:00

Astor est un jeu du genre action et aventure sorti sur Nintendo Switch le 30 mai 2024. Développé par C2 Game Studio et édité par Versus Evil, nous suivrons les aventures d'Astor, un Diokek élu de la destinée, sur les traces de l’histoire de son espèce et de celle des créateurs afin de rétablir la paix dans un monde où les Hiltsik, des créatures malveillantes sèment le chaos. Abordant de prime abord une histoire simple dans un monde haut en couleur, le jeu nous mènera dans une aventure un peu plus obscure que celle dépeinte initialement. Héros, c’est à vous de jouer, élu pour sauver le monde à l’aide d’un mystérieux pouvoir runique, votre détermination sera mise à l’épreuve pour venir à bout de la menace.

Test réalisé à partir d'une version fournie par l'éditeur.

Sur les traces de la prophétie

Le jeu nous propose de suivre l’aventure d’Astor, accompagné de son ami Zan qui découvrent une prophétie durant l’exploration d’une ruine. Elle dit qu’un Diokek sera élu afin de venir à bout de la menace Hiltsik, faire revenir les créateurs et rétablir la paix dans le monde. C’est à ce moment qu’Astor, notre Diokek, tombe via un passage dans les tréfonds des ruines et s’avance vers un autel lui conférant un pouvoir mystérieux ainsi qu’une épée. Sous forme de tutoriel, il devra venir à bout d’ennemis à l’air bien plus sombre que nos amis, les fameux Hilstsik. Il part retrouver Zan pour le sauver du danger puis l’informe des évènements, celui-ci interprète cela comme le fait qu’Astor a été choisi par les créateurs pour être l’élu de la destinée et réaliser la prophétie. Il lui propose donc de se mettre en route vers le Havre de Cristal afin de trouver des personnes pouvant les aider à en savoir plus. Ils atteindront à l’aide des pouvoirs d’Astor le fameux endroit, un somptueux village caché de Diokek qui combat les Hiltsik depuis de nombreuses années. D’abord accueillis par le chef des armées, très sceptique sur cette histoire, on apprend qu’il n'a auparavant jamais réussi à ouvrir une certaine porte mystérieuse malgré ses efforts pour suivre la prophétie. Nos héros seront alors orientés vers le vieux Durmak pour en savoir davantage sur ces histoires racontées aux enfants. L’aventure d’Astor commencera donc sur la piste de recherche des artéfacts cachés dans le monde, nécessaires pour déverrouiller l’énorme porte située au fond du Havre de Cristal. Ce périple le mènera vers de multiples interrogations au fil de ses découvertes, car malheureusement, après la disparition soudaine des créateurs, les Hiltsik menacent la tranquillité sur notre belle planète de Gliese, et sont de plus en plus hostiles et destructeurs vis-à-vis des Diokek.

Astor, munie de ses nouveaux pouvoirs, va donc intervenir à l’aide de Zan pour le guider, tous deux certains que leur quête les mènera à rétablir l’ordre et la vérité dans le monde. Ils tenteront de ce fait de comprendre dans quelles circonstances les créateurs ont disparu et dans quel but les Hilstsik et les Diokek ont été créés. L’histoire est parfois décousue avec des cinématiques qui se coupent et enchaînent sur une autre scène, ce qui nuit parfois à la compréhension générale. Les réactions et les choix des personnages peuvent également sembler, au vu de la situation, en opposition avec l’histoire, qui aurait pu être étayée sur certains passages abordés. Par exemple concernant la disparition des enfants Diokek qui sera laissé en suspens pour continuer la quête de l'élu plutôt que de poursuivre les pistes données. Nous noterons également à plusieurs reprises des erreurs de dialogues donnant sur des phrases voire des textes qui se répètent de manière infructueuse. De ce fait, au départ, il est difficile de comprendre réellement l’enjeu de l’histoire abordé, mais plus on avance et plus elle prendra de l’ampleur et de l’intérêt à sa découverte. Il faudra néanmoins attendre le dernier tiers du jeu pour avoir les réponses à nos questions et commencer à la cerner. La narration, très présente tout au long du jeu, ajoute de la compréhension à l’histoire mais sera parfois mal introduite, en plein milieu des combats, et donc difficile à suivre par moment. Il faudra donc s’accrocher pour suivre le tout, mais malgré ces quelques imperfections, l’aventure à découvrir reste agréable à parcourir en longueur.



Une évolution constante

Astor possède une mécanique de jeu représentative de son genre, les combats se font en temps réel et de manière plutôt fluide. Le gameplay est dynamique notamment dans les phases de combats, qui possèdent des possibilités de combos aussi divers que variés. Ils se déroulent la plupart du temps face à quelques espèces Hilstik, ou des créatures et créations mécaniques de différentes variétés selon les endroits visités. On pourra néanmoins noter que les attaques entamées, parfois lentes dans leur exécution, peuvent empêcher de parer l’adversaire tant qu’Astor n’est pas venu à bout de son attaque en cours. De plus, la framerate pourra être amoindri en fonction des combos effectués mais également du nombre d’ennemis présents et des lieux où les combats se déroulent. Nous percevrons également à de nombreux moments une redondance des affrontements qui n’est pas forcément nécessaire, souvent avec le même type d’ennemis, comme pour ajouter en temps de jeu, mais pas forcément en intérêt. Cela donne même davantage envie d’avancer en les ignorant. La découverte du monde de Gliese se fera sur deux temps, en commençant d’abord par l’exploration des lieux dans un environnement assez vaste mais limité par des murs invisibles et autres obstacles environnementaux. La traversée de ces grands espaces, propice à l’exploration, pourra être parcourue au mieux grâce au sprint de notre héros ou à l’aide d’une monture, qui sera dans certains cas indispensable à la poursuite de l’aventure. Enfin, nous passerons à la phase de découverte des temples, ruines et autres lieux sacrés sous forme de donjons plutôt linéaires et directifs toutefois parsemés de petites énigmes pour avancer toujours plus loin dans les lieux.

Dans ce sens, en plongeant dans un monde parallèle spirituel, le royaume des esprits, il aura la faculté de traverser des murs et de révéler des endroits secrets afin d’avancer dans l’histoire ou de découvrir des zones optionnelles. À chacun des endroits explorés, les pouvoirs d’Astor vont tendre vers une amélioration des compétences de combat et d’environnement que vous aurez l’occasion de découvrir. Par exemple, tout au long de l’aventure, il sera possible de posséder jusqu’à quatre armes runiques, que l’on pourra switcher à tout moment entre deux armes au choix : épée, gantelets, lance et marteau. Les attaques de bases pourront être légères comme puissantes, puis au fur et à mesure de l’aventure, Astor va gagner en puissance en maîtrisant de nouvelles compétences, combos et pouvoir runiques. Ces nouvelles capacités lui permettront également de déverrouiller l’accès à des zones bloquées au début du jeu. Avec le temps, Astor pourra optimiser ses aptitudes runiques permettant d’invoquer des créatures offensives et de matérialiser des objets. Il pourra également perfectionner les combos effectués avec des attaques magiques runiques permettant d’affaiblir d’autant plus l’ennemi. Astor étant un guerrier accompli, il sera aussi doté de capacités défensives telles que le bouclier, l’esquive ou les parades. Pour tenir sur le temps et renflouer sa barre de vie, des orbes verts permettent de récupérer de la vie et recharger les cristaux de soins, des items qui agissent comme des potions pour regagner de l'énergie. Notre héros développe ainsi de nombreuses aptitudes intéressantes qui ajoutent un intérêt au gameplay mais également dans la découverte et la maîtrise des capacités acquises.

Pour y parvenir, une énorme sphère de sauvegarde sera mise à disposition à de nombreux endroits du jeu. Elle sera un checkpoint permettant d’acheter des objets et d’améliorer les compétences du personnage grâce aux orbes rouges et items appelés éclats de monolithe collectables durant l’aventure. Ils seront une monnaie d’échange pour acheter toutes les améliorations nécessaires à l’évolution de notre héros. Chaque arme aura son propre tableau de compétences qui va s’étoffer avec le temps et les nouvelles maîtrises acquises. En plus de l’achat des capacités de notre personnage, nous trouverons également à disposition un unique objet disponible en boutique mais bien utile, à savoir le cristal de résurrection. Limité à un seul exemplaire par inventaire, il permettra de réanimer Astor dans le cas où ses points de vie tombent à zéro. Toujours dans l’optique de motiver à l’exploration, il sera possible de rencontrer à différents endroits plus ou moins cachés de la map, des petits réceptacles métalliques donnant sur un bonus d’amélioration de vie, d’endurance ou d’esprit. Des petits portails menant dans une autre dimension seront aussi disséminés au sein du monde de Gliese. Il s’agit des défis de combat, permettant de mettre à l’épreuve nos talents et de nous challenger en se frottant à des vagues d’ennemis ou des boss familiers. En cas de réussite, ces défis donneront accès à des bonus parfois bien pratiques. Malheureusement, au moment de la rédaction de ce test, ces défis présentent des bugs dans leur accomplissement. La Nintendo Switch étant en retard d’une version par rapport aux autres plateformes, nous espérons que les correctifs prévus verront le jour rapidement afin de profiter au mieux de ce que le jeu peut nous offrir.

Une découverte onirique

Nos petits personnages sont engagés dans une aventure bien complexe, du haut de leurs mignonnes petites jambes en bois. Le chara-design est original et vaut le coup d'œil, car chaque personnage important de l’histoire détient des éléments de design bien caractéristiques, et même si les personnalités ne se remarquent que par bribes, nous nous attacherons à ces gentils bonhommes masqués et haut en couleur. De plus, le jeu nous propose de visiter de nombreux paysages et décors aussi charmants et colorés les uns que les autres. Chaque contrée est dotée d’un thème particulier avec un panel de couleurs vives et prédominantes faisant ressortir l’ambiance des environnements tels que les différentes forêts, le désert ou les pics enneigés. De plus, la découverte des différents lieux habités, ruines, temples et vestiges laissés par les créateurs sont fascinantes à explorer et donnent sur des détails chargés d’histoire. La bande-son, en accord avec les ambiances données, sont somptueuses et agréables à l’oreille. Avec les touches de narrations et d’énigmes, le joueur est plongé tel un visiteur dans la beauté conceptuelle que chaque endroit a à nous offrir. À première vue plutôt libre d’exploration, on se rend compte après avoir atteint le Havre de Cristal qu’Astor peut se téléporter dans les différentes régions proposées, avec une exploration qui se présente sous forme d’objectifs liés à la quête principale. De ce fait, les déplacements ne sont pas libres sur la carte et nécessitent de rejouer le chapitre pour pouvoir découvrir de nouveau les lieux déjà visités. L’immensité des environnements sera néanmoins atténuée par un balisage invisible des lieux et des bugs qui peuvent apparaître en sortant des sentiers battus. On notera également la présence de certains lieux isolés bien trop sombres et d’autres endroits moins travaillés avec une tendance à l’aliasing, ainsi que des textures plutôt floues si l’on se penche davantage sur les détails graphiques. Durant les combats, certains problèmes d’orientation de la caméra peuvent poser problème en réduisant la visibilité en plein mouvement. Toujours durant les phases d’attaques, les ennemis peuvent soudainement être pris au piège dans le sol voir même devenir intouchable physiquement à cause de bug de collision.

Le jeu, pourtant fluide de prime abord, peut donner sur des saccades durant les enchaînements en combat, ce qui limite l’immersion et la fluidité des mouvements du héros. Enfin, les temps de chargement demandent tout de même un certain temps avant de passer sur un niveau ou une autre zone. Le jeu n’est pas réellement difficile, il est plutôt facile à prendre en main, mais quelques touches seront un peu moins instinctives que d’autres. En effet, toutes les touches seront dotées d’une fonction et donnent à la manette un intérêt sur chacune des commandes. Nous retrouverons la plupart des touches sur le côté droit de la manette, mais les interactions avec les personnages et objets ont été décalées sur le bouton du stick analogique droit, ce qui donne une sensation assez contre-intuitive pour une touche aussi sollicitée. Le jeu, doté d’une durée d’environ 15h pour achever la quête principale avec un périple qui reste tout de même linéaire, demandera une petite poignée d’heures supplémentaires pour le compléter à 100%, récupérer tous les collectibles, améliorations et boucler les défis de combats proposés. Avec cela, quelques quêtes secondaires seront disponibles sur les différents lieux découverts en discutant avec certains de nos congénères, ils seront indiqués par l’apparition d’une icône bleu sur la boussole et le personnage. Ces quêtes, plutôt basiques et faciles à boucler, se limitent à effectuer de simples besognes qui se ressemblent en nous faisant parcourir un peu plus des lieux souvent déjà vus par les plus curieux. Enfin, il nous sera offert en fin de jeu, un new game + permettant de rejouer l’aventure dans son ensemble, avec les acquis de notre première partie avec Astor. La rejouabilité des niveaux pour collecter les derniers items d’amélioration, collectibles et réaliser les défis manquants prendra d’ailleurs plus de sens durant cette seconde partie pour les personnes les plus motivées que durant la première partie lancée.

6.5
Astor est un jeu plein d’idées et de possibilités avec un panel de compétences correct et un gameplay modulable en fonction des armes utilisées. Les lieux et décors sont variés, donnant sur de belles idées agréables à découvrir avec une jolie bande-son qui ravira nos oreilles. Néanmoins, on remarquera que le jeu reste perfectible sur certains points et aurait pu être étoffé pour améliorer le confort de jeu. Les bugs sont encore bien présents pour une version finale, avec des défauts au niveau des graphismes et textes, mais surtout sur la fluidité, pourtant un élément essentiel du jeu, qui se gâte dès que les combats deviennent trop intenses en ennemis. Malgré ses imperfections, le jeu en vaut quand même la chandelle et nous révèle une belle aventure, dans laquelle le joueur prendra plaisir à explorer les lieux et suivre la belle évolution d’Astor dans son gameplay.

  • Jolie direction artistique et nombreux paysages
  • Choix intéressant d'armes et d'améliorations
  • Diversité dans les capacités d'attaques
  • Histoire et narration parfois maladroites
  • Types d'ennemis plutôt restreint
  • Bugs et saccades trop présents
  • Temps de chargement longs
Pas d'images pour ce test.