Nintendo 3DS

Heroes of Ruin

Test 3DS

Heroes of Ruin

Par blackoo - Le 05 juillet 2012

Annoncé par Square-Enix et N-Space en début d'année dernière, Heroes of Ruin a enfin pointé le bout de son nez sur 3DS. Mis en avant par l'éditeur depuis sa présentation à grand renfort de trailer hebdomadaires, le hack'n'slash était très attendu car non seulement il est le premier du genre à sortir sur la portable de Nintendo mais en plus, ses différentes fonctionnalités telles le multijoueur en ligne ainsi que les médias présentés jusqu'ici laissaient présager un jeu de qualité. Alors qu'en est-il vraiment ? Le jeu est-il à la hauteur du hype qu'il a suscité ? Eléments de réponse dans ce test.

 

Après avoir adapté notamment les Call of Duty sur DS (il ne serait d'ailleurs pas étonnant que le studio soit en charge du portage 3DS du prochain opus), N-Space décide donc de se lancer dans un genre sous-représenté sur consoles portables, le hack'n'slash. Ainsi, dans un univers heroic fantasy déjà vu mais efficace, Heroes of Ruin vous plonge dans le monde de Viel, ravagé par une grande guerre et où seule une cité prospère subsiste, Nexus. Suite à cette guerre, l'un des héros y ayant mis fin, le sphynx Ataraxis décida de vouer son existence à protéger la ville, seul endroit où les êtres humains peuvent encore aspirer à une vie paisible. Jusqu'au jour où ce cher félidé fut frappé par une malédiction le plongeant dans un profond sommeil et mettant ainsi Nexus en danger. Vous incarnez un héros venu porter secours dans le but de lever le mauvais sort et embarquez donc sur un voilier afin de rejoindre la ville, jusqu'à ce qu'un leviatan vienne faire échouer votre navire. Ainsi commence l'histoire du jeu qui, si elle se veut classique sur le fond, est quand même suffisamment intéressante pour qu'on veuille en connaître le dénouement et ponctuée de rebondissements bienvenus. 

Afin de mener à bien cette lourde tâche qui vous est confiée, il vous faudra choisir entre quatre classes de personnages à savoir le pistolero, doté comme son nom l'indique de pistolets et donc efficace à distance, le rugisseur, bourrin de base mais sachant soigner ses alliés, l'alchitecte, le mage de la bande et enfin, le sauvage qui usera de ses poings en combat. Des classes assez basiques mais clairement étudiées pour leur complémentarité en mode multijoueur et ainsi forcer le joueur à préférer le jeu en coopération plutôt que solo. Les classes possèdent évidemment des compétences spécifiques liées à leurs styles de combat respectifs, nouveaux sorts pour l'alchitecte, charges destructrices pour le sauvage et le rugisseur ou tirs multiples pour le pistolero. En plus de capacités sur le terrain, le joueur pourra en débloquer certaines dites passives qui boosteront les personnages dans certaines conditions, comme par exemple la récupération de vie dans le cas où celui-ci ramasse de l'or. Plusieurs voies de spécialisation sont proposées selon les envies du joueur qui pourra s'orienter vers un personnage au potentiel destructeur élevé ou bien vers un héros plus fourbe usant de pièges ou autres subterfuges. Après avoir fait votre choix, les différents PNJ présents à Nexus vous proposeront une batterie de quêtes assez variées et ne se limitant pas à cogner du monstre à la chaîne. Ainsi vous demandera-t-on de récupérer divers objets, interragir avec certains mécanismes présents dans les donjons, escorter ou sauver des PNJ en détresse, entre autres choses. Concernants les environnements traversés, ils sont assez variés également mais le level-design est assez malheureux et trop similaire d'une zone à l'autre. Si vous traversez par exemple des grottes inondées, une forêt maudite ou encore une zone enneigée, le design des donjons se limite trop souvent à des couloirs étroits et le joueur n'aura pas de surprise en découvrant de nouvelles zones bien que le thème soit différent.

Autre gros défaut, si les joueurs pourront prendre du plaisir à parcourir les différents donjons et effectuer les quêtes que ce soit seul ou à plusieurs, Heroes of Ruin est beaucoup trop facile. Pour vous donner un ordre d'idée, la seule fois où nous avons pu mourir pendant notre test est sur le dernier boss affronté en solo. Les potions de soins et compétences de régénération ne sont pas du tout équilibrées, sans compter sur le faible niveau des ennemis, ce qui fait qu'à aucun moment vous n'aurez peur de mourir. Plus frustrant encore, si l'on aurait pu s'attendre à débloquer des niveaux de difficultés supplémentaires en terminant le jeu à l'instar de Diablo et consorts, il n'en est rien. Autant dire que la rejouabilité du titre en prend un coup et même en multi l'interêt de refaire l'aventure sera proche du néant. Enfin, pour finir avec les aspects négatifs du titre, le loot (apparition) d'objets est beaucoup trop fréquent et gagner de l'or deviendra vite inutile tellement les armes et pièces d'armures récupérées sur les monstres seront autrement plus puissantes que celles que vous pourrez acheter chez les différents marchands. Pour illustrer ces propos, on en vient à se demander pourquoi le personnage ne ramasse plus l'or jusqu'à ce qu'on se rende compte que le compteur est bloqué à 99 999, faute de dépenses. Toujours concernant les objets et pièces d'équipement, le jeu souffre d'un inventaire pas du tout pratique et qui deviendra vite laborieux à gérer par sa faible capacité, il vous forcera bien souvent à vous arrêter pour balancer les pièces inutilisées, faute de pouvoir en porter plus.

Mais rassurez-vous tout de même, Heroes of Ruin dispose pourtant d'atouts sérieux qui en font un titre trop limité mais prometteur s'il venait l'idée à N-Space d'y apporter une suite ou à un autre développeur de tenter le hack'n'slash sur 3DS. Premier point, si le jeu ne bénéficie pas de graphismes réellement bluffants, l'effet 3D est l'un des meilleurs si ce n'est le meilleur qu'il nous ait été permis de voir sur la console. Celui-ci permet une immersion intéressante dans les différents donjons et donne au titre un design général sympathique sans compter que les cut-scènes sont elles aussi agréables à regarder. Autre point fort, le mode multijoueur qui était l'un des fers de lance du titre. Jouable aussi bien en local qu'en online, le système mis en place permet de rejoindre ou quitter une partie à n'importe quel moment sans que cela ne gêne les autres héros présents. Les joueurs partageront les quêtes du joueur ayant créé la partie et bénéficieront donc de toute l'expérience offerte par celles-ci. Un système d'échange d'objets avec enchère est présent et intéressant dans les cas où un objet acquis par un coéquipier correspond à votre classe. Toujours coté multi, si vous jouez avec des gens déclarés en tant qu'amis sur votre 3DS, vous bénéficierez de bonus ou gains spéciaux qui seront améliorés en fonction de votre temps de jeu avec la personne en question. Un système de quêtes hebdomadaires et journalières est également implémenté et rajoute un petit plus à vos expéditions. N'oublions pas non plus la prise en charge du micro que vous pourrez paramétrer en push to talk ou non (appuyer sur une touche pour parler) afin d'organiser un minimum vos aventures avec vos amis. A noter que le son du jeu est diminué quand quelqu'un parle, ce qui rend le tout relativement compréhensible et d'assez bonne qualité. 

6
Si l'on ne pourra pas blâmer N-Space d'avoir voulu amener le genre hack'n'slash sur 3DS, l'essai est malheureusement trop limité pour en faire un très bon jeu. La durée de vie trop courte (une dizaine d'heures) et la trop faible difficulté même en solo font que le jeu est plus une promenade de santé qu'autre chose et que vous n'y reviendrez certainement pas une fois le mot fin affiché sur votre écran. Les problèmes d'équilibrage ternissent l'expérience de jeu qui ne propose, au final, que peu de challenge. Dommage serait-on tentés de dire car le jeu à pourtant un charme indéniable et quelques bonnes idées bien exploitées, comme le multijoueur en ligne. En attendant une éventuelle suite plus fignolée et mieux équilibrée, Heroes of Ruin n'est malheureusement pas le hack'n'slash tant attendu depuis son annonce.

  • 3D assez bluffante
  • Mode multi online
  • Nombreux objets à collecter
  • Quêtes journalières
  • Quelques textures un peu cheap
  • Beaucoup trop facile, même en solo
  • Rejouabilité inexistante
  • Durée de vie bien trop courte

blackoo

Je mange du troll au ptit déj'
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
Sondage
Le nouveau Zelda sur Wii U et NX en 2017 ?
701 votants
Archives