Rubrique

Pause Lecture - L'histoire de RARE Volumes 1 et 2

Par ggvanrom - Le 23/02 à 18:00

Comme beaucoup de joueurs Nintendo, j'ai surtout entendu parler de Rare comme une entreprise de renom à l'époque de la Super Nintendo et de Donkey Kong Country, avant leur départ pour Microsoft qui a signé une déchéance plus que notable pour le studio. Et pourtant il y a tellement de choses à dire sur cette firme britannique que tout ne pouvait pas tenir dans un seul livre. Edité par Pix'n Love et rédigé par Régis Monterrin, L'histoire de Rare se décline donc en deux volumes. Le premier abordera l'histoire du studio de sa création jusqu'en 1996 et leur triomphe sur Super Nintendo. Le second volume quant à lui e tournera se penchera de la période 1997 à 2007, où Rare est passé d'une collaboration avec Nintendo à un rachat par Microsoft chamboulant énormément les plans de l'entreprise.

L'histoire de RARE Vol.1 1982-1996

Si beaucoup connaissent le nom de RARE encore aujourd'hui, peu de personnes connaissent Ashby Computers & Graphics, la première société des frères Chris et Tim Stamper fondée en 1982. Encore bien loin des radars de Nintendo à cette époque, les frères excellant dans la programmation et le graphisme et forts d'une expérience du jeu vidéo acquise lors de leurs nombreux voyages à l'international font du ZX Spectrum leur support de travail principal. Et ce qui a de suite retenu l'attention des joueurs et des acteurs du milieu, c'est la manière sont les frères arrivent à s'affranchir des limitations techniques des supports sur lesquels ils travaillent, pour proposer des expériences uniques et percutantes.

Pour leur nom de label, Chris et Tim Stanper choisirent un nom plus vendeur, qui encore en 2020 rappellera de bons souvenir aux joueurs : Ultimate Play the Game, plus connu sous le nom d'Ultimate. Un label sous lequel sont sorti quelques pépites comme Jetpack, Pssst ou encore la série des Sabreman. Ce n'est que fin 1983 après avoir récupéré un exemplaire de la Famicom, puis avoir réussi à avoir un premier contact avec Nintendo of America que la société Ultimate commencera à travailler sur des jeux estampillés Nintendo. Préférant garder le lien qui unissait la communauté de joueurs avec la société Ultimate, les frères Stamper font le choix d'un nouveau label destiné exclusivement aux jeux développés sur la NES : Rare.

Malgré leur vision avant-gardiste et des jeux à la pointe de la technologie pour la NES à l'époque comme VS. Slalom et Cobra Triangle, la société Triangle se doit néanmoins de réaliser un bon nombre de jeux de commande pour remplir le compte en banque. Ce n'est qu'en 1991 que Rare va vraiment trouver sa voie avec un jeu qui marque encore aujourd'hui les esprits : Battletoads. Et s'assurant d'être toujours à la pointe de la technologie, la société a pris un véritable tournant avec l'acquisition de leur première station Silicon Graphics qui leur a permis de réaliser de véritables prouesses sur Arcade mais aussi sur Super Nintendo. Et c'est en 1993 que Rare a acquis une place importante auprès de Nintendo avec la réalisation d'une petite licence restez dans les placards de Nintendo depuis les années 80 : Donkey Kong Country.

L'histoire de RARE Vol.2 1997-2007

Société ayant réussi tout ce qu'elle a entrepris malgré des heures et des heures de travail acharnées, Rare est à la fin des années 90 un incontournables des consoles Nintendo, que ce soit avec la Super Nintendo ou encore la GameBoy, et la société compte un bon nombre de membres talentueux à commencer par les frères Stamper, les compositeurs David Wise et Evelyne Fischer, ou encore le designer Kev Bayliss, le tout réunis dans le Manor Farmhouse dans le village de Twycross, où le parking est rempli de belles voitures de sport, signes de la bonne santé de l'entreprise.

Ayant accompli bon nombre d'exploits sur les supports précédents, c'est sans surprise que Nintendo fait l'acquisition à 49% de Rare, et les met alors au travail sur leur nouvelle console : la Nintendo 64. Sans surprise, la firme brillera encore avec des titres phares comme Goldeneye, Killer Instinct, Donkey Kong 64 ou encore la licence Banjo&Kazooie qui a vu émerger de nouvelles têtes comme un certain Grant Kirkhope ou encore Chris Seavor. D'après les rumeurs, il y avait de la jalousie de Nintendo vis-à-vis du talent des développeurs de Rare, et Super Mario 64 fut une claque pour pas mal de monde à l'époque.

Ce n'est qu'au début des années 2000 que les frères Stamper décident de vendre la société. Alors qu'ils pensaient naturellement que Nintendo en ferait l'acquisition, Hiroshi Yamauchi, alors président de la firme japonaise fait le choix de revendre ses parts de Rare à Microsoft, la faute à un catalogue de jeu qui de Rare qui était passé sous les 10% des revenus annuels de Nintendo. Bien que Rare ait continué à développer sur les consoles portables de Nintendo, tout en étant édité par THQ, et ait rendu le jeu Star Fox Adventures sur Gamecube, leur avenir est désormais entre les mains de Microsoft, alors tout jeune sur le marché du jeu vidéo.

Cette jeunesse, entachée par le départ d'Ed Fries, responsable de Microsoft Game Studio, va causer bien des tracas à la société Rare. Bon nombre de projets vont être refusés, un accueil mitigé des premiers titres du studio comme Grabbed by the Ghoulies ou encore Viva Piñata, et visiblement il est impossible pour le studio de se détacher de l'empreinte laissée dans leur ADN par Nintendo. Tout ceci aura pour conséquence le départ au fil des ans de plusieurs grosses têtes de Rare, dont les emblématiques Chris et Tim Stamper en 2007. Avec les accueils mitigés de leurs derniers titres comme Kameo : Elements of Power, Perfect Dark Zero ou encore Banjo-Kazooie : Nuts and Bolts, Rare aura grandement souffert du statut de petit nouveau de Microsoft. Bien qu'elle ait passé des moments difficiles, la société demeure encore debout, et a su sortir la tête de l'eau en 2018 avec Sea of Thieves. Banjo & Kazooie quant à eux ont pu donner de leurs nouvelles dernièrement en tant que personnages jouables dans Super Smash Bros. Ultimate.

Victimes de l'inexpérience de leur nouvel actionnaire, et de la concurrence de plus en plus féroce au fil des années dans le secteur, il est toujours assez choquant de voir comment une société aussi avant-gardiste dans les années 80-90 a pu dégringoler suite à une succession de mauvais choix. Pourtant Rare demeure encore et toujours debout, et les grandes têtes quant à elles sont soit retombées dans l'anonymat à la manière des frères Stamper, disparus des radars depuis 2007, ou ont créé leur propre studio de leur côté comme Playtonic Games fondé par Gavin Price, Chris Sutherland, Steve Mayles, Jens Restemeier, Steven Hurst et Mark Stevenson. Une chose est sûre, Rare aura indubitablement marqué l'expérience des joueurs, et ceux quelle que soit l'époque à laquelle ils ont joué à un titre du studio britannique. 

Pour celles et ceux souhaitant également se plonger dans la lecture de ces deux excellents livres, L'histoire de Rare Vol. 1 et Vol. 2 sont disponibles boutiques spécialisées et également sur la boutique officielle de Pix'n Love. Un grand merci à ces derniers ainsi qu'à Régis Monterrin pour nous avoir permis d'en apprendre plus sur cette firme qui a bercé l'enfance de pas mal de joueurs.

Acheter L'Histoire de Rare - Volume 1 sur Pix'n Love Editions
Acheter L'Histoire de Rare - Volume 2 sur Pix'n Love Editions