SWITCH

Valkyria Chronicles 4

Test SWITCH

Valkyria Chronicles 4

Par ggvanrom - Le 11 septembre 2018

Valkyria Chroncles 4 nous a offert deux excellentes nouvelles lors de son annonce : premièrement la sortie de la licence sur console Nintendo, et surtout le fait que SEGA se recentre sur ce qui faisait la force de la licence après avoir offert aux fans de la franchise un Valkyria Revolution oubliable au possible. Encore avant-gardiste en 2018 sur sa vision du tactical-RPG, voyons voir ce que Valkyria Chronicles nous réserve pour cette nouvelle approche de la seconde Guerre Mondiale d’Europa.

Passer du couard au stratège de guerre

La vie n’est pas simple sur le continent d’Europa, Suite à une course à la technologie et au développement, le continent est en proie aux conflits entre deux entités distinctes : L’Alliance Impériale et la Fédération Antlantique. Ces derniers se développent grâce à l’exploitation d’un métal rare : la ragnite, et lorsque cette ressource vient à manquer, on en finit toujours pas aller se servir chez le voisin sans y avoir été invité. Notre histoire se tient donc comme pour Valkyria Chronicles premier du nom durant la seconde guerre mondiale d’Europa, après que l’Empire ait assiégé plusieurs régions appartenant à la Fédération. Nous suivrons l’histoire de Claude Wallace, un jeune gallien originaire de la ville de Hafen, qui se retrouve suite à ses bons résultats à l’académie militaire à la tête de l’Escadron E, regroupant ses amis d’enfance mais aussi une troupe de soldats aussi casse-cou qu’irrécupérable. 

Ensemble, et ce afin de contrer l’offensive inébranlable de l’empire, l’Escadron E est sollicité pour participer à l’opération Croix du Nord, une opération qui a tout de la mission suicide, qui demandera à l’escadron de se faufiler en terres impériales pour adresser une frappe chirurgicale à la capitale de l’empire et mettre un terme à cette guerre. C’est donc de longues heures qui nous attendent à suivre les péripétie de nos personnages hauts en couleurs, que ce soit sur le terrain à contempler les ravages et dérives causés par la guerre, mais aussi lors de diverses cinématiques nous permettant d’en apprendre un peu plus sur ces derniers, et de ce fait, s’y attacher

Un système BLiTZ qui fait mouche

Déjà avant-gardiste dans sa vision du Tactical-RPG à l’époque de la sortie du premier opus de Valkyria Chronicles, SEGA nous propose une expérience mêlant le genre avec des phases en temps réel apportant un réel dynamisme au jeu, et qui reste toujours aussi prenant en 2018. Pour chaque combat, vous contrôlez vos troupes par le biais d’une carte de la zone du conflit, comme un T-RPG classique en tour par tour. Chaque déplacement vous demandera d’utiliser un PC (point de commandement) afin de déplacer vos soldats. Une fois ce PC dépensé, vous vous trouvez sur l’aire de combat à déplacer votre personnage dans la limite offerte par sa jauge PA, plus ou moins grande en fonction de la classe de votre unité. A noter que débris, hautes herbes et autres sacs de sables parsèmeront les aires de combat afin de vous permettre de vous dissimuler en cas de tirs ennemis. Mention spéciale également au moteur CANVAS qui donne aux environnements un effet d'aquarelle vivante du plus bel effet, que ce soit en mode portable ou en mode salon. Chose importante, libre à vous de déplacer plusieurs fois le même personnage sur durant un tour, la seule contrainte sera que sa jauge de mouvement sera réduite à chaque appel dans un même tour.

Une fois votre personnage placé comme vous le souhaitiez, vous aurez donc la possibilité d’entrer en mode visée pour cibler l’objet ou la personne de votre choix. Chaque arme disponible pour chaque classe disposeront de leur propre portée, force de frappe, et seront plus ou moins efficace sur les classes ennemies. Disposant d’un paramètre assez élevé d’aléatoire, vous pouvez cibler la zone de votre choix pour infliger des coups critiques (tête des soldats par exemple), mais plus vous serez éloigné de votre cible, plus vous aurez du mal à effectuer des tirs précis ou faisant beaucoup de dégâts.  Ne reste qu’à vous de trouver les bonnes combinaisons d’équipiers et de profiter des avantages du terrain. Vous noterez au fur et à mesure que vos unités ont des dispositions à effectuer certaines tâches plutôt que d'autres. Le lancier par exemple (voir plus bas) sera principalement dédié à viser les points faibles des chars pour les faire tomber en un ou deux tours.

Une fois vos PC dépensés ou que vous avez choisi de mettre fin à votre tour, commence logiquement le tour de votre ennemi. Ces derniers peuvent également se déplacer à loisir afin d’éliminer vos personnages et/ou capturer vos bases (on y reviendra). Dynamisme oblige, vos soldats, comme les adversaires, vous attaqueront automatiquement en fonction de leur classe lorsque vous serez à portée de tir. D’où l’importance de ne pas rester à découvert au milieu d’une plaine et vous planquer autant que possible. un bon placement de vos troupes permet un niveau de contre-attaque optimal pouvant balayer les troupes ennemies inconscientes (de véritables passoires en mode facile). Autre élément ajoutant une tension supplémentaire, lorsque vous êtes en mode commandement, vous voyez sur la carte uniquement les ennemis dans le champs de vision de vos soldats. Attention donc aux embuscades qui peuvent vite arriver. Afin de favoriser l’avancée sur vos missions, divers camps surplombés par un porte-étendard seront disséminés sur les cartes. Votre objectif secondaire (ou premier selon les missions) sera de capturer ces camps afin de stopper l’appel d’unités ennemies, et pouvoir invoquer a partir desdits camps vos propres troupes, ce qui évite de laisser des troupes loin derrière. Valkyria Chronicles 4 est un jeu qui vous demandera essentiellement de vous serrer les coudes entre personnages afin de faire front commun et pouvoir avancer efficacement. Hormis les sniper et bombardiers qui peuvent rester en retrait, les autres classes seront toujours plus efficaces en groupe.

Point important du gameplay, le principe de mort permanente est de la partie, à comprendre qu'une fois les PV d'un allier tombés à 0, il est possible de perdre l'unité pour les combats à venir. Moins punitif qu'un Fire Emblem, Valkyria Chronicles 4 permet tout de même quelques manœuvres avant d'arriver à cette fatalité. A défaut d'être KO une fois les PV à zéro, votre unité passe en fait en "état critique", l'empêchant de bouger. Vous disposez alors de quelques tours pour emmener un allié sur votre camarade tombé au combat afin d'appeler une unité d'urgence qui le conduira à l'infirmerie et le remettra sur pieds. Si le délai de récupération est dépassé, ou qu'un soldat ennemi met la main sur votre homme à terre avant vous, l'unité sera perdue définitivement... du moins jusqu'à ce que vous boucliez la trame principale. Petite nouveauté de cet épisode : certains soldats peuvent effectuer une dernière action pour finir en beauté avant de passer à trépas, nous vous laissons découvrir ces diverses options par vous-même.

Des soldats qui ont la classe !

Dans Valkyria Chronicles 4, vos soldats seront répartis en 6 classes : Les Eclaireurs, parfaits pour partir en repérage et accéder rapidement aux camps adverses. Les Soldats d’Assaut possédant une force de frappe importante combinée à une bonne défense, parfait pour faire le ménage dans l’infanterie adverse. Le Lancier capable de tirer des missiles occasionnant de gros dégâts, en dépit d’une faible précision. Les Snipers qui auront le loisir d’éliminer les troupes se trouvant loin dans les lignes adverses ou en hauteur. Les Ingénieurs quant à eux peuvent soigner et ranimer les soldats blessés, mais aussi réparer vos tanks ainsi que les éléments du décor comme des échelles. Enfin la nouvelle classe de la licence : les Grenadier qui peuvent envoyer sur les adversaires des obus occasionnants de gros dégâts et qui font des tirs en cloche pouvant passer divers obstacles sur votre chemin. Vous aurez également accès dans le jeu à divers tanks. A commencer par le Hafen, tank dirigé par Claude Wallace et Miles. Mais aussi le Cactus, véhicule VTT qui vous permettra de déplacer des soldats sur de grandes distances en bénéficiant du blindage du tank.

Débutant avec quelques membres dans votre escadron, des soldats se rajouteront au fur et à mesure de votre aventure, chacun possédant sa propre classe. En parallèle, les soldats ont tous des traits de caractères se présentant sous la forme de bonus et de malus lors des combats. Certains seront par exemple gargarisés à la vue d’une femme à leur côté, ce qui boostera leur statistiques, quand d’autres seront traumatisés à la vue du jeu ou une fois repéré par plusieurs ennemis. Ceci donne un aspect plus « humain » au jeu, et nous apprend à savoir faire entrer et sortir les bonnes unités lors des affrontements. Chacune de nos unités ayant un caractère propre, ainsi qu’un chara-design réussi, on n’assiste pas juste à l’histoire des héros principaux suivis par des personnages secondaires. On retrouve tout le monde dans l’aventure, chacun à son histoire, son passé, les personnages évoluent également entre eux par le biais de quêtes annexes et la somme de tous ces éléments conduit fatalement à une vérité : on s’attache à nos personnages malgré le fait que certains soit des clichés déjà vus des dizaines de fois dans le genre, la tête brulée qui n’en fait qu’à sa tête, celui qui passe de couard à héros, la fille qui a vécu un traumatisme horrible etc.

Côté évolution, le jeu fait également dans l'originalité avec son Quartier Général. Accessible entre chaque missions, il nous permet diverses choses comme gérer les troupes qui partent au front, développer des armes d'infanterie et pièces pour les tanks, mais aussi échanger avec des membres de l'Escadron 2 pour développer de nouveaux ordres en jeu, et surtout, faire monter le niveau d'expérience de nos personnages. Sur ce point, L'escadron E est unis jusqu'au bout puisque les niveaux ne sont pas attribués à des personnages mais à des classes entières. Oubliez donc la crainte de recruter un petit nouveau après des dizaines d'heures de jeu. Si il s'agit d'un Soldat d'Assaut et que le niveau de la classe est de 7, il sera automatiquement de 7. Pour monter de niveau, il vous faudra dépenser des points d'expérience acquis à la fin de chaque bataille. A vous de savoir bien gérer vos troupe pour ne pas laisser une classe sur le carreau. Le développement des armes fonctionne sur le même principe, avec des nouveautés à débloquer au fil de l'aventure, mais il vous sera demander ici de dépenser des DCT, également acquis à la fin des missions.

Et pour ceux préférant approfondir leurs connaissances dans le lore du jeu, les quartiers privés sont à votre disposition et fourmille de divers détails sur le jeu. Tout ce qui est pas ou brièvement énoncé durant les cinématiques et saynettes du jeu. Vous y retrouverez entre autres le descriptif de vos troupes, mis à jour régulièrement au fur et à mesure de votre avancée, un glossaire des différentes armes fabriquées, reçues ou récupérées sur les soldats ennemis, un glossaire fort pratique détaillant les bases du conflit et les éléments importants de l'aventure, ainsi que les articles de presse narrant les moments forts du conflit. Pour ceux ayant peur de ne pas retenir tous les éléments du gameplay, les tutoriels y sont également présents, ainsi qu'une page statistique et une page décoration, vous récompensant pour vos faits d'armes sur le terrain, et sur ce point, la seconde guerre d'Europa ne vous fera pas de cadeaux.

Tous unis dans l'adversité

L'histoire du jeu n'est en soit pas vécue directement mais est narrée à travers les mémoires du recueil tenu par Claude Wallace lors de la guerre, regroupant l'histoire du jeu sous formes de chapitres et d'épisodes. Entre chaque mission, nous avons généralement le droit à diverses cinématiques et autres discussions entre les membres des troupes, se préparant avant une bataille importante ou devant faire face à la dure réalité de la guerre. Comme dit précédemment, bien que chaque personnage puisse être apparenté à un cliché de personnage déjà vu depuis des années dans d'autres jeux, le développement de l'ensemble des personnages fait que l'on ne peut que s'attacher à eux, et forcément avoir nos chouchous. Cette préférence se fera forcément sentir lors de vos choix d'unités à déployer lors de vos combats.

En terme de mission pure, on aurait pu penser que comme chaque T-RPG on assisterait forcément à l'installation d'une certaine monotonie, mais on assiste tout de même à chaque fois à des évolutions de gameplay et des situations qui nous font repenser notre façon de jouer sur chaque carte. Atteindre une zone en particulier, capturer une base ennemie, sauver un camarade en 3 tours etc. Chaque situation nous force à un certains niveau à faire chauffer nos méninges pour arriver à notre objectif en emmagasinant un minimum de pertes. Mais sur ce point, le choix de la difficulté (facile ou normale) impactera grandement votre expérience. A vous de choisir si vous souhaitez opter pour un déroulement "tranquille" de l'histoire, ou si vous souhaitez sentir un minimum de tension lors des affrontements.

Car de la tension, c'est ce qu'il va vous attendre. Membre de l'Escadron E mais également Rangers, à s'avoir des unités d'élite de la Fédération, les missions qui sont données aux troupes de Claude Wallace sont au mieux périlleuses, et au pire suicidaires, et une fois en terres ennemies, seuls face à l'Empire et son arsenal imposant mais aussi face au X-0 composé d'ennemis aussi puissants que dangereux (mention spéciale à une certaine Valkyria que vous découvrirez en jeu), l'intensité se fera de plus en plus palpable jusqu'au dénouement final. Mais si vous souhaitez prendre votre temps pour améliorer vos compagnons et découvrir les histoires personnelles de vos troupes, vous avez également à disposition en marge de l'histoire principale les Escarmouches, vous demandant d'abattre vos ennemis, et les Histoires d'Escadron qui vous narreront l'histoire de vos unités et vous permettront d'améliorer leurs traits de caractères pour changer les malus en bonus. En tout et pour tout, vous en aurez pour une soixantaine d'heure si vous souhaitez vous abandonner au jeu et en faire le tour. Le tout pourra bien sur être encore augmenté via les DLC qui seront disponibles dès la sortie du jeu, soit gratuitement, soit contre de la monnaie sonnante et trébuchante.

8.5
Si vous êtes un amateur de la licence, vous pourrez constater que Valkyria Chronicles 4 reprend les grandes bases instaurées avec le Remakes de Valkyria Chronicles premier du nom (qui sera également disponible sur l'eShop de la Nintendo Switch !), mais si vous faites partis des néophytes de la licence, vous découvrirez ici une expérience de jeu réellement plaisante qui a réussi à dépasser les contraintes du T-RPG pour proposer un jeu stratégique mais aussi dynamique. Couplé à une ambiance visuelle qui n'est peut-être pas la plus détaillée, mais dont le style graphique apporte un cachet certain, et avec des dizaines de soldats travaillés que ce soit en terme d'apparence ou de personnalité, Valkyria Chronicles 4 reste une valeur sûre pour cette rentrée 2019 sur Nintendo Switch.

  • Un gameplay extrêmement riche
  • Des personnages attachants
  • Les comportements représentés sous formes de bonus/malus
  • Une esthétique aquarelle et une bande-son du plus bel effet
  • Beaucoup d'à-côté en plus de l'histoire principale
  • Jeu sous-titré en français
  • Rater un tank situé à deux mètres de soi, il faut s'habituer
  • Des doublages japonais présents, mais à télécharger le jour de la sortie
  • Une option pour voir le terrain des yeux de nos soldats sans dépenser de PC aurait été un plus
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
PUB Gagnez des Jeux
Sondage
Quel jeu attendez vous le plus cette année sur Nintendo Switch ?
446 votants
Archives