SWITCH

Mega Man 11

Test SWITCH

Mega Man 11

Par ggvanrom - Le 29 septembre 2018

Alors que Capcom semble avoir pris la température ces dernières années auprès du public avec ses compilations sur toutes les plateformes, il semble que celles-ci aient trouvées suffisamment d'intérêt pour nous offrir un nouvel opus de la série originelle. Il ne faut pas oublier que Mega Man reste la licence comportant le plus de titres chez Capcom. Cependant, ce 11ème volet est-il un simple jeu en mode fan-service ou arrive-t-il à relancer le Blue Bomber ?

Test de Mega Man 11 écrit par Lotario et publié par ggvanrom.

Mon invention est la meilleure !

Comme à son habitude, une petite introduction vient planter le décor. Nous avons ainsi droit à un échange entre le Docteur Light et ce bon vieux Docteur Wily au sein d'un comité. Cette discussion, faite d'illustrations, nous renvoie aux prémices de leurs recherches, l'un se focalisant sur la « pensée indépendante » et l'autre sur le fameux « Double Gear ». Bien évidemment, le père Wily ne verra pas ses recherches acceptées et ce sera le point de départ de son côté si grincheux. Nous sommes en présence d'un opus de Mega Man série Classic, le pitch est donc simple mais nous met un léger doute lorsque nous connaissons bien la série. En effet, suite à cette introduction, le jeu peut enfin démarrer et l'histoire se met en place. Le doute vient donc du fait que nous avons la dérangeante impression qu'il n'y a aucun réel passif entre Mega Man et Wily alors que ce petit robot bleu a tout de même dessoudé 78 Robots Masters au travers de 10 épisodes ! Hormis ce point de détail, la petite histoire vient ponctuer nos avancées clés au travers de notre progression. On se rapproche d'une narration propre à Mega Man 7 et 8, ce qui en soit reste relativement agréable.

Get equipped with Double Gear

Concrètement, ce onzième épisode est-il une pâle copie de ses prédécesseurs ? Le principe reste le même, une intro, 8 boss et une forteresse. On ne va pas changer une recette qui gagne et qui fait l'essence même du titre dans ses mécaniques. Toutefois, les développeurs ont jugé bon de rafraîchir tout ça et moderniser l'ensemble. Ainsi, nos pads actuels offrant bien plus de boutons que notre tendre NES, le compagnon de Mega Man, Rush, peut être appelé via des boutons spécifiques. Rush Coil (le tremplin) peut se déclencher simplement en appuyant sur A. Fini donc le temps où nous devions choisir Rush en ouvrant le menu ou sur les derniers opus via L ou R. L'autre module de Rush, que je vous laisse découvrir, lui se fera appelé avec le bouton X. La sélection des armes absorbées sur les boss se fait quant à elle via Zl et Zr. Afin de gagner encore en fluidité, il est possible aussi de sélectionner l'arme voulue avec le Stick droit : 8 boss, 8 directions ! Et un petit clic sur le joystick pour revenir sur le Mega Buster.

Attardons désormais à la petite nouveauté, le Double Gear. Concrètement, vous pouvez activer soit le Power Gear avec L, soit le Speed Gear avec R. Lorsque vous déclenchez une de ces fonctionnalité, une petite jauge augmente et il faudra veiller à ne pas la remplir sous peine de faire rentrer ce pauvre Mega Man en surchauffe. La surchauffe est une pénalité dans une moindre mesure puisqu’elle vous empêche tout bonnement de ne plus utiliser le Double Gear. Malgré tout, lors de moment clés, cette surchauffe se fait sentir et peut vous mettre clairement en difficulté. Le Power Gear est une sorte de Burst permettant de rendre son Mega Buster plus puissant, voire de tirer une double ration lors d'un tir chargé. Le Speed Gear quant à lui ralentit le temps. Ce sera fortement utile face à certains mini boss ou passages délicats. Ce qui nous amène la difficulté du titre. La série Mega Man n'a jamais eu la réputation d'être une licence facile (hormis un ou deux opus). Ce Mega Man 11 ne déroge pas à la règle. La difficulté est bien dosée avec un Level Design toujours aussi ingénieux. Tout a été pensé Double Gear et si à nos premiers essais le réflexe quant à son utilisation n'est pas présent, on se rend peu à peu compte de la finesse que cette fonctionnalité apporte. On en vient ici à jouer avec style et se faire plaisir en alternant entre les deux. Les phases contre les boss vont donc mettre parfois vos réflexes à rude épreuve et leur pattern, pour certains est clairement diabolique.

Enfin, techniquement, le jeu est sorti de sa 2D pour nous offrir une 3D cohérente. Cette série ayant son style à elle, on sent tout de suite que ce changement en terme de technique s'est voulu au plus fidèle. Nous ressentons alors une petite profondeur des décors et tout s'anime parfaitement bien à commencer par notre petit robot. Ce qui peut à la rigueur quelque peu pêcher, ce serait le manque de variété d'ennemis mais tout s'équilibre parfaitement bien avec des mini-boss surprenants et ardus. Aucun ralentissement ne se fait sentir, tout tourne au poil. Le jeu en est même plus dynamique que ses aînés une fois bien en main. De plus, cette évolution permet d'animer les boss de façon plus naturelle et complexe, ce qui ne manquera pas de nous surprendre plus d'une fois. Avouons aussi que pour le coup, Capcom s'est inspiré de Mighty N°9 en changeant l'apparence de Mega Man lorsqu'il s'équipe des armes de boss (auparavant, il changeait simplement de couleur). Ce choix est toutefois pertinent apportant plus de variété à notre héros.

Une Mega-Rejouabilité ?

Un épisode de Mega Man une fois fini n'apporte en général rien si ce n'est de recommencer le jeu avec plus d'aisance mais aussi le meilleur ordre en terme de boss. Dans celui-ci, ce n'est pas totalement différent. Toutefois, pour en revenir à la difficulté, elle peut être variable et propre à chacun. Déjà, lorsque nous débutons une partie, nous avons le choix de la difficulté entre débutant, facile, normal et expert. Il est préférable de rester en normal pour profiter du tire comme il se doit et ne pas craindre une durée de vie courte par conséquent. Sinon, faites vous la main sur un niveau de difficulté moindre afin d'attaquer de nouveau le titre à une difficulté plus élevée. L'autre impact sur la difficulté mais aussi le contenu, c'est la boutique au laboratoire du docteur Light. Nous cumulons au fil des niveaux une monnaie symbolisée par des boulons. Ils sera alors possible d'acheter de quoi booster le héros et optimiser certains éléments du Double Gear par exemple. Mais il est aussi possible d’acheter des vies et des E-Tank pour des prix relativement dérisoires. Une fois la bourse pleine, à vous les vies à foison ou ces recharges qui peuvent trop simplifier le jeu. Une fois l'aventure terminée, il y a une sorte de New Game +. Afin que vous ne vous fassiez pas de fausses idées, cette appellation correspond en fait à la liberté de refaire n'importe quel niveau et donc n'importe quel boss à volonté et ce, avec tout ce que vous auriez débloqué. D'autres objets seront par ailleurs à acheter une fois le docteur Wily défait. D'ailleurs, la dernière partie du jeu saura vous ravir avec un boss faisant remonter de douloureux souvenirs aux fans de la licence.

Nous trouvons aussi un menu Extra où il y quelques petites choses pouvant rallonger la durée de vie du titre. Il y a donc toute une série de défis nous faisant parcourir les différents niveau sous certaines conditions afin de maximiser son score : finir un niveau le plus rapidement possible, sauter le moins de fois, Tirer le moins possible. D'autres sont plus originaux en demandant de faire faire certains choses à nos ennemis à force de leur tirer dessus. Il y a aussi un boss rush. Pour peu que l'on aime le challenge, ces défis peuvent s'avérer addictif, d'autant plus qu'il y a un classement en ligne. Ensuite, il y a une série de médailles à collecter qui récompense la complétion, certaines actions ou même des exploits. Ceux-ci peuvent aussi vous donner envie de poncer le titre jusqu'à la moelle tant certains seront difficiles à avoir. Enfin, une galerie est aussi présente. Nous pouvons admirer chaque modèle du jeu. Il est juste dommage de ne pas pouvoir les admirer sous toutes les coutures surtout sur un titre en 3D, tout comme ne pouvoir admirer uniquement les vilains. Il manque aussi un petit sound test afin d'écouter les musiques du titre. D'ailleurs, les musiques se veulent quelques peu discrètes et il a fallu que j'augmente le son en jeu pour en profiter pleinement.

8
C'était un pari risqué de relancer une franchise qui a maintenant 30 ans passés tout en essayant de rester fidèle aux jeux d'origines. Là où Mega Man 9 et 10 ont surfé sur la mode Rétro avec un Gameplay et une difficulté ne pouvant pas forcément attirer un nouveau public, Mega Man 11 peut réaliser ce tour de force. Intrigué par ce Double Gear lors de l'annonce du jeu, celui-ci est très efficace et réinvente les mécaniques de la licence. Avec un contenu très correct pour un jeu du genre, Il y a de quoi faire pour peu que l'on apprécie plateforme et shooting. Il semble que ce volet puisse ravir les fans comme ceux qui découvrent la série.

  • Le retour de Mega Man
  • Le Double Gear savamment pensé
  • Le passage à la 3D en conservant le gameplay 2D
  • Les boss et leurs patterns
  • Une difficulté très bien dosée
  • Un Level Design inspiré
  • Des vies et Conteneurs trop facilement achetables
  • La dernière partie du jeu un poil trop courte
  • Le jeu peut s'avérer court pour ceux ne relançant pas leurs jeux une fois finis
  • Des musiques trop discrètes et peu marquantes
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
PUB Gagnez des Jeux