SWITCH

Atelier Totori DX : The Adventurer of Arland

Test SWITCH

Atelier Totori DX : The Adventurer of Arland

Par ggvanrom - Le 04 février 2019

Après avoir testé fin 2018 le premier épisode de la saga Arland, il est temps de retrousser nos manches afin de découvrir ensemble le second opus de la quadrilogie. Baptisé Atelier Totoria DX : The Adventurer of Arland, voyons voir ce que ce nous avons de nouveau à nous mettre sous la dent en terme de contenu.

De l'alchimie entre deux explorations

Se déroulant 8 ans après l’intrigue de Atelier Ronona, Atelier Totoria DX : The Adventurer of Arland, nous conte l’histoire de Totooria Helmold, surnommée « Totori » pour plus de commodité, une jeune fille de 14 ans qui se trouve être la première apprentie de l’alchimiste Rorona que l'on incarnait dans Atelier Rorona DX : The Alchemist of Arland. Vivant dans le petit village de pêcheurs de Alanya, Totori essaie tant bien que mal de s’améliorer dans son apprentissage de l’alchimie, sous la surveillance de son père, sa grande sœur ainsi que son meilleur ami Gino.

Le titre met en place un nouveau statut dans la licence, celui d’Aventurier, un titre décerné par la République d’Arland aux personnes souhaitant voyager et compléter les cartes des nouvelles terres sur lesquelles Arland fut fondée. Encouragée par son ami Gino, et souhaitant retrouver sa mère elle-même aventurière, Totori est décidée à devenir elle-même exploratrice et voyager aux 4 coins d’Arland, au grand dam de sa famille. Car après tout, que peux bien faire une jeune fille de 14 ans chétive et maladroite face à des hordes de monstres sanguinaires parcourant les plaines ?

Exploratrice en CDD

Afin de pouvoir prétendre au titre d’Explorateur, Totori et Gino vont devoir récolter des fonds pour se payer leur licence. Pour cela, le bar du coin leur propose de remplir des requêtes émises directement par les citoyens d’Arland. Battre un nombre déterminé de monstre, rapporter une quantité précise de matériaux, ou encore confectionner un objet en particulier via le principe de l’alchimie. Petit rappel rapide pour ceux qui n’auraient pas lu le test d’Atelier Rorona DX, l’alchimie est une discipline permettant de confectionner divers objets en synthétisant entre eux plusieurs objets aux caractéristiques diverses. Grâce à ce procédé, Totori peut confectionner des potions, textiles, pièces d’équipement et même de la nourriture ! Bref un sérieux avantage pour conserver son titre d’Exploratrice.

Car oui, si on obtient aisément le titre tant convoité, nous permettant de nous aventurer librement partout en Arland, il y a un point important à prendre en compte : Si au bout de 3 ans après l’obtention de votre permis vous n’avez pas un rang d’Explorateur suffisamment élevé, vous serez destitué de votre titre et ne pourrez plus prétendre à redevenir un jour aventurier. Si au contraire votre rang est important, votre licence sera renouvelée à nouveau. Il n’y a donc pas une seconde à perdre !

Présentée sous la forme d’un permis composé de plusieurs grades, votre licence est amenée à évoluer en remplissant diverses tâches qui vous permettront d’obtenir des points. Par exemple remplir un total de 10 quêtes de villageois vous attribuera 5 points, tandis que vaincre un « boss » comme un Griffon pour la première fois vous permettra d’obtenir 50 points. Tout dans le jeu permet d’engranger des points, l’alchimie, l’exploration, les combats, de ce fait l’évolution est particulièrement aisée. Sachant que chaque grade atteint permet d'obtenir de nouveaux objets et de découvrir de nouveaux lieux à explorer, il ne reste qu'à vous de bien planifier votre agenda d'explorateur.

Une limite de temps pas si contraignante

Si dans Atelier Rorona DX les contraintes de temps étaient extrêmement punitives, Atelier Totori DX se veut plus souple à ce niveau là. Les 6 premiers mois du jeu vous aurez une totale liberté dans vos choix de mouvements. Synthétisez au maximum, augmenter le niveau de vos personnages, accumulez les Coles (monnaie du jeu). La véritable intrigue débute au mois de juin de la première année, se terminera au mois de juin de la quatrième année, et pourra être poussée jusqu'à la sixième année si vous atteignez le rang diamant. A noter que le jeu possède également une multitude de fin qu'il vous faudra terminer pour débloquer la vraie fin du jeu.

Mais comment s'écoule le temps concrètement ? De différentes manières à vraie dire. Synthétiser des objets vous demandera un ou plusieurs jours de travail en fonction de la complexité de la tâche. Vous déplacer sur la mappemonde pour accéder aux différents lieux vous demandera également plusieurs jours de marche, et petite nouveauté, les combats et le fait de ramasser des objets fera aussi passer le temps. Voir la journée s'écouler à moitié après avoir récupérer des objets sur un point de récolte, au début ça surprend, mais les six premiers mois de roue libre sont là pour vous apprendre à vous familiariser avec le gameplay.

L'amitié toujours au rendez-vous

Un des points forts de Atelier Totori DX réside dans son casting de personnages. En plus de la famille et des habitants que vous rencontrerez, vous aurez aussi l'occasion de recruter 6 personnages pour vous accompagner dans vos excursions, mais aussi 3 autres personnages initialement parus en DLC qui sont inclus directement dans cette version DX. Chacun ayant sa propre personnalité, vous aurez vite fait de vous attacher à eux, car entre chaque excursion ou atelier alchimique, le jeu est incroyablement dense en terme d'échange entre tous les personnages. Cela renforce les liens d'amitié entre Totori et ces derniers, essentiel pour débloquer les fins dédiées à chaque personnage, et ça donne une dimension plus humaine à l'aventure. Le jeu étant en revanche intégralement en anglais, et si vous n'aimez pas être coupé toutes les 2 minutes par une saynette, vous allez vite déchanter.

Se voulant un J-RPG avant tout, vous ne pourrez faire l'impasse sur les combats contre toute sorte de monstres. Les batailles vous permettront d'aligner un maximum de 3 personnages Totori compris afin d'éliminer le plus rapidement vos adversaires, engranger des points d'expérience et monter de niveau. Chaque personnage possède ses propres caractéristiques ainsi qu'une arme de prédilection, et peut utiliser des techniques spécifiques contres quelques MP. Totori de par son statut d'alchimiste est la seule à pouvoir utiliser des objets qu'elle aura synthétisé (dans un premier temps...). Non contente de fabriquer des remèdes qui seront pratiques pour soigner vos alliés, elle saura causer des ravages dans les lignes adverses en utilisant diverses bombes, et en synthétisant des matériaux pour créer des armes de plus en plus puissantes. A noter que vos amis pourront également protéger Totori si cette dernière est directement visée et que la jauge d'amitié des personnage est a au moins un cran. De même, il est possible de mettre un coup supplémentaire après Totori si un allié à au moins un cran sur la même jauge.

Un rythme très répétitif

Comment se passe une journée de jeu type dans Atelier Totori ? Vous allez à la réception du bar de votre village ou à Arland récupérer des quêtes proposées par les villageois, vous partez sur la carte du monde en direction des points de récoltes ou nid de monstre susceptibles de vous aider à remplir une quête pour ramener tant de matériaux ou vaincre un nombre clé d'ennemis, puis une fois rentré chez vous, vous synthétisez quelques matériaux récupérés pour augmenter votre niveau d'alchimie, et livrer à un dernier client un objet bien précis qu'il ne peut trouver dans le commerce. Remplir ces quêtes vous permet d'engranger de l'argent, qui vous sera utile pour acheter de la matière première, des grimoires pour apprendre de nouvelles recette alchimiques, ou payer de nouvelles armes et équipement à vos personnages pour qu'ils puissent affronter des monstres toujours plus puissants. Suite à cela, vous vous offrirez une journée ou deux de repos pour récupérer vos PV et PM, et repartirez ensuite à la réception chercher de nouvelles quêtes, jusqu'à avoir suffisamment voyagé pour obtenir un rang supérieur sur votre licence, vous donnant accès à de nouveaux lieux et points de récolte.

Vous l'aurez compris, Atelier Totori, tout comme l'intégralité de la licence Atelier est un jeu qui se veut extrêmement répétitif. Si le concept peut plaire de par sa liberté d'action, une routine s'installera fatalement au bout d'un certains temps si vous souhaitez pouvoir réussir à visionner la véritable fin du jeu. Pas spécialement difficile en soi, le jeu propose néanmoins un contenu énorme qui fait que l'ont ne sait plus trop où donner de la tête à un certains moment. Dois-je améliorer mes armes ? Ou filer récupérer quelques minerais précieux et glaner des points supplémentaires ? J'ai 10 lieux encore inexplorés mais j'ai trop de travail à effectuer dans des zones déjà visitées. Que l'on aime ou déteste la limite de temps imposée par le jeu, cela va nous permettre d'apprendre à nous organiser au mieux pour réaliser une "partie idéale". Si beaucoup déboucheront sur la mauvaise fin ou au mieux la fin normale à la fin de la première partie, un mode New Game + sera présent pour vous permettre de recommencer en ayant conservé plusieurs éléments tels que l'argent ou les armes. Et pour ceux souhaitant débloquer la vraie fin en un minimum de temps,  ou éviter à avoir à recommencer le jeu à chaque fois, Atelier Totori DX vous offre la possibilité d'avoir plusieurs sauvegardes.

7.5
Comme son ainé Atelier Rorona DX, Atelier Totori DX permet aux néophytes comme aux fans de la licence Atelier de mettre la main sur les aventures de la jeune Totori dans un jeu qui se prête parfaitement aux courtes sessions, et possédant tous les DLC sortis à l'époque directement dans cette version. Le jeu de base étant sorti en 2010, on remarquera bien sûr les défauts qui faisaient déjà mauvaise impression à l'époque comme les décors chiches en contenu, ou encore le rendu graphique parfois brouillon. Si vous n'êtes pas à l'aise avec l'anglais et que les discours à rallonge ne sont pas votre tasse de thé, faire l'impasse sur le titre ne changera rien à votre vie, mais si vous êtes un afficionados de la licence et que vous souhaitez vous remettre à jour dans la saga Arland avant la sortie cette année de Atelier Lulua, foncez sur cet Atelier Totori !

  • Le concept d'Aventurier intéressant
  • La contrainte de temps moins punitive
  • On retrouve les protagonistes d'Atelier Rorona
  • 9 personnages à recruter au total
  • Choix du doublage anglais ou japonais
  • De multiples fins à débloquer
  • Enormément de dialogues entre les personnages
  • Extrèmement répétitif
  • La contrainte de temps, on aime ou on déteste
  • Les dialogues trop fréquents peuvent casser le rythme du jeu
  • L'alchimie n'a pas évolué depuis Atelier Rorona
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
PUB Gagnez des Jeux
Sondage
E3 2019 : qu'attendez-vous le plus de la part de Nintendo ?
126 votants
Archives