SWITCH

Atelier Lulua : The Scion of Arland

Test SWITCH

Atelier Lulua : The Scion of Arland

Par ggvanrom - Le 04 juin 2019

Alors que Koei Tecmo et Gust nous offraient fin 2018 la trilogie Arland de la licence Atelier sur l'eShop de la Nintendo Switch, 2019 est l'occasion de continuer dans la région qui a été la première à se laisser découvrir par le public européen avec un tout nouveau titre baptisé Atelier Lulua : The Scion of Arland, suite directe de Atelier Rorona / Totori et Meruru.

Test réalisé à partir d'une version fournie par l'éditeur*

Bienvenue à la nouvelle génération

Atelier Lulua débute son histoire à Arklys, située en bordure de la République d'Arland. C'est dans ce petit hameau que réside une jeune fille portant le nom d'Elmeluria Frixell, qui s'avère être ni plus ni moins que la fille de Rorona, héroïne de Atelier Rorona, une des plus grandes alchimistes connue à ce jour.

Tentant d'égaler les talents alchimiques de sa mère, la jeune Elmeluria que ses amies surnomment Lulua n'a hélas pas hérité des dons de Rorona. Elle réussit tant bien que mal à réaliser des recettes alchimiques basiques, quand ses concoctions ne lui explosent pas à la figure. Mais étant une une fille enjouée et désirant faire honneur à la réputation de sa mère, et redouble d'efforts jours après jours. Par un coup du hasard (ou du destin), cette dernière va se voir attribué un livre de recettes alchimiques qui va lui tomber dessus (littéralement), et dont elle seule peut déchiffrer le contenu. Grâce à ce dernier, elle va pouvoir améliorer ses compétences, et franchir pas à pas les épreuves qui feront obstacle à son objectif.

A noter au passage qu'avec ce nouvel épisode le rendu graphique change radicalement par rapport à Atelier Lydie et Suelle, abandonnant ce côté pastel/baveux pour quelque chose qui n'est certes pas une prouesse technique, mais qui donne au jeu un aspect plus net et plus coloré. Un travail supplémentaire a également été fait principalement au niveau des animations de la jeune Lulua que l'on sent très vivante. Il est dommage que tous les protagonistes n'aient pas eu le même traitement de faveur.

Une histoire qui prend son temps

Extrêmement lent au démarrage (comptez 4 chapitres pour voir "commencer" à s’installer l’histoire), Atelier Lulua va nous permettre de suivre Lulua dans son évolution, de ses débuts lorsqu’elle préparait des potions et autres bombes dans son hameau, jusqu’à ses voyages partout en Arland pour suivre le chemin de sa mère et devenir une grande alchimiste. Perdant au passage les missions à remplir dans un temps limité qui était une clé de Damoclès dans les premiers épisodes de la saga Arland, Atelier Lulua permet de se déplacer librement et de confectionner autant de produits que nous le souhaitons, car chaque déplacement et chaque acte alchimique nécessitent plusieurs heures voire jours pour être effectués.

Loin d’être un simple accessoire, le mystérieux grimoire que Lulua récupère à la fin du prologue a également une place centrale dans le jeu. C’est lui qui permettra entre autres à Lulua d’évoluer de manière exponentielle en alchimie. Chaque fois que notre héroïne est dans une impasse, le grimoire se met à luire, signe qu’il est désormais possible d’apprendre une nouvelle recette alchimique. Pour déchiffrer ladite recette il vous faudra résoudre diverses conditions rédigées sous forme d’énigmes dans le livre, cela peut être d’éliminer un ennemi en particulier, ramasser un item spécifique ou parler à un personnage.

En plus de ces recettes qui feront avancer le jeu, le grimoire possède également une multitude de recettes secondaires à déchiffrer à votre rythme. N’étant pas obligatoires pour boucler le titre elles peuvent cependant se révéler d’une grande utilité en combat, en exploration ou même pour vos futurs procédés alchimiques. A vous de voir si vous souhaitez en débloquer un maximum durant votre aventure.

L’alchimie façon Arland

Atelier Lulua étant le 4ème volet de la saga Arland, l’alchimie qui reste le point central du jeu a opté pour respecter la formule instaurée dans les épisodes d’origine. Exit donc l’alchimie sous forme de mini-jeu de placement de blocs que vous avez peut-être connu avec Atelier Lydie et Suelle, ici on repart aux fondamentaux :

Pour faire une création alchimique il vous faut une recette, acquise grâce à votre grimoire magique ou en achetant des livres en boutiques, et bien sûr les ingrédients adéquats. Ces derniers peuvent se trouver dans la nature ou sur les ennemis, mais également dans les différentes boutiques du jeu. Chaque objet possède un niveau de qualité, mais également des attributs qu’il est possible d’attribuer au produit fini. Plus la qualité des produits est bonne, meilleure sera votre préparation.

En progressant dans le jeu, vous débloquerez des objets qui vous seront extrêmement utiles sur le terrain comme en combat, notamment les bombes avec attributs élémentaires, les potions de soins, et autres dynamites et barils vous permettant d’accéder à des zones de jeu normalement bloquées. Comme tout épisode de la saga Atelier, si vous n’êtes pas fan à l’idée de passer des heures entre les séances de cueillettes et de préparation de recette, vous risquerez de trouver le temps affreusement long.

Plus tard dans le jeu lorsque vous arriverez à la capitale Arland, vous pourrez enfin commencer à fabriquer vos propres minerais et tissu pour pouvoir confectionner armes et armures à la forge de la fille. Utiliser vos propres pièces vous permettra de les doter d'attributs uniques dont se doteront vos équipements une fois que vous aurez forgé le tout. Ainsi vous pourrez avoir des bases d'arme identiques, mais aux caractéristiques radicalement différentes en comparaison à une arme achetée dans le commerce.

Une aire de jeu plus grande mais paradoxalement restreinte

Arklys étant situé aux confins de la République d’Arland, Lulua devra énormément voyager durant sa quête pour devenir une grande alchimiste. Que ce soit pour aller visiter les villes voisines ou se rendre dans des lieux de récolte, vous passerez automatiquement par une carte du monde où apparaîtront au fur et à mesure de nouveaux lieux à explorer. Chaque déplacement vous demandera un certain temps, et le jeu embarque aussi un cycle jour / nuit, qui fait apparaitre certains types de monstres ou d’évènements.

Le problème qui se pose en revanche est dans les lieux à explorer en eux-même, car si les zones de jeu sont relativement nombreuses, leur taille en a pris un sacré coup au passage. Que ce soit certains lieux de récoltes ou même la capitale Arland, vous faites le tour de ce qu’il y a à voir en une poignée de minutes. Certes plusieurs endroits sont divisés en différentes zones, mais c’est clairement dommage d’avoir des zones aussi restreintes. A noter que les lieux à explorer seront remplis de points de récoltes où vous devrez vous rendre pour récupérer vos ingrédients alchimiques, et bien sûr les monstres seront également au rendez-vous pour vous mener la vie dure.

Pour vous inciter à vous déplacer régulièrement, certains monstres et matériaux ne sont disponibles qu'à des points précis de jour ou de nuit. Il vous sera donc fort utile de vous remémorer où trouver les affaires dont vous avez besoin, que ce soit pour créer différents objets via l'alchimie, ou pour remplir des quêtes de récolte et d'extermination que vous trouverez en ville et qui vous rapporteront pas mal d'argent pour faire vos emplettes.

Des combats légèrement remaniés

Comme chaque épisode de la licence Atelier, Lulua aura aussi fort à faire avec la faune locale. Constituée de monstres et d’animaux sauvages, ces créatures arpenteront les divers lieux que vous aurez à explorer et souhaiteront fatalement en découdre avec vous. une fois rentré en contact avec ces derniers, vous passerez en mode combat au tour par tour où la priorité va au plus rapide.

Vos personnages se disposent au choix en première ou arrière ligne. La première ligne sera celle qui interviendra directement en combat, tandis que l’arrière-ligne sera là en soutien pour déclencher diverses capacités. Chaque personnage possède une attaque standard, ainsi qu’un menu regroupant diverses techniques consommant plus ou moins de MP. A la différence des personnages classiques, les alchimistes comme Lulua et son professeur Piana peuvent également utiliser des objets en combat. Cela passe par les potions de soins aux items pour attaquer les rangs de l’adversaire.

A cela s’ajoute une nouvelle fonctionnalité : Interrupt. Cette dernière permet à un alchimiste d’interrompre un combat et d’avoir un tour d’action immédiat afin d’utiliser un item préalablement sélectionné. Peu utile si vous jouez en mode facile, vous auriez cependant tort de vous en priver en mode normal tant certains combats pourront vous faire tirer les cheveux. On pourra regretter toutefois l'absence de réel investissement dans le bestiaire, ne s'étoffant malheureusement pas assez au fil des ans, ou proposant des boss facilement oubliables.

Des choix scénaristiques controversés ?

Dans les Saga atelier ayant vu le jour, il est une tradition qui fait que dans chaque nouvel opus d'une même série on retrouve de nombreux protagonistes, et notamment les alchimistes que nous avons incarnées précédemment pour les voir rejoindre les rangs du jeu en cours. Ainsi, si dans l'aventure il nous sera possible de retrouver Rorona et de l'intégrer dans notre équipe, Totori et Meruru quant à elles resteront en second plan le temps de l'aventure... à moins que vous n'acceptiez de les acheter 9,99€ l'unité pour pouvoir les recruter... une pratique au goût amer lorsque l'on a fait les trois premiers volets sur l'eShop et que l'on attendait de pouvoir les intégrer à notre groupe d'aventuriers.

Le second point réside dans nos compagnons de voyage. Si le fait de retrouver d'anciens camarades comme Sterk, Piana ou encore Pamela fera plaisir aux fans de la première heure, Atelier Lulua profite bien sûr de l'occasion pour intégrer de nouveaux protagonistes comme Eva, Aurel ou encore Ficus. Une des particularités de la licence si l'on aime bien l'aspect social et camaraderie, c'est de voir évoluer nos personnages en quête, débloquant de nouveaux dialogues en ville nous permettant d'en apprendre plus sur eux. Bien que la formule soit encore présente dans Atelier Lulua, j'ai l'impression que pas mal de background de personnages sont peu traités, préférant jouer sur l'aspect nostalgie en se concentrant plutôt sur les personnages des premiers épisodes.

 

8
Qu'Atelier Lulua : The Scion of Arland soit votre premier épisode, ou si au contraire vous avez déjà fait les trois premiers épisodes de la saga Arland, le titre vous proposera une expérience de jeu suffisamment complète durant les dizaines d'heures qui s'offrent à vous. Bien que les puristes pestent quant à la présence de Totori et Meruru en DLC, il fait plaisir de pouvoir parcourir Arland en long et en large à la découverte de nouveaux matériaux, voir la jeune Lulua évoluer et prendre confiance en elle au fur et à mesure de l'aventure, et voir également comment ont évolué certains personnages que nous connaissons depuis Atelier Rorona.

  • Un rendu graphique amélioré
  • On retrouve les personnages de la sage pas trop amochés par le poids des années
  • Une alchimie simple d'accès et très prenante
  • Des combats plus techniques qu'il n'y parait
  • Une nouvelle fois de retour à Arland
  • Une héroïne plus expressive que jamais
  • Totori et Meruru à acheter 10€ l'unité en DLC...
  • Une histoire qui ne sait pas trop où donner de la tête
  • Des zones d'exploration assez petites
  • Un bestiaire qui se renouvelle peu
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
PUB Gagnez des Jeux
Sondage
E3 2019 : qu'attendez-vous le plus de la part de Nintendo ?
127 votants
Archives