Exclusivité

[Interview] Michaël Guarné, "L'histoire de Rayman"

Par Shadowdeath - Le 13/11/2014 à 09:20

Ubisoft est une marque qui fait souvent la fierté des joueurs français. Et quoi de mieux qu'un personnage marquant et totalement atypique pour représenter dignement une entreprise du jeu vidéo ? En l'occurrence, le célèbre personnage sans bras ni jambes du nom de Rayman s'est imposé dans le monde comme une référence de la plateforme vidéoludique. C'est pourquoi le journaliste Michaël Guarné dédie son ouvrage illustré « L'Histoire de Rayman » à la création farfelue du game designer Michel Ancel, devenue, de facto, la mascotte de la société Ubisoft.

Ce livre doté de deux cent pages et quelques, édité par Pix'n Love en collaboration avec Ubisoft, et préfacé par Michel Ancel en personne, retrace donc l'histoire de la série éponyme du héros sans membres - du premier opus, sorti en 1995 sur les supports de l'époque, jusqu'au dernier (Rayman Legends). Ainsi, Michaël Guarné vous propose d'en savoir d'avantage sur les coulisses du développement de l'ensemble des titres que comporte la licence par le biais d'un faisceau d'informations en provenance des artisans même de son grand succès. Le contenu du livre « L'Histoire de Rayman » a principalement été récolté par les soins de l'auteur qui s'est rendu pour cela dans locaux d'Ubisoft, à la rencontre des figures dont les travaux ont contribué à l'épanouissement de la série.

Michaël Guarné, auteur de "L'histoire de Rayman"

Nintendo-Master : Tout d'abord, quel a été votre rapport au personnage avant de concevoir cet ouvrage ? Entretenez-vous depuis longtemps des relations particulières avec le rejeton vidéoludique de Michel Ancel ou est-ce qu'au contraire, travailler sur ce livre était pour vous une occasion de découvrir de manière approfondie l'égérie d'Ubisoft ?

Michaël Guarné : J’ai connu la série l’année de sortie du premier Rayman si mes souvenirs sont bons. J’avais alors 13 ans. Par la suite, j’ai joué à chaque épisode, même si j’avoue avoir décroché avec l’arrivée des Lapins Crétins. C’est vraiment Rayman Origins qui m’a rappelé à quel point cette série m’avait manqué en tant que joueur.

Nintendo-Master : D'où est parti le projet de « L'Histoire de Rayman » ? Qu'est-ce qui a fait que, parmi les membres de l'équipe de rédacteurs de Pix'n Love, on vous a choisi pour endosser cette tâche ? C'est vous qui avez eu la paille la plus courte ? :)

Michaël Guarné : Comme je l’évoque dans l’avant-propos, c’est lié à différents facteurs. Déjà, j’avais de la disponibilité sur les mois qui ont suivi la proposition. Ensuite, Pix’n Love me connaissait depuis début 2009 et voyait bien comment je pouvais écrire, aussi bien pour eux que pour le compte de Gamekult. Enfin, c’est surtout mon amour du jeu de plate-forme et mes coups de cœur envers Rayman Origins et Legends qui ont convaincu Nicolas Courcier, mon éditeur, de me contacter afin d’évoquer le projet.

Michaël Guarné interviewant Frédéric Houde

Nintendo-Master : Tout au long du livre, il est évidemment question du concepteur de Rayman, Michel Ancel. Vous avez eu l'occasion de le rencontrer à plusieurs reprises, que ce soit avant ou après la parution de « L'Histoire de Rayman ». Qu'avez-vous retenu de ce monsieur qui semble, finalement, tout aussi atypique que le personnage qu'il a conçu ?

Michaël Guarné : Pour être précis, je rappellerai que c’est une co-création de Michel Ancel et de Frédéric Houde, ce que le public a parfois tendance à oublier. J’ai pu les rencontrer avant d’entamer la rédaction de l’ouvrage, peu de temps avant le Toulouse Game Show 2013. Mon éditeur et moi-même avons eu l’honneur d’être invités à la Villa – le studio d’Ubisoft Montpellier – pendant deux jours.

Difficile de parler d’un créatif aussi passionné que Michel Ancel en si ‘peu’ de temps… On sent toutefois un véritable sens de la débrouillardise chez lui, une envie de toujours surprendre. Qui aurait parié sur un retour de Rayman en 2D fin 2011, par exemple ? Qui plus est avec une patte graphique époustouflante. Et qui aurait pu deviner qu’il réfléchissait à un concept aussi prometteur et atypique que WiLD, actuellement encore en développement ? Je pense que c’est quelqu’un qui a constamment des idées en tête et qui souhaite créer de belles choses, tout simplement.

Nintendo-Master : Ce livre s’intéresse longuement aux phases de développement des jeux Rayman, une étape cruciale mais qui reste très peu connue du grand public. En quoi était-ce important que le livre retrace ce travail de l’ombre ?

Michaël Guarné : C'était naturel de mettre en avant ces phases de développement en ce sens où elles ont souvent été mouvementées pour Rayman. On comprend mieux le contenu d'un jeu lorsqu'on voit de quelle manière il s'est construit petit à petit, quelles embûches les développeurs ont dû surmonter.

Nintendo-Master : Vous évoquez parfois la similarité du gameplay des titres « Rayman » vis-à-vis de ceux de la licence « Super Mario ». Il faut bien admettre que ces deux-là ont souvent évolué vers les mêmes objectifs. Par exemple, lors de la transition de la 2D vers la 3D avec des consoles telles que la Nintendo 64, vous indiquez que beaucoup semblaient craindre que « Rayman 2 : The Great Escape » ne soit qu'un simple clone de « Super Mario 64 ». Idem pour les épisodes 2D de ces deux licences respectives. Selon vous, qu'est-ce qui fait que face au mastodonte Mario, le petit Rayman subsiste, persiste voire s'épanouit au sein de l'industrie du jeu vidéo ?

Michaël Guarné : Son noyau de fans reste très fort, malgré la longue absence post Rayman 3. Je ne sais pas si l’on peut parler de similarités au final, entre Nintendo qui arrive très bien à appliquer son gameplay 2D en 3D, et Michel Ancel, qui a eu toujours de grandes ambitions pour sa série en termes d’univers 3D et de narration, sans forcément les concrétiser. Pour moi, les licences Mario et Rayman restent les seules à se positionner sur le créneau platformer à l’ancienne. On sent qu’il y a un vrai savoir-faire chez l’un comme l’autre sur le sujet.

Nintendo-Master : Au regard du caractère laborieux du développement des deux principaux Rayman en 3D et des déboires engendrés par le développement catastrophique de « Tonic Trouble » (qui s'avérait être un « jeu-éprouvette » censé bénéficier à « Rayman 2 »), est-ce que la 2D n'est pas ce qui sied le mieux à la licence, au fond ?

Michaël Guarné : C’est plutôt aux développeurs qu’appartient le droit de réponse, mais s’il m’est permis de donner mon point de vue, je pencherais pour le rendu 2D. Comme Fabien Delpiano de Pastagames, je suis tombé sous le charme en voyant la direction artistique de Rayman Origins puis celle de Legends. Cela dit, un troisième épisode dans cette même veine me paraît impossible pour différentes raisons : lassitude de certains joueurs, ventes malheureusement pas aussi fortes qu’escomptées, etc. Les opus 3D ont quant à eux plutôt bien vieilli. Je serais curieux de voir un nouveau Rayman en 3D et je ne pense pas être le seul, comme l’atteste un projet non officiel tel que Rayman : Revenge of the Dark. Plus que jamais, je pense que Rayman a besoin de trouver son public et de renaître sous une nouvelle forme pour mieux évoluer. A voir l’an prochain pour les 20 ans de la série, qui sait ?

Michel Ancel travaillant sur une illustration de "L'histoire de Rayman"

Nintendo-Master : Vous avez déjà participé à la conception de plusieurs autres ouvrages tels que « La Bible Super Nintendo » ou « La Bible Game Boy ». Vous ne comptez sûrement pas vous arrêter en si bon chemin. Priez-vous Polokus en ce moment même pour qu'il vous aide à mener à bien un nouveau projet ?

Michaël Guarné : J’ai la chance de participer à l’aventure Pix’n Love depuis le numéro 8 du mook. Effectivement, des idées de projets ont déjà été évoquées. On attend des retours des personnes concernées afin de lancer ou non un autre livre en solo. En attendant, je participe à un ouvrage collectif qui s’annonce très prometteur, toujours chez ce même éditeur. On a une fenêtre de sortie pour le premier trimestre 2015 pour le moment. Affaire à suivre, donc. N’hésitez pas à suivre le compte Twitter de Pix'n Love ou le mien pour vous tenir au courant.

Précédent Suivant