Exclusivité

[Interview] Christophe Héral, compositeur de Rayman Legends

Par Shadowdeath - Le 27/09/2013 à 10:54

Nintendo-Master : Bonjour Christophe Héral, vous êtes le game composer de Rayman Legends, fraîchement édité à l'issue d'un parcours mouvementé. Cet opus, qui fait suite à Rayman Origins, reçoit actuellement d'excellentes critiques pour sa sortie et a même obtenu un 10/10 sur Nintendo Master ! De part votre travail sur l'élaboration de sa bande-son, vous avez donc contribué à ce succès médiatique. Tout d'abord, merci d'accorder l'exclusivité de vos propos à Nintendo Master.

Votre long travail ayant enfin abouti à sa concrétisation, quel est votre ressenti par rapport au lancement du titre ? Êtes-vous serein, confiant quant aux réactions des joueurs ?

Christophe Héral : Une fois que la composition est finie, que toute la musique est enregistrée, mixée et intégrée, on ressent un gros soulagement, puis le jeu sort, et ce sont les joueurs qui se l'approprient. Effectivement, il y a de la générosité dans cette OST, 7 minutes de Billy Martin, et une heure et demi de Héral !

Nintendo-Master : Que pensez-vous du très chaleureux accueil que les médias font à l'opus en ce moment ?

Christophe Héral : Je crois que l'actualité est plutôt moribonde. Fin août, c'est déjà un peu la rentrée : les feuilles d'impôts, la Syrie... Rayman Legends, c'est une pétarade, un feu d'artifice de couleurs, on y joue, on bronze ! :-) C'est un remède contre la morosité et le moral dans les chaussettes ! C'est peut-être un début d'explication pour l'enthousiasme qu'il suscite .

Nintendo-Master : Le plus stupéfiant lorsque l'on joue à Rayman Legends, au fur et à mesure que l'on progresse, c'est de constater cette grande ouverture culturelle dont témoignent les musicalités exotiques issues de diverses régions du monde que vous avez pu y intégrer. D'où tirez-vous cette inspiration si cosmopolite ?

Christophe Héral : Franchement, je ne me pose pas trop de questions. Il y a beaucoup de choses instinctives, j'aime bien essayer des mélanges de timbres. Il faut dire que je collectionne les instruments comme d'autres les statuettes ! Chaque fois que je voyage, je rapporte un « zbling » ou un « zblong ». J'aimerais citer le travail de mon fidèle complice Mathieu Alvado, qui orchestre avec moi toutes ces bêtises et qui a un énorme talent, puis aussi associer l'équipe son d'Ubisoft, Timothée, Aymeric, Jeremy, François, Martin, Charlie, Alex ...

Nintendo-Master : Est-ce qu'Ubisoft vous impose des contraintes, notamment concernant les droits d'auteur ?

Christophe Héral : Concernant les droits d'auteur, qui ont été très longtemps un sujet tabou, il faut savoir que Rayman Legends a fait l'objet d'un contrat avec la Sacem. Du coup, nous pouvons enfin exploiter la musique, la mettre à la disposition du public de manière légale, c'est pas trop tôt ! L'éditeur Ubisoft a été courageux de prendre cette décision qui nous met en conformité avec la législation française, je ne peux espérer que d'autres suivent le mouvement, y compris les indés. Je sais, par exemple, que des boîtes comme Pastagames regardent notre contrat de près. Quant aux contraintes, je ne vois pas pourquoi Ubisoft m'en imposerait. Enfin, je leur donne des garanties de bonne fin, que ma musique reste originale, et que je livre à l'heure, franchement, ni plus ni moins que dans n'importe quelle production. Ils me font totalement confiance, c'est vraiment super confortable. Michel est très exigeant, mais comme je le suis autant, ça s'annule :-).

Nintendo-Master : Quelles sont vos affinités particulières avec Michel Ancel, globalement, en ce qui concerne l'élaboration de cette œuvre ? Comment vous organisez-vous entre vous pour trouver l'accord juste au sein de votre collaboration ?

Christophe Héral : Je partage avec Michel d'autres choses que de simples relations de travail, on s'entend vraiment bien, il faudrait un jour venir voir les séances de brief, c'est à mourir de rire :-). J'ai la chance de faire des choses qu'il n'est pas capable de faire, alors comme nous sommes très complémentaires, je l'écoute dans ses requêtes, et je sais qu'il m'écoute aussi dans mes ressentis de gameplay par exemple, bien qu'il faille vous rappeler que je ne joue pas ;-).

Nintendo-Master : En ce qui concerne les niveaux musicaux, votre musique est-elle à la base du gameplay ou bien est-ce l'inverse ? D'où est venue cette idée ?

Christophe Héral : C'était un vieux désir sur Beyond Good & Evil, mais à l'époque peu de gens y ont cru dans l'équipe d'ingés. Michel avait bien compris les enjeux, mais il y avait tellement de choses à faire... C'est un peu tombé à l'eau. Et c'est ressorti dans Rayman Origins, nous avons demandé à Mathieu Pavageau qui avait travaillé sur le moteur de Just dance de réfléchir à cette feature. Nous nous sommes appelés une petite heure, il m'a demandé quels étaient mes souhaits, le résultat est là :-). Nous avions fait le monde musique dans Origins, dans lequel les éléments du gameplay (GPE) étaient synchronisés grâce à un "métronome" renseigné à l'avance, les oiseaux en plus d'être rythmiques étaient aussi accordés. Je ne suis pas sûr que le joueur s'en soit rendu compte, mais ça donnait l'impression d'un gameplay fluide, fun. Sur Legends, alors là, Michel m'a demandé de composer la musique et c'est le Level designer, Simon Choquet qui a conçu le gameplay sur la détection de la musique, techniquement un peu comme faisait Disney sur Fantasia.

Nintendo-Master : De la même manière, pour trouver l'inspiration, vous appuyez-vous sur le design des environnements de chaque niveau ? Devez-vous respecter certaines thématiques pour chaque level design ?

Christophe Héral : Oui, Michel me fournit toujours des concept-arts, des ébauches des mondes dans lequel on va évoluer. C'est très intéressant parce que les créations graphiques, sonores, musicales, l'animation vont avancer comme un rouleau compresseur et non comme un train, où on ne peut commencer que lorsque l'autre a fini.

Nintendo-Master : Vous avez composé la bande-son de Beyond Good & Evil, de Rayman Origins et de Rayman Legends. Souhaiteriez-vous vous aventurer dans de nouveaux genres vidéoludiques pour y apporter votre savoir-faire ? Aspirez-vous à de nouveaux horizons dans le domaine du jeu vidéo, quitte à abandonner votre acolyte Michel Ancel le temps d'une histoire ?

Christophe Héral : J'ai composé aussi la musique de Tintin et le Secret de la Licorne ;-). Tout le monde l'oublie celle-là, c'est injuste parce qu'elle est vraiment chouette ! Mais nous n'avons pas eu le droit (Paramount) de l'exploiter. Un jour peut être... Je prends du plaisir à travailler avec Michel, je ne vois pas pourquoi nous devrions arrêter de collaborer de concert ! Il y a de moins en moins de fidélité dans nos métiers, à la rigueur il existe dans le cinéma encore Burton/Elfman, en France Ozon/Rombi ou Audiard/Desplat, nous formons un couple dans le jeu vidéo ! Cela dit, il n'est pas hors de question que je travaille avec d'autres creative director.

Nintendo-Master : Plus généralement, quels sont vos projets futurs ?

Christophe Héral : Je ne peux hélas pas en parler...

Nintendo-Master : Enfin, d'où vous est venu cette amour pour le ukulélé ?

Christophe Héral : Je n'en sais fichtrement rien, je trouve que c'est un instrument qui se trimballe assez facilement et qui a la pêche !

Merci d'avoir répondu à nos questions, longue vie à vous et à votre musique !

Précédent Suivant