Nintendo Wii

Bionicle Heroes

Test Wii

Bionicle Heroes

Par Algo - Le 04 juillet 2007
Symbole du renouveau chez Lego, les Bionicle remplacent peu à peu les petits bonshommes jaunes souriants de notre enfance, snif. Eidos s'est chargé de l'adaptation en jeu des aventures et de la mythologie de ces trucs belliqueux. Ils auraient pu s'en passer, sinon.




Bon déjà, ça sent le jeu bâclé sur à peu près tous les points. Tout un tas d'éléments foirés, tellement même qu'on se demande comment les développeurs ont fait pour tout foirer à ce point. L'ont-ils fait exprès? Se sont-ils dit « ça c'est bien pourri, on va le mettre! »? Voulaient-ils juste se faire de la thune facilement en profitant d'une licence hype?

Hum hum. Mon Dieu, mon Dieu. Et si encore ils avaient pris la peine de faire une copie soignée d'un Mario ou de euh je ne sais pas moi, un bon jeu! Bon sang!
La cinématique d'intro vous présente les « personnages » dans une superbe 3D a faire pallir la N64, sur fond blanc. Faites plaisir à vos yeux et zappez-là rapidement. Commençons une nouvelle partie. Scénario inexistant. Les niveaux s'ouvrent avec une cinématique qui n'explique en fait rien de ce qui va se passer, puisque ce qu'il ne s'agit que d'un gag digne de Titi et Grominet (en moins drôle, c'est vrai). Le problème, c'est qu'on ne comprend pas tout de suite que c'est un gag, tellement c'est pas marrant et euh, disons, inattendu. Fin bref, début du niveau. Direct, vous êtes plongés dans un monde que seuls les gens qui jouent à Bionicle depuis que ça existe ils peuvent comprendre. Vous incarnez un Bionicle qui change de forme à chaque fois qu'il change de masque. Vous l'aurez compris, certains masques permettent d'accéder à certains endroits, mais comme ils se ressemblent tous et que y'en a sept ou huit, mrmfff...



Mille noms bizarres, des conseils surréalistes dès le premier niveau, style: « pour passer, vous devez obtenir la capacité *nom bizarre* de votre *nom bizarre* en rendant visite à *nom bizarre* dans la *nom bizarre* ». Si encore à un moment dans le jeu on nous expliquait un peu à quoi ça correspond, boonn... Mais non. Heureusement (erf), vous découvrez vite qu'en fait il y a une boutique dans votre QG, entre deux galeries de bonus (pourris et inutiles). Dans cette boutique, vous pourrez acheter des upgrades pour vos Bionicle, système fort mal pensé, par ailleurs. Il faut acheter dix fois de suite le même upgrade pour acquérir la capacité, au lieu de l'acheter d'un seul coup - ce qui serait un peu moins débile, me semble-t-il.
Reprenons. Premier niveau. Bon, OK, le mieux serait de jouer les yeux fermés, parce que ça brûle, sinon. Les textures sont floues, les détails à peu près aussi détaillés qu'une offre de crédit Sofinco (avec quand même en commun l'impression de s'être fait bien boulette). Non, sérieux, beurk. Mais c'est pas si mal, comparé à la bande-son. Deux morceaux infâmes tournent en boucle pendant tous les niveaux, et les bruitages ont été faits à la bouche par un malentendant ventriloque. Bref, fermez les yeux et bouchez-vous les oreilles, sinon le jeu perd de son charme.



On enchaîne logiquement avec la maniabilité, car nous sommes sur Wii, n'est-ce pas (hum, en fait c'est un Wiimake d'un jeu PS2, surpris?). Imaginez, en gros, que vous deviez nager dans de la mélasse, en combinaison de ski, avec les poids d'entraînements de Rock Lee. Et bah, vous auriez moins de mal à vous déplacer que dans Bionicle. La caméra est fixe derrière votre truc, vous avancez, reculez, vous déplacez lattéralement grâce au stick du Nunchuk, et vous tournez en pointant la Wiimote vers les bords de l'écran. Il faut compter une bonne demi-heure pour espérer faire un demi-tour. Les phases de shoot (99% du jeu) sont terriblement répétitives et inintéressantes, visée automatique oblige. De toute façon, il faut juste tirer sur des espèces de bocaux pour obtenir des pièces Lego (la monnaie), ou sur des méchants (deux types d'ennemis différents!!! OMG!!), pour euh bah obtenir des pièces Lego aussi. Les combats contre les boss sont crispants: ils envoient des flots de méchants quasi-invisibles dans la mélasse générale, vous les dégommez, vous passez en mode « Héros », vous activez un truc et ça attaque le boss. Recommencez trois-quatre fois. Pleurez.
2.5
Vous avez moins de cinq ans, vous êtes sourd, aveugle, manchot, et vous n'aimez pas les bons jeux? Foncez!!

Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
PUB Gagnez des Jeux
Sondage
Quelle est l'exclusivité que vous attendez le plus en 2019 sur Nintendo Switch ?
378 votants
Archives