SWITCH

Senran Kagura Peach Ball

Test SWITCH

Senran Kagura Peach Ball

Par ggvanrom - Le 04 juillet 2019

Alors que nous sommes dans une époque où Sony confesse censurer en amont les éléments en jeu jugés trop sensibles pour les plus jeunes comme des fesses ou des seins un peu trop mis en avant, notre regard se porte aujourd'hui sur la Nintendo Switch avec l'arrivée du nouveau titre de Marvelous : Senran Kagura Peach Ball. Ne faisant clairement pas dans la demi-mesure, ce spin-off de la licence éponyme nous propose de profiter de parties de flipper avec les héroïnes de la licence dans des positions et des tenues très suggestives. Mais est-ce qu'une paire de seins surexposée peut pour autant nous faire ignorer le reste du contenu ? C'est ce que nous allons voir.

Test réalisé à partir d'une copie fournie par l'éditeur*

Les filles, on les aime avec de la fourrure !

Senran Kagura Peach Ball part du postulat que vous connaissez un minimum la licence Senran Kagura, à partir de là 2 solutions : soit vous filez vous mettre à jour dans l'animé, soit vous vous risquez à comprendre sur le tas quelles relations entretiennent les Shinobis. L'histoire prend place alors que 5 de nos héroïnes, à savoir Yumi, Asuka, Murasaki, Ryona et Yomi sont réunies pour assister à la finale de Shinobi Fighter 5 dans la salle d'arcade où travaille Haruka. Fanatique de créations en tous genres, Haruka a mal rangé un liquide vert du nom de Transformix dans la boutique, changeant nos héroïnes en divers animaux.

Mais au lieu d'animaux nous parlerons plutôt de créatures anthropomorphiques ayant gardé des courbes très humaines, et poussant au maximum leur trait de caractère. Yumi devient donc un chat qui aime accaparer l'attention, Asuka un lapin bondissant, Murasaki un ours asocial qui ne pense qu'à manger pour hiberner, Ryona un chien masochiste et Yomi un tanuki qui adore les choses de valeur. Pour les faire revenir à leur état normal et éviter qu'elles ne se transforment définitivement, Haruka a créé les Peach Ball, de petites billes libérant du gaz une fois les vibrations émises assez fortes, et quel meilleur moyen d'administrer l'antidote qu'en insérant ces billes et les filles dans une table de flipper ?

Un contenu qui manque de galbe

Le jeu nous propose de rendre à nos amies leur forme humaine en leur assénant des coups de billes partout sur le corps. Pour cela vous pouvez soit opter pour le mode histoire qui est une succession de parties entrecoupées de dialogues entre les héroïnes, ou opter pour le mode jeu libre pour choisir d'office qui vous souhaitez maltraiter purifier à coup de billes. Le casting étant de 5 personnages seulement (quand on sait qu'on dénombre plus d'une vingtaine de Shinobi dans la série), vos parties de flipper se feront sur deux tables différentes : Peach Land qui est un grand parc d'attractions, et le Repère des Ninja qui a une ambiance typiquement japonaise. Afin de gonfler ce nombre de plateau, Marvelous a pris soin d'ajouter des déclinaisons de ses tables, à savoir différents temps de la journée pour le Parc, et des saisons pour le Repaire des Ninjas. Ne changeant absolument rien au gameplay, ces 4 déclinaisons permettent de donner une illusion de diversité lors de nos parties.

Enfin, Senran Kagura oblige, nous avons toujours le traditionnel menu garde-robe où nous pourrons revêtir (dévêtir serait plus juste) nos héroïnes avec des objets achetés grâce à l'argent gagné après chaque partie. La boutique étant très fournie, vous aurez largement d'affaires pour tenter diverses combinaisons d'items sur les héroïnes, et pourquoi pas leur faire prendre la pose sur un diorama. Le menu intimité fait également son retour, et vous permet d'asperger de fluide le personnage sélectionné, ou de les agripper sur différentes zones du corps, le tout pour remplir une jauge d'affection qui se videra sitôt le menu quitté.

En dehors de cela, le jeu reste extrêmement limité, Senran Kagura Peach Ball recevra divers DLC payant lors de sa sortie pour booster l'expérience de jeu. Mais la question reste de savoir ce que vous avez de concret dans le jeu de base : 2 tables de flipper, 5 filles à dévêtir, et une garde-robe qui bien qu'énorme reste en majeure partie la même depuis les premiers opus de la licence. Le prix reste excessivement élevé pour ce qui est proposé, quand on sait en plus qu'il va falloir mettre la main au porte-monnaie pour rajouter du contenu. Mais donnons au moins à Marvelous un bon point : le titre a été traduit en français, ce qui nous permet de profiter (ou de subir) divers échanges qui se lavent complètement les mains avec la notion de censure. Voir Ryona se présenter comme une petite chienne avec qui tout le monde veut jouer, si vous n'avez pas ne serait-ce qu'envisagé sortir cette phrase de son contexte, c'est que vous avez un niveau de concentration inébranlable.

Des tables qui vous font perdre la boule

Fatalement, on ne pouvait pas faire ce test sans parler du gameplay du jeu en lui-même. Afin de rendre aux filles leur forme humaine, l'objectif est de les disposer au centre d'une table de flipper, et de leur injecter assez de gaz pour leur rendre leur apparence. Pour se faire les tables de jeu demeurent très classiques. Après avoir fait votre choix entre une bille lourde ou légère, cette dernière part sur la table de jeu. Comme un jeu de flipper standard, vous avez plusieurs bonus à atteindre avec votre balle et une barre de progression segmentée en 3 morceaux à remplir pour considérer la partie comme gagnée. Pour remplir les segments il vous faudra enchainer les points en frappant la Shinobi sur la table, ou en accomplissant les diverses missions qui apparaîtront à droite de l'écran. Il est d'ailleurs dommage de constater l'espace que prennent les missions sur l'écran de jeu.

Une fois un segment complété, vous pourrez frapper l'héroïne avec la balle pour la conduire sous la tente et démarrer un des "Défi Coquin". Ces derniers très basiques vous demanderont de frapper divers objets à plusieurs reprises pour grossir votre score, et chacun se conclut par une mise en situation mettant à mal le personnage féminin. Cela peut aller à la figurine explosive coincée entre les seins, à une session d'arrosage intense. Peu nombreux, leur intérêt est au final très limité, si ce n'est de se rincer rapidement les yeux. Quant au dernier segment, celui-ci débloque le "Super Défi Coquin" et se résume à matraquer les fesses et les seins des filles avec les Peach Ball, pour finir en apothéose en leur donnant des coups de flipper en rythme sur la poitrine avant de complètement les dénuder.

En plus d'être un jeu qui n'a pas vraiment vocation à être joué en public, Senran Kagura possède un autre défaut majeur : Il est extrêmement simpliste. A moins d'avoir du mal à repérer votre bille dans l'espace, même les amateurs du genre n'auront pas de réels challenges hormis gonfler au maximum leur score avant de terminer une partie. Et encore nous n'avons même pas accès à un tableau de score mondial afin de comparer notre niveau avec les autres possesseurs du jeu. Malgré tous ces points négatifs, il faut tout de même noter que le jeu reste très agréable à l'œil au niveau des différents environnements de jeu, et les filles peuvent malgré tout avoir un côté attachant (mention spéciale à Murasaki en ours et Yomi en tanuki). Mais ce qui est vraiment dommage en matière de potentiel, c'est de voir le soin qui a été apporté au jeu pour utiliser la fonction Vibration HD des Joy-Con. Les vibrations sont utilisées de manière très pertinente, et on sent pendant nos parties la bille rouler le long de la table, ainsi que les différents impacts.

4.5
Senran Kagura Peach Ball est un exemple typique qui montre que ce n'est pas en mettant des héroïnes dévêtues et au caractère malaisant que l'on obtient un bon jeu. Là où la licence Senran Kagura a toujours su combiner un certain degré d'érotisme avec une bonne dose de contenu en jeu, Senran Kagura Peach Ball propose au contraire une dose minime de gameplay et énormément de mise en situation où nos héroïnes finissent les fesses à l'air ou tenant des propos dont même le plus saint des hommes aurait du mal à ne pas saisir le sous-entendu. Au final, on se retrouve avec un nombre de deux tables de flipper, 5 héroïnes à admirer sous tous les angles et une difficulté extrêmement simple. Pour 39,99€ sans compter les DLC payant, la boule risque de rester coincer en travers de la gorge de bien des fans.

  • Une très bonne utilisation des vibrations HD
  • Les tables de flipper esthétiques
  • La Garde-Robe et son contenu toujours aussi riche
  • Intégralement traduit en français
  • Seulement 2 tables de flipper (6 avec les "déclinaison")
  • 5 filles présente sur plus de 20 au casting
  • Trop simpliste
  • La pauvreté d'action des Défis Coquins
  • La vague de DLC payant qui arrive
  • Certains dialogues vraiment très malaisants
  • Beaucoup d'aliasing sur les personnages
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
PUB Gagnez des Jeux