SWITCH

Crash Bandicoot N. Sane Trilogy

Test SWITCH

Crash Bandicoot N. Sane Trilogy

Par ggvanrom - Le 02 novembre 2018

Il aura fallu attendre 2018 pour voir débarquer la trilogie du plus célèbre  bandicoot sur une console estampillée Nintendo. Grâce à Vicarious Visions et Activision, Crash Bandicoot a repris du service en nous offrant Crash Bandicoot N.Sane Trilogyj, une version HD des épisodes parus initialement sur Playstation première du nom. Ayant du reprendre le travail de 0 en l'absence du code source du jeu, le travail de Vicarious Visions est à saluer tant ces derniers ont tenté de reproduire avec fidélité le jeu d'origine. Après une sortie acclamée sur consoles concurrentes, il est temps de voir ce que vaut cette version estampillée Nintendo Switch.

Une légende refait surface

Considéré officieusement comme la mascotte de Playstation dans les années 90, Crash Bandicoot portait sur ses épaules ce que Naughty Dog considérait comme l'avenir du jeu de plateforme en 3D. Confiant de par les bonnes ventes du premier épisode, deux autres opus virent le jour en 1997 et 1998, dénommés Crash Bandicoot 2 : Cortex Strikes Back et Crash Bandicoot 3 : Warped, pour apporter aux joueurs de l'époque une trilogie cohérente, bourrée d'humour et avec une difficulté à faire grincer des dents les moins patients.

En 2017, Crash et sa sœur Coco, accompagnés du masque magique Aku-Aku, reviennent en version HD développée par Vicarious Visions afin de réduire une nouvelle fois les plans de l'infame Dr. Neo Cortex, ayant transformé le marsupial en cette créature anthropomorphe que nous connaissons tous, dont le but est de ramener à la vie le masque maléfique Uka-Uka qui désire s'emparer de la Terre. Cette joyeuse bande est bien sur entourée d'ennemis tout aussi attachants que délirants, que nous vous laisserons le plaisir de (re)découvrir lors de vos propres partie.

Nos héros seront donc conduits dans divers environnements, à travers l'espace et le temps afin de tenter de mettre un terme aux projets des antagonistes, en traversant des stages semés d'embuches. Pour cette version HD, point de tentative de rendre le gameplay plus simple, Vicarious Visions a décidé de reproduire le plus fidèlement possible l'expérience de base, tout en donnant à l'enveloppe du jeu une esthétique beaucoup plus moderne. Des paysages luxuriants, divers effets de lumières, et de nouvelles textures bien plus agréable à l'œil qu'au temps des prémices de la 3D.

Si les résultats visuels sont réussis sur cette mouture Switch lorsque vous jouez en mode portable, le mode salon quant à lui laisse transparaître quelques textures baveuses, ou encore le rendu de la fourrure de Crash mise en avant sur les versions concurrentes qui se retrouvent pour le coup moins bien détaillé sur Nintendo Switch. Mais en règle général, on reste sur un rendu convainquant. Affichant une résolution en 720p en mode salon et légèrement inférieure en mode portable, le titre tourne à 30 FPS, ce qui reste convenable pour un jeu du genre.

Courir, mourrir, repartir

Chacun des trois épisodes inclus dans votre cartouche reprend les même bases de gameplay. Contrôlant Crash ou sa sœur Coco, vous devrez parcourir divers stages en ramassant des pommes vous donnant des vies supplémentaires toute les 100 unités, en cassant toutes les caisses sur votre passage, jusqu'à trouver la fin du niveau en ayant récupéré la gemme ou le cristal dissimulé à l'intérieur de celui-ci. Entre l'entrée et la sortie, vous devrez faire attention aux nombreux dangers se dressant sur votre route : précipice, ennemis, faune hostile, tous les moyens sont bons afin de venir à bout du pauvre Crash, et Naughty Dog en avait par ailleurs bien rigolé à l'époque étant donné les nombreuses animations de morts qu'ils ont développé en fonction de chaque situation (écrasé par un roché, flambé, ange jouant de la lyre etc.). Là aussi, Vicarious Visions a reproduit au mieux les différentes animations mettant en scène la mort du marsupial.

En terme de difficulté, on retrouve bien sûr les passages et situations qui nous faisaient déjà balancer des manettes à l'époque. Les plus anciens se rappelleront forcément le stage Road to Nowhere sur le premier opus, ou encore les passage où la caméra est placée devant le joueur, nous empêchant de voir les obstacles arrivant devant nous, Ajoutez à cela une mécanique de saut assez délicate où vous devrez vous fier à l'ombre de votre personnage pour repérer à quel endroit vous allez retomber, Crash Bandicoot N.Sane Trilogy demeure fidèle à la difficulté de l'époque, et nous permet de réaliser qu'en plus de 20 ans bien des améliorations ont été apportées aux jeux de plateforme.

Néanmoins le titre n'en demeure pas moins insurmontable. Avec un peu de concentration, et une fois compris comment se comporte Crash une fois ses baskets décollées du sol, manier le bandicoot s'avère de plus en plus aisé. Certains stages en revanche ne seront là que pour vous montrer à quel point les développeurs étaient sadiques à l'époque. A noter au passage que les niveaux bonus proposés en DLC sur PS4 sont directement inclus dans cette version Switch. Pour ce qui est de la durée de vie, vous serez servis si vous comptez obtenir tous les collectables dans chacun des niveaux inclus dans cette trilogie.

La plateforme c'était mieux avant ?

Vendu en dans les années 1990 comme un pilier des jeux de plateforme 3D, Crash Bandicoot N.Sane Trilogy démontre au final qu'une fois passé l'aspect nostalgique, la licence possède tout de même quelques défauts rendant l'expérience appréciable mais pas parfaite. Cette compilation peut être un excellent choix pour les amateurs du bandicoot qui aimeraient revivre leurs aventures d'antan sans à avoir à brancher leur Playstation, ou pour montrer à des joueurs d'aujourd'hui ce que l'on appelait à l'époque un jeu de plateforme difficile. La question maintenant est de savoir si ce retour de la licence 20 ans après la parution du 3ème opus n'a vu le jour que pour surfer sur la fibre nostalgique des joueurs ayant entre 20 et 30 ans, ou si Activision compte dans un avenir proche faire renaitre de ses cendre sla licence avec un 4ème opus faisant définitivement oublier les malheureux opus ayant conduit Crash sur la pente descendante dans les années 2000.

8
Tour de force de la part de Vicarious Visions, Crash Bandicoot N.Sane Trilogy arrive à nous replonger sans difficulté dans la trilogie ayant bercé l'enfance et l'adolescence de bien des joueurs. Si certains bouderont du fait que les voix originales n'aient pas été conservées, on ne peut toutefois pas renier que le studio a accompli un travail de titan puisqu'ils ont du effectuer ce remaster à partir de rien.Même si certains micro-changement pourront destabiliser les plus anciens, on se retrouve avec 3 jeux de plateforme ayant marqué à l"époque les amateurs du genre, qui nous permettent en plus le luxe de les emporter avec nous lors de nos déplacements.

  • Une reproduction fidèle à l'original, et esthétiquement réussie
  • Trois jeux pour le prix d'un
  • La difficulté de l'époque toujours de la partie
  • Présence des niveaux bonus de la version PS4
  • Possibilité de jouer Crash ou Coco sur les 3 opus
  • La mécanique des sauts qui demande un temps d'adaptation
  • Une bande-son anecdotique
  • Des stages qui se ressemblent
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
PUB Gagnez des Jeux