Nintendo 3DS

Yo-Kai Watch 2 : Fantômes Bouffis

Test 3DS

Yo-Kai Watch 2 : Fantômes Bouffis

Par rifraff - Le 26 mai 2017

Phénomène de société au Japon depuis plusieurs années déjà au même titre que les Pokémon, Yo-Kaï Watch n'a débarqué en Europe, et plus spécifiquement en France que l'année dernière avec le premier jeu sorti sur 3DS mais aussi, licence cross-média oblige, la saison première de la série animée et toute une batterie de produits dérivés. Si la licence n'a pas encore atteint la notoriété des Pokémon, elle a frappé un grand coup avec un jeu d'une très grande qualité, finalement suffisamment différent des Pokémon pour réussir à s'en distinguer. Un an plus tard, rebelote. La deuxième saison de la série animée débarque en France avec une nouvelle batterie de produits dérivés et, bien sûr, un nouveau jeu, cette fois-ci décliné en deux versions comme n'importe quel titre... Pokémon. Que voulez-vous, on y revient toujours.

 

Les esprits frappent toujours deux fois

L'action de Yo-Kai Watch 2 débute peu après la fin du premier opus lorsque deux mystérieux Yo-Kai s'emparent de la Yo-Kai Watch de Nathan (ou de Katie, le jeu permettant de diriger l'une ou l'autre) pendant qu'il dort, effaçant de sa mémoire tout ce qui se rapporte aux Yo-Kai (et vice-versa, les Yo-Kai oubliant l'existence de Nathan-Katie).  Ainsi même s'il s'agit d'une suite directe, en réalité les compteurs sont remis à zéro et le héros commence l'aventure exactement comme dans le premier opus, D'ailleurs si vous avez terminé le jeu précédent, le début risque de vous paraître extrêmement long et redondant puisqu'il faut refaire plus ou moins les mêmes missions bateaux, en retrouvant notamment ses amis dans le parc puis en aidant ses parents pour je ne sais plus quoi ou encore en allant chasser les insectes dans les arbres, sous les voitures, etc..En plus, comme l'action du jeu se déroule une fois encore dans la ville de Granval-sur-mer (mazette quel nom) on se retrouve à arpenter les mêmes rues (à une ou deux ruelles près) et à faire les mêmes innombrables allers et retours- qui plus est à pied- alors que logiquement suite à l'épisode précédent Nathan possède un vélo (sauf que là encore, il faudra attendre d'être suffisamment avancé dans le jeu pour l'obtenir !)

Heureusement, assez vite, Nathan récupère une Yo-Kai Watch puis retourne dans les bois pour actionner le mystérieux gashapon et re-rencontrer Whisper, son Yo-Kai valet avant de repartir chercher Jibanyan, toujours au coin de la même rue en train d 'essayer d'arrêter les camions...

On prend les mêmes...

Si vous avez terminé le jeu précédent, vous devez donc bien comprendre que vous allez devoir vous armer de patience puisque tout le début du jeu est identique au précédent. Alors, certes, cela va tout de même un peu plus vite mais l'effet de redite est bel et bien présent surtout qu'il est impossible de transférer quoique ce soit d'un jeu à l'autre. Il faut vraiment tout recommencer et repartir à la chasse aux Yo-Kai pour remplir son Medallium comme si c'était la première fois. 

Evidemment, à contrario, cela permet aux nouveaux venus de commencer directement à jouer avec ce deuxième opus sans se sentir larguer et sans avoir l'impression d'avoir manqué un épisode... Heureusement cela va tout de même un peu plus vite et puis surtout il y a eu quelques petites améliorations par rapport au jeu précédent. D'abord la carte  qui s'affiche sur l'écran tactile est beaucoup plus détaillée et, donc,  pratique pour s'y retrouver. Dans le premier, pour réussir à trouver une ruelle précise, il fallait soit avoir de la chance soit quadriller toute la zone pour être sûr de n'être pas passer à côté (ce qui arrivait neuf fois sur dix et dix fois de suite- au moins).  Le système des quêtes a lui aussi été amélioré avec des objectifs plus concis et plus faciles à suivre grâce à des flèches de couleurs activables ou désactivables. Rien de nouveau en réalité mais de toutes petites corrections qui rendent la progression du jeu plus agréable.Le gameplay du jeu est sinon identique au titre précédent (qui, il est vrai, était très bon) On dirige Nathan ou Katie au stick sur l'écran du haut (même si on peut les déplacer en utilisant le stylet). ils peuvent marcher mais aussi courir grâce à une barre d'endurance et petite nouveauté il peuvent aussi grimper sur certains murs- malheureusement que sur quelques-uns... Sinon tout l'inventaire se gère au tactile sur l'écran du bas.  C'est très simple à prendre en main et dans sa partie exploration, toujours très agréable surtout qu'une fois encore les graphismes sont très beaux et encore plus en 3D autos-stéréoscopique qui, si vous y êtes sensible apporte fatalement une meilleure netteté et définition au jeu.  Comme dans le premier, on retrouve de toute façon  le sens du détail qui fait toujours mouche et qui rend l'ensemble si vivant et si merveilleux à découvrir. Ah,  les chaussures que l'on enlève et remet automatiquement lorsque l'on rentre ou sort de la maison ou encore ses parapluies qui s'ouvrent dès la première goutte de pluie...  Par contre il y a toujours ce petit souci du joueur qui se fait remonter les bretelles lorsqu'il traverse sur les passages piétons au feu vert mais qui peut par ailleurs traverser n'importe comment hors des passages cloutés !  De quoi inciter à quelques prises de risques.

 

Un monde délirant

Encore une fois si vous avez joué au jeu précédent,, rien de très révolutionnaire, et globalement même si le jeu apporte des nouveautés et des améliorations, on reste dans le cadre défini par l'opus original et on n'en sort quasiment jamais. D'ailleurs, vous pouvez  le test du premier Yo-Kai Watch puisque tout ce qui y est dit, peut être dit pour cet opus. On retrouve évidemment le cycle jour-nuit (avec au départ l'impossibilité de se balader la nuit- ce qui est, là encore, très énervant) avec en plus un aspect météo aléatoire amenant de la pluie, du beau soleil ou encore de la brume avec un chaque fois la probabilité de rencontrer des Yo-Kai différents. 

L'histoire de  Yo-Kai Watch 2  met Nathan / Katie aux prises une nouvelle fois avec l'univers étrange et merveilleux des Yo-Kai dans une succession de péripéties plus ou moins loufoques et intéressantes qui ne sont que prétexte à mettre en valeur les personnalités tantôt délirante, tantôt affolante voire parfois effrayantes des Yo-Kai. Pour rappel, les Yo-Kai sont des esprits qui ne sont pas forcément des fantômes (des esprits de personnes décédées) mais simplement des entités invisibles qui peuplent le quotidien des humains, influençant leurs humeurs et leurs comportements à leur insu.  

Il y a des Yo-Kai de toutes sortes qui ont des formes et des histoires différentes. On retrouve "naturellement" les Yo-Kai du jeu précédent plus 184 nouveaux pour un total de 429 ! Un chiffre incroyable (surtout pour un second opus) même s'il y a beaucoup de doublons et de redites et que l'on sent que l'inspiration commence à manquer avec des Yo-Kai tout simplement hideux. Contrairement aux Pokémon, les Yo-Kai ont un côté très japonais qui les rend très singuliers même si c'est un côté qui se dispute souvent au mauvais goût (quoique les goûts et les couleurs). Il n'en reste pas moins que le plaisir de les découvrir (plus encore que celui de les capturer) est toujours très présent dans cet opus. Le plaisir est d'autant plus grand que les scénaristes se sont une fois encore lâché avec des histoires et des répliques non-sensiques  hilarantes. 

 

Yo-Kai contre Yo-Kai

Evidemment, comme dans l'épisode précédent, personne ne peut voir les Yo-Kai sauf Nathan grâce à sa montre (en vente dans le rayon jouets de tous les bons magasins). Et, comme dans l'opus original, si un personnage a tout d'un coup une attitude étrange, un relent de mauvaise humeur, une somnolence soudaine ou une grosse fringale, un excès de zèle, un fou rire incontrôlé ou encore un abus soudain d'autorité, cela signifie qu'il est peut-être sous l'emprise d'un Yo-Kai invisible.  Pour en avoir le cœur net, il faut alors utiliser la fonction loupe de la fameuse montre en cherchant partout dans l'environnement proche de la victime présumée (avec le stylet sur 3DS). Et si jamais, un Yo-Kai est localisé (entouré d'une sorte de brume violette) il faut le faire apparaître (en laissant le stylet appuyer dessus). Ensuite, une fois le Yo-Kai démasqué, il y a deux solutions, soit le Yo-Kai accepte de partir juste en parlementant ou encore en échange d'un service ou d'un objet précis soit il refuse et dans ce cas-là, le mode combat s'enclenche

C'était la partie la plus polémique du premier titre et c'est encore le cas cette fois pour la simple et bonne raison que c'est exactement le même système. Pour rappel, comme avec les Pokémon, ce n'est pas le héros qui combat les Yo-Kai. Il faut se confectionner une équipe de six Yo-Kai à faire tourner sur une roue de façon à ce qu'il y en ait toujours trois en première ligne (avec au moins un de vaillant) pour attaquer. Les Yo-Kai attaquent seuls et la seule chose que peut faire le joueur c'est déclencher par des mini jeux tactiles (les mêmes que ceux de l'épisode précédent) l''Amultime", un coup fatal plus ou moins dévastateur selon le Yo-Kai. Il est aussi possible de soigner ou de donner des objets en cours de combat.

Un système "simplifié" qui a tendance à frustrer... Il n'est pas rare en effet que dans un combat, le joueur a à peine le temps de lancer une Amultime et d'ouvrir le menu pour chercher un bonbon ou un remède quelconque que le combat est déjà fini dans un sens ou dans un autre ! Il est vrai aussi que les combats vont vite mais aussi que l'inventaire est rapidement saturé de nombreux items aux effets tous différents et qu'il est très difficile dans l'action de s'y retrouver. 

Cependant, si comme dans l'épisode précédent, on a l'impression (justifiée) qu'on ne peut pas faire grand chose durant les combats, si ce n'est être très réactif pour essayer de déclencher le plus d'Amultime possible, avec la pratique on se rend compte qu'il y a un gros aspect stratégique indispensable à mettre en place avant le début des combats. Il est en effet très important de choisir les bons Yo-Kai à mettre côte à côte pour que leurs talents et leurs personnalités s'additionnent et au contraire ne se neutralisent pas.

Yo-Kai en fête !

Pour rappel, il y a  huit tribus Yo-Kai qui ont chacune des qualités différentes. Il y a les Yo-Kai "Vaillant" par exemple qui sont très forts à l'attaque, il y a les "Costaud" qui sont meilleurs à la défense ou encore les "Bienveillant" qui peuvent soigner les autres dans la bataille. A côté de cela il est possible d'équiper les Yo-kai avec différents objets, des bagues et des bracelets qui boostent leur force ou leur octroient des compétences sans compter qu'ils peuvent aussi évoluer au fur et à mesure des combats.  Il est aussi possible de les faire fusionner entre eux (en tout cas certains) pour donner de nouveaux Yo-Kai encore plus forts. Et petite nouveauté, on peut même s'amuser à faire fusionner des Yo-Kai avec des objets !

Finalement le système est un peu paradoxal puisque d'un côté il simplifie tout au maximum, de manière à ce que le joueur n'ait quasiment plus rien à faire (les Yo-Kai attaquant et se soignant tout seul) mais de l'autre, l'oblige finalement a s'investir beaucoup en amont en ayant une bonne connaissance des spécificités des Yo-Kai pour ne pas se retrouver sur le carreau au moindre petit combat. D'ailleurs plus le jeu avance, plus cela devient un impératif. C'est aussi un aspect important à prendre en compte pour tous ceux qui voudraient participer à des combats en local ou sur internet avec des amis ou même des joueurs du monde entier. 

 

Un jeu riche

Ce mode fait d'ailleurs partie d'une des nouveautés de cet opus : les applications. Tout le long du jeu, l'écran tactile de la 3DS se remplit avec des icônes d'applications qui permettent de nombreuses choses : communiquer avec ses amis, faire des combats entres potes ou avec des inconnus, rechercher des Yo-kai criminels, prendre des photos, participer à des enquêtes ou encore écouter de la musique. La  liste est longue et participe grandement à diversifier l'aventure qui sinon se partage toujours entre la "capture" des Yo-Kai et l'exploration de la ville en suivant la quête principale (et ses fléchés rouges) mais aussi en se laissant aller à découvrir les environs en acceptant l'un des nombreux défis et la multitude de sous-quête du jeu. Il y a une fois encore une multitude de chose à faire même si beaucoup de ces choses sont anecdotiques et tiennent parfois plus du remplissage... Il est aussi regrettable qu'une grande partie de l'aventure se déroule encore une fois à Granval-sur-mer. C'est vraiment dommage car lors des premières heures de jeu cela donne vraiment l'impression d'être dans un add-on... Heureusement le scénario réserve de belles surprises et au bout d'un moment, il est possibles de sortir de Granval pour aller visiter de nouvelles villes en prenant le train.  cela donne une impression de monde ouvert "immense" particulièrement gratifiant. De plus,  un twist dans le scénario permet de découvrir Granval "différemment"...

13 Yo-Kai

 Yo-Kai Watch 2 est disponible en deux versions : Esprits Farceurs et Fantômes Bouffis. Il s'agit en réalité du même jeu à quelques quêtes secondaires près et surtout à quelques Yo-Kai près. En fait chaque version à 13 Yo-Kai exclusifs (avec leurs propres quêtes, petites histoires, défis etc) qu'il est impossible d'obtenir dans l'autre version si ce n'est en les connectant entre elles. Une façon d'obliger les joueurs à échanger leurs Yo-Kai  A noter aussi qu'une troisième version de Yo-Kai Watch 2 va à priori sortir plus tard (début 2018 probablement). La troisième version est sortie au Japon et a été annoncée aux Etats-Unis pour cet été sous le titre Yo-Kai Watch 2 : Pychic Specters. Il s'agit de la version "ultime" du jeu avec tous les Yo-Kai (des deux versions) mais aussi de nouveaux Yo-Kai à attraper en participants à de nouvelles quêtes ou en accédant à une nouvelle zone. En outre, le mode coopératif Busters devrait permettre de se fritter à de nouveaux boss à plusieurs.

 

 

7
Finalement même si le jeu a, tendance à faire comme si le premier opus n'avait jamais existé, Yo-Kai Watch 2 est une valeur sûre. Il s'agit d'un excellent jeu d'aventure plein d'humour et de suspens qui vous fera passer un très agréable moment en s'imposant comme une version améliorée et survitaminée du premier opus.

  • Très belle réalisation
  • Gameplay parfaitement calibré
  • Des tas de nouveaux Yo-kai délirants
  • De nouvelles villes à découvrir
  • Un contenu riche
  • Des combats et des échanges en ligne
  • La possibilité de jouer Katie ou Nathan
  • Très peu de nouveautés
  • Système de combat paradoxal et frustrant
  • Des quêtes remplissages
  • Des Yo-Kai doublons
  • Pas de connexion avec l'opus original

rifraff

https://twitter.com/rifraff_NM - WiiU : rifraff Playstation : La-Griffe
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
Sondage
Quel est le jeu que vous attendez le plus sur Switch en 2017 ?
749 votants
Archives