Nintendo 3DS

Shin Megami Tensei : Devil Summoner : Soul Hackers

Test 3DS

Shin Megami Tensei : Devil Summoner : Soul Hackers

Par speedwagon - Le 22 octobre 2013

Autre spin-off beaucoup moins connu de la série Shin Megami Tensei (qui elle-même reste un mystère pour bien des joueurs européens), Soul Hackers est le deuxième opus de la série Shin Megami Tensei : Devil Summoner. Avec un premier opus sorti uniquement au Japon, cette suite sortie à l'origine en 1997 sur Saturn et en 1999 sur PlayStation fut bloquée sur l'archipel nippon elle aussi. Cette réédition sur 3DS est donc l'occasion de voir pour la première fois ce jeu dans nos contrées. Au programme : réalité virtuelle, hackers, démons, combats, négociations, le tout dans un Japon fictif des années 90.

 

Un hacker dans la ville

soul hackers testAmami City, autrefois simple bourgade plutôt calme et rurale, est devenu une ville entièrement connectée et à la pointe de la technologie, le tout grâce aux efforts du gouvernement dans le but de développer l'urbanisme. Amami City devient en quelque sorte une ville témoin, dans laquelle l'informatique domine et où tout est connecté. Des ordinateurs sont disponibles partout, le tout étant relié par des connexions très haut débit. Les habitants disposent tous de cartes d'identité électroniques et la monnaie est virtuelle. Vous incarnez un membre d'un groupe de hackers (il vous faudra nommer le personnage principal selon votre bon vouloir) et tout débute lorsque votre amie d'enfance vous inciter à hacker une borne dans la rue afin de vous inscrire à la beta de Paradigm-X. Kézako ? Il s'agit d'une ville dans une réalité virtuelle dans laquelle les utilisateurs peuvent intéragir. Cependant, une mystérieuse présence prévient votre personnage que les autorités arrivent. Plus tard, ce même personnage interviendra afin de vous briefer sur un certain Urabe et sur son cruel destin. Tout ceci pour en arriver au GUMP, un ordinateur ayant la forme d'un revolver, que le chef de votre groupe, Spooky, aura trouvé. C'est à son activation que votre amie d'enfance sera possédée par un mystérieux personnage du nom de Nemissa. C'est alors que débutera votre aventure à la poursuite d'une société secrète qui invoque des démons dans la ville pour foutre le boxon. Difficile de parler du scénario de Soul Hackers sans trop en dévoiler. Il n'empêche que ce dernier est plutôt bon, surtout compte tenu du genre de jeu. L'ambiance est vraiment intéressante, en particulier les histoires de villes ultra-connectés et de mondes virtuels dans lesquels des gens interagissent, ce qui n'est pas sans rappeler certains réseaux sociaux, mais 12 ans avant leur existence. Les personnages, à quelques exceptions près, sont assez intéressants et sont presque tous doublés. Le scénario réservera de jolis twists mais aussi des moments forts. Une belle aventure en somme qu'on suivra avec beaucoup d'intérêt.

 

Attrapez-les tous !

soul hackers testMaintenant, venons-en à la matière, au cœur du titre : le gameplay. A la manière des premiers Shin Megami Tensei, le jeu est un dungeon-RPG. Vous progresserez ainsi à la première personne dans divers endroits, afin d'occire du démon et de dénicher des objets. Concrètement, le jeu se divise en deux phases distinctes. Une phase assez proche d'un visual novel, dans laquelle vous déplacez un curseur sur la map du jeu afin de vous rendre aux divers endroits du jeu. C'est durant ces phases que le scénario progresse globalement, même si les donjons sont aussi un moyen de voir l'histoire du titre défiler. Et puis, les phases dans les donjons. Comme annoncé précédemment, il vous faudra explorer ces donjons, mais vous imaginez bien que le tout ne sera pas sans obstacles... C'est pourquoi il est temps d'aborder les combats. Comme dans la plupart des RPG japonais, les combats se dérouleront au tour par tour, mais alors en quoi Soul Hackers se distingue des autres ? Et bien tout simplement dans la constitution de votre équipe. Le concept de capture de monstres dans les jeux Pokémon n'est étranger à personne, n'est-ce pas ? Dans Soul Hackers, c'est presque la même chose, puisqu'il vous faudra composer votre équipe avec des démons qu'il faudra rallier à votre cause. Point de Pokéball cependant mais de la négociation dans le cas présent. En effet, au début de chaque combat, vous aurez la possibilité de converser avec vos opposants et des choix de conversations seront à votre disposition. Il vous faudra alors plaire ou convaincre le démon en question afin qu'il se joigne à vous. Histoire de corser le tout, chaque type de démon dispose de sa propre personnalité. Si certains seront amicaux et donc plus à même de vous rejoindre, d'autres sont plutôt hostiles aux humains et pourraient vous attaquer instantanément et par surprise. D'autres encore pourraient être impressionnés par votre force et vous rejoindraient par crainte. Au cas où vous ne seriez pas assez convaincant, rien ne vous empêche de filer un petit taquet à certains démons récalcitrants, histoire de faire comprendre qui est le patron. Certains facteurs peuvent aussi s'ajouter à ce système puisqu'en fonction de la phase lunaire, certains démons pourraient vous être plus favorables. Le système de recrutement est donc plutôt sympa et permet de rompre la monotonie.

 

Une proposition qu'il ne pourra pas refuser...

soul hackers testUne fois le démon rallié à vos côtés, celui-ci sera absorbé par votre GUMP, cet ordinateur à la forme d'un revolver mais aussi votre fidèle compagnon. Vous pourrez par le biais de votre GUMP invoquer, rappeler ou relâcher vos démons. En effet, lorsque vos démons sont intégrés dans votre équipe, ceux-ci consomment une énergie qui s'appelle la « Magnetite ». En fonction du nombre de démons invoqués mais aussi de leur puissance, celle-ci diminue de plus en plus à chaque pas que vous ferez dans un donjon. Bien entendu, vous pourrez en récupérer en sortant victorieux de vos combats ou encore en convertissant votre argent en Magnetite (l'inverse est aussi possible). Le plus efficace reste encore de n'invoquer vos démons que pour les combats contre des ennemis puissants. Certains seraient tentés de dire « Mais dans ce cas, mes démons ne gagneront pas d'expérience ? ». En réalité, les démons n'ont pas de niveaux. Seuls les personnages peuvent gagner de l'expérience. Et oui, en plus des démons, votre personnage principal ainsi que d'autres alliés peuvent aussi combattre. Pour en revenir au GUMP, celui-ci dispose aussi d'autres fonctionnalités plus intéressantes, telles que la fusion. En effet, vous pourrez combiner certains démons pour en créer de plus puissants. Mécanique assez nécessaire pour qui souhaite survivre dans ces donjons impitoyables. Autre fonction du GUMP, a priori ajoutée à l'occasion de cette version 3DS, des logiciels vous rendant la vie plus facile. Ainsi, l'un de ces logiciels vous permettra d'afficher toute la map d'un donjon, tandis qu'un autre vous indiquera la probabilité de rencontrer un monstre dans la pièce dans laquelle vous vous trouvez. Il serait possible de partir dans un listing de toutes les facettes du gameplay du jeu, mais ce serait gâcher certaines surprises. Cependant, on retiendra que malgré son âge, le titre propose tout de même un gameplay très intéressant et surtout très complet. Rien n'est laissé au hasard et beaucoup de mécaniques agissent les unes avec les autres. On prend même beaucoup de plaisir dans ces négociations et ce recrutement de démons. Par ailleurs, et bonne nouvelle pour les plus réticents, les donjons sont agréables à parcourir et le fait que la map affiche en détail chaque étage permet de ne pas perdre l'intérêt en cours de jeu.

 

C'est comme un bon vin... ou pas ?

soul hackers testEt là, nous arrivons à la partie un peu faiblarde du titre... la partie technique. Sur ce point, le bilan est plutôt mitigé et ce pour diverses raisons. Rappelons encore une fois qu'on parle d'un jeu sorti à la base en 1997, sur Saturn, et cela saute aux yeux par moments. Si les portraits de personnages ont subi un léger lifting qui fait plaisir, si les décors durant les dialogues ou même pendant les donjons restent propres, la réalisation est clairement datée. Alors certes, sur console portable, cela passe mieux. Toujours dans la réalisation, et là c'est un gros point noir, les cinématiques - horriblement compressées, un seul mot convient pour les décrire : dégueulasses. De plus, la distance d'affichage est un peu à la ramasse, notamment sur Paradigm-X, la ville virtuelle. Il faut aussi noter que la présentation des menus est elle aussi rudimentaire, ce qui donne une impression assez froide et repoussante. On aurait donc souhaité un lifting plus poussé. Mais très clairement, le scénario et le gameplay sauvent cette réalisation, d'autant que comme nous l'avons vu, le fait que l'on soit sur console portable permet de rattraper le tout. Pour la partie sonore, on est face à des compositions plutôt atypiques, mais très adaptées à l'ambiance du titre, avec une musique un poil rock, un poil électronique, le tout allant à merveille avec cet univers qui tourne autour des démons et de la technologie, renforçant par conséquent l'immersion. On ne côtoie peut-être pas le génie, mais on ne boudera certainement pas notre plaisir. Pour ce qui est du contenu, vous serez servis. RPG oblige, ce sont plus de 30 heures qu'il vous faudra pour voir la fin du titre. Mais ce serait passer à côté de quelque chose d'autre... puisqu'un mode New Game+ est disponible après avoir complété le jeu une première fois et qu'une nouvelle partie dans ce mode vous réservera non seulement des différences scénaristiques, mais aussi une nouvelle fin... De quoi vous motiver à replonger dans cet univers fascinant. Mise en garde cependant, il s'agira d'une aventure qui encore une fois, sera uniquement en anglais.

8
Après plus de 16 ans, Soul Hackers arrive enfin chez nous. Certes, le titre a pris quelques rides notamment en ce qui concerne l'interface et la technique à certains niveaux. Mais au final, le titre conserve énormément d'atouts, du point de vue de son scénario haletant, de son ambiance unique, de son gameplay étoffé et bien entendu de sa durée de vie. Si le Dungeon RPG est un genre d'ordinaire peu accessible au commun des joueurs, les nouveautés introduites dans cette version permettent de rendre paradoxalement un titre plutôt vieux accessible aux néophytes. Bien entendu, il faut garder à l'esprit que la barrière de la langue pourrait, encore une fois, en gêner certains. Mais il serait dommage de passer à côté d'un titre certes un peu vieillot sur certains aspects mais tellement envoûtant.

  • * Le scénario et l'ambiance * Le système de négociation * Un DungeonRPG accessible * La durée de vie conséquente * La bandeson et les doublages * Les ajouts
  • * En anglais uniquement ! * L'interface un peu vieillote * On aurait souhaité une refonte plus poussée
Pas d'images pour ce test.

Créez votre compte
PUB Gagnez des Jeux
Sondage
Quel jeu attendez vous le plus cette année sur Nintendo Switch ?
445 votants
Archives