2e3f91381204f681741c17b553af1f93.jpgGrand fan de jeux japonais et de jeux Nintendo en particulier, je me propose d'écrire au gré de mes envies, de mes coups de coeur comme de mes coups de griffes sur les jeux dit  "gamers" disponibles sur Wii U et  sur 3ds... Et oui, il y en a, comme il y en a eu sur Wii!

Je sais qu'il est de bon ton de se moquer de la Wii à cause de sa puissance et de son orientation "casual". Mais à l'heure du bilan, je trouve que finalement, la Wii n'a pas à rougir de sa ludothèque : Zelda Skyward Sword, The Kore Gang, Donkey Kong Country Return, Kirby au fil de l'aventure, MadWorld, Xenoblade, The Last Story, Okami, Epic Mickey, A Shadow 's Tale, Silent Hill Shattered Memories, Super Mario Galaxy 2, Wii Sport Resort (un must) Sin and Punishment 2, Muramasa the demon Blade, NSMB.Wii, No More Heroes ou encore Deadly Creatures pour ne citer que ceux qui me viennent spontanément à l'esprit. C'est plutôt pas mal!

La 3ds, après des débuts difficiles,  a, elle aussi, commencé à aligner des hits: Kid icarus Uprising, MarioLand 3d (n'en déplaise aux blasés) Luigi Mansion 2, Fire Emblem, Resident Evil Revelations,  Animal Crossing... Sans oublier les hits de  l'eshop comme les Mighty Switch Force, Rolling Western, Potzol'sPuzzle, Nightsky Muttant Mudds, VVVVV, etc... Et ce n'est qu'un début!

Reste la Wii U sur laquelle j'attend de nouvelles licences et de nouvelles sensations... C'est vrai que c'est mal parti mais rien n'est encore joué...  Il faudrait que Nintendo surprenne et ne se contente pas de nous ressortir les sempiternelles mêmes licences... Il faudrait aussi que Nintendo assume sa différence!

Avec ce blog, je vais suivre de très près l'actualité de la Wii U et de la 3ds et j'espère que nous partagerons ensembles de beaux moments!

Tous les jeux à venir sur Wii U en une vidéo!

Les fans sont parfois (souvent) incroyables! Je viens de m'en apercevoir une fois de plus, au gré de mes pérégrinations sur le net.

C'est en cherchant la liste exacte des titres à venir sur Wii U que je suis tombé sur cette vidéo faite par un internaute du nom de palancas7.  Je ne sais pas si cette vidéo est connue ou si elle a déjà fait le tour du net, mais je l'ai pour ma part trouvé très instructive. Palancas7 y liste à peu près tous les titres connus à venir sur WiiU en 2013-2014! Il y a deux ou trois fautes (d'ailleurs signalées) mais à part ça c'est du bon boulot qui donne une petite idée de ce qui arrive sur la console de salon de Nintendo...         

Enjoy!

Adventure Time sur Wii U et 3ds!

                           alt

Ceux qui me connaissent un peu savent que je suis un fou d'animation et les séries animées sont les seules (séries) que je regarde aujourd'hui (Les séries américaines- surtout celles avec des flics, ce n'est pas (plus) mon truc....)

M'installant un peu plus sur NM, je profite de l'arrivée prochaine de "Adventure Time: Explore the Dungeon Because I DON’T KNOW!" sur Wii U et 3ds pour ressortir un petit article expliquant pourquoi Adventure Time est LA série du moment  à ne pas rater.

Alors, je vous rassure, je ne vais pas vous faire ici un cours sur l'animation américaine, mais il faut quand même savoir que si les Simpson marque une date dans l'histoire des séries télévisées, dans celui plus spécifique des programmes jeunesse, le tournant se nomme incontestablement "Bob l'Eponge" (qui est d'ailleurs un peu l'anti-thèse des Simpson

                            alt
                            C'est le temps de l'aventure pour la princesse Zelda

Créé sur la chaîne Nickelodeon (Dora l'Exploratrice, Jimmy Neutron, Avatar, etc) en 1999 par Stephen Hillenburg (un (ex) prof de biologie, grand admirateur du commandant Cousteau) Bob L'Eponge a littéralement révolutionné l'animation et les programmes jeunesse grâce à son personnage atypique et candide qui depuis à fait école mais aussi grâce à son univers aussi barré que poétique, si loin et pourtant si proche du notre... L'humour de Bob L'Eponge est aussi un élement déterminant dans son succès entre Pee Wee Big Adventure et les sketchs du "National Lampoon".

Aujourd'hui encore, alors que la série entame sa onzième saison, Bob l'Eponge est toujours une source d'inspiration pour de nombreux jeunes auteurs et la majorité des nouvelles séries animées pour les enfants lui doivent quelque chose... Même si, à côté de ça, la série s'est un peu perdue à force de trop vouloir plaire au (très) jeune public...

                              alt

D'ailleurs Nickelodéon (la chaîne sur laquelle est diffusée Bob l'Eponge) est un peu dans le même cas que sa série phare et si elle reste malgré tout une chaîne qui compte dans le domaine du programme jeunesse, dans celui de l'animation elle peine malgré tout à se renouveller... Ce qui n'est pas le cas de sa principale concurrente Cartoon NetWork qui n'a cessé d'aligner les hits depuis plus de quinze ans et ce dans des genres très différents (Ben 10, Foster, la maison des amis imaginaires, Samouraï Jack, Courage le chien froussart, Les Supers Nana, Camp Lazlo, les Star Wars ou encore l'extravagant Le monde incroyable de Gumball don je vous parlerai, peut-être bientôt! )

Il est à ce titre très révelateur de savoir que l'épisode zéro d'Adventure Time (son pilote, en fait un court métrage) a d'abord été diffusé sur la chaîne Nickelodeon et que malgré le grand succès populaire et critique qu'il a remporté, la chaîne n'a pas souhaité en faire une série, et que c'est comme cela que la licence a pu débarquer et s'épanouir sur Cartoon Network!

J'en connais qui, aujourd'hui, doivent se mordre les doigts car Adventure Time est une série animée qui monte et qui est même en passe de devenir culte- si ce n'est déjà fait. En France, son audience est encore confidentielle car la série n'est pour le moment diffusée que sur Cartoon Network (disponible sur les différents réseaux) mais elle compte déjà de fidèles supporters dont Alexandre Astier le créateur de la fameuse série Kaamelot qui prête d'ailleurs sa voix à l'un des personnages de la troisième saison.

"Adventure Time" est une série animée assez démente, mixant plusieurs influences et genres différents et qui se veut un véritable hymne à la culture bis (dont elle est devenue fatalement l'un des plus beaux représentants à la télé!)

                                alt

Ce n'est pas vraiment un cartoon pour enfants même s'ils peuvent facilement l'adorer (et qu'ils l'adorent) et il s'adresse plutôt aux adolescents et au (plus ou moins) jeunes adultes, fans de comics, de jeux vidéo et de jeux de rôles (pour ne pas dire aux gros geeks que nous sommes tous- arrêtez de faire les zouavs, je vous ai reconnus)

Son auteur Pendleton Ward (qui a à peine 30 ans) avoue s'être inspiré autant de l'univers de Tolkien et de "Donjons et Dragon" que de l'humour subversif des Simpson et de la poésie émanant des films de Miyazaki comme "Mon voisin Totoro" par exemple- et tout ceci se voit à l'écran.

                              alt
                              La culture "jeux vidéo" est à l'honneur dans Adventure Time

Il s'est aussi grandement inspiré des "mésaventures de Flapjack" autre grand monument de l'animation américaine diffusé sur Cartoon Network (et sur lequel il a d'ailleurs travaillé) qui raconte les drôles d'aventures d'un petit garçon plein de fougue nommé Flapjack et d'un vieil aventurier soulard (un vieux cornichon ramolli avec deux bras et deux jambes de bois) vivant dans la bouche d'une adorable baleine appelée bubulle... Un chef d'oeuvre tout simplement à (re)découvrir absolument! 

Pendleton Ward dit aussi s'être inspiré du show télévisée de Pee Wee Herman diffusé dans les années 80 et qui décidément aura marqué les américains- ce programme étant très régulièrement cité par les auteurs- dont Stephen Hillenburg créateur de "Bob L'Eponge" qui lui doit beaucoup... 

                                           alt

Les histoires de "Adventure Time" prennent place dans le monde imaginaire et merveilleux de "Ooo" (prononcer "ou") dans lequel deux héros courageux, Finn, un jeune garçon humain et Jake, un gros chien élastique (crado et fainéant) aux pouvoirs magiques partent à l'aventure, effectuer des missions diverses et variées, pour sauver des villageois et des damoiselles en détresse ou encore terrasser des monstres et autres géants.

En fait Finn et Jack se trouvent confrontés à, à peu près, toutes les situations classiques que l'on trouve généralement dans les jeux de rôles et Rpg-en nettement plus délirant toutefois. On pense bien sûr à de nombreux jeux vidéos comme Zelda ou World of Warcraft mais aussi parfois aux livres dont on est le héros ou encore aux jeux de cartes de style Magic... Finn porte une cagoule qui lui fait des petites oreilles de lapins comme dans le célèbre conte pour enfants "Max et les Maximonstres"- autre jolie référence du cartoon. 

                                          alt
                                         BMO la petite console portable vivante!

Parmi les personnages récurrents, il y a deux princesses, la Princesse Chewing Gum, rose de la tête aux pieds, qui rêgne sur le royaume de la confiserie comme la Princess Peach sur celui des champignons et la princesse "Lumpy space", une espèce de nuage informe qui a une voix de bonhomme (c'est celle, en v.o. de Pendleton Ward!) le Roi des Glaces un despote insupportable qui ne pense, bien entendu, qu'à enlever des princesses, Marceline la (jeune) reine des vampires, rockeuse à ses heures perdues et adepte des sensations fortes ou encore Miss Rainicorn une licorne arc en ciel dont la particularité est de parler... corréen! Il y aussi "BMO"(Beemo) une console portable vivante qui reprend plusieurs élements de véritables consoles comme l'Atari 2600 et bien sûr la Gameboy... 

Le style du cartoon est très rafraîchissant et renvoie aux comics des années 70 et aux productions indépendantes. La bande son n'est pas en reste et les quelques chansons qui parsèment les trois premières saisons dont celles des génériques de début et de fin sont très réussies (et surprenantes!) 

                                 alt

Parmi le casting voix on retrouve entre autre quelques guests de choix comme Tom Kenny qui joue le pirate Patchy et est la voix attitrée de Bob l'Eponge, le chanteur/acteur Henry Rollins, Ron Perlman (le Hellboy) ou encore Paul Reubens (Pee Wee- et oui car on en reviens toujours là!)

Pleine de fantaisie et d'aventures, c'est un pur bonheur de découvrir chaque histoire (d'une durée de dix minutes) que Cartoon Network diffuse tous les jours (plusieurs fois par jour) depuis deux ans déjà (dans le désordre et les deux premières saisons d'un seul coup- c'est comme ça que ça se passe en France)Si vous avez CanalSat ou numéricable  sachez que quelques épisodes sont disponibles sur leur service "Replay" sinon un premier Dvd compilant des épisodes de la première saison vient de sortir... Aux States.

En France, rien n'est prévu au programme même si on espère que cela va changer... Peut-être qu'une diffusion sur France Télé ou Gulli pourrait accélérer les choses...  C'est d'ailleurs sûrement la condition sine qua non pour espérer voir un jour débarquer chez nous els jeux d'adventure Time!

Il y a un an sortait aux Etats Unis "Adventure Time: Hey Ice King! Why’d You Steal Our Garbage?!! un jeu de rôle- aventure façon Zelda II tout bonnement incroyable. Disponible simultanément sur 3ds et Nds, le jeu n'a malheureusement pas été localisé chez nous... Et même si avec une Ds tank et une Ds Lite, il reste tout a fait possible de s'y essayer en import, c'est incompréhensible qu'aucune sortie en Europe n'ait été planifiée. Si j'ai le temps, je ferai un petit test, histoire de vous faire enrager davantage...

                                      boxWiiUadTime

Evidemment, on espère tous que Adventure Time: Explore the Dungeon Because I DON’T KNOW! connaitra une autre destinée! Prévu cet automne sur Wii U et 3ds (mais aussi sur Ps3 et 360) en version téléchargeable mais aussi en boite (ce qui  laisse présager un "gros" jeu...) ce nouvel épisode sera plus orienté action et permettra d'arpenter des donjons géants jusqu'à quatre joueurs! Toujours développé par Way Forward avec le concours de Pendleton Ward le jeu reprendra bien évidemment les lieux et les personnages emblématiques de la série (avec leurs voix officielles)

J'y reviendrai dés que les premières images du jeu seront dévoilées, en esperant avoir bientôt de bonnes nouvelles à partager. J'espère d'ailleurs que j'en aurai aussi pour Regular Show: Mordecai and Rigby In 8-Bit Land un autre jeu inspiré par une série incroyable de Cartoon Network (décidément!)  et cette fois-ci EXCLUSIF  à la 3ds! 

Là encore si vous en connaissez pas cette série, je ne peux que vous inviter à la regarder toute affaire cessante ou alors à revenir sur ce blog ou je l'espère je vous en ferais un petit descriptif avec plaisir!

                                   boxdeRegularShowsur
                                   

New Super Mario Bros.2 : l'or dur de Nintendo

alt

Après l’excellentissime « Super Mario Land 3D » l’année dernière et avant « Mario Paper  : Sticker Stars » plus tard cette année, Mario ramène une nouvelle fois sa fraise sur 3ds avec « New Super Mario Bros.2 » nouvelle itération de la dernière série Mario née sur Nds et devenue culte sur Wii (n’en déplaise aux blasés)

alt
Alors ok à première vue, à moins d’être  fan à mort des précédents jeux, pas de quoi grimper au plafond en chantant  « La Traviata » (sauf, si comme moi vous êtes coutumier de ce genre de frasque) « New Super Mario Bros.2 » ressemble à s’y méprendre à « New Super Mario Bros », premier du nom sur DS et ne semble apporter aucune nouveauté si ce n’est une mystérieuse chasse aux pièces et un mode deux joueurs…

On retrouve, sinon,   la même charte graphique (« simpliste », presque impersonnelle) mais aussi la même construction (toujours héritée de « Super Mario Bros.3 »), les mêmes niveaux reprenant les mêmes sempiternels thèmes (du royaume Champignon à  la maison hantée en passant par le désert, le volcan…) les mêmes tortues se trémoussant sur les mêmes (entêtantes) musiques, les mêmes drapeaux de fin de niveau,  les mêmes ennemis aux mêmes caractéristiques, les mêmes items aux mêmes effets…  Bref,  on retrouve tout ce qui était dans le jeu Nds  quasiment à l’identique au point qu’un œil non avertit pourrait facilement confondre les deux jeux…

alt

Alors,  certes "New Super Mario Bros" est désormais une série à part entière parmi les jeux de plateforme estampillés Mario  et il est donc normal d’en retrouver le style ainsi que les principaux codes et mécanismes de jeu…  Seulement,  on aurait quand même aimé un peu plus de prise de risque et d‘audace ne serait-ce que pour titiller notre curiosité et enflammer notre impatience !  On aurait aussi aimé que le changement de génération se voit davantage…

Pour autant,  même si cela ne saute pas forcément aux yeux,  NSMB.2  est bel et bien un jeu 3ds En action, NSMB.2  se révèle  vraiment plus joli et détaillé que son jumeau sur Nds- vous me direz, encore heureux !  Certes, d’un point de vue formel, les deux jeux sont très proches  mais NSMB.2  fourmille de petits détails et d’effets qui  le rapprochent plus certainement de l’opus Wii, surtout une  fois la 3d activée.

alt

On lit souvent sur les forums de joueurs que la « 3D ne sert à rien »  si ce n’est à provoquer des maux de tête et des saignements de nez ou d’anus, je ne sais plus (les joueurs ont tendance à en rajouter trois tonnes) Pourtant, en apportant du volume à chaque personnage et élément du décor,  la 3d donne bien souvent du « corps »  et de la consistance aux jeux  pour ne pas dire tout simplement de la vie.  Elle a aussi un effet « Haute définition »  sur l’image  rendant  chaque détail du jeu beaucoup plus net (comme le fait la HD justement)  ce qui fait que même dans un jeu de plateforme 2D ou la 3D semble à priori plus que dispensable et ou elle n’apporte effectivement rien  au gameplay  en tant que telle, elle rend  finalement le jeu beaucoup plus harmonieux et  agréable à regarder- et donc à jouer.  C’est d'autant plus vrai dans NSMB.2  que l’effet est soft et  maitrisé- il n’agresse ni ne fatigue (trop) les yeux. Les développeurs ont eu  l’idée inédite et géniale de faire en sorte que  le fond du décor devienne flou  lorsqu’on active la 3d comme s’il s’éloignait et que le « point » était  fait uniquement sur le premier plan ; ce qui fait que l’écran n’est jamais surchargé d’effets en trompe l’œil et le joueur  reste toujours focalisé sur l’action du jeu, tout  en ressentant quand même l’effet de profondeur de champs et de relief.

alt

NSMB.2 commence comme tous les Mario, par l’enlèvement de la Princesse Peach.  Un  prétexte immuable qui ne surprendra personne et qui en énervera peut-être certains surtout que Nintendo n’a même pas cherché à l’enjoliver  avec des rebondissements spectaculaires ou des justifications diverses…  C’est épuré à l’extrême comme si, seule la situation de départ primait et que l’histoire devait rester  classique et familière,  à l’image de la mécanique de jeu dont elle est finalement devenue au fil du temps un des rouages.  Un héros, une princesse et  un super vilain,  c’est la première équation du jeu  que  tout
le monde est  capable de résoudre… Et à peine a-t-elle été posée que le jeu a déjà commencé !

A partir de là, le joueur sait qu’il est en terrain (archi) connu.  Surtout que comme l’épisode Nds, NSMB.2   reprend la construction de « Super Mario Bros.3 » le dernier épisode sorti sur NES avec ici et là quelques emprunts à « Super Mario World ».

Le jeu est divisé en six mondes (plus trois mondes spéciaux mais chut c’est un secret) composé d’une dizaine de niveaux chacun- dont certains à débloquer. Chaque monde est bien évidemment figuré par une carte façon jeu de l’oie  qui se découvre au fur et à mesure de la progression du joueur.

Pas de surprise notable puisque tout est identique aux jeux précédents avec des chemins alternatifs, des forteresses de mi et de fin de parcours et des petites maisons champignon bonus.   Idem pour les niveaux, qui comme de coutume se suivent mais  ne se ressemblent jamais (ou presque)  Entres ceux à défilement horizontaux, verticaux, libres ou forcés.  Ceux qui sont sur terre, ceux qui sont sous… Ceux qui sont dans l’eau, dans les airs, dans la pénombre, sur le dos d’un streumon… Ou encore ceux qui demandent de rester  sur une plateforme mouvante ou de fuir un ennemi vorace,  ou encore ceux qui brassent un peu tout ça… 

alt

Du côté de la maniabilité : pas de souci non plus : le stick, deux boutons : what else ? Plus énergique que jamais,  Mario  répond aux doigts et à l’œil et se manie au millimètre près avec une  extrême facilité. Mario court, saute, rebondit contre les parois et  sur les ennemis avec classe et aisance.  Tout parait si simple et naturel…   Chaque niveau devient comme une partition sans fausse note pouvant être jouée de façon très scolaire  ou en totale improvisation.  La grande classe ! Même ceux n’ayant jamais joué à un NSMB comprendront ce qu’il faut faire et cela sans qu’il  n’y ait besoin du moindre  tutorial. Impossible de se retrouver bloqué  par un précipice infranchissable ou une plateforme trop haute par exemple… Aucune plateforme n’est jamais placée par hasard.  Idem pour les ennemis. Chaque millimètre a été pensé et sous l’apparente simplicité de chaque niveau se cache, comme toujours,  une mécanique  qui à défaut d’être surprenante,  reste diablement  efficace.

Quant aux habitués de la série,  à peine auront-ils le jeu en main qu’ils retrouveront immédiatement leur réflexes : ils sauteront sans peur sur les tortues pour leur piquer leur carapaces,  se plaqueront contre les tuyaux verts pour bloquer la sortie d’une plante piranha, trouveront d’instinct  les blocs d’item pourtant invisibles  parsemés dans les niveaux  et bien sûr sauront choisir le bon item au bon moment…


alt

C’est d ‘ailleurs encore une fois autour de son célèbre système d’items et de costume que tout le gameplay du jeu est construit.  Un système unique qui fait autant office de protection et de barre de vie (rajoutant selon l’item un ou deux points de vie) que d’arsenal  en octroyant à Mario tout un tas d’aptitudes  qui bouleversent totalement  la façon d’appréhender les niveaux… C’est un équilibre délicat qui est déterminant dans la réussite de l’épisode : chaque item doit pouvoir se démarquer et  exister à côté des autres sans redondance et sans  qu’il n’y en ait un qui s‘impose sur les autres.

Aucun  item ne doit jamais être « obligatoire » pour traverser les niveaux en ligne droite et arriver jusqu’au drapeau final mais chacun doit permettre de le découvrir différemment, sachant que certains endroits et secrets du jeu ne sont accessibles qu’avec le bon  item…   Evidemment,  les items ne doivent pas être distribués à tout vas, mais on ne doit pas passer  non plus sa vie à les chercher!

Dans NSMB.2 comme d‘habitude, on trouve des blocs à item au début et au milieu de chaque niveau (certains ne donnant que des champignons au petit Mario… sinon rien)  Et il y en a aussi dans les petites maisons champignon des cartes de chaque monde…

alt

Les grincheux trouveront certainement  qu’il y en a trop surtout que l’option qui permet d’en  garder un à portée de pouce (à enclencher grâce à l’écran tactile) est toujours de la partie. Mais l’intérêt du soft ne consiste pas à  collectionner les items ou à se cacher derrière mais plutôt à choisir le bon  en fonction des  niveaux et des situations, chaque item ayant sa ou ses spécificités mais aussi parfois ses inconvénients qu’il faut savoir gérer.

Dans NSMB.2   les items  sont tous, à une exception près,  des « classiques » déjà bien connus des habitués comme le champignon, l’étoile invincible et la fleur de feu,  les « historiques »  qu’on ne présente plus,   ou encore le mini-champi,  le champignon géant (de l’épisode Nds)  et le costume de raton-laveur (de « Super Mario Bros.3)  qui aurait presque pu faire figure de nouveauté (depuis le temps !) s’il n’avait déjà  eu droit à son grand come back l’année dernière dans « Super MarioLand 3d »…

Grâce à ces items, Mario peut tour à tour, voler, rapetisser, grandir, courir sur l'eau, tout casser, se battre de loin, de près, etc... Des situations qui restent classiques dans un Mario mais apportent suffisamment de variété  et de richesse au gameplay pour que le joueur ressente une grand liberté d'action dans les niveaux...  Evidemment, certains joueurs ( et détracteurs du jeu) regretteront le fait que les items principaux soient tous déjà connus, donnant encore un peu plus l'impression que le jeu se contente de recycler les anciens épisodes de la saga sans chercher à innover... Seulement, plus que les items ce sont bien souvent les mécanismes de jeu pensés pour leur utilisation qui importe et font l'intérêt du jeu. Un "super" item qui ne sert à rien, ou rend trop fort ou au contraire trop faible, et c'est le jeu en entier qui s'effondre!


alt

Le jeu introduit malgré tout  un nouvel item : la Fleur en or. Un item jamais vu et pour le moins spécial puisque conçu uniquement dans le but de servir le nouveau concept du soft,   la chasse aux pièces d’or !

Dés le début du jeu,  un défi est lancé au joueur, celui de réussir à collecter près de un million de pièces d’or à travers les niveaux !  Un défi totalement fou  et intimidant qui au départ a de quoi laisser  perplexe… Comment va-t-on pouvoir ramasser un million de pièces sans se lasser et surtout sans mourir de vieillesse avant ?  Et pourquoi pas 42 million, tant qu’ils y étaient ? Seulement,  pas de panique car contrairement à ce que les pubs et la jaquette du jeu laissent penser (ou même le compteur qui apparaît entre chaque niveau) on se rend assez vite compte en jouant que la collecte d’un million de pièces est… facultative !!!  C’est certes le défi ultime pour tous celles et ceux qui le relèveront mais il n’est nullement obligatoire ! 

Beaucoup de joueurs  ne s’y investiront d’ailleurs jamais car c’est un défi qui n’a été conçu que  pour ceux «   qui souhaitent jouer longtemps avec leur jeu » comme Takashi  Tezuka (le développeur du jeu)  le précise dans  « Iwata Asks ».

alt

Il  y a toujours eu  plusieurs façons de jouer à un NSMB, un peu comme il peut y avoir plusieurs niveaux de lecture dans certains livres… La première, c’est  toujours la plus classique : on joue pour délivrer la princesse Peach. On parcourt les niveaux, débloque les mondes, terrasse les boss jusqu’au dernier… Généralement,  il ne faut que quelques heures  aux joueurs (même les plus bras cassés grâce aux aides) pour délivrer la princesse et voir défiler le générique de fin…  Ce qui peut être très  décevant  pour ceux qui décideraient de s’arrêter de jouer à ce moment-là… Seulement ils auraient tord car  les élus le savent : c’est  lorsqu’on termine un Mario une première fois qu’il commence vraiment !

Dans NSMB.2,  lorsque le jeu reprend après le générique de fin,  il reste (pour la majorité des joueurs) encore trois mondes entiers à découvrir et de nombreux niveaux encore inexplorés (parmi les plus beaux et les plus difficiles) sans parler des niveaux déjà traversés qui n’ont pas livré tous leurs secrets...

alt

C'est là que les choses sérieuses commencent. A partir de ce moment, le joueur  ne joue  bien évidemment plus pour délivrer la princesse mais plus simplement pour le plaisir de  jouer et de déjouer les pièges et mécanismes imaginés par les développeurs notamment en cherchant  les  trois médailles étoiles  cachées dans chaque niveau  qui permettent entres autres d’ouvrir les niveaux du dernier monde bonus…   C’est une quête ardue qui demande d’ouvrir et fouiller tous les niveaux de fond en comble sachant que si certaines médailles sont évidentes à trouver, d’autres ont été diaboliquement cachées et demanderont pas mal de jugeote, de dexterité et/ou d’un accès au net ! C’est le cœur du jeu et  généralement là,  que l’on voit ce que le titre a dans les
tripes !

La collecte du million de pièces d’or est  donc une troisième façon de jouer à NSMB.2 et  de prolonger le plaisir du jeu, et la majorité des joueurs ne s’y intéressera  vraiment qu’après des heures et des heures de jeu.

alt

C’est vrai qu’au départ, la somme de un million parait démesurée et on craint de devoir  refaire dix mille fois les mêmes niveaux pour ramasser dix mille fois les mêmes pièces  mais heureusement les développeurs se sont pas contenter de  cacher des pièces  ici ou là dans les niveaux  mais ils ont imaginé des tas de d’interaction et de mécanismes à enclencher qui stimulent constamment le joueur et l'invitent à  essayer tout un tas de combinaisons et de folies!

alt

Interrupteurs  qui font apparaître  pendant un cours instant des centaines de pièces bleues, anneaux magiques transformant tous les personnages en or,  pièces devenant visibles qu’après avoir réalisé certaines actions,  niveaux « arc en ciel » rempli de piécettes, bloc et masques pièces distribuant des pièces à gogo, sans oublier,  bien sûr, la « Fleur d’Or » qui fait de Mario un nouveau  Midas, changeant tout ce qu’il touche (en lançant des  boules dorées) en or et en pièces d’or et qui peut aussi servir simplement pour détruire des murs ou pour terrasser  les tortues squelettes jusque-là invincibles voire même exploser les plantes piranha  cachées à l’intérieur de leur tuyau ! 

alt

Finalement,  contrairement à ce que certains ont déjà pu dire ou écrire, ce concept du « million de pièces » n’apparait pas comme une facilité des développeurs pour gonfler artificiellement la durée de vie du titre, mais comme un véritable "jeu dans le jeu"! Les développeurs ne se sont pas endormis sur leur concept et l’ont enrichit de nombreux mécanismes de jeu qui font que même après plusieurs heures et jours de jeu, les joueurs pourront toujours trouver du plaisir à découvrir de nouvelles façons d’engranger de la monnaie.

alt

Parmi les mille et une façons d’augmenter son pécule, une des plus simples consiste à jouer à deux en même temps, ce qui a pour effet de doubler automatiquement  ses gains ! Une façon comme une autre d’inciter les joueurs à tester l’autre nouveauté du titre : le mode deux joueurs ! Une première dans un titre Mario sur portable et un véritable événement : l’intégralité du jeu pouvant
être « partagée » par deux joueurs, en local (c'est-à-dire en face à face) Une perspective  pour le moins enthousiasmante, même si  autant être clair tout de suite : c’est la plus grosse déception du jeu !

C’est l’épisode Wii qui a introduit avec brio (avec qui ?) le mode multi-joueurs dans la saga et cet épisode 3ds reprend peu ou prou les mêmes règles sauf que le nombre de joueurs de limite à deux… Seulement ce qui fonctionnait à merveille (ou presque) sur Wii, ne fonctionne plus du tout sur 3ds…

alt

Dans l’épisode Wii, dés qu’on jouait à plusieurs, à deux comme à quatre, Mario devenait instantanément  le leader de la partie, une sorte de « maître du jeu ».  C’est lui qui décidait dans quelle direction aller et les autres se retrouvaient contraints de le suivre…  C’était légèrement contraignant mais avec un peu de coordination entres les joueurs, on y arrivait…  Surtout  que le « level design avait été pensé pour que tout  le monde aille dans le même sens et puisse apparaître ensemble sur le même écran… Et puis le système gardait une certaine souplesse grâce au zoom qui permettait aux retardataires de rester sur l’image même lorsqu’ils ne suivaient pas tout à fait le mouvement.   Ce n’est qu’au bout d’un certain temps, avant que  les personnages ne finissent par ressembler à des fourmis sur l’écran,  que les joueurs trop lents  disparaissaient de l’image pour  revenir sous forme de bulle…

Sur 3ds, mauvaise surprise : c’est le même système que les développeurs ont repris ! Et c’est encore Mario (le premier joueur) qui reste le maître du jeu !  C’est celui qui héberge la partie qui décide ou aller et le pauvre Luigi est contraint de le suivre. C'est-à-dire qu’aussi incroyable que cela puisse paraître, les deux joueurs voient exactement la même chose (au pixel près!)  sur leurs deux écrans ! Pire, le zoom de la Wii est aux abonnés absent et dés que Luigi traine un peu la patte et disparait de l’écran ne serait-ce qu’une pico seconde, il se transforme automatiquement en bulle. Hyper rageant !

alt

Si  Mario veut s’envoler par exemple grâce à son costume raton laveur et que Luigi n’en a pas : bulle ! Si Mario  se met à courir grâce à une étoile invincible  et que Luigi n’en a pas non plus : encore bulle! Et même lorsque les deux héros ont le même costume, il faut réussir à coordiner ses actions sinon, Luigi : bulle!

Finalement, pour celui qui joue Luigi,  c’est un calvaire et l’intérêt  de le jouer est proche du néant, à moins d’aimer  passer son temps en bulle et prendre du plaisir à s’engueuler avec l’autre joueur !  Luigi peut toujours, essayer de prendre la main en entrant le premier dans des tuyaux ou en activant le drapeau de milieu ce qui peut  donner lieu à des joutes amusantes (qui sera transformé en bulle? Luigi ou mario? )  mais honnêtement on attendait autre chose de ce mode...  Il faut vraiment beaucoup de patience pour jouer à deux dans NSMB.2 et encore !

Probablement que les développeurs ont voulu s’assurer que les joueurs allaient bien coopérer  et rester ensembles sans se perdre…  Mais on ne comprend pas pourquoi ils n’ont pas laissé au moins une marge permettant à l’un de s’envoler et à l’autre de l’attendre sur le sol,  surtout que les niveaux de NSMB.2  s’y prêtaient vraiment avec leur  tendance à  se déployer sur plusieurs étages  entre ciel et terre… Chacun aurait  pu engranger ses pièces ( qui aurait doublé le magot de chacun) et les joueurs se seraient retrouvés à la fin ou au niveau suivant… Il aurait été aussi possible d’imaginer un système de téléportation  pour que les joueurs puissent s’appeler ou se rejoindre d’une simple pression sur l’écran tactile (pour affronter un boss par exemple)  A la place, les développeurs ont laissé la possibilité aux joueurs de… se transformer eux-mêmes en bulle !

alt

Le plus incompréhensible, c’est que ce mode deux joueurs demande deux cartouches : c'est-à-dire que chaque joueur doit posséder son exemplaire de jeu !  Mais quel joueur s’imposerait de telles contraintes alors qu’il possède  le jeu et qu’il peut jouer normalement en allant où il veut ?

Il y a déjà des jeux multi sur 3ds qui permettent de faire des aventures à deux dont par exemple le dernier « Lego Batman » beaucoup plus agréable à  prendre en main (même si c’est une version light des versions de salons) et dans lequel les joueurs peuvent vivre leurs aventures sans subir celle de l’autre ! on a du mal à comprendre comment Nintendo a laissé sortir son jeu avec un tel "défaut"... 

Pour être tout à fait honnête, tout n'est pas à jeter  dans le mode deux joueurs de NSMB.2 et certains niveaux s'y prêtent mieux (ceux "en couloir" par exemple) Avec de la coordination et du sang froid, Il est toujours possible de faire des attaques groupées pour se débarrasser d'ennemis imposant et même soyons fous, de s'amuser lors de certains passages... Mais globalement, c'est une déception car c'est un mode qui a vite fait de vous mettre sur les nerfs!

alt

Sachant que Nintendo peut désormais faire des mises à jour de ses jeux, il faut espérer que les joueurs vont faire pression pour que les développeurs  revoient  le principe car c’est une vraie faute et un potentiel de fun gâché. 

NSMB.2  ne propose malheureusement pas de mini jeux ou de chasse aux soleil comme  dans NSMB et Super Mario 64 sur Nds (qui étaient très fun à plusieurs) mais ajoute un mode  "Pièces en Folies"  qui ne se joue qu'en solo. C'est un mode "hardcore" dans lequel le joueur doit parcourir trois niveaux (pris au hasard) en un temps restreint, avec une seule vie... Outre celui de rester en vie, le but est de ramasser le plus de pièces possibles pour mieux craner ensuite en Street Pass... Un mode  sympatique quoique plus éprouvant qu'il en a l'air et qui apparement  a déjà ses fans...

alt

En résumé,  NSMB.2  est un excellent jeu même s’il ressemble énormément à ses prédécesseurs et qu’il leur reprend de nombreux éléments.  Pourtant, contrairement à ce qu’on pourrait croire, le jeu ne se contente pas  de recycler les mécanismes de jeu déjà connus et c’est tout l’art des développeurs  de chez Nintendo de réussir à  faire du neuf avec du vieux même si j'en conviens, ça commence à faire beaucoup... 

Le titre réserve tout de même son lot de (petites) surprises avec, par exemple, des niveaux qui changent totalement de mécaniques  en plein milieu ou encore des séquences qui obligent Mario à courir comme un dératé…  Les niveaux sont aussi moins linéaires qu’auparavant  avec une tendance à se déployer dans  plusieurs directions différentes avec parfois même des embranchements à choix…   Il faudra parfois pas moins de deux passages pour récupérer toutes les médailles d’un niveau comme si au départ, le jeu avait été pensé pour être joué par deux joueurs totalement libres d'aller ou ils voulaient...

Il faut cependant reconnaître qu’avec les sorties successives de Donkey Kong Country Return, Kirby Au fil de l’aventure, Rayman Origins, Kirby Wii ou même  de « Super Mario land 3D » (pour rester  sur consoles Nintendo) qui usait de nombreuses mécaniques de jeu 2D,  il devient de plus en plus difficile de trouver des idées réellement originales qui n’ont encore jamais été exploitées…

alt

Les derniers jeux qui ont réussi à renouveler le genre plateforme sont ceux qui l’ont conceptualisé en se servant de  leur forme pour transcender leur fond comme Limbo, Fez, Super Meat Boy ou encore Braid,  des gros succès des boutiques en lignes des consoles next gen aux côtés desquels, NSMB.2 peut sembler effroyablement banal et moins créatif…

Cependant NSMB.2  a d’autres atouts : ses mécaniques de jeu sans cesse renouveler. Il n’y a  pratiquement pas un niveau qui ressemble à l’autre dans NSMB et même en puisant son inspiration dans les autres épisodes le jeu continue à être stimulant.  Son apparente simplicité aussi est un atout de taille.  Certes le jeu est beaucoup plus classique dans son approche du genre  plateforme  mais c’est un choix. NSMB.2  se veut  grand public, capable de plaire aussi bien aux hardcores qu’aux casuals gamer  (selon la nouvelle  formule magique de Nintendo initiée par la Wii) C’est sa grande force mais aussi sa limite surtout qu’à force de vouloir plaire à tout le monde… Vous connaissez le refrain.

alt

Pour autant, NSMB.2 réussit  encore le tour de force de plaire à des publics très différents par leur âge ou leur  expérience de jeu, le jeu ayant la faculté de s’adapter au profil de chaque joueur sans avoir besoin de niveaux de difficulté… Le jeu ne semble de toute façon pas trop difficile… en ligne droite  car en vérité, il peut vite se compliquer dés qu’on s’aventure en dehors des chemins balisés et qu’on tente  de chercher les médailles… ou les pièces !  Pas de « Super Guide » dans NSMB.2 mais un costume de Tanooki Blanc rendant Mario « presque » invincible, histoire de ne pas faire tout le travail… Au joueur de choisir de l'utiliser- ou pas!

alt

Dommage que le multi de NSMB.2  soit finalement si catastrophique ! C’est la grosse tache du jeu qui l’empêche de tutoyer l’excellence ! Nintendo fera-t-il une mise à jour pour corriger ses erreurs ? Mystère… Sans ce mode, NSMB.2 reste malgré tout très bon et il ne rebutera que ceux qui de toutes façons en ont ras-le-bolo du Mario! D’ailleurs, il y a déjà eu beaucoup de critiques faites sur ce jeu et sur ses similitudes avec les épisodes précédents,  Nintendo étant accusé de s’endormir sur ses lauriers…  Ce qui n'est pas tout à fait faux... il faut espérer que la firme se secoue un peu les puces pour l'épisode U (mais bon, ce n'est pas gagné lorsqu'on sait qu'il a faillit s'appeler "new Super mario.Bros. Mii!! Aye Caramba! ) ou même qu'elle ose un nouveau jeu de plateforme Mario en 2d  original et différent... Mais est-ce encore possible?

Cependant, malgré toutes les redites et les défauts,  avoir une 3ds et passer à côté de ce  jeu qui reste, quoiqu’on en dise,  un véritable bijou de la plateforme, c’est de la pure folie.  NSMB.2 est un indispensable de la 3ds et personnellement, je ne vois pas quel jeu pourrait m’en détourner pour jouer à autre chose !

alt

A noter que NSMB.2 est le premier titre (avec Freakyform Deluxe et Art Academy 2) entièrement téléchargeable sur l’Eshop. Le prix reste élevé (près de 45 €, plus qu’en boutique !) peut-être pour ne pas se mettre à dos les  enseignes. C’est  dans tous les cas une première sur console Nintendo.

Ma note : 8/10

"Zelda Skyward Sword" : un jeu trop surestimé?

                                     linketgirahim

 

Pour la presse anglo-saxonne dans son ensemble, "Zelda Skyward Sword" est déjà considéré comme le meilleur Zelda jamais sorti.  Et on se souviendra longtemps de l'impressionnante série de 10 qui aura accueilli sa sortie : Edge, Gameinformer, WiredGuardian et maintenant Ign UK! Du jamais vu ! Même Nintendo Magazine n'a pas osé mettre 10  au jeu!

Pour autant le jeu est loin de faire l'unanimité surtout en France où les tests des principaux sites spécialisés viennent d'être publié aujourd'hui révelant une  réelle divergence dans l'appréciation du titre.

                                              

                                       zeldachute

Si pour Jeuxvidéo.com le jeu fera date et qu'il "frise le chef d'oeuvre",  son scénario n'est en revanche "pas bien extravagant" et le jeu souffre  d'une première partie trop longue à démarrer (un "défaut "qui est soulevé par presque  tous les tests français) Le jeu reste malgré tout un must-have et obtient une note de 18/20. Ce qui est plutôt bien.  "Jeuxvidéo.fr"  donne d'ailleurs la même note mais sur 10 (9/10) mais le test du site est plus enthousiaste sur le jeu. On y lit par exemple "Skyward Sword se joue des conventions de sa propre série pour mieux surprendre  et émerveiller"... Il est juste dommage que "l'engouement ne prend vraiment qu'après cinq heures de jeu"! 

JeuxActu est  encore plus amer. Si le site note que le jeu a des "qualités indéniables", il affirme qu' il est loin du "mythe attendu par les fans"! Les donjons sont  courts et pratiquement ratés ("on n'a frôlé la catastrophe" prétend le testeur!) En outre, le jeu est trop facile et  surtout  "on ne retrouve pas ce génie qui a permis à Twilight Princess de flirter avec la perfection"... D'ailleurs  JeuxActu préfère Zelda TP qu'il trouve mieux maitrisé et même beaucoup plus beau ce qui fait "froid dans le dos"! Mazette! Lorsqu'on sait que "les fans" de la saga ont beaucoup critiqué Zelda TP, on a vraiment du souci à se faire!  Le jeu se mange un 16/20 dans les dents, ce qui n'est pas mauvais en soi mais pour un titre de ce calibre  attendu depuis plus de cinq ans. C'est pas gé-gène, faut l'avouer!

Le site Gamekult connu pour ses prises de position a contre courant des tendances,  est plus mesuré, choisissant cette fois-ci de ne pas à faire la polémique avec une trop mauvaise ou une  trop bonne note. Le jeu obtient un joli  8/10 au jeu et le label du site, ce qui est loin d'être mauvais lorsqu'on connaît Gamekult. Seulement le test révele que le jeu est "trop bavard", qu'il comporte un peu de remplissage, que Fay et Girahim sont "ratés" et  que son "parti pris graphique ne fonctionne que sur des vieux écrans" car sur télé Hd c'est bouillabaisse et cie! Le jeu est bien mais bon, quoi.

Finalement, le plus dur est Gameblog pour qui le jeu est "souvent frustrant" en imposant d'incessants allers-retours... Il est en outre "techniquement dépassé" (ce qui est grave, docteur) et le WM+ a quelques problèmes... Le testeur finit son test par ces mots : "un bon épisode, oui mais pas un inoubliable malheureusement"!

                                     zeldacoère

Alors est-ce que le jeu a été "over-hypé" ?  les journalistes  étrangers ont-ils reçu un gros chèque*? Et Nintendo en a-t-il fait trop en nous survendant son jeu et sa licence? La firme n'a-t-elle pas diffusé trop d 'extraits et d'infos avant la sortie du jeu prenant le risque d'enlever  l'effet de surprise (même si les journalistes ayant testé le jeu ont eu la chance d' échapper à la plupart des derniers trailers...)  Personnellement j'aurai voulu découvrir l'intro du titre manette en main, par exemple... Je pense que l'impact aurait été  beaucoup plus grand (mais je n'ai pas pu m'empêcher d'y jetter un oeil) et je suis heureux de ne pas avoir tout regarder, les objets, les ennemsi, les cartes pour avoir le plaisir de le découvrir en jouant même si l'intérêt du jeu ne se limite, je l'espère en tous cas, pas à cela.

 Le jeu a-t-il souffert d'un développement chaotique comme certains le laissent penser? Au final, a-t-il vraiment des problèmes de rythme? Démarre-t-il vraiment trop lentement ou est-ce pac que les journalistes qui sont trop pressés (et blasés?)

Alors bien sûr,  tous les gouts et les dégoûts sont dans la nature et ces tests n'engagent que leurs auteurs (les bons comme les "moins bons") Pour ma part,  cela fait longtemps que j'ai appris à me forger mon opinion manette en main sachant que je peux aussi me tromper, passer à côté d'un jeu ou au contraire le "sur-kffer" alors qu'en vérité, il n'y a rien de véritablement phénoménale.

 

                                        labonneFay

La première fois que j'ai fait Zelda TP (et que je l'ai finit) je ne l'ai pas trouvé extraordinaire...  Ce n'est que plus tard, en y rejouant (presque par hasard- je n'avais rien à me mettre sous la main) que je l'ai re-découvert et adoré (malgré ses défauts et notamment le temple du ciel assez chiant) Il faut parfois du temps et laisser retomber l'excitation qui entoure la sortie d'un soft... C'est aussi une question de sensibilité. Je  n'aime pas les uncharted par exemple. ni les "gears of War". Ce sont des jeux qui ne m'interressent pas.  Je n'aime ni leur style ni leurs graphismes-pourtant  encensés par tous. Personnellement, ça ne me parle pas et j'ai du mal à accrocher à leur univers (dans leur genre respectif) Pour autant je ne doute pas que les jeux soient sensationnels, inventifs et  passionnants à jouer mais ce n'est tout simplement pas mon style.

Quoiqu'il en soit tous ces tests (que j'ai juste parcouru- je le précise) n'ont fait qu'accroîitre mon impatience de jouer au jeu ! rendez-vous très vite pour mon verdict!

(* je précise,  que je plaisante pour le chèque)

Pourquoi GameInformer a mis 10 à Zelda!

Un petit billet pour expliquer pourquoi gameInformer a mis 10/10 à Zelda Skyward Sword

                                  zeldatitre

J'avais à peine terminé mon article sur "ce que pense la presse française sur Zelda Skyward" que j'apprenais que Gameinformer avait décidé d'attribuer la note ultime de 10 aux nouvelles aventures de Link comme l'avait fait Edge avant lui. Et en moins de deux l'info faisait le tour du monde!

Un deuxième 10 pour  "Skyword Sword", la tension monte d'un cran!  Et l'attente devient insupportable! C'est en même temps une pression supplémentaire  pour le jeu car avec de telles notes, il est contraint à l'excellence sous peine de décevoir!

Le test ne sera publié que le 11 novembre mais le site a tenu à faire du "teasing" en laissant au testeur la possibilité de donner quelques-une de ses impressions...   C'est la première fois (alors qu'il travaille à GameInformer depuis deux ans) que ce testeur donne un 10 à un jeu...

 Comparé à un trésor rare, Skyword Sword" est d'après lui au dessus de  tous les autres  jeux Wii et des derniers Zelda sortis en grande partie grâce aux commandes du jeu. Pour lui, la maniabilité à la wiimote +  enrichit le gameplay de la série  en particulier lors des combats qui deviennent plus prenants et tactiques qu'auparavant, nous impliquant beaucoup plus dans l'action...  Idem pour les combats contre les boss qui sont désormais trés difficiles et complexes. Il ne suffit plus de refaire trois fois la même chose pour les terrasser... A ce propos, les deux derniers boss sont  les plus durs  qu'il n'ai jamais rencontré dans un Zelda!

Pour connaître la suite, il faudra lire le test le 11 novembre (LA date à partir de laquelle- sauf dérogation, tous les tests de Zelda devraient débarquer)

Bien sûr, certains s'étonneront qu'un jeu Wii puisse en 2011 surpasser les "bombes vidéoludiques" des consoles next gen  comme le dernier Batman ou Uncharted 3 mais c'est une réaction typique du milieu des jeux vidéo où la puissance des consoles est très importante... Pourtant, même si elle fait bien souvent évoluer les gameplays et le niveau d'exigence des gamers, elle ne fait pas tout.

Au cinéma, des grosses productions en HD, bourrée des derniers effets spéciaux en images de synthèse peuvent  parfois être bien moins fortes, passionnantes, poétiques et/ou réussies que des soit disant "petits films" sans budget en 16 mm noir et blanc...  Et certains de ces petits films peuvent d'ailleurs être de vraies tueries en terme de technique et de mise en scène!

Avec ce Zelda Wii, la seule chose qui est à craindre c'est que comme la Wii n'est pas HD,  le jeu soit finalement très "aliasé" sur un écran en HD... Comme c'était le cas au Paris Games Week, par exemple- même si j'ai vite oublié ce détail pour me concentrer sur l'action!

Quoiqu'il en soit, pour l'instant, Zelda, c'est 10!

Rendez-vous le 18 novembre pour se faire sa propre opinion wimote et nunchuck en mains!     

 

                              

                                                                                                                                      (source : GameInformer )

Zelda : ce qu'en dit la presse en avant première!

NB : ceci est mon premier billet "exclusif" pour ce blog et il y en aura d'autres!  

                                               zeldaskywardtitre

On peut dire que ce n'était pas gagné d'avance, et tant qu'on aura pas eu le jeu en main, ça ne le sera pas tout à fait, seulement il faut reconnaître que "Zelda Skyward Sword" a fait du chemin depuis son annonce en catimini à la fin de la conférence pré-E3 2009...

J'avoue que j'étais le premier sceptique comme en témoignent  ces  anciens articles : reveil-toi Zelda! et "ça sent l'épée" (j'ai honte) dans lesquels je me demandais comment Nintendo allait pouvoir repenser sa série sur une console comme la Wii  avec la puissance qui est la sienne et qui était déjà "obsolète" en 2006... Mais depuis j'ai totalement retourné ma veste (surtout que j'ai toujours pensé que la puissance n'était pas forcément le plus important... ) le jeu s 'annonce exceptionnel et sera l'un des évenements de cette fin d'année !

Dans l'attente de la sortie du jeu, je suis devenu (comme beaucoup) schizophrène en dévorant la moindre info concernant le titre tout en essayant d'en voir le moins possible! Comme beaucoup je guette les tests des différents médias.

                                                l'incroyableintrodeZeldaSkyward

Le magazine Edge a fait très fort en étant non seulement le premier à tester le jeu  mais aussi en lui mettant la note ultime de 10 (sur 10- cela va sans dire) "Un triomphe" tout simplement!

 Depuis, à part l'officiel Nintendo us (qui lui a mis zéro, bien sûr) pas d'autres tests. Les autres médias  attendant sûrement le moment propice pour balancer leur note... Et sûrement aussi l'autorisation de Big N, la plupart des tests étant calé une semaine avant la sortie du jeu...

Heureusement pour assouvir ma soif d'info (et la votre) l'AFJV ( L'Agence Française pour le jeu Vidéo- et oui ça existe) a publié ce jour quelques extraits des futurs tests de Zelda Skyward à paraître très prochainement. Ils donnent une certaine idée de ce que la presse dans son ensemble pense du jeu et autant vous prévenir que ça donne encore plus envie de mettre la main sur le titre!

Voici les passages séléctionnés par l'AFJV des tests que nous pourront lire très bientôt  (tirés de cette page Source : AFJV)

  • Libération : « Le monde de Zelda s'est ouvert et diversifié. Les développeurs ont une telle confiance dans la solidité de cette licence, sans doute la plus prestigieuse de l'histoire du jeu, qu'ils n'ont pas craint de lui ouvrir de nouveaux horizons, de l'augmenter de nouvelles perspectives. Skyward Sword, sous sa tendresse pastel, est un terrain de jeux épique, immense et sophistiqué. »
  • Jeuxvideo.com : « Des donjons magnifiques et inspirés, témoins de scènes d'anthologie ! »
  • Jeuxvideo.fr : « Skyward Sword enchaîne les moments de bravoure sur un rythme qui ne faiblit pas. Des idées de game design parmi les plus belles et les plus ludiques que la série nous a donné de voir. »
  • Jeuxactu : "Avec une prise en main immédiate et un Wii MotionPlus d'une précision redoutable, The Legend of Zelda : Skyward Sword prouve une nouvelle fois que Nintendo ne transige jamais avec le gameplay de ses licences emblématiques".
  • Gameblog « Avec The Legend of Zelda : Skyward Sword, embarquez pour un voyage onirique à mi-chemin entre l'héroïsme de Twilight Princess et la poésie visuelle de Wind Waker. »
  • IG Magazine : « Telle la toile d'un grand maître, Skyward Sword dévoile de nouvelles facettes à chaque fois que l'on y plonge le regard. Et de petites trouvailles en découvertes, sa contemplation révèle finalement le trésor de créativité que constitue cette fresque lyrique. »
  • Gamekult : « Synthétisant le savoir-faire acquis par Nintendo avec la Wii, The Legend of Zelda : Skyward Sword est un jeu-somme qui concentre et réinterprète à sa façon les codes d'une série née il y a un quart de siècle. »
  • Nintendo le Magazine Officiel : « Pour les 25 ans de la Légende de Zelda Nintendo nous gratifie de l'un des meilleurs épisodes de la saga. »
  • JVN : "Skyward Sword est à la Wii ce que Ocarina of Time était à la Nintendo 64."
  • Bertrand Amar : « Le meilleur jeu de l'histoire de la Wii ! »

Après ça que reste-t-il à faire? A part se mettre à quatre pattes et pleurer en attendant la sortie du jeu le 18 novembre?

Surtout qu'une autre note vient de tomber, celle de GameInformer (le testeur l'ayant déjà donnée avant même la publication de son test) et que c'est un autre... 10/10!!! (lire l'article ici )  C'est la folie!

                                             Zeldadanse

 Pour les petits curieux et ceux qui n'en ont toujours pas assez, vous pouvez toujours lire  "ma preview" à moi à base de quelques photos: "Les secrets révélés de Zelda Skyward Sword"  Il y a qq petits spoilers mais pas trop, juste ce qu'il faut pour baver comme un gros dégoûtant.

Preview de (New Super) Rayman Origins (Wii)

Ôde à Rayman que j'adore et  mes impressions sur le futur Rayman Origins qui devrait sortir sur next gen et sur Wii d'ici peu...

Pour lire l'article, c'est par ici que ça se passe!alt

 

                                            cliquez ici!   cliquez ici!  cliquez ici!  cliquez ici!  cliquez ici!  cliquez ici!

La vérité sur la 3ds : La 3D m'a Tuer!

Linksortdela3ds

Première partie : La 3d m'a tuer!

Un "petit" article qui vous dit tout sur pourquoi la 3ds n'a pas rencontré le succès escompté, en attendant la deuxième (un poil plus positif) décrivant la nouvelle stratégie de Nintendo pour s'en sortir...

                                                            CLIQUEZ-LA CLIQUEZ-LA CLIQUEZ-LA CLIQUEZ-LA

NB : pour l'instant, tous les articles postés ici  sont des articles que j'ai écrits sur GK. C'ets une façon pour moi de les faire connaître et de les partager, en attendant d'en écrire de nouveau...